Syndrome hypertensif-hydrocéphalique chez l'enfant et l'adulte

Spasme

Le syndrome hydrocéphalique de la petite enfance se manifeste par un certain nombre de symptômes neurologiques caractéristiques - une augmentation du diamètre du crâne, une saillie de la fontanelle et une divergence des sutures du crâne. Contrairement à la véritable hydrocéphalie, le syndrome est une combinaison de plusieurs signes typiques de cette maladie..

Définition

Le syndrome hydrocéphalique est un complexe de symptômes qui survient souvent en raison de pathologies périnatales, ce qui explique la prévalence chez les nouveau-nés. La condition est en corrélation avec une altération de l'écoulement et de la circulation du liquide céphalo-rachidien.

Les statistiques montrent que les lésions du système nerveux central chez les enfants de 1 an sont détectées avec une fréquence de 715 cas pour 1 000 nouveau-nés. La crise hypertensive-hydrocéphalique est une violation de la dynamique du LCR, se déroulant sous une forme aiguë. Accompagné d'un trouble de la conscience, du développement de la stupeur, du coma.

Causes et pathogenèse

Les principales causes du syndrome hypertensif-hydrocéphalique diagnostiqué chez le nouveau-né sont associées à des pathologies périnatales, en particulier à l'hypoxie (manque d'oxygène) du fœtus pendant la période intra-utérine et intra-partum (naissance). Un autre facteur décisif qui provoque des perturbations dans le travail du système nerveux central est le traumatisme mécanique à la naissance, qui, à un degré ou à un autre, est associé à une hypoxie. Influencer les facteurs étiologiques:

  • Maladies infectieuses portées par la mère pendant la gestation.
  • Intoxication (chronique, aiguë).
  • Prédisposition héréditaire.

Le syndrome hypertensif-hydrocéphalique chez les nouveau-nés est un complexe de symptômes qui apparaissent souvent en raison de l'hypoxie fœtale, qui survient dans le contexte de complications de la grossesse. L'hypoxie se développe souvent à la suite de la toxicose d'une femme enceinte. La toxicose, à son tour, est en corrélation avec des pathologies extragénitales (non gynécologiques) - cardiovasculaires, endocriniennes, gastro-intestinales.

La carence en oxygène du fœtus affecte la formation du système nerveux central. Dans la pathogenèse de l'apparition du syndrome hydrocéphalique chez un enfant, il existe des troubles tels qu'un ralentissement de la croissance des petites artères et des capillaires dans le système circulatoire du cerveau, ainsi qu'une augmentation de la perméabilité des parois vasculaires.

En raison de mécanismes pathologiques négligés, la perméabilité des membranes des cellules nerveuses augmente, une acidose métabolique se développe (un déplacement de l'équilibre acido-basique vers une augmentation de l'acidité). Dans le contexte de modifications de l'équilibre acido-basique, des processus ischémiques dans les tissus cérébraux et une acidose intracellulaire se développent..

L'asphyxie intranatale (pendant l'accouchement) est souvent impliquée dans la pathogenèse, qui, associée à l'hypoxie périnatale, aggrave l'évolution des processus pathologiques et accentue les manifestations du syndrome hypertensif-hydrocéphalique. En conséquence, des réactions compensatoires se développent, y compris l'accélération du processus de glycolyse anaérobie (sans oxygène) (dégradation du glucose, son oxydation en lactate).

L'hypoxie conduit au développement de troubles métaboliques qui provoquent une violation de la microcirculation sanguine et provoquent des lésions au niveau des tissus - infarctus cérébral hémorragique, lésions ischémiques, suivies d'une modification de la structure morphologique de la moelle blanche. Une lésion de la substance blanche du cerveau, connue sous le nom de leucomalacie, est la principale cause de paralysie cérébrale (paralysie cérébrale qui survient dans l'enfance).

Le syndrome hydrocéphalique chez un enfant est un complexe de symptômes qui surviennent à la suite de processus hypoxiques-ischémiques se produisant dans le cerveau du fœtus, associés à l'immaturité et à l'inadaptation du nourrisson (tendance à subir des dommages mécaniques). Les mécanismes d'oxydation des lipides et de libération de radicaux libres sont impliqués dans la pathogenèse, ce qui entraîne des dommages aux membranes neuronales.

Les causes du syndrome hydrocéphalique sont associées au blocage des canaux calciques et aux dommages mitochondriaux. L'effet nocif complexe de ces facteurs entraîne un résultat instantané sous forme de nécrose neuronale (mort des cellules nerveuses) et un effet retardé sous forme d'apoptose (mort neuronale retardée). En cas d'apoptose, il reste une fenêtre thérapeutique - une période pendant laquelle un médecin, ayant prescrit un traitement adéquat, peut empêcher la mort des cellules nerveuses.

Symptômes

Le principal symptôme du syndrome hydrocéphalique chez les enfants de moins d'un an est une augmentation mensuelle des indicateurs de diamètre du crâne. Habituellement, cet indicateur chez les nourrissons nés à terme atteints de HGS augmente de plus de 1 cm au cours du mois, chez les prématurés - de plus de 2 cm au cours du mois. Autres manifestations du syndrome hydrocéphalique chez un enfant de moins d'un an:

  1. Divergence des sutures crâniennes.
  2. Gonflement, gonflement de la fontanelle.
  3. Symptôme de Graefe (après stimulation vestibulaire, notamment, changement de la position spatiale de la tête, une bande blanche de la sclérotique est clairement visible chez l'enfant, située entre la paupière supérieure et l'iris de l'œil).
  4. Régurgitations fréquentes qui se produisent indépendamment de la prise alimentaire.
  5. Agitation psychomotrice (activité motrice excessive en réaction à des stimuli externes).
  6. Renforcement des réflexes tendineux avec l'expansion des zones réflexogènes (la zone de localisation des récepteurs, dont l'irritation conduit à des réactions spécifiques des parties du corps).
  7. Trouble du sommeil (difficulté à s'endormir, sommeil superficiel et agité, réveils fréquents).

Les manifestations du syndrome d'hydrocéphalie chez les enfants de moins d'un an comprennent l'expansion, la protrusion de veines superficielles sur la peau du front et du cuir chevelu. Lorsque la position de la tête change, des crises de vomissements sont possibles. L'augmentation des indicateurs de diamètre de la tête peut atteindre 3-4 cm par mois.

Le syndrome hydrocéphalique chez les nourrissons se manifeste par un dysfonctionnement visuel et moteur - strabisme de type convergent et divergeant, nystagmus (mouvements oscillatoires fréquents des globes oculaires), exophtalmie (gonflement du globe oculaire, déplacement vers l'avant), diminution ou augmentation du tonus des muscles des jambes, des bras, du cou, du dos et autres sections du tronc. Troubles du mouvement caractéristiques du syndrome hypertensif chez les nourrissons:

  1. Hypotension musculaire (diminution du tonus musculaire squelettique).
  2. Renforcement des réflexes (tendineux, périosté).
  3. Synkinésie (activité motrice supplémentaire, involontaire, joignant des mouvements intentionnels et automatiques).
  4. Clonus musculaire (crises cloniques - mouvements rapides et rythmiques provoqués par la contraction involontaire d'un groupe musculaire).

