Conséquences et chances de survie après un infarctus du myocarde étendu

Dystonie

L'infarctus du myocarde étendu est une thrombose des vaisseaux coronaires, dont 40% des victimes décèdent au stade préhospitalier. Lors d'une catastrophe, la majeure partie du muscle cardiaque meurt. En conséquence, le patient peut rapidement tomber dans un état dangereux de choc cardiogénique..

La vie d'une personne victime d'une crise cardiaque dépend de la rapidité avec laquelle le patient est entre les mains des médecins. Lorsque la pharmacothérapie est impuissante, les chirurgiens cardiaques pratiquent une chirurgie vasculaire d'urgence.

Qu'est-ce que l'infarctus du myocarde

Avec une petite ischémie focale, une petite zone du muscle cardiaque en souffre. Dans ce cas, les patients ne sont pas menacés de conséquences graves. Après la rééducation, la personne retourne à l'ornière habituelle de la vie. Certaines personnes contractent même la maladie..

Un infarctus massif est la mort d'une grande zone du muscle cardiaque en raison d'un blocage des artères coronaires par un thrombus. Privé d'oxygène et de nutrition, le myocarde perd la capacité de se contracter complètement. En conséquence, la pression artérielle chute fortement. Une personne tombe dans un état de choc cardiogénique potentiellement mortel.

Selon la localisation du foyer de la lésion myocardique, il existe:

  • paroi antérieure du ventricule gauche,
  • mur arrière,
  • septum entre les ventricules.

Avec l'infarctus transmural, les 3 couches du myocarde sont affectées. La largeur de la propagation de la nécrose atteint parfois 8 cm.

Selon les statistiques, un infarctus étendu chez les hommes survient 4 fois plus souvent. Chez les femmes de cet âge, les œstrogènes, hormones sexuelles, protègent contre l'ischémie. Mais après 60 ans, les taux d'incidence sont comparés.

Causes d'une crise cardiaque

L'athérosclérose des artères coronaires est à la base de l'ischémie aiguë. La plaque obstrue littéralement les vaisseaux coronaires. De plus en plus gros, ils rétrécissent la lumière des vaisseaux, là où le flux sanguin ralentit. Cela fait que les globules rouges collent ensemble. En conséquence, des caillots sanguins se forment.

Dans un tel état critique des vaisseaux, une agitation psycho-émotionnelle, un saut de pression, une suralimentation et une consommation d'alcool peuvent provoquer un détachement de la plaque avec des dommages à la paroi interne de l'artère. La «réparation» se produit lorsqu'un caillot érythrocytaire se forme. Dans ce cas, des caillots sanguins se forment, produisant des substances qui provoquent un vasospasme.

Les caillots sanguins peuvent se propager le long des vaisseaux, atteignant 1 cm. Pire encore, lorsqu'ils se développent à travers les artères. Avec un spasme du vaisseau, le flux sanguin peut s'arrêter complètement. C'est alors que se produit une ischémie aiguë du muscle cardiaque..

C'est intéressant! Un quart d'heure après l'arrêt du flux sanguin, la zone correspondante du muscle cardiaque meurt, l'image de l'infarctus du myocarde se déroule. Le tissu conjonctif se développe sur le site de la nécrose, et une semaine plus tard, une cicatrice post-infarctus commence à se former.

Facteurs de risque

Les facteurs contribuant à l'apparition de l'ischémie myocardique influencent le développement de la catastrophe vasculaire. La superposition sur les artères coronaires modifiées par l'athérosclérose, conduit à un infarctus du myocarde étendu.

Causes de l'ischémie du muscle cardiaque:

  • L'hypertension artérielle conduit à un épaississement des parois vasculaires. Dans le même temps, les artères deviennent inélastiques, perdent la capacité d'adaptation de se dilater et de se rétrécir au bon moment.
  • L'obésité abdominale est une voie directe vers l'hypertension artérielle et la formation de plaques athéroscléreuses. De plus, un poids supplémentaire met un stress supplémentaire sur le cœur..
  • Un mode de vie physiquement inactif contribue à la formation de caillots sanguins,
  • Pour la maladie du sucre, la fragilité des vaisseaux sanguins est caractéristique. Les parois vulnérables subissent une athérosclérose plus rapidement.
  • Un stress psycho-émotionnel prolongé s'accompagne d'un spasme des artères coronaires. En association avec l'athérosclérose, l'ischémie myocardique augmente.
  • Le tabagisme, qui détruit les vaisseaux sanguins de l'intérieur, provoque un vasospasme.
  • Troubles lipidiques - des niveaux élevés de «mauvais» cholestérol créent la base du développement d'une crise cardiaque.
  • Alimentation déséquilibrée, manger des aliments contenant des graisses saturées.
  • La fibrillation auriculaire s'accompagne de la formation d'un caillot sanguin à l'intérieur de la cavité cardiaque.
  • L'abus d'alcool détruit les vaisseaux sanguins, provoque le développement de l'hypertension, perturbe le foie, responsable du traitement des graisses. Un excès de lipides se dépose sur les parois internes des artères et des veines.
  • Dans les maladies rénales dues à une altération du métabolisme minéral du phosphore et du calcium, ce dernier se dépose sur les parois internes des artères. Cela les rend durs. Les caillots sanguins se forment facilement sur les vaisseaux altérés.

L'infarctus du myocarde résulte d'une surcharge physique. Dans des conditions de demande accrue en oxygène du myocarde, les artères sont incapables de fournir un flux sanguin. Il y a une forte carence en oxygène et en nutriments, ce qui conduit à une ischémie aiguë. Cette situation peut se produire en compétition ou en entraînement avec des athlètes..

Panneaux

L'infarctine survient soudainement, dépasse une personne au travail, dans un lieu public ou à la maison à table.

Le tableau clinique peut varier, mais les premiers signes restent constants:

  • douleurs de pression intenses derrière le sternum irradiant vers l'épaule, le bras, l'oreille ou l'omoplate gauche,
  • transpiration excessive,
  • engourdissement du bras gauche,
  • pâleur de la peau,
  • peur inconsciente,
  • la chute de pression,
  • tachycardie,
  • arythmie,
  • la faiblesse,
  • si la paroi postérieure du myocarde est endommagée, le symptôme est une douleur abdominale, des vomissements sans soulagement de la maladie,
  • les médecins connaissent également la forme indolore de la crise cardiaque aiguë, qui nécessite également des mesures urgentes. Une crise cardiaque peut se reproduire après quelques minutes ou heures.

Avec une crise cardiaque, le pouls s'accélère, devient irrégulier. La personne trempe littéralement de la sueur froide, respire par intermittence. L'image est complétée par des vertiges, une faiblesse soudaine dans tout le corps. Il y a de la panique sur le visage de la victime, il a l'air confus, ne comprend pas ce qui lui arrive.

Que faire avant l'arrivée du médecin

Une personne atteinte d'infarctus aigu du myocarde peut mourir si le traitement n'est pas fourni à temps. Avec des douleurs au cœur, il faut tout d'abord appeler une équipe cardiologique d'urgence. Plus tôt les mesures thérapeutiques professionnelles sont fournies, plus les chances de survie augmentent.

Partout où une personne est rattrapée par une crise cardiaque, son entourage peut lui fournir les premiers soins essentiels:

Attention! Le patient ne doit pas marcher.

  • La victime doit être placée sur le dos avec une poitrine surélevée pour soulager le stress sur le cœur. Pour ce faire, un vêtement enroulé ou une couverture est placé sous la partie supérieure du corps. Mais si la pression artérielle est basse et que le pouls est mal ressenti, la tête doit être plus basse que le torse. Cela maintiendra le flux sanguin vers le cerveau. En cas d'essoufflement sévère, pour faciliter le travail du cœur, le patient est assis les jambes baissées.
  • En cas de crise cardiaque, vous devez assurer une respiration libre, pour cela, vous devez détacher le col des vêtements embarrassants, retirer la cravate, ouvrir la fenêtre pour l'air frais.
  • Donner sous la langue de la nitroglycérine.

Attention! Il ne peut pas être utilisé avec une pression basse, un pouls faible, une pâleur de la peau, afin de ne pas aggraver l'état du patient.

  • La nitroglycérine avec une crise cardiaque n'élimine pas immédiatement la douleur, contrairement à une crise d'angine de poitrine. Par conséquent, le deuxième comprimé peut être utilisé au plus tôt 15 minutes plus tard..
  • Donnez la moitié du comprimé d'aspirine. Pour accélérer l'effet, le médicament doit être mâché.
  • Si un patient victime d'une crise cardiaque est inconscient et que le rythme cardiaque s'est arrêté, il commence immédiatement la réanimation. Le massage cardiaque indirect est effectué par une personne à une fréquence de 80 à 100 compressions par minute sur le tiers inférieur du sternum. S'il y a deux assistants, pour 15 compressions thoraciques, 2 respirations sont prises.

Ces mesures aident à sauver la personne avant l'arrivée du médecin..

Au fait! Le massage cardiaque indirect, tout en maintenant l'hémodynamique, rend la défibrillation plus efficace à l'arrivée d'un cardiologue.

Souvent, une catastrophe cardiaque se manifeste par une douleur et une sensation de brûlure dans l'abdomen - la forme dite abdominale d'infarctus du myocarde. Dans le même temps, les personnes environnantes donnent des remèdes gastro-intestinaux. Si après avoir pris Rennie, Maalox et d'autres antiacides, la sensation de brûlure dans l'abdomen ne disparaît pas, vous devez appeler une ambulance.

Cours d'infarctus du myocarde

Les cardiologues distinguent plusieurs stades d'ischémie aiguë:

  • La phase la plus aiguë dure jusqu'à 2 heures.
  • La phase aiguë dure 4 à 8 jours, lorsqu'une zone de nécrose se forme dans le muscle cardiaque. Pendant cette période, les douleurs cardiaques diminuent, la pression artérielle commence à remonter à des niveaux normaux. Le patient s'inquiète de l'essoufflement, des palpitations cardiaques ou des interruptions.
  • Étape subaiguë à partir de la deuxième semaine. À la place du tissu mort, une cicatrice se forme progressivement. La conductivité est rétablie dans le muscle cardiaque. À la fin du mois suivant l'attaque, la fréquence cardiaque se normalise, la pression artérielle se stabilise.
  • La période postinfarctus commence après 8 semaines et dure jusqu'à 6 mois.

