Classification des crises d'épilepsie chez l'adulte

Dystonie

L'épilepsie est une maladie organique endogène du système nerveux central caractérisée par des crises grandes et petites, des équivalents épileptiques et des changements de personnalité pathocharacterologiques. L'épilepsie survient chez l'homme et d'autres mammifères inférieurs tels que les chiens et les chats.

Le nom historique - maladie "épileptique" - a eu l'épilepsie en raison des signes extérieurs évidents, lorsque les patients avant l'attaque se sont évanouis et sont tombés. Les histoires sont connues pour les épileptiques qui ont laissé un héritage culturel et historique:

  • Fedor Dostoevsky;
  • Ivan groznyj;
  • Alexandre le Grand;
  • Napoléon;
  • Alfred Nobel.

L'épilepsie est une maladie répandue qui comprend un certain nombre de syndromes et de troubles basés sur des modifications organiques et fonctionnelles du système nerveux central. Dans l'épilepsie adulte, il existe un certain nombre de syndromes psychopathologiques, tels que la psychose épileptique, le délire ou le somnambulisme. Par conséquent, en parlant d'épilepsie, les médecins ne parlent pas de crises en soi, mais d'un ensemble de signes pathologiques, de syndromes et de complexes de symptômes qui se développent progressivement chez un patient..

La pathologie est basée sur une violation des processus d'excitation dans le cerveau, à la suite de laquelle un foyer pathologique paroxystique se forme: une série de décharges répétées dans les neurones, à partir desquelles une attaque peut commencer.

Quelles peuvent être les conséquences de l'épilepsie:

  1. Démence concentrique spécifique. Sa principale manifestation est la bradyphrénie ou la raideur de tous les processus mentaux (pensée, mémoire, attention).
  2. Changement de personnalité. En raison de la rigidité de la psyché, la sphère émotionnelle-volitive est bouleversée. Des traits de personnalité spécifiques à l'épilepsie sont ajoutés, tels que le pédantisme, les grognements, les picotements.
  • État de mal épileptique. La condition est caractérisée par des crises d'épilepsie répétées dans les 30 minutes, entre lesquelles le patient ne reprend pas conscience. La complication nécessite l'utilisation de mesures de réanimation.
  • Mort. En raison de la forte contraction du diaphragme - le principal muscle respiratoire -, les échanges gazeux sont perturbés, ce qui entraîne une augmentation de l'hypoxie du corps et, surtout, du cerveau. La formation d'une privation d'oxygène entraîne un trouble de la circulation sanguine et de la microcirculation tissulaire. Un cercle vicieux se met en place: les troubles respiratoires et circulatoires augmentent. En raison de la nécrose tissulaire, des produits métaboliques toxiques sont libérés dans la circulation sanguine, affectant l'équilibre acido-basique du sang, entraînant une grave intoxication du cerveau. Dans ce cas, la mort peut venir.
  • Blessures résultant d'un massacre lors d'une attaque. Lorsqu'un patient développe des crises convulsives, il perd connaissance et tombe. Au moment de la chute, l'épileptique heurte l'asphalte avec sa tête, son corps, lui casse les dents et se brise la mâchoire. Au stade prolongé de l'attaque, lorsque le corps se contracte convulsivement, le patient bat également sa tête et ses membres contre la surface dure sur laquelle il repose. Après l'épisode, des ecchymoses, des ecchymoses, des ecchymoses et des écorchures de la peau se retrouvent sur le corps.

Que faire alors en cas d'épilepsie? Pour ceux qui sont autour et les témoins de l'état d'épilepsie, l'essentiel est d'appeler l'équipe d'ambulance et de retirer autour du patient tous les objets contondants et pointus avec lesquels un épileptique lors d'une crise peut se blesser..

Les raisons

Les causes de l'épilepsie chez l'adulte sont:

  1. Lésion cérébrale traumatique. Il existe une corrélation entre les dommages mécaniques à la tête et le développement de l'épilepsie en tant que maladie.
  2. Accidents vasculaires cérébraux qui perturbent la circulation sanguine dans le cerveau et entraînent des changements organiques dans les tissus du système nerveux.
  3. Maladies infectieuses reportées. Par exemple, méningite, encéphalite. Y compris les complications de l'inflammation cérébrale comme un abcès.
  4. Défauts de développement intra-utérins et pathologie à la naissance. Par exemple, blessure à la tête lors du passage dans le canal génital ou hypoxie cérébrale intra-utérine.
  5. Maladies parasitaires du système nerveux central: échinococcose, cysticercose.
  6. Chez les hommes adultes, la maladie peut être causée par de faibles taux de testostérone plasmatique..
  7. Maladies neurodégénératives du système nerveux: maladie d'Alzheimer, maladie de Pick, sclérose en plaques.
  8. Intoxication cérébrale grave due à une inflammation, à une consommation prolongée d'alcool ou à une toxicomanie.
  9. Maladies accompagnées de troubles métaboliques.
  10. Tumeurs cérébrales qui endommagent mécaniquement le tissu nerveux.

