Hypertension intracrânienne

Thrombophlébite

Hypertension intracrânienne - qu'est-ce que c'est, causes et traitement
L'hypertension intracrânienne est une augmentation de la pression dans le crâne. La pression intracrânienne (ICP) est la force avec laquelle le liquide intracérébral est appliqué au cerveau.

Son augmentation, en règle générale, est due à une augmentation du volume du contenu de la cavité crânienne (sang, liquide céphalo-rachidien, liquide tissulaire, tissu étranger). L'ICP peut augmenter ou diminuer périodiquement en raison des changements des conditions environnementales et du besoin du corps de s'y adapter. Si ses valeurs élevées persistent pendant une longue période, un syndrome d'hypertension intracrânienne est diagnostiqué..

Les causes du syndrome sont différentes, le plus souvent il s'agit de pathologies congénitales et acquises. L'hypertension intracrânienne chez les enfants et les adultes se développe avec l'hypertension, l'œdème cérébral, les tumeurs, les lésions cérébrales traumatiques, l'encéphalite, la méningite, l'hydrocéphalie, les accidents vasculaires cérébraux hémorragiques, l'insuffisance cardiaque, les hématomes, les abcès.

Ce que c'est?

L'hypertension intracrânienne est une condition dans laquelle la pression s'accumule à l'intérieur du crâne. Autrement dit, en fait, ce n'est rien de plus qu'une augmentation de la pression intracrânienne.

Concepts de base

La pression intracrânienne est la différence entre la pression dans la cavité crânienne et la pression atmosphérique. Normalement, ce chiffre chez les adultes est de 5 à 15 mm Hg. La physiopathologie de la pression intracrânienne obéit à la doctrine Monroe-Kelly.

Ce concept est basé sur l'équilibre dynamique de trois composants:

Une modification du niveau de pression de l'un des composants doit conduire à une transformation compensatoire des autres. Ceci est principalement dû aux propriétés du sang et du liquide céphalo-rachidien de maintenir un équilibre acido-basique constant, c'est-à-dire d'agir comme des systèmes tampons. De plus, le tissu cérébral et les vaisseaux sanguins ont une élasticité suffisante, ce qui est une option supplémentaire pour maintenir un tel équilibre. En raison de ces mécanismes de protection, la pression normale à l'intérieur du crâne est maintenue..

Si des raisons provoquent une rupture de la régulation (le soi-disant conflit de pression), une hypertension intracrânienne (ICH) se produit.

En l'absence de cause focale du développement du syndrome (par exemple, avec une hyperproduction modérée de liquide céphalo-rachidien ou avec une légère discirculation veineuse), une hypertension intracrânienne bénigne se forme. Seul ce diagnostic est présent dans la classification internationale des maladies CIM 10 (code G93.2). Il existe également un concept légèrement différent - «hypertension intracrânienne idiopathique». Dans cette condition, l'étiologie du syndrome ne peut être établie..

Raisons de développement

Le plus souvent, une augmentation de la pression intracrânienne se produit en raison d'une violation de la circulation du liquide céphalo-rachidien (LCR). Cela est possible avec une augmentation de sa production, une violation de son écoulement, une détérioration de son absorption. Les troubles circulatoires entraînent une mauvaise circulation sanguine artérielle et une stagnation dans la section veineuse, ce qui augmente le volume sanguin total dans la cavité crânienne et conduit également à une augmentation de la pression intracrânienne.

En général, les causes les plus courantes d'hypertension intracrânienne peuvent être:

  • les tumeurs de la cavité crânienne, y compris les métastases de tumeurs d'une autre localisation;
  • processus inflammatoires (encéphalite, méningite, abcès);
  • anomalies congénitales dans la structure du cerveau, des vaisseaux sanguins et du crâne lui-même (colmatage de la voie de sortie du liquide céphalo-rachidien, anomalie d'Arnold-Chiari, etc.);
  • traumatisme cranio-cérébral (commotions cérébrales, ecchymoses, hématomes intracrâniens, traumatisme à la naissance, etc.);
  • troubles aigus et chroniques de la circulation cérébrale (accidents vasculaires cérébraux, thrombose des sinus de la dure-mère);
  • maladies d'autres organes qui entraînent une obstruction de l'écoulement du sang veineux de la cavité crânienne (malformations cardiaques, maladies pulmonaires obstructives, néoplasmes du cou et du médiastin, et autres);
  • intoxication et troubles métaboliques (empoisonnement à l'alcool, au plomb, au monoxyde de carbone, à ses propres métabolites, par exemple avec cirrhose du foie, hyponatrémie, etc.).

Ce ne sont bien entendu pas toutes les situations possibles conduisant au développement d'une hypertension intracrânienne. Par ailleurs, je voudrais parler de l'existence de l'hypertension intracrânienne dite bénigne, lorsqu'une augmentation de la pression intracrânienne se produit comme sans raison..

Symptômes

Formation du syndrome hypertensif clinique, la nature de ses manifestations dépend de la localisation du processus pathologique, de sa prévalence et de la vitesse de développement.

Le syndrome d'hypertension intracrânienne se manifeste par les symptômes suivants chez l'adulte:

  1. Maux de tête de fréquence ou de gravité accrue (maux de tête croissants), parfois réveil du sommeil, souvent forcé à la tête, nausées, vomissements répétés. Cela peut être compliqué par la toux, une envie douloureuse d'uriner et de déféquer, similaire à la manœuvre de Valsalva. Trouble de la conscience, des crises convulsives sont possibles. Avec une longue existence, les déficiences visuelles se joignent.
  2. Les antécédents peuvent inclure un traumatisme, une ischémie, une méningite, une dérivation du liquide céphalo-rachidien, une intoxication par le plomb ou des troubles métaboliques (syndrome de Reye, acidocétose diabétique). Les nouveau-nés atteints d'hémorragie ventriculaire ou de méningomyélocèle ont une prédisposition à l'hydrocéphalie intracrânienne. Les enfants atteints de cardiopathie bleue ont une prédisposition à l'abcès; les enfants drépanocytaires peuvent avoir un accident vasculaire cérébral entraînant une hypertension intracrânienne.

Les signes objectifs de l'hypertension intracrânienne sont un œdème de la tête du nerf optique, une augmentation de la pression du liquide céphalo-rachidien, une augmentation de la pression osmotique des extrémités, des modifications typiques des rayons X dans les os du crâne. Il faut garder à l'esprit que ces signes n'apparaissent pas immédiatement, mais après une longue période (sauf pour une augmentation de la pression du liquide céphalo-rachidien).

En outre, il existe des signes tels que:

  • perte d'appétit, nausées, vomissements, maux de tête, somnolence;
  • inattention, capacité réduite à se réveiller;
  • œdème de la tête du nerf optique, parésie de la recherche;
  • augmentation du tonus, réflexe de Babinsky positif;

Avec une augmentation significative de la pression intracrânienne, un trouble de la conscience, des convulsions et des changements viscéral-végétatifs sont possibles. Avec la luxation et le calage des structures du tronc cérébral, une bradycardie se produit, une insuffisance respiratoire, la réaction des pupilles à la lumière diminue ou disparaît et la pression artérielle systémique augmente.

Hypertension intracrânienne chez les enfants

Chez les enfants, deux types de pathologie sont distingués:

  1. Le syndrome se développe lentement dans les premiers mois de la vie lorsque les fontanelles ne sont pas fermées.
  2. La maladie se développe rapidement chez les enfants après un an, lorsque les sutures et les fontanelles sont fermées.

Chez les enfants de moins d'un an, en raison des sutures crâniennes ouvertes et des fontanelles, les symptômes sont généralement légers. La compensation se produit en raison de l'ouverture des sutures et des fontanelles et d'une augmentation du volume de la tête.

Le premier type de pathologie est caractérisé par les symptômes suivants:

  • des vomissements surviennent plusieurs fois par jour;
  • le bébé dort un peu;
  • les sutures crâniennes divergent;
  • l'enfant pleure souvent longtemps sans raison;
  • les fontanelles gonflent, leur pulsation n'est pas audible;
  • les veines sont clairement visibles sous la peau;
  • les enfants sont à la traîne dans leur développement, plus tard ils commencent à tenir la tête et à s'asseoir;
  • le crâne n'est pas grand en âge;
  • les os du crâne sont formés de manière disproportionnée, le front dépasse de manière anormale;
  • lorsque l'enfant regarde vers le bas, une bande blanche de blanc du globe oculaire est visible entre l'iris et la paupière supérieure.