La cicatrice du muscle cardiaque devient plus dense. Le myocarde développe des mécanismes compensatoires qui aident les patients à survivre. Le pronostic de l'infarctus du myocarde dépend de qui sera à côté du patient au tout début de la crise cardiaque et de l'aide qui peut être fournie.

Complications

Plus tôt l'assistance qualifiée a été fournie au patient, moins il y a de conséquences.

Dans la période postinfarctus, des complications surviennent:

  • choc cardiogénique,
  • œdème pulmonaire,
  • péricardite,
  • thromboembolie,
  • asthme cardiaque,
  • essoufflement et gonflement des jambes - signes d'insuffisance cardiaque,
  • rupture myocardique.

Les complications sont associées au fait qu'avec l'infarctus transmural, les dommages capturent la majeure partie du muscle cardiaque.

Prévoir

La moitié des patients atteints de crise cardiaque meurent en quelques mois. Les patients présentant des lésions de la paroi postérieure du ventricule gauche ont plus de chances de survivre..

Il est beaucoup plus difficile pour un patient en 80 ans de restaurer le travail du cœur en raison du manque de capacités de réserve du corps, de l'usure du myocarde. Dans la vieillesse, la pneumonie se joint souvent, ce qui reste inaperçu lorsque le tableau clinique est effacé. Chez les personnes âgées, les crises cardiaques peuvent se reproduire.

Les comorbidités aggravent également le pronostic des personnes de tout âge. Selon les statistiques, les gens vivent après une crise cardiaque pendant 3 à 5 ans. Les complications sont la raison pour laquelle les patients meurent. Un ré-infarctus se produit souvent.

Après une crise cardiaque, le patient peut se voir attribuer un groupe de handicap. Le critère est la présence de complications, la contractilité myocardique. Les conditions de travail sont prises en compte. Le handicap est examiné par une commission d'experts médico-sociaux, composée de médecins de nombreuses spécialités.

Conseil! Vous pouvez prolonger la vie avec une crise cardiaque si vous consultez régulièrement un cardiologue et suivez ses recommandations. Cela dépend beaucoup du régime alimentaire du patient.

Un diététiste recommandera de limiter les graisses animales, le café et les boissons gazeuses. Un rôle particulier est donné aux produits qui contribuent à la restauration du corps - céréales, légumes, fruits, poissons. L'importance est donnée au mode de vie, abandonnant les mauvaises habitudes.

Réhabilitation

Le volume principal de la thérapie de rééducation après une crise cardiaque massive est effectué dans des sanatoriums spéciaux ou dans un centre médical. Les activités de traitement peuvent être poursuivies à domicile.

Pendant la période de rééducation, il est recommandé de passer à un mode de vie correct:

  • abandonner l'alcool et fumer,
  • dormir suffisamment la nuit,
  • éviter le stress.

L'activité physique doit commencer par la marche, augmentant progressivement la charge. Pour accélérer la récupération, vous devez faire des exercices de thérapie par l'exercice sous la supervision d'un médecin. Le programme de rééducation comprend des techniques spéciales. Préparé pour chaque personne séparément par un médecin.

Important! Avec un strict respect des règles de la période de récupération, la vie des patients est prolongée de plusieurs années.

Traitement médical

Les mesures thérapeutiques pour l'infarctus du myocarde visent à stabiliser la maladie et à prévenir les complications. Même au stade préhospitalier, pour éviter le choc cardiogénique, les médecins ambulanciers injectent des stupéfiants - Promedol, Omnopon.

L'hôpital propose un traitement complet:

  • pour prévenir la formation de thrombus, des médicaments sont utilisés - Aspirine, Clopidogrel, Plavix, Ticlopidine,
  • antiarythmiques - Amiodarone, Lidocaïne,
  • anticoagulants qui empêchent la coagulation sanguine - Héparine, Lovenox, Fraxiparine,
  • thrombolytiques pour la résorption des caillots sanguins - Streptokinase, Reteplase, Alteplase,
  • analgésiques narcotiques et non stéroïdiens pour la prévention du choc cardiogénique,
  • utiliser des antagonistes du calcium et des bêtabloquants.

Pour guérir une crise cardiaque, un pontage coronarien ou un stent coronaire est parfois nécessaire. Ces méthodes rétablissent rapidement la circulation sanguine.

Le patient pratiquement sur la table se débarrasse d'un désastre mortel. Si cette mesure n'aide pas, la vie d'une personne atteinte d'infarctus du myocarde étendu ne peut être sauvée que par une transplantation cardiaque.

Après son congé, le patient reçoit un mémo avec des recommandations de traitement et de nutrition. Le patient est sous le contrôle d'un cardiologue depuis longtemps.

L'infarctus du myocarde est une pathologie grave qui entraîne la mort dans 40% des cas. L'ischémie aiguë ne se produit pas sans cause. L'obésité, une alimentation déséquilibrée, une consommation fréquente d'alcool et le tabagisme provoquent la formation d'une athérosclérose vasculaire précoce même chez les jeunes hommes âgés de 35 à 40 ans.

Un mode de vie inactif contribue au développement de la catastrophe, privant les vaisseaux cardiaques de la source de vie - oxygène et nutrition.

Dans quelle mesure l'infarctus du myocarde se manifeste, conséquences, chances de survie, mesures préventives

L'une des pathologies cardiaques les plus graves est l'infarctus du myocarde, une maladie très dangereuse, conséquence d'une cardiopathie ischémique. C'est la cause la plus courante de décès prématuré au monde..

Le taux de survie des patients dépend des soins médicaux fournis en temps opportun, de la capacité à éviter l'apparition de complications graves.

Caractéristiques et statistiques des maladies cardiaques

Une crise cardiaque est une condition dans laquelle des dommages irréversibles aux cellules d'un organe se produisent en raison d'une violation de son approvisionnement en sang et de la privation aiguë d'oxygène qui en résulte. Ces organes peuvent être non seulement le cœur, mais aussi le cerveau, les reins, la rétine ou la rate..

Si des soins médicaux qualifiés et opportuns sont fournis, le patient a la possibilité de survivre, mais il ne pourra pas retourner à son ancienne vie. Les cellules myocardiques affectées après une crise cardiaque sont remplacées par du tissu conjonctif cicatriciel, ce qui limite considérablement la capacité du muscle cardiaque à se contracter complètement.

Le patient doit revoir son mode de vie, son alimentation, son activité physique autorisée, exclure les facteurs de risque afin de ne pas avoir de rechute de la maladie.

Selon les données fournies au Conseil de la Fédération par le cardiologue en chef de la Russie, le professeur I. Chazova, la Russie occupe la deuxième place en termes de prévalence des cardiopathologies et de mortalité par maladies cardiovasculaires. De plus, elle a fourni les données suivantes:

  • L'infarctus du myocarde a causé 39% de tous les décès prématurés en Russie;
  • La mort se termine dans 17% des crises cardiaques;
  • Des rechutes surviennent dans 11% des cas;
  • Chaque jour, le service médical d'urgence de la Fédération de Russie reçoit plus de 25 000 appels liés à des syndromes coronariens aigus;

Selon le Comité sur la politique sociale du Conseil de la Fédération, plus de 7 millions de Russes souffrent de symptômes d'ischémie cardiaque, qui se traduit par un infarctus du myocarde. Outre:

  • Des maladies du système cardiovasculaire ont été diagnostiquées chez 31 millions d'habitants de la Russie;
  • Un homme sur quatre dans notre pays âgé de plus de 44 ans souffre d'une maladie ischémique, ce qui signifie qu'il risque de souffrir d'infarctus du myocarde;
  • Le nombre de patients post-infarctus avoisine les 2,5 millions. Ce chiffre représente 2% de la population totale de la Russie.

La raison de ce déséquilibre est la présence dans le corps féminin d'œstrogène, une hormone qui a un effet protecteur. Ces différences sont nivelées à l'âge de 60 à 70 ans, lorsque les statistiques indiquent une augmentation de l'incidence des crises cardiaques chez les femmes jusqu'à 50%.

Même le centre de cardiologie le plus moderne ne sera pas en mesure de fournir une assistance complète à un tel patient s'il n'est pas fourni dans les 1 à 2 premières heures après le début d'une crise. L'accent principal doit être mis sur le diagnostic rapide et l'élimination des causes possibles de cette pathologie..

Causes et facteurs de risque

La principale raison du développement d'une telle cardiopathologie est la fermeture d'une ou plusieurs artères coronaires à la fois. Cela est dû au fait que les parois de l'artère sont endommagées par des plaques athéroscléreuses, qui font saillie dans la lumière du vaisseau et réduisent considérablement son diamètre. Le degré de constriction peut atteindre 2/3 ou plus du diamètre du vaisseau.

Le contenu de la plaque athéroscléreuse, constituée de masse grasse et protéique, peut s'échapper dans la lumière du vaisseau. La réaction est la formation d'un caillot sanguin atteignant 1 cm de long, qui est la cause de l'arrêt du flux sanguin et du spasme de l'artère coronaire. Une obstruction occlusive se produit - fermeture complète du flux sanguin et, par conséquent, nécrose de la région myocardique.

Facteurs de risque contribuant à la survenue de cette maladie chez les personnes souffrant de maladie coronarienne, d'athérosclérose coronarienne:

  • Stress sévère ou prolongé;
  • Maladie hypertonique;
  • Maladies infectieuses graves
  • Activité physique excessive;
  • Traumatisme, chirurgie;
  • Surchauffe, hypothermie.

Pronostic, complications possibles

Quelles sont les conséquences d'un infarctus du myocarde massif, entraînera-t-il la mort, quelles sont les chances de survie pendant et après la réanimation, que devrait être la rééducation? Nous répondrons à toutes les questions dans l'ordre.

Selon les statistiques médicales, environ 40% de ceux qui ont eu une crise meurent dans la première année après une attaque de la maladie, 19% ne franchissent pas le seuil de survie à cinq ans, ayant subi une rechute ou des complications de la maladie. Les conséquences graves peuvent être:

  • péricardite, conduisant à la prolifération du tissu conjonctif ("cœur blindé");
  • endocardite, conduisant à l'apparition de caillots sanguins et d'un syndrome thromboembolique;
  • insuffisance cardiaque;
  • arythmie;
  • œdème pulmonaire;
  • choc cardiogénique;
  • rupture myocardique;
  • anévrisme ventriculaire;
  • arrêt de l'activité cardiaque.

En cas de formation de cicatrices sur le myocarde, le pronostic de survie peut être considéré comme favorable si les patients suivent les recommandations du médecin et effectuent un traitement d'entretien..