Symptômes

Toutes les crises ne sont pas appelées épileptiques, par conséquent, les caractéristiques cliniques des crises sont isolées afin de les classer comme «épileptiques»:

  • Apparition soudaine à tout moment, n'importe où. L'évolution d'une crise est indépendante de la situation.
  • Courte durée. La durée d'un épisode varie de quelques secondes à 2-3 minutes. Si la crise ne s'est pas arrêtée dans les 3 minutes, ils parlent de mal épileptique, ou d'une crise hystérique (une crise similaire à l'épilepsie, mais ce n'est pas le cas).
  • Auto-résiliation. Une crise épileptique ne nécessite pas d'intervention externe, car après un certain temps, elle s'arrête d'elle-même.
  • Une tendance à être systématique avec une volonté d'augmenter la fréquence. Par exemple, une crise se reproduira une fois par mois et la fréquence des épisodes par mois augmente avec chaque année de maladie..
  • Saisie "photographique". Habituellement, chez les mêmes patients, une crise d'épilepsie se développe selon des mécanismes similaires. Chaque nouvelle attaque répète la précédente.

La crise d'épilepsie généralisée la plus typique est une crise de grand mal..

Les premiers signes sont l'apparition de signes avant-coureurs. Quelques jours avant le début de la maladie, l'humeur du patient change, de l'irritabilité apparaît, la tête se fend et l'état de santé général se détériore. Habituellement, les précurseurs sont spécifiques à chaque patient. Les patients «expérimentés», connaissant leurs signes avant-coureurs, se préparent à une crise.

Comment reconnaître l'épilepsie et son apparition? Les messagers sont remplacés par une aura. L'aura est un changement physiologique stéréotypé à court terme dans le corps qui se produit une heure avant une attaque ou quelques minutes avant. Les types d'aura suivants sont distingués:

Végétatif

Le patient développe une transpiration excessive, une détérioration générale de sa santé, une augmentation de la pression artérielle, de la diarrhée, une perte d'appétit.

Moteur

De petits tics sont observés: les paupières se contractent, le doigt.

Viscéral

Les patients notent des sensations désagréables qui n'ont pas de localisation précise. Les gens se plaignent de douleurs à l'estomac, de coliques dans les reins ou d'un cœur lourd.

Mental

Des hallucinations simples et complexes sont incluses. Dans la première option, s'il s'agit d'hallucinations visuelles, il y a des éclairs soudains devant les yeux, principalement de teinte blanche ou verte. Le contenu des hallucinations complexes comprend la vue d'animaux et de personnes. Le contenu est généralement associé à des phénomènes qui sont émotionnellement significatifs pour l'individu.

Les hallucinations auditives sont accompagnées de musique ou de voix.

L'aura olfactive s'accompagne d'odeurs désagréables de soufre, de caoutchouc ou d'asphalte pavé. L'aura gustative s'accompagne également de sensations désagréables..

L'aura psychique elle-même comprend le déjà vu (déjà vu) et le jamais vu (jamevu) - c'est aussi une manifestation de l'épilepsie. Le déjà vu est un sentiment de déjà vu, et le jamevu est une condition dans laquelle le patient ne reconnaît pas un environnement familier antérieur.

L'aura psychique comprend des illusions. En règle générale, ce trouble de la perception est caractérisé par le sentiment que la taille, la forme et la couleur des formes familières ont changé. Par exemple, dans la rue, un monument familier a augmenté de taille, la tête est devenue disproportionnée et la couleur a acquis une couleur bleue.

L'aura psychique s'accompagne de changements émotionnels. Avant une crise, certains ont peur de la mort, certains deviennent impolis et irritables.

Somatosensoriel

Des paresthésies se produisent: picotements de la peau, sensation de fluage, engourdissement des membres.