Chacun de ces signes individuellement n'indique pas une augmentation de la pression à l'intérieur du crâne, mais la présence d'au moins deux d'entre eux est une raison d'examiner l'enfant.

Lorsque les fontanelles et les sutures crâniennes sont envahies par la végétation, les manifestations d'hypertension intracrânienne deviennent prononcées. À ce moment, l'enfant développe les symptômes suivants:

  • vomissements persistants;
  • anxiété;
  • convulsions;
  • perte de conscience.

Dans ce cas, vous devez absolument appeler une ambulance..

Le syndrome peut se développer à un âge plus avancé. Chez les enfants à partir de deux ans, la maladie se manifeste comme suit:

  • les fonctions des organes des sens sont perturbées en raison de l'accumulation de liquide céphalo-rachidien;
  • des vomissements surviennent;
  • le matin, au réveil, des maux de tête éclatants apparaissent qui pressent les yeux;
  • en montant, la douleur s'affaiblit ou recule en raison de la sortie de liquide céphalo-rachidien;
  • l'enfant est rabougri, en surpoids.

Une ICP accrue chez les enfants entraîne des troubles du développement du cerveau, il est donc important de détecter la pathologie le plus tôt possible..

Hypertension intracrânienne bénigne (IBH)

C'est l'une des variétés d'ICP, qui peut être attribuée à un phénomène temporaire causé par un certain nombre de facteurs défavorables. L'état d'hypertension intracrânienne bénigne est réversible et ne présente pas de danger grave, car dans ce cas, la compression du cerveau ne se produit pas en raison de l'influence d'un corps étranger.

Les facteurs suivants peuvent provoquer une DVH:

  1. Hyperparathyroïdie;
  2. Perturbations du cycle menstruel;
  3. Annulation de certains médicaments;
  4. Hypovitaminose;
  5. Obésité;
  6. Grossesse;
  7. Surdosage de vitamine A et autres.

L'hypertension intracrânienne bénigne est associée à une altération de l'absorption ou de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien. Les patients se plaignent de maux de tête qui sont aggravés par le mouvement, et parfois même par les éternuements ou la toux. La principale différence entre la maladie et l'hypertension artérielle classique du cerveau est que le patient ne présente aucun signe de dépression de conscience et que la maladie elle-même n'a aucune conséquence et ne nécessite pas de traitement spécial. [adsen]

Complications

Le cerveau est un organe vulnérable. Une compression prolongée entraîne une atrophie du tissu nerveux, ce qui signifie que le développement mental, la capacité de bouger et des troubles autonomes se produisent.

Si vous ne contactez pas un spécialiste à temps, une compression sera observée. Le cerveau peut être forcé dans le foramen magnum ou dans l'encoche du tentorium cérébelleux. Cela comprime la moelle allongée, où se trouvent les centres de respiration et de circulation sanguine. Cela entraînera la mort d'une personne. La pression de la tente dans le filet s'accompagne d'une somnolence constante, du bâillement, la respiration devient profonde et rapide, les pupilles sont visiblement rétrécies. Il y a un coincement du crochet hippocampique, dont un symptôme est la dilatation de la pupille ou l'absence de réaction légère du côté de la blessure. Une augmentation de la pression entraînera une dilatation de la deuxième pupille, une perturbation du rythme respiratoire et un coma.

Une pression intracrânienne élevée s'accompagne toujours d'une perte de vision due à la compression du nerf optique.

Diagnostique

Pour le diagnostic, la pression à l'intérieur du crâne est mesurée en introduisant une aiguille attachée à un manomètre dans le canal rachidien ou dans les cavités fluides du crâne.

Pour la mise en scène, un certain nombre de signes sont pris en compte:

  1. Il est établi par une mauvaise sortie de sang veineux de la région du crâne.
  2. Selon IRM (imagerie par résonance magnétique) et CT (tomodensitométrie).
  3. Jugé par le degré de raréfaction des bords des ventricules du cerveau et l'expansion des cavités fluides.
  4. Selon le degré d'expansion et de remplissage sanguin des veines du globe oculaire.
  5. Selon l'échographie des vaisseaux du cerveau.
  6. Selon les résultats de l'encéphalogramme.
  7. Si les veines oculaires sont clairement visibles et sont fortement remplies de sang (yeux rouges), alors on peut indirectement affirmer une augmentation de la pression à l'intérieur du crâne.

En pratique, dans la plupart des cas, pour un diagnostic et un degré de développement plus précis de la maladie, la différenciation des symptômes de la manifestation clinique de l'hypertension est utilisée en combinaison avec les résultats d'une étude de l'appareil du cerveau..

Traitement de l'hypertension intracrânienne

Quel est le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne chez l'adulte? S'il s'agit d'une hypertension bénigne, le neurologue prescrit des diurétiques. En règle générale, cela suffit à lui seul à soulager l'état du patient. Cependant, ce traitement traditionnel n'est pas toujours acceptable pour le patient et ne peut pas toujours être réalisé par lui. Pendant les heures de travail, vous ne pouvez pas "vous asseoir" sur les diurétiques. Par conséquent, des exercices spéciaux peuvent être effectués pour réduire la pression intracrânienne..

En outre, un régime de boisson spécial, un régime doux, une thérapie manuelle, des procédures de physiothérapie et l'acupuncture aident également très bien à l'hypertension intracrânienne. Dans certains cas, le patient n'a même pas besoin de médicaments. Les signes de maladie peuvent disparaître dans la première semaine suivant le début du traitement.

Un traitement légèrement différent est utilisé pour l'hypertension cranio-cérébrale causée par d'autres maladies. Mais avant de traiter les conséquences de ces maladies, il faut éliminer leur cause. Par exemple, si une personne a développé une tumeur qui crée une pression dans le crâne, il faut d'abord débarrasser le patient de cette tumeur, puis faire face aux conséquences de son développement. S'il s'agit d'une méningite, il ne sert à rien de traiter avec des diurétiques sans combattre simultanément le processus inflammatoire.

Dans les cas très graves (par exemple, bloc du LCR après des opérations neurochirurgicales ou bloc congénital du LCR), un traitement chirurgical est utilisé. Par exemple, une technologie a été développée pour l'implantation de tubes (shunts) pour drainer l'excès de LCR.

PS: La déshydratation (vomissements, diarrhée, perte de sang importante), le stress chronique, la dystonie végétative-vasculaire, la dépression, la névrose, les maladies accompagnées d'une altération de la circulation sanguine dans les vaisseaux du cerveau (par exemple, ischémie, encéphalopathie, ostéochondrose cervicale) entraînent une diminution de la pression intracrânienne (hypotension) ).

Ainsi, l'hypertension intracrânienne est une condition pathologique qui peut survenir dans une grande variété de maladies cérébrales et pas seulement. Cela nécessite un traitement obligatoire. Sinon, une grande variété de résultats sont possibles (y compris la cécité complète et même la mort).

Plus cette pathologie est diagnostiquée tôt, les meilleurs résultats peuvent être obtenus avec moins d'effort. Par conséquent, ne tardez pas à consulter un médecin en cas de suspicion d'augmentation de la pression intracrânienne..

Qu'est-ce que l'hypertension intracrânienne, quels sont les premiers signes de pathologie?

À partir de l'article, vous apprendrez les caractéristiques de l'hypertension intracrânienne, les causes et le mécanisme de développement, les symptômes de la pathologie, le traitement, la prévention et le pronostic.

L'hypertension intracrânienne est un symptôme de pression intracrânienne élevée résultant de dommages aux neurones du cerveau pour diverses raisons.

informations générales

L'hypertension intracrânienne est un syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne. Peut être idiopathique ou se développer avec diverses lésions cérébrales.

L'hypertension intracrânienne est un diagnostic syndromologique courant en neurologie adulte et pédiatrique. Nous parlons d'une augmentation de la pression intracrânienne (intracrânienne). Étant donné que le niveau de ce dernier affecte directement la pression dans le système du liquide céphalo-rachidien, l'hypertension intracrânienne est également appelée syndrome hypertensif du LCR ou syndrome d'hypertension du LCR. Dans la plupart des cas, l'hypertension intracrânienne est secondaire et se développe à la suite de traumatismes crâniens ou de divers processus pathologiques à l'intérieur du crâne..

L'hypertension intracrânienne primaire idiopathique, classée bénigne selon la CIM-10, est également répandue. Il s'agit d'un diagnostic d'exclusion, c'est-à-dire qu'il n'est établi qu'après que toutes les autres raisons d'augmentation de la pression intracrânienne n'ont pas été confirmées..