Symptômes et premiers signes

En fonction de la période d'infarctus du myocarde, on distingue les symptômes caractéristiques qui, avec un degré de probabilité élevé, peuvent diagnostiquer cette pathologie. Périodes de crise cardiaque:

  • préinfarctus
  • le plus net
  • aigu
  • subaigu
  • postinfarctus

Les symptômes suivants sont caractéristiques de la période de préinfarctus:

  • Douleur thoracique prolongée de haute intensité, qui n'est pas soulagée par la prise de nitroglycérine;
  • Dyspnée;
  • Transpiration;
  • Arythmie;
  • La nausée;
  • Intolérance à toute activité physique, la plus insignifiante;
  • L'ECG montre des signes de violation de l'apport sanguin au myocarde.

La période la plus aiguë dure d'une heure et demie à deux heures. Pendant ce temps, le patient expérimente:

  • Une douleur intense de localisation rétrosternale, qui peut être ressentie à la fois à gauche et à droite du sternum, couvre la partie antérieure de la poitrine, la donne à l'omoplate, à la mâchoire inférieure, au cou, au bras gauche;
  • Peur de la mort, anxiété, apathie, hallucinations.

Dans certains cas, des symptômes atypiques de cette maladie peuvent apparaître:

  • Forme gastrique - caractérisée par des douleurs dans la région épigastrique, des nausées et des vomissements.
  • Forme asthmatique - le patient éprouve des épisodes d'étouffement, de toux, couvert de sueur froide.
  • Forme œdémateuse - un essoufflement apparaît, un syndrome œdémateux.
  • Forme cérébrale - accompagnée de symptômes d'ischémie cérébrale due à l'athérosclérose des artères qui irriguent le cerveau.
  • Forme effacée et asymptomatique.

Premiers secours, ce qu'un médecin peut faire

Avant l'arrivée des soins médicaux d'urgence, l'état du patient peut être quelque peu soulagé. Pour cela, les mesures suivantes sont prises:

  • Le patient doit être placé en position semi-assise avec les jambes légèrement pliées au niveau des genoux, détendre le col, nouer, retirer les vêtements serrés;
  • Mettez un comprimé de nitroglycérine sous la langue;
  • Donnez un comprimé d'aspirine à mâcher;
  • Fournir de l'air frais dans la pièce.

Diagnostique

Pour le diagnostic initial, le médecin recueille l'anamnèse, analyse la nature de la douleur, évalue la condition externe, palpe et écoute le cœur. Ces méthodes peuvent identifier:

  • Rythme cardiaque augmenté;
  • Souffles systoliques;
  • Perturbations des bruits cardiaques d'origines diverses.

Les symptômes typiques peuvent être une diminution de la pression artérielle, une augmentation de la température corporelle jusqu'à 38 ° C pendant une semaine..

Pour clarifier le diagnostic, des tests sanguins de laboratoire sont utilisés, qui peuvent déterminer les changements suivants:

  • Nombre élevé de globules blancs;
  • Augmentation de la vitesse de sédimentation des érythrocytes;
  • Symptômes biochimiques du processus inflammatoire;
  • Émergence de marqueurs biochimiques de la nécrose des cellules myocardiques.

La méthode de diagnostic la plus importante est l'électrocardiogramme (ECG). En analysant ses résultats, il est possible de déterminer les caractéristiques suivantes d'une crise cardiaque:

  • Localisation
  • Prévalence
  • Profondeur
  • Complications

Tactiques de traitement

Le traitement d'une crise cardiaque n'a lieu que dans les conditions du service de cardiologie de l'hôpital. Indications d'hospitalisation - Résultats ECG indiquant un processus pathologique, des symptômes d'insuffisance cardiaque. Les principales tâches de cette période:

  • Élimine la douleur,
  • Réduction de la zone de nécrose de la membrane cardiaque,
  • Restauration de la circulation sanguine dans les artères coronaires,
  • Réduire le risque de caillots sanguins,
  • Décharger le cœur, lutter contre l'arythmie,
  • Maintenir des niveaux de tension artérielle optimaux.

Pour éliminer la douleur dans la période aiguë et aiguë, des analgésiques narcotiques sont utilisés (Morphine, Promedol, Fentanyl, Omnopon).

Ils sont injectés par voie intraveineuse dans les premières minutes de soins médicaux et soulagent efficacement la douleur. S'il est nécessaire d'arrêter la peur ou l'excitation excessive, des tranquillisants sont utilisés (Relanium, Diazepam).

La dissolution des caillots sanguins et la restauration du flux sanguin dans les artères coronaires et petites du myocarde est l'objectif du traitement thrombolytique. L'administration opportune de thrombolytiques réduit la taille du foyer de la nécrose myocardique, ce qui améliore considérablement le pronostic de la maladie.

Streptokinase, Fiboinolysin, Alteplase ont une activité thrombolytique. Empêche la thrombose Héparine, elle prévient la thromboembolie.

Les contre-indications pour elle sont des saignements soudains. Il est nécessaire d'exclure les antécédents d'accident vasculaire cérébral, les maladies gastro-intestinales avec lésions de la membrane muqueuse, les interventions chirurgicales récentes.

Le traitement pour le traitement de l'infarctus du myocarde comprend l'utilisation d'anticoagulants, le principal médicament de ce groupe est l'aspirine (acide acétylsalicylique). Son utilisation empêche les plaquettes de coller ensemble et de rejoindre les parois des vaisseaux sanguins, et les érythrocytes peuvent être facilement transportés dans la circulation sanguine.

Une partie importante de la pharmacothérapie est l'utilisation d'inhibiteurs de l'ECA pour ralentir l'activité cardiaque, abaisser la pression et dilater les vaisseaux sanguins. Les indications pour leur utilisation sont l'insuffisance cardiaque aiguë. C'est Captopril, Ranipril, Enalapril.

De plus, les cardioprotecteurs sont prescrits pour le traitement des arythmies, limitant la zone de lésion myocardique. Il peut s'agir de bêtabloquants (aténolol, propranolol), de nitrates sous forme d'infusion intraveineuse de nitroglycérine, de vitamines.

La période de rééducation nécessite un apport constant de médicaments pour prévenir la thrombose et les arythmies, pour maintenir des niveaux de pression artérielle optimaux. En plus d'eux, vous pouvez utiliser des recettes de médecine traditionnelle sous forme de teintures et de décoctions d'aloès, d'aubépine, de calendula, d'agripaume.

Une partie importante de la thérapie de soutien pour ceux qui ont eu un infarctus du myocarde est un régime alimentaire et une activité physique optimale et dosée..

Nécessite des aliments maigres et faciles à digérer, bons pour les vaisseaux sanguins et le muscle cardiaque. Il peut s'agir de céréales, de produits laitiers, de fruits secs, de jus de fruits, de salades légères de légumes et de fruits..

Pour prévenir la stagnation, il est recommandé de se livrer à des exercices de physiothérapie, de marche dosée sous la direction d'un spécialiste, vous devez commencer ces exercices le plus tôt possible.

La rééducation après une crise cardiaque peut avoir lieu dans les sanatoriums cardiologiques, s'il n'y a pas de contre-indications à cela. Une commission spéciale décide de donner ou non une invalidité après un infarctus du myocarde, s'il est possible de retourner au travail après la rééducation.

Mesures préventives

Afin de ne pas subir une maladie telle que l'infarctus du myocarde, il est nécessaire de prévenir la survenue d'une athérosclérose vasculaire. Pour cela, des mesures préventives sont prises:

  • Introduction de fibres de légumes et de fruits dans l'alimentation, réduisant la proportion d'aliments gras, frits et fumés.
  • Mener une vie active;
  • Lutter contre les mauvaises habitudes, le tabagisme, la consommation d'alcool;
  • Prévention du stress en maîtrisant les méthodes de relaxation, auto-entraînement;
  • Contrôle du cholestérol et de la glycémie, traitement rapide des maladies chroniques;
  • Consultation avec un spécialiste lorsque des symptômes d'angine de poitrine apparaissent, ECG.

Cette cardiopathologie nécessite une attention médicale immédiate et un traitement hospitalier. Pour que la rééducation après une crise cardiaque réussisse, vous devez prendre les médicaments recommandés par le médecin, suivre un régime et faire des exercices de physiothérapie..

Crise cardiaque étendue: conséquences, chances de survie, rééducation et pronostic de vie

La malnutrition du muscle cardiaque est un formidable processus pathologique. Selon diverses estimations, jusqu'à 20-30% de tous les patients ne survivent pas dès le début de la nécrose et dans les 12 heures.

Une insuffisance coronarienne sévère se développe, principalement chez les hommes de plus de 50 ans et chez les patients souffrant d'hypertension, de diabète sucré, de changements athéroscléreux.

Les conséquences d'une crise cardiaque massive sont présentées par un groupe de déviations. Selon les informations statistiques, jusqu'à 60% de tous les patients présentant des complications précoces.

Ce sont principalement des arythmies de gravité variable, des états de choc, des anomalies neurologiques. La plupart mettent la vie en danger ici et maintenant.

Des conséquences différées surviennent chez 30% des personnes qui ont eu une crise cardiaque au cours des six premiers mois ou d'un an. Vous pouvez réduire les risques en effectuant avec compétence les premiers soins et les mesures à l'hôpital.

La mortalité due à une crise cardiaque varie considérablement. De 3 à 60% et plus. Les conséquences du processus pathologique entraînent une augmentation des valeurs standards jusqu'à l'incapacité de survivre.

Des informations plus précises peuvent être données par un spécialiste de premier plan, seulement après une évaluation approfondie de tous les facteurs, déjà après l'examen du patient.

Les premières conséquences d'une crise cardiaque massive

La complication de l'urgence transférée se développe en quelques heures à compter du début du processus pathologique. Les principaux sont représentés par de tels moments:

Choc cardiogénique

Malnutrition aiguë des structures cardiaques, baisse de la contractilité du muscle cardiaque et diminution de la pression artérielle à des niveaux critiques.

La condition est cyclique. Au premier moment, un dysfonctionnement ventriculaire gauche se produit. Il jette du sang dans un grand cercle en maigre quantité.

En conséquence, l'oxygène et les nutriments ne sont pas suffisamment fournis par les artères coronaires à l'organe musculaire lui-même. De plus, l'émission diminue encore plus et donc progressivement la pathologie s'aggrave jusqu'à conduire à un arrêt cardiaque. Le choc cardiogénique a plusieurs caractéristiques spécifiques.