La diminution du tonus musculaire chez certains enfants se transforme progressivement en hypertension (augmentation du tonus) des muscles des membres, du cou et d'autres parties du corps. Habituellement, les anomalies impliquent les muscles extenseurs. Les principaux symptômes sont complétés par une légère expansion des espaces contenant de l'alcool, une pulsation accrue dans la zone des artères cérébrales principales, une expansion de la cavité veineuse et un rétrécissement de la lumière des artères passant dans le fond (détecté lors de l'ophtalmoscopie).

Le syndrome hydrocéphalique, qui se développe dans le contexte de lésions ischémiques de la substance cérébrale, est souvent associé à une microcéphalie (diminution du volume de la substance cérébrale). La combinaison de syndromes hydrocéphaliques et microcéphaliques est due à une atrophie (déplétion) du tissu cérébral, principalement dans la région des lobes frontaux et temporaux. Les principales manifestations de la pathologie: retard prononcé du développement mental et moteur, premiers signes de paralysie cérébrale.

Caractéristiques du cours chez les adultes

Le syndrome hydrocéphalique est un complexe de symptômes qui apparaît à la suite de maladies antérieures du système nerveux central, causées par des lésions du tissu nerveux. Causes courantes de HGS chez les adultes:

  • Maladies infectieuses passées du système nerveux (encéphalite, méningite).
  • Interventions neurochirurgicales.
  • Traumatisme crâne.
  • Troubles de la circulation sanguine cérébrale sous forme aiguë.
  • Hémorragie sous-arachnoïdienne.
  • Encéphalopathie, y compris toxique et alcoolique.

Les signes du syndrome hydrocéphalique chez les adultes comprennent des maux de tête, des nausées, parfois des épisodes de vomissements, une somnolence diurne, une fatigue accrue et une faiblesse générale. Chez les adultes atteints du syndrome hypertensif-hydrocéphalique, l'étude IRM révèle des signes - dilatation des ventricules et expansion des espaces sous-arachnoïdiens (entre les membranes - espaces mous et arachnoïdiens).

Diagnostique

Le diagnostic de HGS chez l'enfant est posé en fonction des résultats d'un examen prescrit par un neurologue, cela implique l'obtention de données cliniques anamnestiques, instrumentales et de laboratoire, ce qui indique une approche intégrée. L'examen physique révèle l'état neurologique du patient. Chez les enfants de 1 an, les critères d'évaluation comprennent:

  1. Maintenir une posture spécifique.
  2. La nature de l'activité motrice - spontanée et stimulée.
  3. Déviations du tonus musculaire.
  4. La sévérité des réflexes.
  5. L'état des fontanelles.
  6. La présence de symptômes focaux.

Les méthodes de laboratoire comprennent des tests sanguins (généraux, biochimiques), la détermination du statut hormonal et immunitaire, la détection d'anticorps indiquant la présence d'agents infectieux dans le corps qui causent la rubéole et la rougeole, ainsi que la chlamydia, l'herpès, le cytomégalovirus. Méthodes instrumentales de base:

  • Neuronographie.
  • Échographie Doppler.
  • CT, IRM.
  • Électroencéphalographie.

Les indications des études instrumentales chez les enfants sont les symptômes: convulsions spontanées, pleurs fréquents et déraisonnables, tressaillement, troubles du sommeil, retard de la parole et du développement moteur, perte de conscience.

Traitement

Le syndrome hypertensif du nouveau-né est traité en tenant compte des principaux symptômes. La thérapie complexe implique l'utilisation de médicaments et de méthodes non médicamenteuses. Produits pharmaceutiques de base:

  • Diurétiques (acétazolamide, glycérol). Pour abaisser les indicateurs de pression intracrânienne.
  • Médicaments métaboliques (asparaginate de potassium). Pour reconstituer les ions potassium.
  • Correcteurs du flux sanguin cérébral (Vinpocetine). Pour normaliser le métabolisme cellulaire, améliorer l'apport sanguin aux tissus cérébraux.
  • Nootropiques (acide hopanténique, acide acétylaminosuccinique). Pour augmenter la résistance du tissu nerveux à l'hypoxie et à d'autres influences stressantes, pour stimuler les fonctions cérébrales supérieures.

Préparation Magne B6 (Lactate de magnésium dihydraté, chlorhydrate de pyridoxine) est prescrit pour stimuler le métabolisme au niveau cellulaire, améliorer la conduction de l'influx nerveux et augmenter la contractilité musculaire. Mesures de réadaptation indiquées pour les nourrissons et les enfants plus âgés atteints de HHS:

  1. Massage, gymnastique réparatrice passive et active.
  2. Procédures aquatiques (natation, gymnastique dans l'eau).
  3. Musicothérapie.

Un traitement conservateur correct associé à des traitements non pharmacologiques corrige généralement les troubles neurologiques à l'âge de 6 mois. Les patients d'enfants plus âgés, parallèlement aux procédures énumérées, suivent des cours avec un psychothérapeute. Dans le cadre du programme de rééducation, une correction psychologique et pédagogique et une psychothérapie émotionnelle et esthétique sont effectuées. Les enfants souffrant de troubles de la parole suivent des cours avec un orthophoniste.

Conséquences et prévisions

Le handicap des enfants dans 50% des cas est en corrélation avec des lésions du SNC. La part des dysfonctionnements du SNC associés aux pathologies périnatales peut atteindre 80% dans la structure globale. Les conséquences des lésions périnatales des tissus du SNC dépendent de la nature et de l'étendue des lésions du tissu nerveux. Ces facteurs déterminent également le pronostic du SHG.

En présence de signes de HGS chez les nourrissons, si un traitement correct est effectué avant la fin de la 1ère année de vie, il existe des issues possibles: compensation, nivellement des troubles neurologiques ou formation de syndromes résistants au traitement. Dans le second cas, au cours de la 2ème année de vie, il y a des écarts de développement:

  1. Ralentissement du rythme de développement.
  2. Retard dans la formation des compétences vocales.
  3. Syndrome de déficit de l'attention et d'augmentation de l'activité motrice (TDAH).

À la troisième année de vie, les enfants atteints d'une forme de HHC résistante à la thérapie peuvent développer des déficits cognitifs, se manifestant par une déficience intellectuelle, une dysgraphie (altération de la fonction d'écriture) et une dyscalculie (incapacité à l'arithmétique). Parmi les troubles moteurs, la diplégie (dysfonctionnement des muscles du dos et des extrémités) et la dyspraxie (incapacité à former des mouvements intentionnels tout en maintenant la force musculaire) prévalent..

Souvent, des pathologies de la sphère psycho-émotionnelle sont révélées - troubles schizotypiques (comportement excentrique, anomalies de la pensée, émotions atypiques), autisme précoce. Les symptômes psychopathologiques sont légers, insignifiants, ce qui ne permet pas de diagnostiquer la schizophrénie. Les complications corrélées au HGS comprennent: syndrome convulsif, retard mental, paralysie cérébrale.