En outre, on distingue l'hypertension intracrânienne aiguë et chronique. Le premier, en règle générale, accompagne les traumatismes cranio-cérébraux et les processus infectieux, le second - les troubles vasculaires, les tumeurs intracérébrales à croissance lente, les kystes cérébraux.

L'hypertension intracrânienne chronique est souvent une conséquence résiduelle des processus intracrâniens aigus (traumatismes, infections, accidents vasculaires cérébraux, encéphalopathies toxiques), ainsi que de la chirurgie cérébrale.

Comment la pression intracrânienne est-elle mesurée?

Il existe plusieurs méthodes pour mesurer le niveau de pression intracrânienne. Les plus fiables et les plus informatifs nécessitent une trépanation, c'est-à-dire l'introduction de capteurs ou de dispositifs dans la cavité crânienne. Dans ce cas, un cathéter spécial est inséré dans la cavité des ventricules du cerveau ou dans le canal rachidien, puis un manomètre y est attaché.

Par la totalité des signes indirects, on peut juger du niveau de pression intracrânienne par l'état du fond d'œil. Des méthodes d'imagerie par résonance magnétique et de tomodensitométrie, ainsi que de neurosonographie et d'échoencéphaloscopie sont utilisées..

Causes et mécanisme de développement du PCI

Une augmentation de la pression intracrânienne est due à un certain nombre de raisons, qui peuvent être divisées en 4 groupes principaux..

  1. Le premier est la présence dans la cavité crânienne d'une masse (tumeur cérébrale primaire ou métastatique, kyste, hématome, anévrisme cérébral, abcès cérébral).
  2. Le second est un œdème cérébral de nature diffuse ou locale, qui se développe dans le contexte d'une encéphalite, d'une contusion cérébrale, d'une hypoxie, d'une encéphalopathie hépatique, d'un accident vasculaire cérébral ischémique, de lésions toxiques. Un gonflement non pas du tissu cérébral lui-même, mais des membranes cérébrales avec méningite et arachnoïdite conduit également à une hypertension du liquide céphalo-rachidien.
  3. Le troisième groupe comprend les causes de nature vasculaire, qui provoquent une augmentation de la circulation sanguine dans le cerveau. Un volume sanguin excessif à l'intérieur du crâne peut être associé à une augmentation de son afflux (avec hyperthermie, hypercapnie) ou à une difficulté à sortir de la cavité crânienne (avec encéphalopathie discirculatoire avec écoulement veineux altéré).
  4. Le quatrième groupe de raisons consiste en des troubles dynamiques du LCR, qui à leur tour sont causés par une augmentation de la production de LCR, une circulation altérée du LCR ou une diminution de l'absorption du LCR (liquide céphalo-rachidien). Dans de tels cas, nous parlons d'hydrocéphalie - une accumulation excessive de liquide dans le crâne.

Les causes de l'hypertension intracrânienne bénigne ne sont pas entièrement claires. Il est plus fréquent chez les femmes et dans de nombreux cas est associé à une prise de poids. À cet égard, il existe une hypothèse sur un rôle important dans sa formation de la restructuration endocrinienne du corps.

L'expérience a montré que le développement de l'hypertension intracrânienne idiopathique peut être causé par un apport excessif de vitamine A dans le corps, la prise de certains produits pharmaceutiques et le retrait des corticostéroïdes après une longue période d'utilisation..

La cavité crânienne étant un espace limité, toute augmentation de la taille des structures qui s'y trouvent entraîne une augmentation de la pression intracrânienne. Le résultat est un degré différent de compression du cerveau, conduisant à des changements dismétaboliques dans ses neurones. Une augmentation significative de la pression intracrânienne est dangereuse en raison du déplacement des structures cérébrales (syndrome de luxation) avec le coincement des amygdales cérébelleuses dans le foramen magnum. Dans ce cas, une compression du tronc cérébral se produit, entraînant un trouble des fonctions vitales, puisque les centres nerveux respiratoire et cardiovasculaire sont localisés dans le tronc.

Chez l'enfant, les étiofacteurs de l'hypertension intracrânienne peuvent être des anomalies du développement du cerveau (microcéphalie, hydrocéphalie congénitale, malformations artério-veineuses du cerveau), traumatisme intracrânien à la naissance, infection intra-utérine, hypoxie fœtale, asphyxie du nouveau-né. Dans la petite enfance, les os du crâne sont plus doux et les coutures entre eux sont élastiques et souples. De telles caractéristiques contribuent à une compensation significative de l'hypertension intracrânienne, ce qui assure son évolution subclinique parfois prolongée..

Symptômes et manifestations cliniques

Le tableau clinique dépend de la maladie primaire, du taux d'augmentation de la pression intracrânienne et de son degré. Il est possible de mesurer avec précision la pression intracrânienne à l'aide de méthodes invasives, mais elles ne sont utilisées que pour l'hypertension crânienne causée par une pathologie cérébrale grave, par exemple une tumeur étendue. Il existe trois principaux symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne chez l'adulte:

  1. maux de tête modérés à intenses;
  2. nausées et vomissements non associés à la prise alimentaire;
  3. déficience visuelle.

De plus, une pression intracrânienne élevée peut être accompagnée d'une hypertension artérielle, d'une fréquence cardiaque diminuée ou augmentée, d'une fatigue rapide, d'une diminution des performances, d'une irritabilité, d'un sifflement dans les oreilles, d'une mémoire et d'une attention altérées, d'une transpiration accrue. Les patients avec une pression intracrânienne élevée ne tolèrent pas les changements de pression atmosphérique, souffrent de dépendance météorologique.

Les maux de tête avec augmentation de la pression intracrânienne ont des caractéristiques:

  • caractère pressant, éclatant, aggravé la nuit plus près du matin (de 4 à 6 heures du matin, augmentation de la production de liquide céphalo-rachidien), aggravé par la toux, les éternuements, la flexion en avant, il est mal enlevé ou pas du tout éliminé par les analgésiques.
  • L'hypertension crânienne légère se présente généralement avec seulement un léger mal de tête.
  • Dans l'hypertension sévère, des maux de tête atroces sont accompagnés de nausées, allant jusqu'à des vomissements. Après des vomissements, l'intensité du syndrome douloureux diminue.

Chez les nouveau-nés et les nourrissons, une augmentation de la pression intracrânienne se manifeste par de l'anxiété, un cri fort sans raison apparente, des régurgitations fréquentes, des vomissements et parfois une hypertonicité musculaire et des convulsions. Chez les enfants de moins d'un an, divergence des coutures des os du crâne, renflement de la fontanelle, une augmentation du volume de la tête est possible. Le réseau vasculaire devient clairement visible sur le cuir chevelu.

Pourquoi l'hypertension crânienne est-elle dangereuse?

Une augmentation brusque et rapide de la pression à l'intérieur du crâne peut entraîner le développement d'une pathologie neurologique grave, pouvant aller jusqu'à l'invalidité et même la mort. Chez les adolescents, une augmentation de la pression intracrânienne peut survenir en raison de modifications du fond hormonal, avec surcharge émotionnelle.

Une compression prolongée du cerveau provoque son hypoxie, un manque d'oxygène, une détérioration des fonctions. Plus tard, les troubles organiques rejoignent les troubles fonctionnels, les lésions cérébrales deviennent irréversibles, les manifestations dépendront de la localisation des lésions. La conséquence de l'hypertension intracrânienne à long terme chez les enfants est un retard du développement mental et physique qui, dans certaines conditions, peut devenir irréversible..

Diagnostique

Tout d'abord, je voudrais dire que la pression intracrânienne ne peut être mesurée qu'en ouvrant le crâne. À ce jour, il n'existe aucune autre méthode pour mesurer avec précision la pression intracrânienne. Il est possible de supposer un changement stable de pression (augmentation dans une plus grande mesure) en utilisant les méthodes suivantes:

  • Examen par un médecin avec évaluation des mouvements des globes oculaires - le patient peut avoir un strabisme en raison de la compression du nerf abducens, une double vision en cours de vérification de l'amplitude des mouvements des globes oculaires. Les bébés peuvent avoir une augmentation de la circonférence de la tête. Des symptômes neurologiques pathologiques associés, par exemple, à une tumeur peuvent apparaître.
  • Examen du fond d'oeil - il peut y avoir un flou de la tête du nerf optique, une congestion vasculaire et d'autres signes non spécifiques.
  • Radiographie du crâne - ce que l'on appelle des «dépressions numériques» et d'autres signes non spécifiques peuvent être visibles.
  • IRM et TDM de la tête - syndrome de «selle turque vide», expansion des ventricules du cerveau et autres signes non spécifiques.
  • Échographie des vaisseaux de la tête et du cou - il peut y avoir une violation de l'écoulement veineux de la cavité crânienne. Toutes ces données doivent être évaluées en association, car chacune d'elles séparément ne permet pas d'établir le syndrome d'hypertension intracrânienne..