La phase suivante après les précurseurs est une attaque tonique. Cette étape dure en moyenne 20 à 30 secondes. Les convulsions touchent l'ensemble des muscles squelettiques. Surtout le spasme capture les muscles extenseurs. Les muscles de la poitrine et de la paroi abdominale antérieure se contractent également. L'air passe à travers la glotte spasmodique lors de la chute, par conséquent, lorsque le patient tombe, les autres peuvent entendre un son (cri épileptique) qui dure 2-3 secondes. Les yeux sont grands ouverts, la bouche est à moitié ouverte. Habituellement, les crampes commencent dans les muscles du tronc, passant progressivement aux muscles des membres. Les épaules sont généralement tirées vers l'arrière, les avant-bras sont pliés. En raison des contractions des muscles du visage, diverses grimaces apparaissent sur le visage. Le teint de la peau devient bleu en raison d'une mauvaise circulation de l'oxygène. Les mâchoires sont bien fermées, les orbites tournent de manière chaotique et les pupilles ne répondent pas à la lumière.

Pourquoi cette étape est-elle dangereuse: le rythme de la respiration et l'activité cardiaque sont perturbés. Le patient cesse de respirer et le cœur s'arrête.

Après 30 secondes, la phase tonique s'écoule dans la phase clonique. Cette étape consiste en des contractions à court terme des muscles fléchisseurs du tronc et des membres avec leur relaxation périodique. Les contractions musculaires cloniques durent jusqu'à 2-3 minutes. Peu à peu, le rythme change: les muscles se contractent moins souvent, et plus souvent ils se relâchent. Au fil du temps, les crises cloniques disparaissent complètement. Dans les deux phases, les patients se mordent généralement les lèvres et la langue.

Les signes caractéristiques d'une crise tonico-clonique généralisée sont la mydriase (pupille dilatée), l'absence de réflexes tendineux et oculaires et une production accrue de salive. L'hypersalivation combinée à la morsure de la langue et des lèvres conduit à un mélange de salive et de sang - un écoulement mousseux de la bouche apparaît. La quantité de mousse augmente également en raison du fait que lors d'une attaque, l'excrétion dans la sueur et les glandes bronchiques augmente.

La dernière étape de la grande crise est la phase de résolution. Le coma survient 5 à 15 minutes après l'épisode. Il s'accompagne d'une atonie musculaire, ce qui entraîne un relâchement des sphincters - de ce fait, les matières fécales et l'urine sont libérées. Les réflexes tendineux superficiels sont absents.

Une fois tous les cycles de l'attaque passés, le patient reprend conscience. En règle générale, les patients se plaignent de maux de tête et de malaise. Une amnésie partielle est également notée après une attaque..

Petite crise convulsive

Petit mal, absence ou petite crise. Cette épilepsie se manifeste sans crises. Comment déterminer: la conscience du patient est éteinte pendant un certain temps (de 3-4 à 30 secondes) sans précurseurs ni aura. En même temps, toute activité motrice est «gelée» et l'épileptique se fige dans l'espace. Après l'épisode, l'activité mentale est rétablie dans le même rythme.

Crises épileptiques la nuit. Ils sont fixés avant le sommeil, pendant le sommeil et après. Tombe dans la phase de mouvement oculaire rapide. La crise de sommeil est caractérisée par une apparition soudaine. Le corps du patient adopte des postures non naturelles. Symptômes: frissons, tremblements, vomissements, insuffisance respiratoire, mousse à la bouche. Après le réveil, le patient a des troubles de l'élocution, il est désorienté et effrayé. Mal de tête sévère après l'attaque.

L'une des manifestations de l'épilepsie nocturne est le somnambulisme, le somnambulisme ou le somnambulisme. Il se caractérise par l'exécution d'actions stéréotypées à motifs avec l'esprit éteint ou partiellement allumé. Habituellement, il fait de tels mouvements qu'il fait dans un état d'éveil..

Il n'y a pas de différence entre les sexes dans le tableau clinique: les signes d'épilepsie chez la femme sont exactement les mêmes que chez l'homme. Cependant, le sexe est pris en compte dans le traitement. La thérapie dans ce cas est partiellement déterminée par les principales hormones sexuelles..