Le syndrome hydrocéphalique se manifeste souvent dans la petite enfance et est associé à des lésions périnatales du système nerveux central. Un diagnostic opportun et un traitement correct dans certains cas conduisent à une régression des symptômes neurologiques et à une guérison complète..

Syndrome hydrocéphalique: difficultés de diagnostic et de traitement

Pendant de nombreuses années, les pédiatres et les neurologues pédiatriques ont attribué tout trouble du développement et du comportement à une augmentation de la pression intracrânienne..

Dans la plupart des cas, avec les plaintes banales des parents de jeunes enfants concernant les tremblements des membres supérieurs, le manque d'appétit, les convulsions et un retard dans le développement physique et psycho-discours, un diagnostic a été posé - hypertension intracrânienne ou syndrome hydrocéphalique..

Le syndrome hypertensif-hydrocéphalique (SHH) est une affection dans le développement de laquelle le liquide céphalo-rachidien (liquide céphalo-rachidien) s'accumule dans les ventricules du cerveau, ainsi que sous les méninges..

Selon les statistiques disponibles, dans 97% des cas, le diagnostic de syndrome hypertensif-hydrocéphalique était sans fondement..

Facteurs provoquants

La médecine moderne connaît de nombreuses raisons pour le développement du syndrome, qui peut être à la fois congénital et acquis.

Si un facteur héréditaire est à blâmer pour l'apparition de la maladie, la pathologie pourrait être provoquée:

  • la mère de l'enfant a des maladies chroniques graves (par exemple, le diabète sucré);
  • pendant la grossesse, une femme a fait face à des complications nécessitant des soins médicaux (des infections antérieures, par exemple, le cytomégalovirus, la grippe ou la toxoplasmose, peuvent également être incluses dans cette catégorie);
  • naissance lourde, tardive ou prématurée;
  • l'enfant a des lésions cérébrales ischémiques ou hypoxiques;
  • pendant le travail, l'enfant a subi des blessures à la tête;
  • un retard de croissance intra-utérin a été observé;
  • anomalies congénitales du cerveau.

Les facteurs internes et externes suivants peuvent être considérés comme des raisons acquises pour lesquelles un bébé développe un syndrome hydrocéphalique:

  • les processus métaboliques sont perturbés dans le corps de l'enfant;
  • après avoir été blessé, des éclats d'obus ont frappé le cerveau;
  • avec un fort effet mécanique, une fracture des os du crâne s'est produite;
  • des corps étrangers sont entrés dans le cerveau de l'enfant;
  • un accident vasculaire cérébral est l'une des principales raisons de l'apparition de ce syndrome;
  • le développement de l'hypertension intracrânienne;
  • maladies infectieuses passées, telles que le paludisme;
  • une morsure de tique, porteuse d'encéphalite;
  • développement de divers néoplasmes (kystes, hématomes, tumeurs malignes et bénignes, abcès).

Symptômes selon l'âge

La médecine moderne, lors de la classification de ce trouble, prend en compte l'âge des patients. C'est pourquoi le syndrome hydrocéphalique se distingue:

  • chez les adultes;
  • chez les enfants;
  • chez un nouveau-né de moins d'un an.

Que rechercher pour les parents d'enfants nouveau-nés

Le syndrome hypertensif-hydrocéphalique chez les nouveau-nés s'accompagne généralement de symptômes caractéristiques, grâce auxquels le personnel de la maternité a la possibilité de suspecter cette pathologie:

  • le bébé gémit et émet des sons inhabituels;
  • l'enfant refuse le lait maternel et ne veut même pas allaiter;
  • la régurgitation survient souvent après l'alimentation (fontaine);
  • le nouveau-né pleure systématiquement, sans raison.

En présence de tels symptômes, la réponse rapide du personnel médical de la maternité est importante. Lors de l'examen d'un nouveau-né, une diminution du tonus musculaire est facilement déterminée. Le test réflexe (saisir, avaler) n'apporte pas non plus les résultats attendus.

Lors de l'examen des organes de la vision, un spécialiste peut détecter le strabisme, le gonflement des disques optiques, les symptômes positifs du soleil levant et Gref.

Quelques jours après la naissance, certains bébés développent des convulsions et tremblent périodiquement dans les membres supérieurs (tremblements). La présence d'un syndrome hypertensif-hydrocéphalique peut être indiquée par une tension et un renflement de la fontanelle, une ouverture des sutures crâniennes et une augmentation constante du tour de tête.

Symptômes chez les enfants adultes

Chez les enfants du groupe d'âge plus jeune, le syndrome hypertensif-hydrocéphalique s'accompagne des symptômes suivants:

  • maux de tête éclatants ou douloureux (apparaissant le plus souvent immédiatement après le réveil le matin) dans la région des sourcils, du front ou des tempes;
  • réflexe de vomissement;
  • vertiges;
  • strabisme;
  • Difficulté à bouger la tête
  • changement de la teinte de la peau (au cours du développement du syndrome douloureux);
  • léthargie, somnolence et faiblesse générale;
  • léthargie;
  • distraction;
  • déficience de mémoire;
  • irritabilité (réaction agressive aux bruits forts et aux lumières vives);
  • augmentation du tonus musculaire des membres inférieurs.

Chez les enfants du groupe d'âge plus avancé, les symptômes du syndrome hypertensif-hydrocéphalique apparaissent après une lésion cérébrale antérieure ou dans le contexte d'une maladie virale ou infectieuse.

Comment identifier le syndrome chez un patient adulte

Quant aux patients adultes qui développent un syndrome hydrocéphalique, cette pathologie s'accompagne des symptômes suivants:

  • la nausée;
  • Forts maux de tête;
  • réflexe de vomissement;
  • problèmes de vision (objets divisés);
  • strabisme;
  • perte de conscience;
  • coma;
  • convulsions.

En règle générale, chez l'adulte, cette pathologie se développe après un accident vasculaire cérébral, dans le contexte d'un traumatisme cranio-cérébral, dû à des neuroinfections..

Les néoplasmes malins et bénins peuvent également provoquer l'apparition de symptômes alarmants, auxquels il faut immédiatement réagir pour obtenir une aide médicale à temps.

Inspection et diagnostic

Après l'apparition de symptômes alarmants, les adultes ou les enfants doivent recevoir des soins médicaux qualifiés. Le diagnostic commence par un examen personnel du patient. Si un petit enfant est amené au rendez-vous, le pédiatre prend d'abord des mesures de sa tête. Les réflexes du patient sont vérifiés sans faute.

Pour obtenir un tableau clinique plus précis, le médecin prescrit du matériel supplémentaire et un examen de laboratoire:

  • une imagerie par résonance magnétique et calculée est effectuée;
  • l'état des vaisseaux du fond d'œil est étudié et évalué;
  • une ponction de la moelle épinière est effectuée;
  • examen échographique de la taille des ventricules du cerveau et de ses autres structures anatomiques.