Pour poser un diagnostic, vous devez également consulter au moins un neurologue et un ophtalmologiste. Malheureusement, il n'est pas rare pour les cas où, sur la base d'un examen par un spécialiste ou selon les résultats d'une étude, le syndrome d'hypertension intracrânienne est établi et un traitement est prescrit. Dans la plupart des cas, les maux de tête et les troubles visuels sont causés par des causes complètement différentes (céphalées de tension, migraine, cervicocranialgie, etc.).

Caractéristiques de la thérapie

L'hypertension intracrânienne est traitée avec des méthodes conservatrices et chirurgicales. Un traitement médicamenteux est recommandé pour la forme chronique de pathologie sans progression prononcée ou avec une dynamique lente des symptômes de la forme aiguë de l'ICH, s'il n'y a pas de signes d'altération de la conscience et de luxation des structures cérébrales.

La base du traitement est constituée de médicaments diurétiques, dont le choix dépend de la gravité de la maladie. L'évolution aiguë nécessite l'utilisation de diurétiques osmotiques (mannitol, mannitol), dans d'autres situations, le furosémide (Lasix), le veroshpiron, l'aldactone, l'hypothiazide sont utilisés. Pour le PCI bénin, le Diacarb est le médicament de choix..

Dans le même temps, le traitement de la cause de l'hypertension est effectué: des antibiotiques sont prescrits pour les lésions infectieuses et inflammatoires du cerveau, des venotoniques - pour la stase veineuse, la désintoxication - pour l'empoisonnement, etc. Les femmes atteintes d'un PCI bénin doivent consulter un endocrinologue et perdre du poids.

Selon les indications, des médicaments métabolites (Glycine, Piracetam et autres) sont utilisés, bien que leur efficacité soit controversée. En outre, le complexe de la thérapie conservatrice comprend des mesures thérapeutiques et de protection pour limiter la charge sur la vision..

En cas d'inefficacité du traitement médicamenteux ou de progression rapide de la pathologie, des méthodes chirurgicales de traitement sont utilisées. Les opérations sont effectuées selon deux modes:

  • Les interventions d'urgence sont l'élimination de l'excès de liquide par ponction des ventricules du cerveau et l'installation d'un cathéter. Dans les cas extrêmes, une craniotomie de décompression est réalisée (un défaut est créé artificiellement dans les os d'un côté du crâne pour réduire la compression du cerveau).
  • Chirurgies planifiées - pose d'une voie artificielle pour l'écoulement du liquide céphalo-rachidien (shunt), tandis que l'excès de liquide est dirigé du crâne vers la cavité abdominale.

Il est possible de traiter le PCI avec des remèdes populaires uniquement après examen et détermination de la cause de la pathologie. Les préparations à base de plantes contenant des plantes diurétiques et sédatives sont utilisées pour renforcer l'effet du traitement principal dans une évolution bénigne de la maladie, en particulier en cas de trouble de la circulation cérébrale, de troubles de l'écoulement du sang veineux.

Pour les enfants, une consultation préalable avec un neurologue ou un neurochirurgien est requise. Le pronostic pour l'ICH ne sera favorable qu'après l'élimination de la cause qui a causé la pathologie.

Prévention, pronostic

Le résultat du syndrome hypertenseur du liquide céphalo-rachidien dépend de la pathologie sous-jacente, du taux d'augmentation de l'ICP, de la rapidité du traitement et des capacités compensatoires du cerveau. Avec le développement du syndrome de luxation, une issue mortelle est possible. L'hypertension intracrânienne idiopathique est bénigne et répond généralement bien au traitement. L'hypertension du liquide céphalo-rachidien à long terme chez les enfants peut entraîner un retard du développement neuropsychique avec formation de débilité ou d'imbécilité.

La prévention du développement de l'hypertension intracrânienne permet la prévention de la pathologie intracrânienne, le traitement rapide des neuroinfections, des troubles dyscirculatoires et du liquide céphalo-rachidien. Les mesures préventives comprennent le respect de la routine quotidienne normale, le rationnement du travail; évitement de la surcharge mentale; gestion adéquate de la grossesse et de l'accouchement.

9 mythes sur l'hypertension intracrânienne

Mythe 1: ICP et tension artérielle sont une seule et même chose.

La pression artérielle est la pression que le sang exerce sur les parois des vaisseaux sanguins. Il peut être capillaire, veineux, artériel et intracardiaque.

Et la pression intracrânienne est la pression du liquide céphalo-rachidien dans le crâne. Le LCR n'exerce aucune pression sur le sang, bien que parfois l'hypertension soit un signe d'hypertension.

Mythe 2. Tous les 5 bébés reçoivent un diagnostic de PCI accru

Si un bébé sur cinq avait un tel diagnostic, les hôpitaux seraient surpeuplés d'enfants malades souffrant d'hypertension. En fait, seuls 1 à 2 cas d'augmentation du PCI sont enregistrés pour 10 mille personnes..

Les conséquences d'un traitement à domicile pour cette pathologie peuvent être désastreuses. C'est une condition médicale grave qui est traitée en ambulatoire..

Mythe 3. Les enfants dont le PCI est plus élevé souffrent d'un retard mental

Une autre idée fausse profonde est que les patients avec un PCI élevé ont un faible QI..

Le retard mental est un développement inadéquat de la psyché en raison de complications lors de l'accouchement, de maladies d'une femme enceinte, de problèmes gynécologiques, ainsi que de blessures.

Mythe 4. Tous les enfants hyperactifs ont augmenté le PCI

L'hyperactivité et l'augmentation de l'ICP n'ont rien à voir entre elles. Si un enfant a une ICP augmentée, le bébé doit être immédiatement traité de manière permanente. À la maison, cette pression ne peut être réduite. L'hyperactivité peut être due à l'hérédité, au travail difficile ou à la nutrition, mais pas à un PCI élevé. Avec l'hyperactivité, l'activité motrice dépasse la norme et avec une ICP accrue, une panne est caractéristique.

Mythe 5. Les maux de tête sont un signe clair de pression intracrânienne

Des maux de tête sévères peuvent être un symptôme d'une augmentation de la PIC, mais ils peuvent ne pas avoir la moindre relation avec elle. Les maux de tête peuvent être le symptôme d'un large éventail de maladies et, à cause de cela, il est insensé d'attribuer le diagnostic de «PCI élevé». Les principaux symptômes autres que les maux de tête:

  • nausée et vomissements;
  • déficience de mémoire;
  • fatigue et fatigue;
  • diminution de la vision et strabisme.

Vous devez également faire la distinction entre les maux de tête et la migraine. Les crises de migraine n'ont souvent rien à voir avec l'hypertension.

Mythe 6. Le diagnostic de PCI peut être posé par des signes extérieurs.

Une précision absolue dans la mesure de la pression intracrânienne chez un adulte ne peut être obtenue qu'à l'aide d'une craniotomie, et chez les enfants de moins d'un an, y compris les nourrissons, à l'aide d'une échographie du cerveau à travers une fontanelle non fermée.

Chez l'adulte, un examen ophtalmologique est effectué, où le médecin examine le disque optique et l'état des vaisseaux rétiniens, après quoi il conclut qu'il y a une augmentation de l'ICP.

En outre, si nécessaire, une imagerie par résonance magnétique (IRM), une échographie (échographie) ou une tomodensitométrie (TDM) sont effectuées, à l'aide desquelles il est possible de déterminer s'il y a des changements dans la structure du cerveau et des tissus qui l'entourent, ce qui aide à déterminer le diagnostic.

Mythe 7. Tout médecin peut diagnostiquer

Il n'y a que trois groupes de médecins qui peuvent diagnostiquer une ICP élevée:

  • spécialistes des maladies infectieuses;
  • néonatologistes;
  • réanimateurs et chirurgiens.

Le reste ne sera pas suffisamment compétent en la matière. En effet, la médecine n'a que deux façons de mesurer la PIC, et les deux nécessitent une dissection cérébrale. Les méthodes actuelles de détermination de la PCI doivent être étayées par des symptômes prononcés et le diagnostic lui-même est posé par un médecin compétent et expérimenté..