Classification de la maladie

L'épilepsie est une maladie à multiples facettes. Types d'épilepsie:

  • L'épilepsie symptomatique est une sous-espèce caractérisée par une manifestation vivante: crises d'épilepsie locales et généralisées dues à une pathologie organique du cerveau (tumeur, lésion cérébrale).
  • Épilepsie cryptogénique. Elle s'accompagne également de signes évidents, mais sans raison évidente ou pas du tout établie. C'est environ 60%. Une sous-espèce - l'épilepsie focale cryptogénique - est caractérisée par le fait qu'un foyer exact d'excitation anormale est établi dans le cerveau, par exemple dans le système limbique.
  • Épilepsie idiopathique. Le tableau clinique apparaît à la suite de troubles fonctionnels du système nerveux central sans changements organiques dans la substance du cerveau.

Il existe des formes distinctes d'épilepsie:

  1. Épilepsie alcoolique. Apparaît à la suite des effets toxiques des produits de dégradation de l'alcool dus à un abus prolongé.
  2. Épilepsie sans crises. Il se manifeste dans les sous-espèces suivantes:
    • crises sensorielles sans perte de conscience, dans lesquelles des décharges anormales sont localisées dans des zones sensibles du cerveau; se caractérise par des troubles somatosensoriels sous forme de troubles soudains de la vision, de l'ouïe, de l'odorat ou du goût; le vertige se joint souvent;
    • crises végétatives-viscérales, caractérisées principalement par un trouble du tractus gastro-intestinal: douleur soudaine se propageant de l'estomac à la gorge, nausées et vomissements; l'activité cardiaque et respiratoire du corps est également perturbée;
    • les crises mentales s'accompagnent de troubles soudains de la parole, d'aphasie motrice ou sensorielle, d'illusions visuelles, d'une perte de mémoire complète, d'une altération de la conscience, de troubles de la pensée.
  3. Épilepsie du lobe temporal. Le foyer d'excitation est formé dans la région latérale ou médiane du lobe temporal du télencéphale. Elle s'accompagne de deux options: avec perte de conscience et crises partielles, sans perte de conscience et avec de simples crises locales.
  4. Épilepsie pariétale. Il se caractérise par des crises focales simples. Les premiers symptômes de l'épilepsie: altération de la perception du schéma de son propre corps, vertiges et hallucinations visuelles.
  5. Épilepsie du lobe frontal-temporal. Le foyer anormal est localisé dans les lobes frontaux et temporaux. Elle se caractérise par de nombreuses options, notamment: des crises complexes et simples, avec ou sans extinction de la conscience, avec et sans troubles de la perception. Se manifeste souvent par des crises généralisées avec des convulsions dans tout le corps. Le processus répète les étapes de l'épilepsie, comme une crise de grand mal.

Classification par heure d'apparition de la maladie:

  • Congénital. Apparaît dans le contexte des anomalies du développement fœtal intra-utérin.
  • Épilepsie acquise. Apparaît à la suite d'une exposition à des facteurs négatifs vitaux affectant l'intégrité et la fonctionnalité du système nerveux central.

Traitement

Le traitement de l'épilepsie doit être complet, régulier et à long terme. La signification du traitement est que le patient prend un certain nombre de médicaments: anticonvulsivant, déshydratant et tonique. Mais le traitement à long terme consiste généralement en un seul médicament (principe de la monothérapie), qui est sélectionné de manière optimale pour chaque patient. La dose est choisie empiriquement: la quantité de substance active est augmentée jusqu'à ce que les crises disparaissent complètement.

Lorsque l'efficacité de la monothérapie est faible, deux médicaments ou plus sont prescrits. Il convient de rappeler que l'arrêt soudain du médicament peut entraîner le développement d'un état de mal épileptique et entraîner la mort du patient..

Comment aider en cas d'attaque si vous n'êtes pas médecin: si vous êtes témoin d'une crise, appelez une ambulance et notez l'heure du début de l'attaque. Contrôlez ensuite le parcours: autour de l'épileptique, retirez les pierres, les objets pointus et tout ce qui peut blesser le patient. Attendez la fin de la crise et aidez l'ambulance à transporter le patient.

Ce qui n'est pas autorisé avec l'épilepsie:

  1. touchez et essayez de tenir le patient;
  2. mettez vos doigts dans votre bouche;
  3. tiens ta langue;
  4. mettez quelque chose dans votre bouche;
  5. essayez d'ouvrir la mâchoire.

Épilepsie

L'épilepsie est un trouble neurologique chronique qui se manifeste par des crises récurrentes sous forme de troubles du mouvement et / ou sensoriels. Le symptôme le plus courant de la maladie est les convulsions. La maladie est caractérisée par une évolution en forme de vague, après l'attaque vient le stade de la rémission. Le traitement a plusieurs directions - fournir les premiers soins lors d'une attaque, réduire l'activité épileptique du cerveau et prévenir les complications de la maladie.