Fournir des soins médicaux

Les patients (et les parents d'enfants malades) qui présentent des symptômes alarmants de HHS ne doivent pas s'engager dans des activités indépendantes et essayer de faire face à la maladie à la maison.

Pour éviter de graves complications et de tristes conséquences, cette catégorie de patients a besoin de soins médicaux opportuns et d'une thérapie complexe..

Le traitement du syndrome hydrocéphalique est effectué par des spécialistes à profil étroit des centres neurologiques. En règle générale, les patients sont pris en charge par des neurochirurgiens et des neurologues, impliquant souvent des ophtalmologistes dans ce processus. Le traitement d'une telle pathologie est développé individuellement pour les nouveau-nés, les adultes et les enfants..

Le traitement du syndrome hypertensif-hydrocéphalique chez les enfants de moins de 6 mois peut être effectué à domicile.

Ces patients sont régulièrement visités par un pédiatre et un visiteur de santé. Certains jours, un petit patient est emmené dans un établissement médical pour un examen et un ensemble de mesures diagnostiques. Le traitement de cette pathologie, en plus du massage thérapeutique, implique la prise de médicaments:

  • un diurétique pour éliminer l'excès de liquide et réduire la production de liquide céphalo-rachidien, par exemple Diacarba;
  • un sédatif, tel que Tazepam ou Diazepam;
  • nootropiques (les médicaments de ce groupe améliorent l'apport sanguin au cerveau), Asparkam, Actovegin, Piracetam;
  • antibiotiques (si une lésion cérébrale infectieuse ou virale est détectée);
  • des médicaments vasculaires tels que Cinnarizine ou Cavinton;
  • venotoniques nécessaires pour les troubles circulatoires dans le cerveau (Detralex);
  • médicaments antinéoplasiques si les néoplasmes sont la cause du syndrome;
  • médicaments qui améliorent le métabolisme des neurones (Sermion, Cerebrolysin, Phezam).

Parallèlement à la pharmacothérapie, il est recommandé aux patients de suivre un cours de physiothérapie. En cas de troubles du développement, des cours correctionnels sont prescrits. Il est interdit aux enfants de regarder la télévision, d'écouter de la musique, de lire, de s'asseoir devant l'ordinateur, d'épuiser leur corps avec une activité physique.

Lors du traitement des enfants du groupe d'âge plus avancé et des patients adultes, les médecins cherchent principalement à déterminer la cause du développement de cette pathologie. Avec un effet mécanique sur le cerveau ou avec l'apparition de néoplasmes, une intervention chirurgicale est effectuée.

Si la cause du syndrome est une neuroinfection, les médecins prescrivent un traitement antibactérien ou antiviral.

Complications et conséquences

Un patient diagnostiqué avec un syndrome hydrocéphalique peut développer des complications à tout moment. Cette catégorie de patients est le plus souvent confrontée aux conséquences suivantes:

  • surdité;
  • perte de vision partielle ou complète;
  • violation des processus de défécation;
  • incontinence fécale et urinaire;
  • crises d'épilepsie;
  • retard dans le développement non seulement physique, mais aussi mental;
  • fontanelle bombée, etc..

Si la maladie est sévère, les patients peuvent faire face à des complications plus graves: paralysie, coma et décès.

Pour prévenir

Pour éviter le développement de HGS, les experts recommandent de prendre des mesures préventives à intervalles réguliers:

  • adopter une approche responsable pour planifier la grossesse;
  • prévenir en temps opportun les maladies de nature neuroinfectieuse;
  • éviter les situations stressantes;
  • ne pas surcharger le corps de stress physique et émotionnel;
  • n'ignorez pas les troubles psycho-émotionnels;
  • ne déclenche pas de maladies infectieuses et inflammatoires;
  • abandonner les mauvaises habitudes et passer à une alimentation saine.

Syndrome hypertensif-hydrocéphalique

Lors d'un rendez-vous chez un neurologue, les parents entendent souvent les mots effrayants «pression intracrânienne» ou «syndrome hypertensif-hydrocéphalique» (ce qui semble encore pire). Ce diagnostic est posé plus souvent par des neurologues que d'autres. Mais cette maladie est-elle si courante? Ce que les parents doivent savoir sur lui?

Temps d'apprendre

Lorsqu'un enfant apparaît dans une famille, les parents, bon gré mal gré, doivent apprendre beaucoup, y compris ne pas paniquer en entendant un diagnostic incompréhensible. La maladie d'un enfant est une raison pour comprendre ce qui se passe, pendant un certain temps pour devenir des parents non effrayés, mais des gens prêts à comprendre la situation sans hystérie. C’est, tout d’abord, que nous avons besoin de nous-mêmes et de nos enfants. Heureusement, il est maintenant possible de trouver toutes les informations nécessaires sur la maladie.

Cela ne veut pas dire que nous devrions être médecins. Mais pour tout faire pour comprendre ce qui se passe avec l'enfant, et comment il peut être aidé, il faut.

Quelle est la pression?

Il faut bien entendu commencer par des connaissances théoriques, du moins sous la forme la plus élémentaire et la plus accessible aux non-spécialistes..

La pression intracrânienne peut augmenter avec une augmentation du volume du contenu intracrânien. Pour les personnes éloignées de la médecine, la question peut se poser: ce qui se cache sous le crâne, en plus du cerveau?

  1. Bien sûr, le cerveau lui-même.
  2. Liquide céphalo-rachidien (céphalo-rachidien) - LCR.
  3. Vaisseaux du cerveau et du sang qui y circule.

Lorsque les médecins parlent de syndrome hypertensif-hydrocéphalique, cela signifie une augmentation de la pression intracrânienne due à une quantité excessive de liquide céphalo-rachidien dans le cerveau. Cependant, le diagnostic est souvent posé littéralement au moment de l'admission, sans prescrire d'études complémentaires pour le petit patient. Et les parents peuvent se poser une question légitime: comment le médecin a-t-il pu identifier le problème - sans échographie, tomographie, encéphalogramme et autres inventions utiles et informatives? Et derrière cette question viendra la méfiance.

Symptômes alarmants

Lors du diagnostic lors de l'examen, les neurologues font attention aux plaintes suivantes des parents:

Toutes les régurgitations ne sont pas une raison de courir chez le médecin. Dans les premiers mois de la vie, ils sont naturels pour les enfants, telle est la particularité de la structure et du fonctionnement de leur estomac. Il est normal de régurgiter une petite quantité de nourriture consommée environ 10 à 15 minutes après la tétée..

Cela vaut la peine de s'inquiéter si l'enfant crache fréquemment et en grande quantité. Cela peut signaler des coliques intestinales, une intolérance au lactose, une sensibilité gastrique, une suralimentation ou une dyskinésie du tractus gastro-intestinal (troubles du tonus et perturbation du système digestif).