Mythe 8. Il est impossible de guérir complètement le PCI

Aujourd'hui, il existe de nombreuses techniques et médicaments qui traitent l'hypertension intracrânienne. Une fois la cause du développement de cette maladie trouvée, le traitement commence. Il existe différentes manières. Les principaux sont:

  • Crevaison. Une aiguille est insérée entre les deuxième et troisième vertèbres, qui est attachée à un récipient stérile et l'excès de liquide céphalo-rachidien est retiré à l'aide d'un tube.
  • Endoscopie. Perforation du fond du troisième ventricule avec un cathéter, créant ainsi un canal pour l'écoulement du liquide céphalo-rachidien dans les citernes du cerveau.
  • Chirurgie de pontage. Un cathéter en silicone est inséré à travers l'ouverture du crâne. Un système de valves et de tubes en silicone est créé. L'extrémité du système est fixée soit dans la cavité abdominale, soit dans l'oreillette droite. Le déroulement de cette opération est surveillé à l'aide d'une radiographie.

Mythe 9. La tendance à l'ICP est héritée

Aucune des études qui ont été menées n'a confirmé que la propension à une augmentation du PCI est transmise génétiquement. Les causes de l'hypertension intracrânienne:

  • lésions cérébrales qui ont provoqué un gonflement;
  • néoplasmes et hématomes;
  • infections du système nerveux central;
  • complications pendant la grossesse;
  • troubles du système endocrinien;
  • pathologies congénitales;
  • maladies oncologiques.

Maintenant, vous ne croirez pas les mythes. Mais rappelez-vous que cette maladie est dangereuse, alors ne négligez pas les symptômes qui apparaissent. N'oubliez pas qu'il est impossible de poser un diagnostic à domicile. Vous devez contacter un spécialiste.

Hypertension intracrânienne: signes, diagnostic, traitement et conséquences

Mal de crâne. Elle peut être forte et subtile, continue et temporaire, aiguë et douloureuse.

Nous prêtons rarement attention aux maux de tête, les considérant frivoles et inoffensifs. Allongez-vous pendant une heure, prenez une pilule - c'est tout le traitement pour un mal de tête. Cela peut être efficace, mais pas sûr. Pourquoi?

Le fait est qu'un mal de tête apparemment ordinaire peut cacher des maladies graves accompagnées de processus destructeurs complexes et de pathologies.

L'une de ces maladies est l'hypertension cérébrale. Ce que c'est? Qu'est-ce qui est remarquable dans cette maladie? Quelles sont ses origines et ses manifestations? Comment est-il diagnostiqué et traité? Découvrons-le.

Qu'est-ce que l'hypertension intracrânienne?

La réponse à cette question n'est pas facile. Basée sur la Classification internationale des maladies (CIM), l'hypertension intracrânienne est un trouble du système nerveux humain dû à des lésions cérébrales.

Le cerveau est protégé par un solide squelette osseux du crâne et est recouvert de membranes dures, vasculaires et molles de tissu conjonctif. Entre eux et la surface du cerveau se trouve du liquide céphalo-rachidien qui circule dans les ventricules du cerveau (LCR).

Alors qu'est-ce que l'hypertension cérébrale? C'est la force de pression intracrânienne, qui est uniformément répartie sur toute la structure de l'organe et affecte négativement sa structure. La pression intracrânienne est une augmentation de la pression du liquide intracérébral directement sur le cerveau.

Oui, l'hypertension intracrânienne (intracrânienne) est un diagnostic neurologique qui survient chez les enfants et les adultes. Dans la plupart des cas, il affecte les hommes matures, bien que dans l'enfance, il se produit uniformément dans les deux sexes.

Le plus souvent, l'hypertension intracrânienne a une forme secondaire, évoluant en raison de pathologies ou de blessures graves. Parfois, on trouve également le stade primaire de la maladie, qui a la définition de «bénin» selon la CIM-10. L'hypertension intracrânienne, selon la 10e révision de la Classification internationale des maladies, est un diagnostic d'exclusion (code maladie G93.2). Autrement dit, il n'est installé que lorsque d'autres causes d'apparition de la maladie n'ont pas été trouvées..

Pourquoi cette maladie survient-elle? allons jeter un oeil.

Causes de l'hypertension cérébrale

La survenue de l'hypertension intracrânienne repose sur un certain nombre de raisons, conditionnellement divisées en quatre catégories:

  1. L'apparition d'un néoplasme (kyste, hématome, abcès, anévrisme).
  2. Manifestation d'œdème (dans le contexte d'une blessure, d'une encéphalite, d'une méningite, d'une hypoxie, d'une contusion, d'un accident vasculaire cérébral).
  3. Augmentation du volume sanguin (pathologie de l'écoulement ou du flux sanguin avec hyperthermie, hypercapnie, encéphalopathie et autres).
  4. Violation de la circulation du liquide céphalo-rachidien.

Les causes indirectes (implicites) de la maladie sont considérées comme des troubles graves survenant dans le corps du côté des systèmes cardiovasculaire, circulatoire et respiratoire..

Les raisons du développement de l'hypertension intracrânienne chez les enfants sont des anomalies congénitales graves, de graves problèmes pendant la grossesse et l'accouchement, la prématurité et les infections.

Systématisation de la maladie

En fonction des causes d'occurrence, la pathologie liquide est classée selon les critères suivants:

  1. Tranchant. Il se manifeste soudainement en raison d'un accident vasculaire cérébral, d'une lésion cérébrale ou d'un néoplasme à croissance rapide. Le plus souvent mortel.
  2. Modérer. Cela se produit dans le contexte du développement d'une dystonie végétative-vasculaire ou d'une sensibilité accrue aux conditions météorologiques. L'hypertension intracrânienne modérée se fait sentir périodiquement, souvent en raison d'un changement brusque de temps.
  3. Veineux. Elle est le résultat de troubles du flux sanguin dus à la compression des veines. Se développe souvent dans le contexte de l'ostéochondrose, de la thrombose ou de la formation de tumeurs.
  4. Idiopathique ou bénin. N'a aucune raison évidente de son origine. Cette forme d'hypertension étant très insidieuse, nous en parlerons un peu plus bas..

Découvrons maintenant les principaux symptômes de la manifestation de la maladie.

Manifestations de pathologie liquide

La toute première manifestation et la plus courante de l'hypertension intracrânienne est un mal de tête intense, caractérisé par des patients comme un «éclatement», appuyant sur les globes oculaires et l'arête du nez.

Cela peut être chronique ou local. Le plus souvent, il apparaît la nuit ou tôt le matin. Cela est dû à l'augmentation de la sécrétion de liquide céphalo-rachidien lorsque le corps est en position horizontale..

Souvent, un mal de tête provoque des nausées et des vomissements sévères, et avec la libération de vomi, une sensation de soulagement ne vient pas.

L'hypertension intracrânienne peut également être accompagnée d'une déficience visuelle. Il peut s'agir de toutes sortes de nébulosité et d'assombrissement des yeux, de fente, d'effet de moucherons et de flashs lumineux. La douleur dans les globes oculaires devient vive et insupportable, surtout lorsque les yeux roulent.

Un facteur important dans la manifestation de la maladie est l'état général désagréable du patient. Cela peut être une somnolence constante, une fatigue rapide, des troubles du sommeil, de la faiblesse, de la transpiration et des évanouissements..

Des troubles émotionnels peuvent survenir, accompagnés d'une irritabilité sévère, de la nervosité et d'une excitabilité sans cause.

Les signes indirects d'hypertension intracrânienne du système cardiovasculaire sont des troubles sous la forme d'une augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle..

Un symptôme important est également considéré comme des ecchymoses sous les yeux, qui apparaissent malgré le fait qu'une personne dort suffisamment et mène une vie plutôt calme. Cela est dû à l'expansion du réseau veineux autour des yeux et de la paupière inférieure.

Les symptômes ci-dessus caractérisent la manifestation de la maladie, quel que soit son type ou sa forme. Ils sont conditionnels et généralisés pour tous les types d'hypertension cérébrale..

Comment s'exprime alors l'hypertension intracrânienne bénigne??

Hypertension bénigne

Ce type de maladie peut être observé chez les adultes et les bébés. Selon l'âge du patient, divers symptômes et signes de la maladie apparaissent. Donc, l'hypertension intracrânienne bénigne chez l'adulte. Ce que c'est?