Ce que c'est

L'épilepsie est une maladie caractérisée par une préparation convulsive accrue du cerveau. Chaque année dans le monde, 2,4 millions de personnes reçoivent un diagnostic de la maladie. Tout le monde peut tomber malade, à la fois un enfant et un adulte. L'incidence de l'épilepsie est jusqu'à 10 cas pour 1000 personnes.

La maladie est basée sur la survenue de décharges paroxystiques (activité excessive) dans les cellules du cerveau. Une telle décharge devient la cause d'un syndrome convulsif, d'une perte de conscience ou d'autres manifestations d'une crise d'épilepsie. Des décharges pathologiques peuvent se produire dans différentes parties du cerveau: les lobes temporal, frontal, pariétal et occipital, ou elles peuvent capturer complètement les deux hémisphères..

Épilepsie: causes de

Dans la plupart des cas, la maladie survient sans raison apparente (forme idiopathique), une prédisposition génétique joue un rôle. Si la cause de l'épilepsie peut être établie, nous parlons d'une forme secondaire de la maladie.

Pourquoi l'épilepsie secondaire se produit:

  1. Lésion cérébrale traumatique (lésion cérébrale traumatique).
  2. Pathologie intranasale - hypoxie fœtale aiguë à la naissance, traumatisme à la naissance.
  3. Tumeurs du cerveau.
  4. Infections du système nerveux central: méningite, encéphalite.
  5. AVC ischémique ou hémorragique antérieur.

Avec l'épilepsie, les crises sont répétées, leur apparition peut être associée à un certain nombre de facteurs - cycle menstruel, fatigue, fatigue physique, émotions fortes et stress, consommation d'alcool ou de drogues, manque de sommeil.

Symptômes de la maladie

L'évolution de l'épilepsie est de nature paroxystique, après la fin de la crise, les signes de la maladie sont généralement absents, mais des troubles cognitifs et d'autres symptômes non spécifiques peuvent être observés. Les manifestations cliniques dépendent principalement du type de crise - crise partielle ou généralisée. La gravité de l'épilepsie (légère, modérée, sévère) et la localisation du foyer affectent également. L'épilepsie est indiquée par la survenue de plus de deux crises; une personne peut avoir à la fois des crises partielles et généralisées.

Crise partielle

Une crise partielle est généralement précédée de l'apparition d'une aura (nausées, étourdissements, faiblesse générale, bourdonnements dans les oreilles, etc.), c'est-à-dire que le patient a un pressentiment d'une autre exacerbation. Les crises partielles sont de deux types - simples et complexes. Avec une attaque simple, le patient est conscient et une crise complexe se caractérise par une perte de conscience. Une crise partielle s'accompagne de manifestations motrices, sensorielles et végétatives-viscérales et mentales.

Composant de saisie partielle

Des convulsions locales apparaissent. Par exemple, seuls les bras gauche ou droit se contractent, tandis que les autres parties du corps restent immobiles. Les crampes locales peuvent être localisées dans n'importe quelle partie du corps, mais affectent plus souvent les membres supérieurs ou inférieurs, le visage.

Le composant sensible se manifeste souvent sous la forme de sensations inhabituelles dans le corps (engourdissement, sensation de rampement). Des hallucinations gustatives, olfactives, auditives ou visuelles peuvent également apparaître.

Le composant végétatif-viscéral se manifeste sous forme de rougeur ou de pâleur de la peau, transpiration accrue, vertiges, boule dans la gorge, sensation de pincement derrière le sternum.

Les attaques avec des fonctions mentales altérées se manifestent sous forme de déréalisation (sentiment de changement dans le monde réel), de pensées et de peurs inhabituelles, d'agressivité.

Un foyer pathologique dans le cerveau peut se propager, dans ce cas, une attaque partielle se transforme en un.

Crise généralisée

Une crise généralisée apparaît souvent soudainement, sans aura préalable. Une décharge pathologique dans une crise généralisée couvre complètement les deux hémisphères du cerveau. Le patient est inconscient, c'est-à-dire inconscient de ce qui se passe, le plus souvent (mais pas toujours) la crise est accompagnée de convulsions. Les crises généralisées sont convulsives - toniques, cloniques, tonico-cloniques et non convulsives (absences).