Un «signe» caractéristique d'une augmentation de la pression intracrânienne est la régurgitation de la «fontaine» qui survient après le sommeil ou un long séjour de l'enfant en position horizontale. De plus, ils surviennent souvent après une période de temps significative après l'alimentation..

  • Tête à croissance rapide

Tous les enfants à grosse tête ne souffrent pas de pression intracrânienne. Le changement de circonférence de la tête doit être surveillé avec précision dans la dynamique. Une seule mesure ne suffit pas pour poser un diagnostic. Même si la tête de l'enfant est nettement plus grande que celle de ses pairs, cela ne veut rien dire. Mais une tête à croissance rapide est l'un des signes du syndrome hypertensif-hydrocéphalique.

  • Réseau veineux du cuir chevelu

Un réseau veineux bien visible peut également alerter le médecin. Cependant, cette caractéristique est loin d'être l'indicateur le plus important. De plus, on le trouve souvent chez les bébés prématurés, les enfants à la peau fine ou claire, les filles. Par conséquent, le spécialiste n'y prête attention qu'en conjonction avec d'autres facteurs.

  • Grande fontanelle

Sa taille varie souvent considérablement chez les enfants du même âge, ce qui fait peur aux mères. En fait, le symptôme alarmant n'est pas du tout la taille (ils dépendent aussi de l'hérédité), mais le bombement de la fontanelle, sa saillie au-dessus de la surface du crâne, certes insignifiante.

Si un pédiatre ou un neurologue entend de telles plaintes de la mère ou observe tous ces signes ou certains d'entre eux chez le bébé, il diagnostiquera très probablement un «syndrome hypertensif-hydrocéphalique». Et ici, il est important que les parents n'aient pas peur. Le mot «syndrome» ne signifie pas la présence d'une maladie quelconque, mais un ensemble de symptômes (signes) qui ne signifient pas du tout que l'enfant est dans un état extrêmement grave. Des symptômes similaires peuvent indiquer d'autres problèmes, qui ne sont pas toujours graves et nécessitent un traitement à long terme..

Signes cliniques d'un vrai syndrome hypertensif-hydrocéphalique

Cependant, il existe également un véritable syndrome hypertensif-hydrocéphalique - une condition dangereuse pour la santé et même la vie du bébé. Heureusement, ce n'est pas si courant..

Parlant de véritable hydrocéphalie, les médecins parlent de l'accumulation croissante de liquide céphalo-rachidien, ce qui conduit à une compression du cerveau. Cette pathologie grave se développe chez les bébés prématurés à la suite d'hémorragies graves dans les espaces du liquide céphalo-rachidien ou chez des enfants d'âges différents et même des adultes atteints de tumeurs qui bloquent la sortie du liquide céphalo-rachidien. Dans ces cas, la quantité de liquide céphalo-rachidien ne fait qu'augmenter et il est extrêmement rare de corriger la situation sans chirurgie..

Quels sont les signes d'une véritable hydrocéphalie?

  1. Augmentation significative du tour de tête.

Les mesures doivent être prises régulièrement. Si la circonférence de la tête de l'enfant augmente de 1,5 cm par semaine ou plus, c'est un signe important de problème..

  1. Sutures crâniennes partielles et fontanelle bombée et tendue.

Les sutures espacées de 2 à 3 mm ne sont autorisées que chez les bébés prématurés. Dans d'autres cas, les coutures doivent être fermées. S'ils ont commencé à se disperser, cela peut être dû à une augmentation de la pression intracrânienne..

Important! Lors d'un cri fort, la fontanelle peut gonfler chez les enfants en bonne santé. Dans ce cas, ne vous inquiétez pas, mais surveillez la fontanelle lorsque le bébé est calme..

  1. Cri monotone strident

Des pleurs bruyants répétés sur une note, lorsque l'enfant ne peut pas être rassuré, peuvent indiquer des maux de tête - un autre signe d'une véritable hydrocéphalie.

  1. Augmentation du tonus des muscles extenseurs

Se pencher, rejeter le corps de l'enfant en arrière devrait alerter. Les médecins devraient absolument en parler..

  1. Retards graves dans le développement psychomoteur

Un niveau de développement insuffisant d'un enfant peut également être l'une des manifestations de l'influence d'une augmentation de la pression intracrânienne. S'il semble aux parents que l'enfant est moins développé que ses pairs, entre autres études, il est nécessaire de faire de la neurosonographie..

  1. Pathologies oculaires

Les mouvements flottants des globes oculaires, le strabisme, les yeux exorbités, le manque de fixation du regard sont tous des symptômes possibles d'une véritable hydrocéphalie.

Diagnostique

Pour poser le bon diagnostic, il est loin d'être toujours nécessaire de mener des recherches complexes et coûteuses. En règle générale, l'enfant est référé pour une neurosonographie (échographie cérébrale). Cela vous permet d'identifier les hémorragies ou les obstacles à la sortie du liquide céphalo-rachidien (le cas échéant), de mesurer les ventricules du cerveau, d'évaluer l'état du flux sanguin dans les vaisseaux du cerveau. Un neurologue compétent, sur la base de ces données et des résultats d'examen, sera en mesure de diagnostiquer.

Et quel est le résultat?

Dans le cas du diagnostic du «syndrome hypertensif-hydrocéphalique», les médecins prescrivent un certain nombre de médicaments. Tous sont graves, avec un certain nombre d'effets secondaires:

  • Les diurétiques perturbent souvent le métabolisme des reins, des poumons et des muscles, entraînent un essoufflement, une faiblesse, une léthargie et une diminution du tonus musculaire.
  • Les vaisseaux vasculaires pour la plupart détendent les vaisseaux, ce qui entraîne une stagnation du sang veineux dans le cerveau.
  • Les sédatifs, à première vue, soulagent l'état de l'enfant, mais en fait, ils ne guérissent pas, mais améliorent seulement le sommeil..

La situation est sombre. Cependant, des neurologues expérimentés et compétents exhortent les parents à être prudents et à ne pas se précipiter pour bourrer immédiatement leurs enfants avec des médicaments sérieux. En cas de diagnostic, il est impératif (!) D'insister sur la neurosonographie (échographie cérébrale) et de trouver l'occasion de consulter d'autres spécialistes. Après tout, des statistiques inexorables affirment l'incroyable: dans la plupart des cas, les symptômes de la pression intracrânienne coïncident avec les signes:

  • rachitisme, manque de calcium (fontanelle volumineuse, mauvais sommeil, excitabilité accrue, anxiété, marbrure de la peau, régurgitation, tressaillement),
  • divers problèmes intestinaux (régurgitation, anxiété, pleurs sévères)
  • lésions cérébrales hypoxiques (symptômes oculaires pathologiques).

Le traitement dans tous ces cas nécessite un traitement complètement différent, souvent beaucoup moins nocif pour les organismes en croissance des enfants. Par conséquent, il ne faut pas se précipiter, mais il est également impossible de ne pas remarquer les symptômes alarmants et d'espérer que l'enfant les «dépassera». L'essentiel est de procéder à l'examen nécessaire et, dans une situation, si le diagnostic vous confond, montrez l'enfant à plusieurs spécialistes.