  • Le patient est léthargique, peu conscient de ce qui se passe autour, apathique.
  • La pâleur de la peau et la cyanose augmentent.
  • La pression artérielle est critique, les battements cardiaques sont faibles, le pouls et la respiration sont mal enregistrés.

Traitement urgent avec l'utilisation d'adrénaline, d'épinéphrine pour corriger la pression artérielle et les signes vitaux.

La létalité est élevée. Est de 85 à 90%. Dépend de la forme de l'écart. Certaines violations sont absolument mortelles et ne donnent aucune chance au patient.

Son bloc de branche

L'activité cardiaque normale est fournie par un stimulateur cardiaque ou un nœud sinusal. Les contractions sont possibles car les impulsions bioélectriques produites par cet amas de cellules sont conduites le long de fibres spéciales qui pénètrent dans les structures et la branche cardiaques. Ils sont appelés un paquet des siens..

Si la conduction est perturbée, il devient impossible de réduire l'une ou l'autre partie du myocarde. Habituellement, les ventricules sont touchés.

Étant donné que le corps cherche à compenser d'une manière ou d'une autre la violation de la contractilité, d'autres cellules cardiomyocytes situées dans les chambres sont activées. En conséquence, tous les tissus commencent à se contracter à leur propre rythme..

Le processus chaotique se termine par une baisse encore plus importante du débit sanguin, qui est la dernière goutte pour le cœur en état d'ischémie aiguë..

Les manifestations sont détectées lors d'un diagnostic objectif. Comprenez immédiatement ce qui ne va pas.

Dans les cas plus légers, les changements arythmiques sont détectés après coup. Ils restent un phénomène à long terme et provoquent une perturbation de l'activité cardiaque dans le futur. Cela peut être un problème si le traitement n'est pas prescrit..

Œdème pulmonaire

Cette conséquence de l'infarctus du myocarde survient à la suite d'une altération progressive du ventricule droit et d'une insuffisance ventriculaire gauche. Un épanchement se forme dans les structures de l'organe respiratoire apparié. C'est la fraction liquide du sang. Plasma.

Il pénètre dans les espaces entre les alvéoles, le parenchyme. Ceci est suivi par la compression des vésicules pulmonaires, elles ne sont pas en mesure de fournir un échange gazeux normal.

Le résultat grandit progressivement. Le patient souffre d'étouffement sévère et ne peut pas aspirer d'air. La pression artérielle diminue, tout comme la fréquence cardiaque. Le pouls affaiblit.

Les complications pulmonaires d'un infarctus du myocarde étendu presque le double de la probabilité de décès, certaines estimations suggèrent plus de.

L'insuffisance du ventricule gauche ne peut pas être arrêtée en dehors de l'hôpital.

Au moment du développement d'une déviation pathologique, il est recommandé de faire asseoir le patient, le décubitus aggravera le cours, la mort par asphyxie est possible même avant l'arrivée des médecins ambulanciers.

Peine d'amour

Un événement relativement rare dans la pratique cardiologique. C'est une violation aiguë de l'intégrité du muscle cardiaque sur le site de l'ischémie.

Elle est considérée comme mortelle à presque 100% si une rupture se produit sur toute l'épaisseur du myocarde. Ne se prête pas à une correction qualitative en raison d'une altération généralisée de l'activité des organes.

Perte de conscience

À première vue, le problème semble insignifiant en termes de degré de menace. Mais cela n'est vrai que si le patient est en sécurité, assis ou couché..

L'infarctus du myocarde peut se développer rapidement, en quelques secondes, conduire à une violation généralisée de l'activité cardiaque et du travail du système respiratoire. Ischémie, affaiblissement aigu de la nutrition du cerveau se terminant par un évanouissement.

Si une personne est prise dans une situation d'urgence en marchant, elle peut tomber et subir une blessure incompatible avec la vie. En conduisant - un accident et ainsi de suite.

Par conséquent, il n'est pas recommandé aux patients atteints de maladies cardiovasculaires de marcher seuls sur de longues distances, de conduire des véhicules sans corriger la condition sous-jacente. La mort est sur ses gardes dans des endroits peu évidents.

Accident vasculaire cérébral

Malnutrition aiguë du cerveau. Flux parallèle à une crise cardiaque, ne comporte pas moins de danger.

Ce n'est pas seulement l'existence du patient qui est attaquée. Même si une personne survit, des déficits neurologiques de gravité variable s'ajouteront aux principales manifestations de la maladie transférée..

Des tics mineurs, hyperkinésie au manque de vision, de parole, d'audition, d'arriération mentale, mentale, de démence vasculaire avec trouble généralisé de toutes les fonctions mnésiques et cognitives.

Le rétablissement nécessite une action urgente. Si même un flux sanguin minimal n'est pas rétabli, une mort importante des cellules cérébrales se produira. Les chances de survie diminuent, le risque de décès augmente considérablement, la prévention est presque impossible.

Complications tardives

Se développant sur une période de plusieurs semaines. Dans certains cas, des mois voire des années. Jouer un rôle dans la détermination des prévisions pour la vie, les activités professionnelles d'une personne.

Syndrome de Dressler

C'est un processus pathologique auto-immun. Pour quelles raisons, après une urgence reportée, il se développe à coup sûr n'est pas connu.

On suppose que la base est la réaction des forces protectrices à une protéine spécifique, qui pénètre activement dans le canal lors de la dégradation des cardiomyocytes.

Il ne présente pas de danger significatif pour la vie et la santé du patient, bien qu'un traitement doive être effectué afin d'éviter une détérioration de la qualité de vie.

La durée du traitement est d'une semaine à plusieurs mois. La guérison complète est obtenue dans 80% des situations. Rechutes peu fréquentes possibles dans d'autres cas.

Pour le moment, il y a peu d'informations sur la mortalité du syndrome de Dressler. Peut-être qu'à l'avenir, les opinions sur cette complication seront révisées..

Thrombose

La formation de caillots sanguins sur le site de la zone touchée du myocarde. En conséquence, il se développe relativement souvent, dans 30 à 60% des cas après une crise cardiaque.

Avec un traitement approprié, les formations se dissolvent complètement. Sauf dans un certain nombre de situations. Si le thrombus est important ou la posologie du médicament est insuffisante, les risques de décès par embolie, obstruction du vaisseau par un caillot augmentent considérablement.

La prévention est obtenue par l'utilisation de médicaments thrombolytiques et d'agents antiplaquettaires. Habituellement dans le système.

Les arythmies

De divers degrés d'intensité et de type. Classique - tachycardie sinusale. Se développe dans les premières heures après la stabilisation.

En partie à la suite d'une violation de l'activité cardiaque. D'autre part, en réponse aux médicaments utilisés. Ne comporte pas un grand danger.

La bradycardie ne nécessite une correction que lorsque la fréquence des contractions tombe à 40 battements ou moins.

Par conséquent, il est nécessaire d'effectuer au moins un ECG, une surveillance Holter de 24 heures pour évaluer l'activité du système cardiovasculaire au moment après la stabilisation de l'état. Déjà après la restauration partielle de l'activité normale.

Il est possible d'utiliser des médicaments antiarythmiques, dans le cas de types dangereux, l'accueil est à long terme, sous la surveillance constante d'un cardiologue.

Ischémie cardiaque

Cela se produit dans 100% des cas. Le DHI est la conséquence d'une crise cardiaque étendue ou d'une petite lésion focale qui se développe à la suite de la cicatrisation des tissus actifs. La soi-disant cardiosclérose post-infarctus se forme.

Il y a moins de cardiomyocytes (cellules cardiaques actives) et les besoins du corps en oxygène et en nutriments sont les mêmes. À mesure que l'activité fonctionnelle du cœur a diminué, il y a eu plus de limitations physiques..

Une personne ne peut plus faire de sport, d'autres types d'activités, prendre un bain de vapeur, travailler dans le jardin. Dans certains cas, la vie sexuelle est contre-indiquée, il faut même marcher avec prudence.

Il est parfois impossible de s'insérer dans un cadre aussi rigide. Le processus pathologique progresse. Au mieux, nous parlons de limitation de la vie et d'invalidité. Au pire, il y a une rechute (deuxième crise cardiaque), cette fois fatale.

Anévrisme

Gonflement de la paroi cardiaque à la suite d'une perturbation de l'intégrité et de la mort des tissus. Cela se produit relativement rarement.

Lorsqu'un anévrisme est détecté, les médecins adoptent une tactique attentiste, observant la dynamique du développement. Ils continuent constamment. Avec progression, une opération urgente est indiquée pour éliminer la formation pathologique.

Estimations prédictives

Les chances de survivre à une crise cardiaque massive sont relativement faibles. Selon les statistiques, environ 30% des patients décèdent avant l'arrivée d'une ambulance.

Un autre 30 à 40% ne vivent pas plus de 24 heures, l'issue mortelle se produit déjà à l'hôpital, en plein milieu des mesures de réanimation humaine. Les 20% restants souffrent de complications graves, l'activité vitale est limitée. C'est marcher sur le bord, tôt ou tard il y a un grand risque de tomber.

Les petites formes focales sont plus favorables, même si cela ne peut être dit que de manière conditionnelle: au cours de la première année après une crise cardiaque, jusqu'à 10% des patients meurent. Lors du calcul de la prévision, un groupe d'instants est pris en compte.

  • Aucune complication du ventricule gauche. C'est lui qui est responsable de la libération du sang dans un grand cercle, ce qui signifie la nutrition de tous les organes et systèmes, et du cœur lui-même..
  • Réponse qualitative à la thérapie en cours. Manque de dynamique négative.
  • Effectuer des mesures thérapeutiques dans les 1 à 2 heures à compter du début de l'urgence. Le plus tôt le mieux.
  • Jeune âge.
  • L'absence de pathologies prononcées dans l'anamnèse.

Les moments négatifs leur sont directement opposés:

  • Âge plus avancé (50 ans et plus).
  • La présence de diabète sucré, d'hypertension artérielle, d'éventuelles anomalies cardiaques, d'hyperthyroïdie, de processus oncologique.
  • Mauvaise histoire familiale. S'il y avait des antécédents de patients ayant eu une crise cardiaque, le pronostic de la vie se détériore fortement.
  • Maladies vasculaires. Y compris l'athérosclérose, passée ou actuelle.
  • Tabagisme, alcoolisme, mauvaises habitudes. De plus, l'utilisation de stupéfiants de façon continue ou de médicaments psychotropes (neuroleptiques, tranquillisants, antidépresseurs).
  • Œdème pulmonaire qui se développe à tout moment.
  • Insuffisance du ventricule gauche, une baisse de la contractilité myocardique, qui est directement confirmée par les résultats de l'ECG (s'il est possible de mener une telle étude).
  • Insuffisance cardiaque congestive.
  • La présence d'un déficit neurologique. Y compris le développement parallèle de l'AVC.
    Paradoxalement, selon certains rapports, la mortalité à long terme dans le petit infarctus focal est plus élevée que dans d'autres.