Caractéristiques, à quoi ça ressemble

Les crises toniques sont rares (environ 1% des cas). Le tonus musculaire augmente, les muscles deviennent comme de la pierre. Les crampes toniques affectent tous les groupes musculaires, de sorte que le patient tombe souvent.

Les crises cloniques apparaissent comme des contractions rapides et rythmiques qui affectent tous les groupes musculaires.

Une crise tonico-clonique se produit le plus souvent, elle se compose de deux phases - tonique et clonique. Dans la phase tonique, il y a une forte tension musculaire. Le patient tombe souvent, la respiration s'arrête, des morsures de langue peuvent survenir. Vient ensuite la phase clonique - des contractions de tous les muscles se produisent. Peu à peu, les crises cessent, une miction involontaire peut survenir, après quoi le patient s'endort généralement.

L'absance est une forme non convulsive de crise généralisée qui se développe le plus souvent chez les enfants et les adolescents. Lorsque l'absence se développe, l'enfant se fige soudainement. Il peut y avoir des tremblements des paupières, la tête rejetée en arrière, avec une absence difficile, l'enfant peut faire des mouvements automatiques. Les attaques durent quelques secondes et peuvent passer inaperçues pendant longtemps.

Interrompu mais pas complètement arrêté

Méthodes de diagnostic

Il est possible de suspecter la présence de la maladie par le tableau clinique caractéristique (crises d'épilepsie récurrentes), mais un examen complet est nécessaire pour poser un diagnostic définitif. La principale méthode de diagnostic est l'électroencéphalographie (EEG), en plus, l'IRM et la TDM du cerveau, un certain nombre d'études cliniques générales.

Comment être traité

Le traitement de l'épilepsie comprend plusieurs domaines - premiers soins, prévention de nouvelles crises et complications. Pour cela, des méthodes non médicamenteuses, des médicaments et, dans certains cas, une intervention chirurgicale sont utilisés..

Premiers secours

En cas de crise épileptique, il est nécessaire de protéger une personne contre d'éventuels dommages et complications (blessures lors d'une chute, asphyxie). La principale chose à faire est d'adoucir la chute pendant la crise. Si une personne commence à perdre connaissance, vous devez essayer de la ramasser, mettre un objet mou sous sa tête. Si l'attaque s'accompagne d'une salivation abondante, vous devez tourner la personne de son côté, cela lui permettra de ne pas s'étouffer.

Ce qui ne peut absolument pas être fait:

  • force pour restreindre les mouvements convulsifs du patient;
  • essayez d'ouvrir la mâchoire;
  • donner de l'eau ou des médicaments.

Il est recommandé de chronométrer le début de l'attaque, qui dure généralement de 30 secondes à plusieurs minutes. Si, après son arrêt, le patient ne reprend pas conscience, mais qu'une autre crise commence, il est nécessaire d'appeler de toute urgence une ambulance, très probablement, nous parlons d'état de mal épileptique.

Traitement médical

Le traitement médicamenteux spécifique consiste à prendre des anticonvulsivants. Le traitement doit être sélectionné par un médecin après un examen complet, mais vous pouvez prendre des médicaments à la maison.

Un principe important du traitement de l'épilepsie est la monothérapie, c'est-à-dire que, si possible, le traitement est effectué avec un seul médicament. Les principaux antiépileptiques sont le valproate (dérivés de l'acide valproïque) et la carbamazépine. Les dérivés d'acide valproïque sont utilisés avantageusement dans l'épilepsie généralisée, et la carbamazépine en partie.

D'autres anticonvulsivants plus modernes peuvent être utilisés pour traiter l'épilepsie:

Les médicaments sont sélectionnés en fonction de la forme d'épilepsie. L'âge du patient, la présence de maladies concomitantes et la tolérance aux médicaments sont également pris en compte. Le médicament antiépileptique est démarré avec une dose minimale, en l'augmentant progressivement.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le thème de l'article.

Formation: Université médicale d'État de Rostov, spécialité "Médecine générale".

Les informations sont généralisées et fournies à titre informatif uniquement. Au premier signe de maladie, consultez votre médecin. L'automédication est dangereuse pour la santé!

Selon les statistiques, le lundi, le risque de blessure au dos augmente de 25% et le risque de crise cardiaque de 33%. Faites attention.

De nombreux médicaments étaient initialement commercialisés en tant que médicaments. L'héroïne, par exemple, était à l'origine commercialisée comme médicament contre la toux pour les enfants. Et la cocaïne était recommandée par les médecins comme anesthésie et comme moyen d'augmenter l'endurance..