Syndrome hypertensif-hydrocéphalique

Le syndrome hypertensif-hydrocéphalique chez l'enfant est une maladie qui se manifeste par une production excessive de liquide céphalo-rachidien (LCR), qui s'accumule progressivement dans les ventricules du cerveau et sous les méninges. Ce diagnostic est souvent posé par des neurologues pédiatriques, mais dans la plupart des cas, il est incorrect. Étant donné que la maladie est difficile à identifier et que son pronostic pour la santé et la vie du bébé est souvent défavorable, il est extrêmement important d'effectuer le diagnostic le plus précis..

Le syndrome hydrocéphalique survient chez les enfants en raison d'une obstruction du liquide céphalo-rachidien ou de problèmes de réabsorption du liquide céphalo-rachidien. L'obstruction se produit généralement dans la zone de l'aqueduc sylvien ou à la sortie du 4e ventricule. Des problèmes de réabsorption dans l'espace sous-arachnoïdien surviennent en raison d'une inflammation de la muqueuse du cerveau après une maladie infectieuse ou si l'enfant est né prématurément et a une hémorragie intraventriculaire. Le syndrome de Chiari de type II et de Dandy-Walker peut également provoquer une hydrocéphalie obstructive..

Il existe une classification du syndrome hydrocéphalique basée sur la différence entre les mécanismes de collecte du LCR. Selon lui, il est habituel de distinguer les formes ouvertes et fermées de la maladie. De plus, le syndrome hypertensif-hydrocéphalique est biventriculaire, tétraventriculaire, monoventriculaire et triventriculaire. La forme ouverte de pathologie est divisée en plusieurs types:

  • hydrorésorbant,
  • hypersécrétoire,
  • et mixte.

En fonction des raisons du développement de la maladie, on distingue le syndrome hypertenseur-hydrocéphalique congénital, tumoral et post-inflammatoire. Séparément, il est habituel de distinguer un syndrome dont les raisons de l'apparition ne peuvent pas être déterminées avec précision. Sur la base des spécificités du développement, le syndrome hydrocéphalique est divisé en externe et interne.

Causes du syndrome hypertensif-hydrocéphalique

De nombreuses raisons peuvent conduire au développement du syndrome hydrocéphalique chez les enfants. Toutes ces raisons sont subdivisées en congénitales et acquises.

Causes congénitales:

  • grossesse grave, accouchement avec complications;
  • naissance prématurée à 36-34 semaines;
  • lésions cérébrales hypoxiques (hypoxie intra-utérine, bradycardie, retard de croissance intra-utérine) et ischémiques (traumatisme);
  • traumatisme crânien du bébé pendant l'accouchement (en conséquence, une hémorragie sous-arachnoïdienne se produit);
  • pathologies congénitales du développement cérébral;
  • Livraison tardive - à 42 semaines et plus tard;
  • infections intra-utérines (grippe, toxoplasmose, infection à cytomégalovirus);
  • intervalle anhydre pendant 12 heures;
  • maladies chroniques d'une femme comme le diabète.

Raisons acquises:

  • abcès, tumeurs, kystes parasites, hématomes cérébraux;
  • fractures des os du crâne et introduction de leurs fragments dans le cerveau;
  • maladies infectieuses;
  • troubles après un accident vasculaire cérébral;
  • la présence de corps étrangers dans le cerveau;
  • maladie métabolique.

Symptômes du syndrome hydrocéphalique

Les manifestations du syndrome hypertensif-hydrocéphalique peuvent être expliquées par les concepts suivants:

  • hypertension - une forte augmentation de la pression intracrânienne;
  • hydrocéphalie - une augmentation significative du volume de liquide céphalo-rachidien dans le cerveau.

Signes du syndrome hydrocéphalique chez les nouveau-nés:

  • la mère remarque que le bébé ne prend pas bien le sein et pleure souvent sans raison apparente;
  • diminution du tonus musculaire;
  • les réflexes congénitaux (préhension et déglutition) sont très mal et faiblement exprimés;
  • l'apparition de convulsions et de tremblements (tremblements);
  • de temps en temps, le bébé crache une fontaine;
  • l'enfant a un strabisme;
  • le médecin, lors de l'examen, découvre le syndrome de Grefe du bébé et un symptôme du soleil levant;
  • ouvrir les sutures du crâne;
  • augmentation active de la circonférence de la tête (tous les mois de 1 centimètre);
  • gonflement des disques optiques.

Chez les enfants plus âgés, les symptômes du syndrome hypertensif-hydrocéphalique apparaissent après une lésion cérébrale ou une infection. Les signes les plus caractéristiques de la pathologie sont considérés comme des maux de tête sévères, ainsi que des vomissements et des nausées qui suivent. La douleur est de nature douloureuse, terne ou éclatante et est localisée dans la zone du front, des tempes et des sourcils. Dans le même temps, les patients se plaignent qu'il leur est difficile de lever les yeux et de baisser la tête.

Les enfants ont aussi souvent des vertiges sévères. Lors d'une crise, le patient présente une pâleur de la peau, une léthargie et une faiblesse. Les bébés sont agacés par les bruits forts et les lumières vives. En raison de l'augmentation du tonus musculaire, les patients commencent souvent à marcher sur la pointe des pieds. Les bébés souffrent également de somnolence, de strabisme et de troubles de la mémoire et de la vigilance..

Le syndrome hypertensif-hydrocéphalique chez les adultes survient après un traumatisme crânien, des neuroinfections, des tumeurs et un accident vasculaire cérébral. Les signes de la maladie chez les patients adultes sont similaires à ses manifestations chez les enfants plus âgés: vomissements et nausées, maux de tête sévères, problèmes de vision, troubles de la conscience, qui peuvent être compliqués par un coma ou des convulsions.

Thérapie du syndrome hydrocéphalique

Les neurologues, les neurochirurgiens et les ophtalmologistes sont impliqués dans le traitement du syndrome hydrocéphalique. Les patients doivent être surveillés et traités dans une clinique neurologique. Les bébés de moins de six mois sont traités en ambulatoire. Les principales activités thérapeutiques comprennent le massage et les médicaments. Pour réduire la production de liquide céphalo-rachidien et éliminer efficacement le liquide du corps, un diurétique (diacarbe) est prescrit. Les sédatifs sont également indiqués pour les enfants. Les nootropiques (Actovegin, Piracetam, Asparkam) sont recommandés pour activer l'approvisionnement en sang dans le cerveau..

Le traitement des nouveau-nés est généralement assez long, car il prend plusieurs mois. Chez les enfants plus âgés et les adultes, le succès du traitement dépend de l'étiologie du syndrome. Si la cause de la maladie est une neuroinfection, un traitement antiviral ou antibiotique est effectué. Un traitement chirurgical est recommandé pour les enfants atteints du syndrome hypertensif-hydrocéphalique provoqué par un traumatisme crânien ou une tumeur.