Ce type de maladie se caractérise par des symptômes plus légers et la meilleure réponse au traitement thérapeutique. Le plus souvent, les femmes en souffrent pendant la période de changements dans le cycle menstruel et les filles en surpoids.

L'hypertension cérébrale idiopathique s'accompagne de maux de tête sévères, qui peuvent être facilement soulagés par des analgésiques ou disparaître d'eux-mêmes. La maladie ne provoque pas d'évanouissement ni de dépression, cependant, un mal de tête constant peut entraîner des conséquences négatives indésirables.

Dans certains cas, le processus de la maladie peut se terminer spontanément. Si cela ne se produit pas, un traitement médicamenteux est prescrit, basé sur deux principes: réduire le poids corporel et améliorer la sortie de liquide.

L'hypertension intracrânienne bénigne chez les enfants se manifeste par de graves maux de tête, une diminution de l'attention et des performances scolaires. Chez les nouveau-nés, elle est causée par un traumatisme grave à l'accouchement et à la naissance, chez les enfants plus âgés - par un métabolisme inapproprié et un surpoids.

Si vous pensez que votre enfant a augmenté la pression intracrânienne, vous devez consulter d'urgence un médecin..

Ce qu'il faut chercher?

La manifestation de la maladie chez les enfants

Chez les nouveau-nés et les enfants d'âge préscolaire, le développement de l'hypertension intracrânienne s'accompagne d'une pathologie grave du cerveau, cette maladie doit donc être détectée le plus tôt possible et consulter un médecin dès que possible.

Chez les bébés, l'évolution de la maladie se déroule en deux étapes:

  1. Progression lente de la maladie au cours des six premiers mois de la vie (alors que les fontanelles ne sont pas encore fermées).
  2. Le développement rapide de la maladie après un an (à un moment où les fontanelles sont déjà fermées).

Le premier type d'hypertension intracrânienne s'accompagne des symptômes suivants:

  • pleurs fréquents et prolongés sans raison;
  • gonflement de la fontanelle, incapacité à écouter la pulsation;
  • divergence des sutures crâniennes;
  • élargissement du crâne;
  • formation disproportionnée des os du crâne (la partie frontale peut dépasser fortement vers l'avant);
  • protrusion artificielle des veines;
  • vomissements fréquents;
  • sommeil perturbé court;
  • retard de développement.

Si le bébé présente deux ou plusieurs signes de cette liste, vous devez immédiatement contacter le pédiatre.

Le deuxième type de pathologie cérébrale s'accompagne d'indicateurs intensément exprimés. Tout d'abord, ce sont:

  • convulsions;
  • vomissements continus;
  • anxiété panique;
  • perte de conscience.

Si cela est observé dans la santé de l'enfant, vous devez absolument appeler une ambulance!

Cette maladie peut se développer plus tard dans l'enfance. Dans ce cas, vous devez faire attention aux signes suivants:

  • maux de tête le matin;
  • Douleur dans les yeux;
  • vomissement;
  • obésité.

Diagnostiquer le syndrome de l'enfant

Tout d'abord, les parents eux-mêmes doivent surveiller de près le bien-être de l'enfant, afin de ne pas manquer le développement d'une maladie grave dans son anamnèse. Au moindre signe avant-coureur, vous devez montrer le bébé au pédiatre.

Le pédiatre peut référer l'enfant à un ophtalmologiste et un neurologue pour consultation. Si nécessaire, de tels examens seront effectués: neurosonographie, radiographies du cerveau, imagerie par résonance magnétique.

Traitement de l'hypertension chez les enfants

Si le diagnostic est confirmé, le médecin traitant prescrira à l'enfant un traitement pour l'hypertension intracrânienne, en fonction de la cause et du degré de la maladie..

Au premier stade de la manifestation de la maladie, peu de choses peuvent être nécessaires: un régime spécial, des exercices de gymnastique spéciaux et des visites à la salle de massage, de la physiothérapie, de la natation et de l'acupuncture.

En cas de maladie de gravité modérée, un traitement médicamenteux sera prescrit pour toutes les prescriptions ci-dessus, et dans des formes plus avancées, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour créer des canaux pour l'écoulement du liquide céphalo-rachidien..

Diagnostic chez l'adulte

Les symptômes externes seuls ne suffisent pas à déterminer le diagnostic chez l'adulte. Il est nécessaire de consulter un neurologue et un ophtalmologiste qui, en tenant compte du bien-être du patient, ainsi que des maladies dont il a souffert, lui prescriront un diagnostic correct et correct.

Cela peut être une tomodensitométrie ou une IRM, une radiographie du cerveau, une encéphalographie, une échographie des vaisseaux du cerveau, un examen du globe oculaire ou une ponction lombaire. Ce qui est remarquable dans telle ou telle méthode?

L'imagerie par résonance magnétique indiquera une expansion des cavités ou une pathologie du tissu cérébral, la radiographie détectera ce que l'on appelle des «impressions numériques» sur la partie osseuse du crâne, l'échographie révélera des changements dans les vaisseaux veineux, l'examen du globe oculaire établira une atrophie du nerf optique et des troubles vasculaires. Une ponction lombaire aidera à mesurer la pression intracrânienne à l'aide d'un manomètre attaché à une aiguille insérée dans le canal rachidien.

Traitement de la pathologie chez l'adulte

Le traitement de l'hypertension intracrânienne chez l'adulte doit commencer par l'élimination de la cause sous-jacente de la maladie. S'il s'agit d'un œdème ou d'une tumeur, une ablation chirurgicale du néoplasme sera nécessaire, après quoi, très probablement, la pathologie liquide passera spontanément.

Si la maladie s'est développée à la suite d'un changement pathologique de la circulation du liquide céphalo-rachidien, des diurétiques peuvent être nécessaires, tels que «Diacarbe» et «Dexaméthasone».

Si la maladie est survenue en raison d'une augmentation du volume sanguin, Troxevasin peut être recommandé - un médicament qui favorise l'écoulement du sang.

En outre, il peut parfois être nécessaire d'utiliser des agents antibactériens et antiviraux qui bloquent le développement de la méningite, des abcès, de l'encéphalite.

En plus des agents pharmacologiques, il existe d'autres méthodes non médicamenteuses prescrites pour les stades bénins de la maladie, comme méthodes de traitement principales ou supplémentaires. Ceux-ci comprennent: la thérapie par l'exercice, le régime alimentaire et une bonne nutrition, le programme d'apport hydrique, l'utilisation de vitamines, etc..

La gamme complète des exercices de gymnastique nécessaires sera présentée au patient par le médecin traitant ou l'infirmière.

En ce qui concerne l'alimentation, les recommandations ici sont simples. Exclure: sel, viandes fumées, farine, alcool, soda, aliments instantanés. Consommer: légumes et céréales, fruits et baies, viande et poisson maigres, produits laitiers fermentés et graisses végétales.

Manipulations chirurgicales

Dans la plupart des cas, un traitement thérapeutique suffira à une guérison partielle complète ou satisfaisante. Cependant, si la maladie progresse ou donne des rechutes fréquentes, une intervention chirurgicale peut être recommandée, ce qui aidera à éliminer l'excès de liquide céphalo-rachidien. Quelle est son essence?

Une aiguille de ponction est insérée dans la moelle épinière (au niveau lombaire), à ​​l'aide de laquelle une certaine quantité de liquide céphalo-rachidien est aspirée. Dans une procédure, pas plus de 30 ml de liquide céphalo-rachidien peuvent être prélevés, cependant, malgré ces indicateurs minimaux, le patient ressentira une amélioration fulgurante. Dans certains cas, des manipulations répétées peuvent être nécessaires, qui peuvent être effectuées plusieurs fois, avec un intervalle de quelques jours..

Un autre type de traitement chirurgical est la chirurgie de pontage - l'introduction de petits tubes (sous la forme d'un shunt ou de cathéters) pour corriger la circulation du liquide céphalo-rachidien..

L'utilisation de remèdes populaires

La première étape de la pathologie intracrânienne peut être guérie avec des remèdes populaires. Ils peuvent également être utilisés pour les types avancés d'hypertension en complément du type principal de traitement..