Selon une étude de l'OMS, une conversation quotidienne d'une demi-heure sur un téléphone portable augmente de 40% la probabilité de développer une tumeur au cerveau.

Sourire seulement deux fois par jour peut abaisser la tension artérielle et réduire le risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral..

L'estomac humain résiste bien aux objets étrangers et sans intervention médicale. On sait que le suc gastrique peut dissoudre même les pièces de monnaie..

Avec une visite régulière au solarium, le risque de cancer de la peau augmente de 60%.

Nous utilisons 72 muscles pour prononcer même les mots les plus courts et les plus simples..

Plus de 500 millions de dollars par an sont dépensés en médicaments contre les allergies aux États-Unis seulement. Pensez-vous toujours qu'un moyen de vaincre enfin les allergies sera trouvé??

Si votre foie cessait de fonctionner, la mort surviendrait dans les 24 heures.

Au Royaume-Uni, il existe une loi selon laquelle un chirurgien peut refuser d'effectuer une intervention chirurgicale sur un patient s'il fume ou est en surpoids. Une personne doit renoncer à ses mauvaises habitudes, puis, peut-être, elle n'aura pas besoin de chirurgie..

Les dentistes sont apparus relativement récemment. Au 19e siècle, arracher les mauvaises dents faisait partie des tâches d'un coiffeur ordinaire..

Des millions de bactéries naissent, vivent et meurent dans notre intestin. Ils ne peuvent être vus qu'à un fort grossissement, mais s'ils étaient rassemblés, ils rentreraient dans une tasse à café ordinaire..

James Harrison, un habitant australien de 74 ans, a fait un don de sang environ 1 000 fois. Il a un groupe sanguin rare dont les anticorps aident les nouveau-nés atteints d'anémie sévère à survivre. Ainsi, l'Australien a sauvé environ deux millions d'enfants.

Le médicament bien connu "Viagra" a été développé à l'origine pour le traitement de l'hypertension artérielle.

L'espérance de vie des gauchers est plus courte que celle des droitiers.

Cette année, nous avons fait face au virus COVID-19 et sommes devenus les otages de la situation dans le monde. La plupart ont fini en quarantaine ou en auto-isolement, au lieu de l'actif habituel.

Les causes de l'épilepsie

Face à l'épilepsie, le médecin tente d'établir les causes d'une telle maladie chez l'adulte à l'aide d'une anamnèse approfondie, ainsi que de mener une étude cérébrale. Le plus souvent, les conditions préalables sont un traumatisme et une infection antérieurs. Cependant, il n'est parfois pas possible d'identifier immédiatement le facteur provoquant une activité convulsive excessive du système nerveux central. Le spécialiste recommandera un traitement en fonction des symptômes cliniques de l'épilepsie.

Causes et facteurs de provocation chez les adultes

Les experts n'ont pas de consensus sur les causes de l'épilepsie pour le moment. Ils considèrent de nombreuses versions du trouble mental. Ainsi, il a été prouvé que l'épilepsie n'est pas héréditaire. Cependant, les adultes présentant une épiativité cérébrale accrue ont déjà eu des cas de cette maladie dans leur famille. Il peut se manifester dans 1-2 générations.

Les principales causes d'épilepsie chez l'adulte sont:

  • pathologies cérébrales congénitales - adhérences, kystes, anévrismes du cortex et des structures internes;
  • processus inflammatoires - méningite ou encéphalite;
  • néoplasmes - étiologie à la fois maligne et bénigne;
  • échecs de la circulation cérébrale - hémorragies aiguës;
  • dommages toxiques - crises d'épilepsie dues à l'abus d'alcool, de drogues;
  • les troubles métaboliques peuvent également provoquer des modifications de l'activité des neurones dans le cerveau.

Cependant, le plus souvent, les experts considèrent les facteurs de traumatisme comme la cause de l'épilepsie chez les adultes. Des changements biochimiques complexes dans les cellules conduisent à la formation d'un groupe de neurones qui ont un faible seuil d'excitation. Ce sera le principal objectif de l'épilepsie. Sa localisation déterminera le tableau clinique de la pathologie - variante mentale motrice, sensible ou végétative de la maladie.

Symptômes

Bien sûr, les premiers signes d'épilepsie chez les adultes sont des crises de panne d'électricité spontanée - des absences. Une personne soudainement, de manière totalement inattendue, non seulement pour les autres, mais aussi pour elle-même, cesse de répondre aux stimuli externes. Il se fige en quelque sorte - il ne parle pas, ne bouge pas. L'épisode ne dure que quelques secondes. Cela passe parfois inaperçu du patient.