Traitement du syndrome ostéopathique

Les méthodes ostéopathiques sont activement utilisées pour traiter la maladie. Cependant, le traitement ostéopathique n'est indiqué que si l'état du patient n'est pas critique et qu'il n'est pas nécessaire de recourir à une intervention chirurgicale. Habituellement, un ostéopathe est consulté s'il y a une légère augmentation du volume de liquide céphalo-rachidien dans le cerveau. Plusieurs séances avec un ostéopathe peuvent améliorer la qualité de vie du patient, éliminer les maux de tête et normaliser le sommeil. Le traitement du syndrome se produit en éliminant l'obstacle à l'écoulement normal du liquide céphalo-rachidien, ainsi qu'en normalisant la pression du liquide céphalo-rachidien.

À cette fin, les médecins ostéopathes utilisent des techniques spéciales pour travailler sur les membranes du cerveau, les vaisseaux et les structures du crâne. Grâce aux manipulations de l'ostéopathe, les enfants sont capables d'éviter les médicaments inutiles, qui ont de nombreux effets secondaires, et aussi de récupérer de manière tout à fait naturelle et sûre. Le traitement ostéopathique est souvent prescrit après une cure médicamenteuse ou un traitement chirurgical, car il permet de consolider un résultat positif et de neutraliser d'éventuelles complications.

Complications et pronostic

Les patients d'âges différents peuvent présenter les complications graves suivantes du syndrome hypertensif-hydrocéphalique: troubles du développement mental, cécité, coma, surdité, paralysie, fontanelle bombée, incontinence urinaire, épilepsie, décès. Les médecins donnent le pronostic le plus favorable en présence du syndrome aux enfants. Cela s'explique par le fait qu'ils ont des augmentations transitoires du liquide céphalo-rachidien et de la pression artérielle, qui se stabilisent avec l'âge. Le pronostic pour les enfants plus âgés et les adultes dépend de l'étiologie de la maladie, de la pertinence et de l'opportunité de son traitement..

Syndrome hydrocéphalique

Tout le contenu iLive est examiné par des experts médicaux pour s'assurer qu'il est aussi précis et factuel que possible.

Nous avons des directives strictes pour la sélection des sources d'informations et nous ne relions que des sites Web réputés, des institutions de recherche universitaires et, si possible, des recherches médicales éprouvées. Veuillez noter que les chiffres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers de telles études.

Si vous pensez que l'un de nos documents est inexact, obsolète ou douteux, sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Syndrome hydrocéphalique - une augmentation du volume de liquide céphalo-rachidien dans les ventricules du cerveau à la suite d'une malabsorption ou d'une sécrétion excessive.

Le syndrome peut être classé de différentes manières, mais toutes les formes sont considérées comme un trouble du LCR..

Code CIM-10

Épidémiologie

Il existe des preuves que l'incidence du syndrome hydrocéphalique chez les enfants a considérablement diminué dans de nombreux pays développés..

Une étude suédoise sur dix ans a révélé que la prévalence de l'hydrocéphalie congénitale était de 0,82 pour 1000 naissances vivantes.

Causes du syndrome hydrocéphalique

Les causes du syndrome hydrocéphalique peuvent être congénitales et acquises.

Syndrome hydrocéphalique obstructif congénital

  • Syndrome de Beekers-Adams (sténose de l'aqueduc sylvien, caractérisée par de graves difficultés d'apprentissage et une déformation du pouce).
  • Malformation de Dandy-Walker (atrésie des trous de Magendie et Lyushka).
  • Malformation d'Arnold-Chiari de type 1 et 2.
  • Sous-développement du trou de Monroe.
  • Anévrismes de la veine de Galen.
  • Toxoplasmose congénitale.

Syndrome hydrocéphalique obstructif acquis

  • Sténose acquise de l'aqueduc (après infection ou saignement).
  • Tumeurs supratentorielles provoquant des hernies tentorales.
  • Hématome intraventriculaire.
  • tumeurs intraventriculaires, tumeurs de la glande pinéale et de la fosse postérieure telles que épendymome, astrocytomes, papillomes choroïdes, craniopharyngiomes, adénome hypophysaire, gliomes hypothalamiques ou du nerf optique, hamartome, tumeurs métastatiques.

Syndrome hydrocéphalique acquis chez les nourrissons et les enfants

  • Lésions tumorales (dans 20% des cas, par exemple, médulloblastome, astrocytome).
  • Hémorragie intraventriculaire (p. Ex., Prématurité, traumatisme crânien ou rupture de malformation vasculaire).
  • Infections - méningite, cysticercose.
  • Augmentation de la pression veineuse dans les sinus (peut être associée à une achondroplasie, une craniosténose, une thrombose veineuse).
  • Causes iatrogènes - hypervitaminose A.
  • Idiopathique.

Autres causes du syndrome hydrocéphalique chez l'adulte

  • Idiopathique (un tiers des cas).
  • Iatrogène - chirurgie de la fosse postérieure.
  • Toutes les causes d'hydrocéphalie décrites chez les nourrissons et les enfants.

Causes et manifestations cliniques du syndrome hydrocéphalique

Le syndrome hypertensif-hydrocéphalique (HHS) est une pathologie dans laquelle la sécrétion de liquide céphalo-rachidien augmente. Pour cette raison, le liquide céphalo-rachidien s'accumule dans certaines parties du cerveau, tombant sous ses membranes. Il convient de noter que le syndrome hydrocéphalique chez un enfant n'est pas une pathologie indépendante, mais est considéré comme une conséquence d'une maladie concomitante. Souvent, le diagnostic de HGS est fait par erreur, les cas réels de la maladie sont rares.

Types et manifestations cliniques

L'apparition de symptômes prononcés est associée à deux processus pathologiques interdépendants se produisant dans le contexte du syndrome hydrocéphalique chez les nourrissons. Avec la production active de liquide céphalo-rachidien, le niveau de pression intracrânienne augmente. Dans le même temps, l'hydrocéphalie se développe - un phénomène dans lequel la quantité de liquide céphalo-rachidien augmente progressivement, ce qui entraîne une déformation du crâne du nouveau-né, une pression est exercée sur le cerveau.

Types de GGS

Le principal critère de classification est la gravité de la pathologie et la réversibilité de ses conséquences..

Il existe de telles formes:

  • Compensé. Il se caractérise par la capacité de restaurer les zones touchées du cerveau ou d'exécuter leurs fonctions par des centres nerveux non affectés.
  • Sous-compensé. Diffère dans la capacité partielle du cerveau à compenser les fonctions, cependant, en l'absence de traitement de soutien, le processus pathologique est aggravé.
  • Décompensé. Les tissus nerveux affectés ne rétablissent pas le travail et leurs fonctions sont perdues.

La forme compensée est considérée comme bénigne, car il n'y a pas de menace immédiate pour la vie de l'enfant. Le syndrome hypertensif-hydrocéphalique décompensé chez les enfants est considéré comme une maladie grave, entraînant dans la plupart des cas une incapacité à vie.