Réhabilitation

Il est réalisé pendant au moins six mois. La période de récupération précoce peut aller jusqu'à un mois. À ce stade, un traitement intensif constant avec des bêtabloquants, des antagonistes du calcium, des antiarythmiques (s'il n'y a pas de contre-indications), des nitrates organiques soulage la douleur.

La période tardive de rééducation après une crise cardiaque étendue implique de faire des exercices de physiothérapie légers, des restrictions alimentaires (minimum de graisses, glucides à digestion rapide, pas de friture, fumée, sel pas plus de 6-7 grammes par jour).

Des cardioprotecteurs (Mildronate), des complexes vitaminiques et minéraux peuvent également être prescrits. Médicaments magnésium, potassium.

Des restrictions à vie existent. Un minimum d'activité physique, de stress, de ne pas fumer, de boire de l'alcool, etc..

finalement

Une crise cardiaque peut entraîner des résultats mortels à court terme en quelques heures. C'est le moment le plus crucial.

Sur le long terme, il y a moins de décès, la condition est stable. Mais vous devez déjà faire face à des complications tardives. Nécrose cardiaque étendue reportée - la base d'une observation à vie par un cardiologue.

Pronostic d'infarctus du myocarde étendu

Symptômes et premiers signes

Les manifestations typiques de l'AMI comprennent:

  • la faiblesse;
  • douleur thoracique;
  • essoufflement;
  • le pouls est généralement accéléré, peut être irrégulier;
  • la pression artérielle peut augmenter puis baisser.

Certaines caractéristiques distinguent la douleur thoracique d'un état pré-infarctus des crises d'angine de poitrine ordinaire:

  • la douleur est très intense, dure 30 à 60 minutes;
  • donne une omoplate au cou, à l'épaule, à la mâchoire;
  • ne disparaît pas après avoir pris un comprimé de nitroglycérine.

Les signes atypiques de la maladie dans leurs symptômes ressemblent à d'autres maladies: asthme bronchique, crise de pancréatite aiguë, accident vasculaire cérébral. La douleur atypique est caractérisée par une douleur thoracique moins sévère.

Le diagnostic de l'AMI implique un examen instrumental:

  • ECG;
  • Échographie du cœur;
  • détermination des marqueurs de l'infarctus du myocarde dans le sang (troponine, troponine-1, CPK, AST, LDH);
  • analyse sanguine générale;
  • angiographie coronarienne.

Le MI expérimenté ne passe pas sans laisser de trace. Les cellules musculaires du cœur ne peuvent pas se multiplier. Le défaut tissulaire pendant la période de récupération est resserré par le tissu conjonctif qui n'est pas en mesure de remplir les fonctions du myocarde. Par conséquent, le cœur ne peut pas fonctionner à pleine puissance. Cependant, les conséquences d'une crise cardiaque massive peuvent être beaucoup plus graves. Il existe 6 groupes de complications (6):

  1. ischémique: échec de la reperfusion (échec de l'intervention coronarienne percutanée), angine de poitrine postinfarctus, infarctus à répétition;
  2. mécanique: arrêt cardiaque, choc cardiogénique, rupture myocardique, perturbation du système de conduction cardiaque (sinus, ganglions auriculo-ventriculaires);
  3. arythmies: ventriculaires, auriculaires;
  4. thrombose, embolie: vaisseaux cérébraux ou artères périphériques;
  5. inflammatoire: péricardite;
  6. psychologique: dépression.

Avec un infarctus du myocarde étendu, le pronostic est toujours mauvais. La qualité et l'espérance de vie d'une personne dépendront de l'état de santé général, de la rapidité et de l'exhaustivité des soins médicaux..

Facteurs affectant le pronostic (4).

Affecter favorablement les prévisionsAffecter négativement les prévisions
Assistance médicale rapideÂge avancé
Fonction ventriculaire gauche normaleDiabète
Traitement à court terme et à long terme avec de l'aspirine, des bêtabloquants, des inhibiteurs de l'ECAMaladie vasculaire antérieure
Rétablissement retardé ou infructueux de la circulation sanguine
Dysfonction ventriculaire gauche (indicateur le plus puissant de mauvais résultats)
Insuffisance cardiaque congestive
Dépression
Augmentation des niveaux de protéine C-réactive (facteur CRP)
Changements caractéristiques du cardiogramme

L'infarctus du myocarde récurrent présente les mêmes symptômes que l'attaque précédente. Son principal symptôme est une douleur intense dans la région du cœur ou du sternum. Ces sensations apparaissent généralement à la suite du stress, de l'exercice ou même au repos. Durée du syndrome douloureux de 15 minutes à plusieurs heures.

Le tableau clinique avec une deuxième crise sera plus prononcé. Les manifestations de complications s'ajoutent aux principaux symptômes. En cas d'œdème pulmonaire, une suffocation se produit et la peau devient bleuâtre. En cas d'insuffisance cardiaque et de choc cardiogénique, les indicateurs de pression artérielle diminuent fortement.

Parfois, une crise cardiaque répétée se déroule sans aucune manifestation. Le patient dans ce cas ne remarque que la faiblesse et le malaise. L'attaque peut être arythmique, asthmatique ou abdominale..

Si la crise cardiaque est sous une forme arythmique, il y a un rythme cardiaque fort, des interruptions et une atténuation du travail du cœur. Cela indique des battements prématurés ventriculaires, une fibrillation auriculaire, un bloc de branche et d'autres arythmies cardiaques..

Avec un infarctus abdominal, les douleurs abdominales, les nausées et les vomissements sont dérangeants.Par conséquent, les patients confondent souvent une crise avec des maladies de l'estomac et des intestins et ne vont pas chez le médecin à temps. Pour cette raison, la probabilité d'une prévision favorable est considérablement réduite..

De nombreuses personnes ignorent que des processus pathologiques se développent dans leur corps. Les maladies du système cardiovasculaire peuvent être latentes pendant une longue période. Une condition critique survient de manière inattendue et sans raison apparente. Si, à ce moment-là, ne donnez pas à la victime des soins médicaux immédiats, elle peut mourir..

L'infarctus du myocarde est un état pathologique du muscle cardiaque, dans lequel une partie de son tissu meurt. Crise cardiaque étendue accompagnée de lésions cardiaques à grande échelle.

La nécrose (nécrose) survient souvent dans le ventricule gauche, dans sa paroi antérieure. Cette partie de l'organe porte une charge fonctionnelle importante. C'est à partir de là que le sang est poussé sous une forte pression dans l'aorte. Chez certains patients, le processus pathologique s'étend au ventricule droit et chez 30% des patients, les oreillettes sont touchées.

En cas d'infarctus étendu, toutes les couches du muscle cardiaque sont touchées (épicarde, myocarde et endocarde). La zone de tissu mort peut mesurer jusqu'à 8 cm de large. La nécrose des cellules myocardiques est une conséquence d'un manque critique de nutriments et d'oxygène. Un manque de nutrition partiel ou complet résulte d'un trouble coronarien grave du flux sanguin.

Le plus souvent, l'apport sanguin au tissu cardiaque se détériore progressivement. Des dépôts de masses de protéines grasses apparaissent sur les parois des vaisseaux coronaires. Leur apparition est facilitée par la teneur élevée en cholestérol de basse densité dans le sang. Au fil du temps, le tissu conjonctif se développe dans les dépôts, formant des plaques athéroscléreuses.

Au fur et à mesure que la taille des plaques augmente, la lumière des vaisseaux devient de plus en plus étroite. Avec cette condition du système cardiovasculaire, toute influence externe (activité physique, stress, tabagisme ou forte augmentation de la pression artérielle) peut provoquer le détachement d'une partie de la plaque et des dommages aux parois des vaisseaux. Le tissu vasculaire blessé est restauré avec la formation d'un caillot sanguin.

Plus tard, les caillots sanguins augmentent en taille et remplissent la lumière du vaisseau. Parfois, ils peuvent atteindre 1 cm de longueur, bloquant complètement l'artère affectée et arrêtant l'approvisionnement en sang. La formation d'un thrombus s'accompagne de la libération de substances spéciales qui provoquent un vasospasme. Des spasmes peuvent survenir dans une petite zone d'une artère ou la recouvrir complètement.

Il y a plusieurs raisons pour le développement d'une condition pathologique:

  1. Diabète. La formation et l'augmentation des plaques athéroscléreuses se produisent plus intensément chez les personnes souffrant de diabète. Cette maladie est caractérisée par la fragilité des vaisseaux sanguins et des troubles métaboliques. Les plaques athéroscléreuses et les caillots sanguins sont plus susceptibles de se développer sur les parois des vaisseaux vulnérables..
  2. Maladie hypertonique. L'hypertension artérielle provoque l'épaississement des parois des vaisseaux sanguins. Ils deviennent denses et perdent leur élasticité. Pendant l'exercice, les vaisseaux modifiés ne peuvent pas fournir le besoin accru d'oxygène dans le cœur..
  3. Hérédité. La tendance à développer une hypertension, une athérosclérose et une thrombose peut être héréditaire.
  4. Sol. Les hommes ont 4 fois plus de crises cardiaques que les femmes.
  5. Âge. Les jeunes sont moins susceptibles de développer une athérosclérose et un infarctus du myocarde étendu.
  6. Tabagisme. Après l'inhalation de fumée de tabac, un rétrécissement brutal des vaisseaux sanguins se produit..
  7. Manque de mouvement. Chez les personnes ayant un mode de vie sédentaire, les parois des vaisseaux sanguins perdent leur élasticité.
  8. Obésité. Le surpoids exerce un stress supplémentaire sur le système cardiovasculaire
  9. L'abus d'alcool. L'alcool altère la fonction du foie, qui est responsable de la dégradation des graisses. En conséquence, la graisse s'accumule dans le sang et se dépose sur les parois des vaisseaux sanguins..
  10. Troubles des reins. En cas d'insuffisance rénale, l'échange de phosphore et de calcium est perturbé. En conséquence, le calcium se dépose sur les parois des vaisseaux sanguins et une thrombose se développe. De nombreuses personnes souffrant de reins ont eu des crises cardiaques massives.
  11. Stress. Un choc psycho-émotionnel sévère ou des situations stressantes fréquentes peuvent provoquer un rétrécissement critique de la lumière vasculaire.
  12. Hyperlipidémie. Un taux anormalement élevé de lipides et de lipoprotéines dans le sang est un facteur provoquant le développement d'un infarctus du myocarde étendu.
  13. Activité physique excessive. Une forte demande myocardique en oxygène, une élasticité insuffisante des vaisseaux sanguins et leurs spasmes peuvent entraîner le développement d'une crise cardiaque lors de sports intenses.
  14. Traumatisme ou chirurgie. Un rétrécissement pathologique de la lumière des vaisseaux coronaires peut résulter d'un traumatisme ou d'une intervention chirurgicale.