Voici quelques recettes de médecine traditionnelle:

  1. Versez deux citrons et deux têtes d'ail avec 1,5 litre d'eau, insistez pendant un jour et prenez à l'intérieur, égoutté, une cuillère à soupe par jour pendant deux semaines.
  2. Valériane, aubépine, agripaume, menthe, eucalyptus (mélanger les feuilles à parts égales et verser une cuillère du mélange fini avec une bouteille d'un demi-litre de vodka). Infuser pendant une semaine, filtrer et boire pendant un mois trois fois par jour, vingt gouttes.
  3. Teinture de fleur de trèfle (versez 0,5 litre de vodka et laissez reposer un demi-mois). Prendre par voie orale trois fois par jour, une cuillère à soupe, préalablement diluée dans 100 g d'eau.
  4. Une décoction de feuilles de lavande (verser 0,5 litre d'eau bouillante sur une cuillère à soupe et laisser reposer une heure). A consommer pendant un mois sur une cuillère à soupe de bouillon une demi-heure avant les repas.

Pronostic de la maladie

Comme nous l'avons vu, l'identification et la mise en place d'un traitement pour l'hypertension intracrânienne est essentielle le plus tôt possible. Si cela n'est pas fait à temps, les conséquences peuvent être irréversibles et désastreuses: perte de vision, retard de développement, décès.

En outre, il est important d'utiliser des méthodes préventives pour prévenir les maladies - pour mener une vie saine, bien manger, éviter l'épuisement émotionnel et physique, traiter en temps opportun les maladies cérébrales graves ou les lésions cérébrales traumatiques..

Dans le processus de traitement de la pathologie liquide, il est important de suivre scrupuleusement toutes les prescriptions et recommandations du médecin. Cela peut nécessiter le consentement à la chirurgie, un changement de mode de vie habituel et l'utilisation de médicaments spécifiques. Mais tout effort en vaut la peine - votre santé sera préservée de manière fiable et protégée contre les complications négatives ultérieures..

Hypertension intracrânienne chez les enfants et les adultes: causes, symptômes, traitement

L'hypertension intracrânienne (augmentation de la pression intracrânienne, syndrome hypertensif du LCR, syndrome d'hypertension du LCR) est une affection pathologique causée par une augmentation de la pression du liquide céphalo-rachidien dans le crâne, qui est généralement une manifestation d'une maladie ou un signe de lésions cérébrales. Code CIM-10 - G93.2. Peut se développer chez les adultes et les enfants.

Il est impossible de mesurer la pression intracrânienne à la maison de la même manière que la pression artérielle, ce qui signifie que si des signes suspects apparaissent, vous devez consulter un médecin et subir un examen..

Dans l'hypertension crânienne idiopathique, des changements de mode de vie sains peuvent être suffisants pour obtenir une rémission durable..

Hypertension intracrânienne - qu'est-ce que c'est?

Une augmentation de la pression à l'intérieur du crâne se produit en raison d'une violation de la production et / ou de la sortie de liquide céphalo-rachidien - liquide céphalo-rachidien, qui est contenu dans les ventricules du cerveau et entre ses membranes (arachnoïdiennes et molles). Les causes de cette affection sont le plus souvent des néoplasmes qui empêchent l'écoulement du liquide céphalo-rachidien, par exemple, des néoplasmes bénins et malins, un épanchement de liquide tissulaire avec œdème cérébral, une discirculation veineuse du cerveau, une hémorragie avec accident vasculaire cérébral ou une lésion cérébrale traumatique..

Les autres causes d'augmentation de la pression intracrânienne peuvent être l'intoxication, l'hydrocéphalie interne, l'encéphalite, la méningite, l'hyperthermie, l'hypercapnie, les troubles métaboliques, la pathologie cardiovasculaire, l'obésité, les maladies endocriniennes, la prise de certains médicaments (médicaments antibactériens, hormones stéroïdes, contraceptifs oraux), Déficience en fer.

Chez les enfants, une augmentation de la pression crânienne peut être causée par des anomalies dans le développement des vaisseaux cérébraux, un traumatisme à la naissance, une hypoxie fœtale, une asphyxie du nouveau-né, une infection intra-utérine, une prématurité.

Chez les adolescents, une augmentation de la pression intracrânienne peut survenir en raison de modifications du fond hormonal, avec surcharge émotionnelle.

Dans certains cas, il n'est pas possible d'établir la cause de l'augmentation de la pression intracrânienne; cette forme d'hypertension est appelée idiopathique. Il a généralement une évolution bénigne et répond bien au traitement..

Symptômes d'hypertension intracrânienne

Le tableau clinique dépend de la maladie primaire, du taux d'augmentation de la pression intracrânienne, de son degré.

Il est possible de mesurer avec précision la pression intracrânienne à l'aide de méthodes invasives, mais elles ne sont utilisées que pour l'hypertension crânienne causée par une pathologie cérébrale grave, par exemple une grosse tumeur..

Il existe trois principaux symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne chez l'adulte:

  • maux de tête modérés à intenses;
  • nausées et vomissements non associés à la prise alimentaire;
  • déficience visuelle.

De plus, une pression intracrânienne élevée peut être accompagnée d'une hypertension artérielle, d'une fréquence cardiaque diminuée ou augmentée, d'une fatigue rapide, d'une diminution des performances, d'une irritabilité, d'un sifflement dans les oreilles, d'une mémoire et d'une attention altérées, d'une transpiration accrue. Les patients avec une pression intracrânienne élevée ne tolèrent pas les changements de pression atmosphérique, souffrent de dépendance météorologique.

Le mal de tête avec augmentation de la pression intracrânienne présente des caractéristiques: un caractère pressant et éclatant, aggravé la nuit plus près du matin (de 4 à 6 heures du matin, augmentation de la production de liquide céphalo-rachidien), aggravé par la toux, les éternuements, la flexion en avant, mal soulagé ou non soulagé par les analgésiques.

L'hypertension crânienne légère ne s'accompagne généralement que d'un léger mal de tête. Dans l'hypertension sévère, des maux de tête atroces sont accompagnés de nausées, allant jusqu'à des vomissements. Après des vomissements, l'intensité du syndrome douloureux diminue.

Chez les nouveau-nés et les nourrissons, une augmentation de la pression intracrânienne se manifeste par de l'anxiété, un cri fort sans raison apparente, des régurgitations fréquentes, des vomissements et parfois une hypertonicité musculaire et des convulsions. Chez les enfants de moins d'un an, divergence des coutures des os du crâne, renflement de la fontanelle, une augmentation du volume de la tête est possible. Le réseau vasculaire devient clairement visible sur le cuir chevelu.

Pourquoi l'hypertension crânienne est-elle dangereuse?

Une augmentation brusque et rapide de la pression à l'intérieur du crâne peut provoquer le développement d'une pathologie neurologique sévère, pouvant aller jusqu'à l'invalidité et même la mort.

Chez les adolescents, une augmentation de la pression intracrânienne peut survenir en raison de modifications du fond hormonal, avec surcharge émotionnelle.

Une compression prolongée du cerveau provoque une hypoxie, c'est-à-dire une privation d'oxygène et, par conséquent, une détérioration des fonctions. Plus tard, les troubles organiques rejoignent les troubles fonctionnels, les lésions cérébrales deviennent irréversibles, les manifestations dépendront de la localisation des lésions.

La conséquence de l'hypertension intracrânienne à long terme chez les enfants est un retard du développement mental et physique qui, dans certaines conditions, peut devenir irréversible..

Diagnostique

La principale méthode de diagnostic de l'hypertension crânienne chez les nourrissons à fontanelles ouvertes est la neurosonographie, chez les enfants plus âgés et les adultes - ophtalmoscopie. L'ophtalmoscopie vous permet de détecter les signes de stagnation du sang dans le fond - gonflement du nerf optique, augmentation du système vasculaire et son débordement. Ce symptôme, associé à des manifestations cliniques, permet de poser un diagnostic..

Dans le cadre de la clarification du diagnostic, ainsi que pour identifier la cause profonde de la pathologie, ils ont recours à l'imagerie par résonance magnétique, à la tomodensitométrie, à la ponction vertébrale, à l'échoencéphalographie, à la radiographie.

Des tests de laboratoire sont effectués: analyse clinique du sang et de l'urine, test sanguin biochimique, analyse toxicologique, etc..

Il est possible de mesurer avec précision la pression intracrânienne à l'aide de méthodes invasives, mais elles ne sont utilisées que pour l'hypertension crânienne causée par une pathologie cérébrale grave, par exemple une grosse tumeur..

Approche de la prise en charge de l'hypertension intracrânienne

Le choix de l'un ou l'autre schéma thérapeutique dépend tout d'abord de la maladie sous-jacente qui a provoqué le développement de l'hypertension crânienne..