Symptômes de HGS

La nature des symptômes peut différer en fonction du niveau de pression exercée sur le cerveau, de l'emplacement des zones touchées et d'autres facteurs. Le plus prononcé et le plus dangereux est le syndrome hydrocéphalique du nouveau-né.

  • mauvais tonus musculaire;
  • faible gravité des formes congénitales d'activité réflexe (saisir, avaler);
  • tremblements ou crampes;
  • strabisme;
  • vomissements systématiques;
  • ouverture des sutures de fontanelle.

En raison de la sécrétion constante de liquide céphalo-rachidien, le crâne augmente, sa forme change. En moyenne, la circonférence augmente de 1 cm par mois. La photo montre un crâne agrandi et déformé chez un bébé atteint de HGS.

Chez un enfant plus âgé ou un adolescent, le syndrome hydrocéphalique s'accompagne de maux de tête, de nausées, d'étourdissements, de douleurs lors du mouvement des yeux, d'une sensibilité accrue aux stimuli.

Ainsi, il existe différentes formes de syndrome hydrocéphalique, dont la gravité, les manifestations symptomatiques et les conséquences pour la santé du patient diffèrent..

Causes de la pathologie

Classiquement, les facteurs provoquant l'hydrocéphalie sont divisés en congénitaux et acquis. Sur cette base, la pathologie présentée peut survenir non seulement chez les nouveau-nés, mais également chez les adultes..

Causes congénitales de HGS:

  • grossesse ou accouchement compliquée;
  • la privation d'oxygène du fœtus;
  • traumatisme à la naissance;
  • prématurité;
  • intoxication ou infection intra-utérine;
  • séjour prolongé dans l'utérus après le passage de l'eau;
  • la mère a des maladies chroniques.

L'impact de tels facteurs ne provoque pas toujours une hydrocéphalie, mais la probabilité d'une pathologie augmente. Il est recommandé que les enfants nés avec des complications soient soigneusement examinés dans les premiers mois de leur vie.

  • néoplasmes pathologiques dans le cerveau;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • blessures à la tête pénétrantes;
  • hypertension intracrânienne;
  • lésions cérébrales infectieuses;
  • pathologies endocriniennes.

L'hydrocéphalie chez les adultes est beaucoup moins fréquente que dans l'enfance et est généralement plus difficile à tolérer pour le patient.

En général, il existe différentes causes de HGS, qui sont congénitales et acquises..

Diagnostique

Si des symptômes de HGS apparaissent, vous devriez consulter un neurologue pédiatrique. Vous devrez peut-être également consulter un neurochirurgien et un ophtalmologiste. Pour un diagnostic préliminaire, l'anamnèse est collectée et le bébé est examiné. À l'avenir, des procédures de diagnostic sont prescrites pour confirmer le diagnostic et découvrir la cause de la maladie..

  • examen échographique (échographie);
  • radiographie;
  • imagerie par résonance magnétique (IRM);
  • ponction lombaire (prélèvement d'un échantillon de liquide céphalo-rachidien pour analyse en laboratoire);
  • échoencéphalographie.

Sur la base des résultats de l'examen diagnostique de l'enfant, un traitement supplémentaire est prescrit.

Activités thérapeutiques

Il est important de se rappeler que le syndrome hydrocéphalique chez les nourrissons ne peut être traité que par des méthodes approuvées par le médecin. L'automédication est strictement interdite en raison de la possibilité de nuire au corps de l'enfant.

La thérapie est complexe. Les mesures thérapeutiques sont prescrites individuellement, en tenant compte de la gravité, des caractéristiques du tableau clinique, de l'âge du patient. La principale méthode de traitement consiste à prendre des médicaments..

Aux fins du traitement, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • les diurétiques;
  • sédatifs;
  • nootropique;
  • les antibiotiques;
  • venotoniques;
  • antinéoplasique.

De nombreuses critiques positives se caractérisent par des cours qui permettent à l'enfant d'acquérir certaines compétences et capacités, de développer ses capacités et de l'adapter à la vie sociale. Le massage thérapeutique, l'activité physique modérée se caractérisent par un bon effet. Vous pouvez également traiter le HSV à l'aide de nombreuses procédures de physiothérapie..

Prévisions et conséquences

Une évolution favorable du syndrome hydrocéphalique est observée chez les nouveau-nés et les nourrissons. Cela est dû au fait que progressivement le niveau de pression intracrânienne se stabilise et que la sécrétion de liquide céphalo-rachidien ralentit. Si elle est traitée rapidement et avec compétence, la probabilité de guérison est élevée..

Le renflement de la fontanelle est une complication courante du HGS chez les nouveau-nés. Avec une telle pathologie, les sutures sur le crâne ne se ferment pas complètement, ce qui rend le cerveau vulnérable et sensible aux influences négatives externes.

Chez les adolescents et les adultes, les complications du HGS dépendent des raisons de son développement. Dans certains cas, la pathologie provoque de graves conséquences..

Ceux-ci inclus:

  • des retards de développement;
  • détérioration de la vision;
  • surdité;
  • paralysie de certains groupes musculaires;
  • selles et mictions involontaires;
  • développement de l'épilepsie.

Dans les cas graves, le syndrome hydrocéphalique peut provoquer une paralysie étendue, une chute dans le coma et la mort..

La prévention

Selon le pédiatre bien connu Yevgeny Komarovsky et d'autres experts faisant autorité, les conséquences du HGS peuvent être évitées si certaines règles sont observées.

La prévention de la pathologie commence même pendant la période de grossesse. À l'aide de méthodes de diagnostic modernes, la maladie peut être détectée même aux premiers stades de la grossesse. Ainsi, la première méthode prophylactique est la détection du HGS avant même la naissance d'un enfant. Les troubles de la sécrétion de liquide céphalo-rachidien sont clairement visibles aux 2e et 3e trimestres.

En outre, pendant la grossesse, les femmes enceintes doivent surveiller attentivement leur propre santé. Les femmes ont besoin d'un bon repos, d'une activité physique réduite et d'une alimentation équilibrée. Le traitement opportun des maladies infectieuses est important à l'aide de médicaments sans danger pour le fœtus et d'agents non pharmacologiques.

Après la naissance, la prévention consiste à vacciner le bébé. Le bébé est vacciné contre les maladies infectieuses affectant le tissu cérébral. Il est également important de traiter les pathologies concomitantes telles que la rougeole, la rubéole, la varicelle, l'herpès, la grippe. Un autre moyen de prévention est de prévenir les blessures à la tête et à la colonne vertébrale..

Ainsi, la prévention du HGS commence avant même la naissance d'un enfant et se poursuit dans le futur par la vaccination, l'élimination de l'exposition traumatique et le maintien d'un mode de vie sain..

Le syndrome hydrocéphalique est une maladie accompagnée d'une production excessive de liquide céphalo-rachidien, à la suite de laquelle la pression intracrânienne augmente et le cerveau est affecté. Les conséquences et le pronostic de la pathologie dépendent directement de l'opportunité et de l'efficacité du traitement.