Les personnes qui savaient ce qu'était un infarctus du myocarde massif ont éprouvé de graves douleurs de pression et de brûlure dans la poitrine. Des sensations douloureuses peuvent également survenir dans la main gauche, dans le cou et les omoplates du côté gauche. Certaines personnes signalent une douleur inhabituelle à la poitrine ou au bras droit.

Lors d'une crise cardiaque, il y a une forte baisse de la pression artérielle et une perturbation du rythme du rythme cardiaque. Le pouls devient irrégulier ou rapide. Le patient «jette» une sueur froide. Il respire par intermittence, se sent faible et étourdi. La peau de la victime devient pâle ou bleuâtre. Il peut avoir des nausées, des vomissements ou une douleur aiguë à l'estomac. Le patient peut perdre connaissance.

Style de vie après

Une crise cardiaque répétée nécessite des premiers soins, ce qui permet parfois de sauver la vie du patient. Le patient doit être allongé et les boutons des vêtements déboutonnés. Il est important de fournir de l'air frais. Pour ce faire, il est recommandé d'ouvrir tous les évents. Donnez au patient un comprimé de nitroglycérine sous la langue et essayez de le calmer. Si vous avez sous la main des comprimés effervescents d'aspirine, dissolvez-les rapidement dans l'eau et donnez-les à la victime..

Si une personne a perdu connaissance et que le pouls est à peine palpable, un coup de poing dans le sternum est nécessaire. Une telle manipulation aidera à démarrer le cœur. Une ambulance doit être appelée immédiatement après le début d'une attaque. Retarder le temps peut coûter la vie à une personne. Si possible, il est recommandé d'injecter de la nitroglycérine par voie intraveineuse avec les compétences appropriées.

Dans l'unité de soins intensifs, le patient reçoit par voie intraveineuse des analgésiques narcotiques en association avec des neuroleptiques. Pour le traitement du ré-infarctus, des bêtabloquants, de la lidocaïne (pour se débarrasser des arythmies), de la magnésie et des anticoagulants sont utilisés. Dans les cas graves, une angioplastie est utilisée. Cette méthode d'intervention chirurgicale vous permet de restaurer la circulation sanguine dans l'artère touchée par un thrombus..

À ces fins, des cathéters spéciaux sont utilisés, qui se dilatent lorsqu'ils sont placés dans la lumière du vaisseau. Dans les cas particulièrement avancés, un pontage coronarien est effectué - une opération complexe qui consiste à remplacer l'artère affectée à l'aide d'un matériau artificiel qui aide à restaurer la circulation sanguine.

La question de savoir combien de crises cardiaques une personne peut souffrir ne peut être résolue avec certitude. Tout dépend de la taille et de la profondeur des lésions, du nombre de vaisseaux coronaires impliqués dans le processus pathologique. Une crise cardiaque massive en suffit souvent, car elle endommage de gros volumes du muscle cardiaque, ce qui change complètement le travail du cœur. Dans le cas de micro-infarctus, la situation est meilleure, une personne peut endurer deux ou trois.

Une crise cardiaque sévère est généralement observée chez les personnes à un jeune âge. Chez les patients plus âgés, la circulation collatérale s'améliore progressivement, dans laquelle le sang contourne la zone touchée.

Après avoir subi une crise, la probabilité d'une rechute est élevée. Vous pouvez vous protéger avec de l'acide acétylsalicylique, des statines, des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine et des bêtabloquants.

Il y a des moments où une personne meurt après la première attaque. Trois crises cardiaques ou plus peuvent être transférées par ceux qui ont une petite zone de lésion. Cela ne fera que réduire les performances du muscle cardiaque, mais ne nuira pas aux capacités contractiles du cœur. Mais dans ce cas, il est important de se rappeler que chaque attaque répétée augmente le risque de décès, car la quantité de tissu nécrotique augmente.

Pour éviter l'angine de poitrine postinfarctus et les crises répétées, vous devez suivre toutes les instructions du médecin:

  • constamment tout au long de la vie, prenez des bêtabloquants, des antiagrégants plaquettaires et des statines;
  • faire des changements dans le mode de vie habituel. Il est important d'abandonner les mauvaises habitudes, de bien manger, d'éliminer le stress et l'activité physique;
  • dans la période aiguë pendant une semaine, observez le repos au lit. Après cela, vous pouvez progressivement commencer à vous engager dans des exercices de physiothérapie. Les exercices sont sélectionnés par le médecin en tenant compte de l'état du patient;
  • après la sortie, surveillez le niveau d'activité physique. Il est important de marcher lentement à l'air frais. Vous devez le faire tous les jours;
  • dans la période de récupération, il est conseillé de visiter le sanatorium;
  • la restauration de la capacité de travail ou l'affectation d'un groupe handicap est effectuée par la commission d'experts cliniques, en fonction du degré de troubles circulatoires.

Avec une deuxième attaque, ils peuvent délivrer un congé de maladie de 120 jours. Si des opérations ont été effectuées, l'invalidité temporaire est prolongée à 12 mois.

Il est possible de mener une vie normale avec un tel diagnostic, à condition que toutes les prescriptions du médecin soient respectées..

De nombreux patients ayant subi une crise cardiaque, ainsi que leurs proches, posent une question au médecin: combien d'années est-il possible de vivre après une telle crise? Mais il est difficile de donner une réponse exacte, il y a de nombreuses raisons à cela. Le premier aspect important est l'âge. Les personnes âgées ont moins de chances de survivre jusqu'à 10 ans après une crise cardiaque, car elle est souvent accompagnée d'autres maladies. Les jeunes ont de meilleures chances. Il y a d'autres points importants, ils doivent également être pris en compte..

Le deuxième aspect, qui est directement lié à la durée des années - les types de complications après une crise cardiaque. Ils sont divisés en début et en retard. Si la lésion est petite, il y aura moins de complications..

  1. Œdème pulmonaire.
  2. Insuffisance cardiaque.
  3. Insuffisance cardiaque aiguë.
  4. Thrombose.

Le plus souvent, la maladie capture le ventricule gauche du cœur, par conséquent, l'échec se manifeste dans ce service. Son symptôme caractéristique est des problèmes respiratoires. Les formes de troubles du rythme cardiaque sont également dangereuses. Les médecins disent que les complications à long terme ne sont pas aussi dangereuses pour la santé que les complications aiguës, mais elles apparaissent beaucoup plus souvent..

La cardiosclérose est une maladie courante dans tous les cœurs et affecte directement l'espérance de vie après une crise. Cette condition est associée à la rapidité avec laquelle la cicatrice cardiaque guérit, avec une forme diffuse, les déviations de l'activité du muscle cardiaque commencent.

Ainsi, la possibilité maximale de vivre après une crise cardiaque pendant de longues années reste chez les patients dont la santé n'est pas compliquée par d'autres maladies et des conséquences désagréables. Si vous suivez les recommandations lors de la récupération, il est tout à fait possible de réduire considérablement le risque.

Une procédure telle que le stenting, lorsque les parois des artères sont débarrassées des plaques athéroscléreuses, prolonge également la vie des crises cardiaques. La circulation sanguine est rétablie, le cœur continue de fonctionner sans surmenage.

Il est difficile de donner un chiffre exact pendant combien d'années ils vivent après une crise cardiaque, car les caractéristiques personnelles et caractéristiques du corps, la gravité de la maladie, l'hérédité sont également prises en compte..

Il aide le corps à rebondir, à vivre un menu compétent pendant plusieurs années et à renoncer à l'alcool et aux cigarettes. Vous devez également faire régulièrement des exercices spéciaux, contribuer à la restauration de la natation, de la marche. Mais toute activité physique n'est que sur recommandation d'un spécialiste.

Les chances après une crise cardiaque sont difficiles à prédire, tout dépend de l'anxiété d'une personne au sujet de sa santé. Il est très important de subir un diagnostic à temps, de consulter des spécialistes. Si la maladie est reconnue à un stade précoce, les chances de guérison rapide et sans conséquences chez un tel patient sont beaucoup plus grandes..

Niveau d'éducation - Spécialiste

GOU "Institut de formation avancée des médecins" du Ministère de la santé et du développement social de Tchouvachie

Selon la recherche médicale, l'espérance de vie après une crise cardiaque subie par une personne dépend du moment de la rééducation et de sa qualité. Si le patient a pu survivre le premier mois, la chance de vivre une autre année augmente à 85%, les cinq prochaines années - 70%. Au cours des dix prochaines années, le corps d'une personne qui a subi un infarctus du myocarde étendu récupère tellement que son cœur n'est pas très différent de l'organe d'une personne en bonne santé. Examinons de plus près l'infarctus du myocarde - combien de personnes en vivent après, et aussi ce qui doit être fait pour que le corps n'échoue pas à l'avenir.

Les médecins peuvent faire des prévisions pour la vie future à partir de l'anamnèse existante. Malheureusement, nous ne pouvons pas nommer les dates exactes de la vie. Les données statistiques ne donneront pas d'informations fiables sur la durée de vie des personnes après une crise cardiaque massive, car l'échantillon est toujours de nature purement individuelle - âge, sexe, maladies antérieures, antécédents, méthode de traitement, hérédité, etc. Malgré cela, nous pouvons nommer des facteurs qui non seulement prolongeront la vie, mais amélioreront également sa qualité..

Les premiers mois après une crise cardiaque sont les plus dangereux, la période de rééducation doit donc être sous la surveillance constante d'un médecin. L'évolution exacte de la rééducation doit être déterminée par le médecin traitant et dépend directement de la gravité de l'état du patient et d'autres données. Dans certains cas, la rééducation à domicile est possible dès le premier mois après la maladie, dans d'autres, il est recommandé qu'une personne soit sous surveillance médicale constante pendant un certain temps..