Un traitement intensif est indiqué lorsque la pression intracrânienne dépasse 20 mm Hg. Art., Avant chirurgie pour faciliter l'accès, avec survenue de syndromes de luxation, avec œdème cérébral (selon tomodensitométrie ou présence de signes indirects), avec une augmentation rapide des symptômes neurologiques.

Une augmentation brusque et rapide de la pression à l'intérieur du crâne peut provoquer le développement d'une pathologie neurologique sévère, pouvant aller jusqu'à l'invalidité et même la mort.

Le traitement médicamenteux consiste à utiliser des médicaments diurétiques (diurétiques), qui peuvent rapidement abaisser la pression crânienne en éliminant le liquide du corps. Les substances de ce groupe comprennent le furosémide, le glycérol, le mannitol, etc..

Afin de soutenir le fonctionnement des cellules nerveuses dans l'hypertension crânienne, des médicaments neurométaboliques sont prescrits. Dans certains cas, des corticostéroïdes, des vasoconstricteurs (vasoconstricteurs) sont indiqués.

Le traitement peut inclure une ventilation artificielle des poumons, l'utilisation de sédatifs, la normalisation de la composition électrolytique du sang et d'autres mesures en fonction des symptômes existants.

Le traitement principal peut être complété par de la physiothérapie, des remèdes populaires (à ce titre, des décoctions et des infusions d'herbes médicinales à action diurétique et réparatrice sont généralement utilisées).

Le traitement chirurgical peut être urgent et planifié.

Dans certains cas, un shunt est effectué - l'implantation d'un tube spécial pour créer une sortie artificielle d'excès de liquide céphalo-rachidien. Les types d'opérations de shunt suivants sont effectués: shunt ventriculo-auriculaire, ventriculopéritonéal et lombo-péritonéal.

En présence de troubles de la part de l'analyseur optique, il peut être nécessaire de procéder à une fenestration chirurgicale de la gaine du nerf optique. Lors de cette opération, la gaine qui entoure le nerf optique est ouverte afin de soulager la pression sur le nerf et d'éliminer un peu de liquide..

Correction du mode de vie

Dans les cas où il ne s'agit pas d'affections urgentes ou de pathologie particulièrement sévère, mais d'hypertension modérée, la correction du mode de vie doit être incluse dans le plan de traitement, c'est-à-dire son amélioration. Sans cela, la thérapie sera inefficace, ce qui signifie que la pathologie progressera..

Les patients avec une pression intracrânienne élevée ne tolèrent pas les changements de pression atmosphérique, souffrent de dépendance météorologique.

Dans certains cas, en particulier avec l'hypertension crânienne idiopathique, des changements de mode de vie vers un côté sain peuvent être suffisants pour obtenir une rémission stable..

Tout d'abord, les patients souffrant d'hypertension crânienne doivent arrêter de fumer et de boire de l'alcool, car ces deux mauvaises habitudes sont directement liées à une circulation sanguine altérée. Les patients obèses doivent normaliser leur poids en suivant un régime alimentaire rationnel et en augmentant l'activité physique, cependant, en gardant à l'esprit que les régimes extrêmes et une activité physique excessive avec une pression crânienne accrue sont contre-indiqués..

L'activité physique doit être modérée et régulière. Physiothérapie, natation, Pilates, marche de course sont présentés. Combinez de manière optimale l'exercice avec les activités de plein air.

Il est nécessaire d'exclure le stress psycho-émotionnel excessif, si le travail leur est associé, il est souhaitable de le changer ou d'augmenter la résistance au stress, maîtriser les techniques de relaxation.

En cas de déficience visuelle, en particulier progressive, vous devez limiter la charge sur l'appareil visuel - limiter le temps passé devant l'ordinateur, regarder des films, lire, faire des pauses régulières pour reposer les yeux.

Il n'est pas recommandé d'utiliser des écouteurs, en particulier sous forme d'écouteurs, d'écouter de la musique forte, de rester dans des endroits bruyants.

La surchauffe doit être évitée, les visites aux saunas, les bains sont contre-indiqués, les vacances à la plage ne sont pas souhaitables (rester dans la chaleur).

Les patients souffrant d'hypertension crânienne doivent arrêter de fumer et de boire de l'alcool, car ces deux mauvaises habitudes sont directement liées à des troubles circulatoires.

Une bonne nutrition est également importante. Le régime alimentaire doit inclure des aliments riches en magnésium et en potassium (abricots secs, kiwi, algues, haricots). Il est nécessaire de limiter l'utilisation de sel de table, de produits carnés, de confiserie.

Après le traitement, il est recommandé aux patients de subir un examen médical au moins deux fois par an afin d'éviter les rechutes..

Prévoir

Le pronostic dépend du taux d'augmentation de la pression à l'intérieur du crâne (l'hypertension à progression rapide a un pronostic moins bon), de l'évolution de la maladie sous-jacente, ainsi que de l'opportunité du diagnostic et de l'adéquation du traitement.

Dans l'hypertension crânienne non compliquée, le pronostic est généralement favorable. Les ajustements du mode de vie et la thérapie de soutien maintiennent la pression intracrânienne sous contrôle et évitent les complications.

Les patients se posent souvent la question de savoir s'ils emmèneront une personne atteinte d'une telle maladie dans l'armée. La réponse à cela dépend de la cause de l'augmentation de la pression intracrânienne et de la gravité de l'état du patient..

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le thème de l'article.

Éducation: 2004-2007 "First Kiev Medical College" spécialité "Laboratoire de diagnostic".

Les informations sont généralisées et fournies à titre informatif uniquement. Au premier signe de maladie, consultez votre médecin. L'automédication est dangereuse pour la santé!

Tomber d'un âne est plus susceptible de vous casser le cou que de tomber d'un cheval. N'essayez pas de réfuter cette affirmation..

Au Royaume-Uni, il existe une loi selon laquelle un chirurgien peut refuser d'effectuer une intervention chirurgicale sur un patient s'il fume ou est en surpoids. Une personne doit renoncer à ses mauvaises habitudes, puis, peut-être, elle n'aura pas besoin de chirurgie..

Plus de 500 millions de dollars par an sont dépensés en médicaments contre les allergies aux États-Unis seulement. Pensez-vous toujours qu'un moyen de vaincre enfin les allergies sera trouvé??

Selon de nombreux scientifiques, les complexes vitaminiques sont pratiquement inutiles pour l'homme..

La maladie la plus rare est la maladie de Kuru. Seuls les représentants de la tribu Four en Nouvelle-Guinée en sont malades. Le patient meurt de rire. On pense que la cause de la maladie est de manger le cerveau humain..

On pensait autrefois que le bâillement enrichit le corps en oxygène. Cependant, cette opinion a été réfutée. Les scientifiques ont prouvé qu'en bâillant, une personne refroidit le cerveau et améliore ses performances.

Le cerveau humain pèse environ 2% du poids corporel total, mais il consomme environ 20% de l'oxygène entrant dans le sang. Ce fait rend le cerveau humain extrêmement sensible aux dommages causés par le manque d'oxygène..

Même si le cœur d'une personne ne bat pas, il peut encore vivre pendant une longue période de temps, ce qui nous a été démontré par le pêcheur norvégien Jan Revsdal. Son "moteur" s'est arrêté pendant 4 heures après que le pêcheur s'est perdu et s'est endormi dans la neige.

Avec une visite régulière au solarium, le risque de cancer de la peau augmente de 60%.

Les os humains sont quatre fois plus solides que le béton.

La plupart des femmes peuvent tirer plus de plaisir de la contemplation de leur beau corps dans le miroir que du sexe. Alors, les femmes, luttez pour l'harmonie.

Le foie est l'organe le plus lourd de notre corps. Son poids moyen est de 1,5 kg.

Un travail qu'une personne n'aime pas est beaucoup plus nocif pour sa psyché que pas de travail du tout.

Des scientifiques de l'Université d'Oxford ont mené une série d'études, au cours desquelles ils sont arrivés à la conclusion que le végétarisme peut être nocif pour le cerveau humain, car il entraîne une diminution de sa masse. Par conséquent, les scientifiques recommandent de ne pas exclure complètement le poisson et la viande de votre alimentation..

Une personne éduquée est moins sensible aux maladies du cerveau. L'activité intellectuelle contribue à la formation de tissu supplémentaire qui compense le malade.

Le complexe SibXP est une composition composée de pâte de conifères CGNC et de sève de cellules de sapin. Technologie de fabrication de cet aliment savoureux et sain.