Cela comprend non seulement d'arrêter de fumer et de boire de l'alcool, mais aussi de contrôler votre propre alimentation. L'excès de poids est un facteur provoquant qui peut provoquer une rechute. Par conséquent, pendant tout le temps après une crise cardiaque, il est recommandé de refuser une consommation excessive d'aliments trop gras et lourds, de café et d'autres boissons qui affectent le fonctionnement du système nerveux et cardiovasculaire..

Régime spécial

La recommandation générale est de manger plus de légumes, de fruits et d'autres aliments contenant de grandes quantités de micro et macro éléments. Il est recommandé de consommer des aliments riches en antioxydants - ils inhibent les processus oxydatifs dans le corps et ont également un effet bénéfique sur la récupération du corps après une maladie..

Exercice physique

Une activité physique excessive est strictement interdite, car le muscle cardiaque dans les premiers mois (et même les années) n'a pas les ressources qu'il avait avant la crise cardiaque. En même temps, une activité physique modérée à constante aura un effet bénéfique. L'absence complète affaiblira le corps et conduira au fait que même des charges mineures à l'avenir peuvent être fatales pour le cœur. Le mode d'activité physique, l'exercice et les sports acceptables (que ce soit la marche nordique ou la natation) sont déterminés uniquement par le médecin traitant.

Si l'activité physique ne peut être utilisée que sur ordonnance d'un médecin et seulement après une période post-infarctus significative, il est alors nécessaire d'utiliser dans les prochains mois des exercices thérapeutiques et prophylactiques spéciaux qui accéléreront la période de rééducation et restaureront la capacité de travail d'une personne. De nombreuses méthodes peuvent être utilisées pour les établissements de santé - la méthode Propastin, la méthode Muravov, etc..

  • rupture du tissu musculaire;
  • le développement de l'insuffisance cardiaque chronique;
  • péricardite;
  • choc cardiogénique;
  • régurgitation mitrale;
  • thromboembolie;
  • Syndrome de Dressler;
  • perturbations du rythme cardiaque;
  • anévrisme;
  • œdème pulmonaire.
  1. Dommages à la paroi postérieure du myocarde. L'attaque s'étend le long de la paroi jusqu'aux ventricules cardiaques, couvrant une grande partie du muscle. Les signes de ce type de crise cardiaque sont faibles, dans certains cas, il n'y a même pas de douleur..
  2. Pathologie de la paroi antérieure du muscle cardiaque. Cette forme est caractérisée par une occlusion du tronc principal de l'artère coronaire à gauche (ou de sa branche). Une telle crise cardiaque provoque des rythmes cardiaques irréguliers, une tachycardie ventriculaire ou une extrasystole. La mort par infarctus de la paroi myocardique antérieure est enregistrée 4 fois plus souvent qu'avec une pathologie de la paroi postérieure.
  • bloc cardiaque;
  • œdème pulmonaire (insuffisance cardiaque aiguë);
  • la formation de caillots sanguins;
  • crises cardiaques récurrentes;
  • péricardite;
  • il existe un risque de troubles mentaux;
  • troubles de la circulation sanguine dans le cerveau;
  • dysfonctionnements du système digestif;
  • peine d'amour;
  • défaillance des organes internes;
  • une paralysie des membres peut survenir.

Qu'est-ce qui constitue un infarctus du myocarde massif

Une deuxième attaque est dangereuse avec la probabilité de complications. Après cela, il y a souvent:

  1. Insuffisance cardiaque aiguë.
  2. Œdème pulmonaire.
  3. Choc cardiogénique.
  4. Troubles du rythme cardiaque.
  5. Rupture de l'anévrisme ventriculaire gauche.

Vous pouvez éviter le développement de telles conditions si vous consultez un médecin à temps si vous avez mal au cœur, utilisez constamment des médicaments prescrits et subissez régulièrement un cardiogramme.

Le pronostic de la ré-infarctus dépend de la taille de la lésion. Avec une petite nécrose focale, le pronostic est plus favorable qu'avec un infarctus étendu. Dans ce dernier cas, des complications se développent souvent, entraînant la mort du patient..

Avec de grandes lésions focales, 20% des patients meurent dans les deux semaines. Les hommes de plus de 60 ans meurent dans 15% des cas et les femmes de plus de 70 ans dans 20%.

Dans la période postinfarctus, la cicatrice formée devient plus dense, le muscle cardiaque s'adapte à de nouvelles conditions et développe des mécanismes compensatoires. Il aide les personnes touchées à survivre après une crise cardiaque massive..

Le patient peut parfois avoir un essoufflement et des troubles du rythme cardiaque. La période postinfarctus dure jusqu'à six mois.

Dans la période postinfarctus, des complications de la maladie peuvent apparaître..

La mort des tissus du ventricule peut provoquer la rupture de ses parois. Lors d'une crise, dans certains cas, le fonctionnement de la valve mitrale est perturbé (régurgitation). Les modifications de la conductance des impulsions cardiaques provoquent l'apparition de divers types d'arythmies. La paralysie des extrémités peut être une complication d'un infarctus du myocarde étendu.

Le dysfonctionnement des organes résulte d'un traitement médicamenteux administré à la victime lors des mesures de réanimation. Un dysfonctionnement respiratoire peut survenir en raison de l'utilisation d'analgésiques narcotiques. Après l'introduction de la streptokinase, une hypotension artérielle se développe souvent. Le patient peut avoir des complications auto-immunes.

Il est conseillé aux personnes en surpoids de réduire la teneur en calories de leurs repas. Ils doivent renoncer aux bonbons et aux produits à base de farine, en donnant la préférence aux légumes et aux fruits. Leur vie dépend de la normalisation du poids.

Les efforts physiques excessifs et les situations stressantes doivent être évités. S'ils sont liés au travail, vous devriez penser à changer de profession et à choisir une profession plus calme..

Le traitement médicamenteux pendant la période postinfarctus vise à normaliser la pression artérielle, à restaurer le rythme cardiaque, à éliminer l'insuffisance cardiovasculaire et à traiter les maladies concomitantes.

Il est souhaitable que la rééducation après une crise cardiaque soit effectuée dans un environnement de sanatorium-resort sous la supervision de médecins.

Sous un concept tel qu'un infarctus massif, nous entendons des changements irréversibles sévères dans le muscle du cœur - ischémie transmurale aiguë ou une zone peu profonde mais étendue capturée par des changements pathologiques. Le plus souvent, le ventricule gauche souffre, un peu moins souvent - le septum et le cœur droit.

  • troubles du rythme (blocage, rythme cardiaque fréquent, extrasystole, bradycardie, asystole);
  • le développement de l'insuffisance cardiaque;
  • choc cardiogénique;
  • anévrisme aigu de la paroi;
  • rupture myocardique;
  • tamponnade;
  • thromboembolie;
  • péricardite aseptique.

Après la 3ème semaine à compter de l'apparition de la maladie, des complications tardives se développent:

  • Syndrome de Dressler (péricardite, pleurésie, pneumopathie);
  • anévrisme chronique et insuffisance cardiaque;
  • insuffisance de la valve mitrale;
  • coma et mort subite.

Dans le même temps, l'espérance de vie dépend de la présence de facteurs et de maladies qui altèrent la circulation coronarienne et augmentent la charge sur le cœur:

  • Diabète;
  • hypertension;
  • obésité;
  • âge avancé;
  • fumeur;
  • l'athérosclérose et le cholestérol à haute densité faible;
  • tendance héréditaire aux maladies cardiovasculaires.

Les statistiques montrent que chez les hommes en âge de travailler, les décès dus à une crise cardiaque massive surviennent 7 à 8 fois plus souvent que chez les femmes, mais après 50 ans, cet indicateur se stabilise.

Sinon, le tissu conjonctif ne permet pas à cette partie du myocarde de se contracter complètement, divers troubles de la conduction se développent et le débit cardiaque en souffre. En conséquence, une insuffisance cardiaque se développe, les organes souffrent d'un manque d'oxygène, ce qui affecte négativement le travail de tout l'organisme..

En cours de réhabilitation, les fonctions de la zone affectée seront reprises par les zones voisines. Cela nécessite un certain temps, le respect des étapes de la rééducation, la continuité du traitement prescrit et une augmentation progressive de l'activité physique sous la stricte surveillance d'un spécialiste de santé..

  • Anévrisme cardiaque - un amincissement et un renflement de la paroi du cœur sous la forme d'un sac qui entraîne une diminution du débit cardiaque et une progression de l'insuffisance cardiaque.
  • Des complications thromboemboliques peuvent se développer en raison du non-respect du régime d'activité physique ou des écarts par rapport au plan de traitement, qui comprend toujours des médicaments qui affectent la coagulation sanguine.
  • L'insuffisance cardiaque chronique se développe en raison d'une fonction contractile altérée du ventricule gauche. Manifesté par un œdème des membres inférieurs, un essoufflement à l'effort, etc..

Le risque de telles complications persiste tout au long de la première année après l'infarctus du myocarde 1. Après un an, la probabilité de complications est moindre si le patient adhère au traitement prescrit et est régulièrement suivi par un cardiologue 1.

Le risque de décès le plus élevé survient au cours de la première année de vie après un infarctus du myocarde (jusqu'à 32%). Les principales raisons: crise cardiaque répétée - 37%, cardiopathie ischémique chronique - 21%, mort cardiaque subite, embolie pulmonaire et accident vasculaire cérébral aigu (AVC) 5.

La durée de vie diffère également selon les médicaments que les patients prennent après un infarctus du myocarde. Il a été démontré que les bêta-bloquants réduisent la mortalité de 61% (chez ceux qui ne les prennent pas) à 24% sur 5 ans 3.

  • Aider le corps à se remettre d'un infarctus du myocarde / chirurgie cardiaque, s'adapter au stress habituel.
  • Restaurez les performances et la qualité de vie.
  • Réduire le risque de complications, de crises cardiaques répétées.
  1. 1 stationnaire. Réalisé dans une unité de soins intensifs ou une unité de soins intensifs, puis dans un service de cardiologie spécialisé ou dans un centre vasculaire.
  2. 2 Centre de rééducation ou sanatorium. Dure jusqu'à 28 jours après une crise cardiaque dans le service de rééducation et dans le sanatorium cardiologique.
  3. 3 ambulatoire. Observation en polyclinique pendant 12 mois par un cardiologue, un rééducateur et un moniteur de kinésithérapie. Continue tout seul à la maison.

La base de la rééducation est l'activité physique, qui augmente progressivement sous la supervision de spécialistes. Ainsi, si le premier jour, on montre au patient un repos au lit strict, avec le temps, il se développe avec la possibilité de s'asseoir dans son lit plusieurs fois par jour, de marcher dans le service et le couloir. Après 8 à 18 jours, selon la gravité de l'infarctus du myocarde, le patient est déjà capable de marcher jusqu'à 3 km à faible vitesse et de faire de l'exercice sur un vélo stationnaire 7.

Le programme de réadaptation physique est développé individuellement. Possible sous forme de programme accéléré (7 à 10 jours) pour les patients à faible risque et de programme prolongé pour ceux à haut risque de complications. A chaque étape, l'état du patient est suivi et évalué selon différents critères, dont des stress tests 7.

La particularité de cette maladie est que le caillot sanguin qui obstrue l'artère sanguine est au tout début. Cela conduit au fait que l'approvisionnement en sang est interrompu dans une plus grande zone du muscle..

Les statistiques concernant le pronostic du traitement des crises cardiaques sont moyennes. Cela est dû au fait que la plupart des patients n'ont pas le temps de recevoir une aide médicale qualifiée et meurent d'une pathologie en développement rapide. Les prévisions approximatives ressemblent à ceci:

  1. Avec une forme étendue de pathologie, environ 50% des personnes peuvent survivre.
  2. Plus de 10% des patients décèdent après environ un an des complications d'un infarctus du myocarde.

Les premières recommandations des médecins sont de protéger le patient d'un stress sévère. Peur, joie, peur - toute secousse peut être fatale pour le corps, même avec des prévisions positives. Si de tels chocs nerveux se sont produits souvent plus tôt, et qu'ils promettent de l'être dans le futur, il est problématique de parler de la longue espérance de vie du patient. Mais dans leurs évaluations, les médecins prennent également en compte les formes de la maladie..

Après une microinfarctus

Il survient le plus souvent chez les hommes, à partir de 30 ans, les femmes durent plus longtemps. De plus, ils prêtent rarement attention aux symptômes de la maladie, attribuant un malaise général ou une fatigue. Pendant ce temps, les conséquences d'une microinfarctus ne sont pas moins dangereuses, car la prochaine étape peut déjà être une crise cardiaque..

  • douleur thoracique irradiant vers le bras gauche;
  • essoufflement, essoufflement;
  • la nausée;
  • troubles du rythme cardiaque.

Avec un traitement approprié, vous pouvez vraiment récupérer et vivre plus d'un an. Le patient ne ressent pas de fortes restrictions après une microinfarctus, seuls les efforts physiques forts et le stress sont interdits.

Après une crise cardiaque

Après une crise cardiaque, il est beaucoup plus problématique de récupérer, car une partie du tissu cardiaque meurt. Avec une attaque étendue, la plupart des organes souffrent, ce qui affecte l'état général du patient. Selon les statistiques, le processus de destruction dans la plupart des crises cardiaques est observé dans le ventricule droit. Si la nécrose mesure jusqu'à 10 cm de large, la circulation sanguine dans l'artère coronaire est gravement altérée.

Les statistiques de vie après une crise cardiaque sont très tristes. Ce n'est que si l'aide a été fournie avec compétence et à un niveau élevé que nous pouvons parler de bonnes chances. Si une personne a vécu pendant 10 ans après une attaque, son espérance de vie est assimilée à une bonne santé..

Espérance de vie après un infarctus du myocarde

Le nombre d'infarctus du myocarde subis est un indicateur individuel pour chaque patient. Cela dépend souvent du nombre de maladies coronariennes. Avec une pathologie étendue, pas plus de 2 crises sont subies, mais il existe des exceptions à la règle. Il est plus difficile pour les jeunes patients de faire face aux conséquences de la maladie, pour les personnes âgées, c'est un peu plus facile.

Une mortalité élevée après une crise cardiaque est souvent due à une rechute de la maladie - dans 60% des cas, il s'agit d'une crise cardiaque répétée qui entraîne la mort d'une personne. C’est pourquoi nous jugeons nécessaire d’examiner brièvement la question de savoir pourquoi un tel phénomène est possible et s’il est possible de vivre sans en avoir peur à l’avenir..

Il est impossible de prédire avec une précision de 100% si la maladie se reproduira. De nombreuses personnes, après avoir subi une crise cardiaque, mènent un mode de vie correct, respectant les prescriptions du médecin, mais la maladie réapparaît, tandis que d'autres reviennent à leur mode de vie antérieur, mais la maladie ne se fait plus sentir. Les médecins identifient les facteurs suivants qui peuvent affecter à la fois la rechute et l'espérance de vie humaine:

  • La nature de la pathologie. Avec une crise cardiaque, l'intégrité du muscle cardiaque est violée. Ce processus est différent pour toutes les personnes - certains ont une grande cicatrice, d'autres ont plusieurs cicatrices.
  • Dans 80% des cas, la récidive et la récidive d'une crise cardiaque surviennent à la suite d'une athérosclérose et de plaques d'athérosclérose en plaques, dont les dépôts chevauchent la lumière des artères coronaires.
  • Sexe masculin. Les hommes sont plus susceptibles de souffrir de maladies cardiovasculaires (y compris du phénomène considéré), ce qui est dû au manque d'une grande quantité d'œstrogènes dans le corps. Ces statistiques sont correctes jusqu'à 70 ans - plus tard, l'incidence chez les hommes et les femmes est la même.
  • L'obésité et le diabète sucré, qui exercent un stress supplémentaire sur le système cardiovasculaire.
  • Hypertension artérielle, qui altère la contractilité du muscle cardiaque.
  • Stress d'origine psychogène.
  • Mauvaises habitudes.
  • Activité physique excessive pendant la période de rééducation et faible observance (non-respect des règles et instructions de traitement).

La durée de vie d'une personne après une maladie dépend en grande partie du dernier point - le respect des prescriptions, du régime et des règles de traitement.

Avant l'arrivée des soins médicaux d'urgence, l'état du patient peut être quelque peu soulagé. Pour cela, les mesures suivantes sont prises:

  • Le patient doit être placé en position semi-assise avec les jambes légèrement pliées au niveau des genoux, détendre le col, nouer, retirer les vêtements serrés;
  • Mettez un comprimé de nitroglycérine sous la langue;
  • Donnez un comprimé d'aspirine à mâcher;
  • Fournir de l'air frais dans la pièce.

Les premiers secours comprennent le diagnostic urgent à l'aide d'un ECG, le transport rapide du patient à l'unité de soins intensifs, accompagné de mesures d'urgence adéquates.

Symptômes et premiers signes

  • préinfarctus
  • le plus net
  • aigu
  • subaigu
  • postinfarctus

Les symptômes suivants sont caractéristiques de la période de préinfarctus:

  • Douleur thoracique prolongée de haute intensité, qui n'est pas soulagée par la prise de nitroglycérine;
  • Dyspnée;
  • Transpiration;
  • Arythmie;
  • La nausée;
  • Intolérance à toute activité physique, la plus insignifiante;
  • L'ECG montre des signes de violation de l'apport sanguin au myocarde.

La période la plus aiguë dure d'une heure et demie à deux heures. Pendant ce temps, le patient expérimente:

  • Une douleur intense de localisation rétrosternale, qui peut être ressentie à la fois à gauche et à droite du sternum, couvre la partie antérieure de la poitrine, la donne à l'omoplate, à la mâchoire inférieure, au cou, au bras gauche;
  • Peur de la mort, anxiété, apathie, hallucinations.

Dans la période subaiguë, les sensations de douleur diminuent quelque peu, dans la période postinfarctus, il peut y avoir des crises de douleur et d'angine de poitrine.

Dans certains cas, des symptômes atypiques de cette maladie peuvent apparaître:

  • Forme gastrique - caractérisée par des douleurs dans la région épigastrique, des nausées et des vomissements.
  • Forme asthmatique - le patient éprouve des épisodes d'étouffement, de toux, couvert de sueur froide.
  • Forme œdémateuse - un essoufflement apparaît, un syndrome œdémateux.
  • Forme cérébrale - accompagnée de symptômes d'ischémie cérébrale due à l'athérosclérose des artères qui irriguent le cerveau.
  • Forme effacée et asymptomatique.

Les symptômes de la maladie avec une telle déviation sont typiques d'une crise cardiaque. Le patient se plaint d'une compression et d'une sensation de brûlure derrière le sternum, un essoufflement, des troubles du rythme et des pics de pression apparaissent. Mais avec une crise cardiaque massive, j'ai presque toujours observé des symptômes cliniques sévères. Et les tests de laboratoire des marqueurs (ALT, AST, troponines, myoglobine et CPK) seront significativement plus élevés qu'avec une lésion mineure.

Dans la figure ci-jointe, vous pouvez voir un exemple de la défaite d'une grande zone du cœur lorsque l'artère est bloquée par un thrombus dans la zone de la plaque athéroscléreuse..

La photo ci-dessous montre une coupe anatomique du myocarde d'un patient décédé des suites d'un infarctus transmural étendu. Les changements nécrotiques y sont clairement visibles..

Conseils spécialisés

À tous mes patients qui ont subi une crise cardiaque massive, je recommande de reconsidérer leur alimentation, de renoncer aux aliments épicés et salés, aux aliments frits et gras. Pendant la période de rééducation, vous devez effectuer des exercices physiques, qui sont montrés par un spécialiste de la thérapie par l'exercice. Il est également nécessaire de surveiller votre poids, d'arrêter de boire de l'alcool et de fumer.

Cas de la pratique

Un patient de 62 ans a été admis à l'hôpital avec des plaintes de douleur insupportable derrière le sternum, irradiant vers le bras gauche et la mâchoire inférieure. La conscience était confuse, il était difficile de répondre aux questions. Après avoir pris le cardiogramme, un infarctus aigu du myocarde étendu de la paroi antérieure du ventricule gauche a été déterminé. Immédiatement, des mesures de réanimation cardiaque ont été prises, des médicaments contenant de l'acide acétylsalicylique, des nitrates, une oxygénothérapie, l'introduction d'héparine dans un compte-gouttes ont été utilisés.

Grâce à une assistance rapide, l'état du patient s'est amélioré au bout de trois semaines, il a été renvoyé pour un traitement supplémentaire à la clinique de son lieu de résidence. Une activité physique dosée sous contrôle ECG, une médication continue, un régime avec peu de sel et d'aliments gras sont recommandés.

Pour préparer le matériel, les sources d'information suivantes ont été utilisées.