Au fur et à mesure que la pathologie progresse, ses causes n'ont pas été éliminées, les symptômes de l'épilepsie, signes chez l'adulte, deviennent plus brillants. Le tableau clinique typique du trouble chez l'adulte est une crise généralisée. Une personne perd le contrôle de son propre comportement, sur fond de perte de conscience, son corps se contracte en convulsions tonico-cloniques. Dans le même temps, il existe un risque élevé de blessures - morsure de la langue, ecchymoses de gravité variable. Une caractéristique des crises épileptiques est la miction involontaire et l'hypertonicité des groupes musculaires.

Les précurseurs de l'épilepsie sont généralement rares chez les adultes. Parfois, les gens remarquent une agitation accrue, une forte exacerbation de la perception des odeurs. Crises classiques - avec des symptômes de convulsions et de perte de conscience, provoquent un bruit fort, des lumières clignotantes ou un stress sévère. On ne sait pas toujours où et pourquoi l'épilepsie survient, mais une fois qu'ils apparaissent, ces épisodes se répètent à nouveau.

Immédiatement après une crise, l'état d'un patient adulte peut être évalué avec une forte détérioration - une faiblesse grave, des maux de tête, une gêne dans les zones meurtries sont inquiets. Les manifestations supplémentaires d'une crise épileptique sont des symptômes de nature végétative, par exemple, la tachycardie, la transpiration et l'insuffisance respiratoire. Une aide efficace pour l'épilepsie chez les adultes sera fournie par un médecin après avoir découvert la cause de la pathologie.

Classification

Pendant de nombreuses décennies, les spécialistes ont essayé de compiler une classification compréhensible et en même temps pratique de l'épilepsie chez l'adulte, en tenant compte de la cause de l'apparition des crises de maladie et de la localisation du foyer pathologique..

Il est courant de distinguer les formes suivantes de la maladie:

  1. Focal:
  • symptomatique;
  • par localisation - frontale, temporale ou occipitale;
  • idiopathique;
  • cryptogénique.
  1. Formes généralisées.
  • Options non classées.
  • Épisodes épileptiques liés à la situation.

Avec chaque forme de la maladie, une chose sera la même: l'état d'une crise d'épilepsie, l'état d'un adulte dans lequel elle se détériorera fortement. Les différences résident dans les caractéristiques associées. Ainsi, la forme temporelle est caractérisée par un changement de conscience - euphorie, attaques de panique, exécution d'actions sans motivation claire. La maladie chez les adultes est sujette à une progression régulière.

Alors que dans la forme généralisée, de grandes zones du cerveau sont impliquées dans le processus pathologique. Par conséquent, les crises accompagnent des convulsions généralisées - dans tout le corps. Des expectorations mousseuses sont possibles, ainsi qu'une excrétion involontaire d'urine. Ensuite, la conscience est rétablie, mais la personne ne se souvient pas de ce qui lui est arrivé.

Types de crises chez les adultes

La principale manifestation de l'épilepsie est un épisode de contractions musculaires involontaires dues à une activité convulsive du cerveau. Lors de la recherche d'une aide médicale, un spécialiste dira à la personne quelles sont les attaques de la maladie et quel type d'aide est nécessaire à ce moment..

Crises tonico-cloniques générales - l'état d'une crise épileptique capture tous les groupes musculaires des membres et même du corps, inhérents à une crise généralisée. Il s'agit d'un cours de pathologie sévère chez l'adulte, qui se termine par un coma ou une opacification crépusculaire de la conscience.

Des crises partielles se produisent dans le contexte d'une accumulation excessive d'excitabilité électrique du cortex cérébral dans l'un de ses segments. La cause d'une crise épileptique - les précurseurs et les stimuli externes sont des troubles végétatifs et mentaux. Ils peuvent être reconnus par leurs caractéristiques - la prédominance des composants moteurs, sensoriels ou végétatifs..

Avec les crises cloniques, ainsi que les épisodes toniques individuels, une crise chez les adultes commence par une personne qui gèle. Il a une contraction soudaine des muscles respiratoires. Les mâchoires sont si étroitement fermées que la langue mord. La peau pâlit, les lèvres bleuissent. Ensuite, il y a une contraction rythmique des muscles du corps..

Diagnostique

Pour une compréhension claire des crises d'épilepsie - ce qu'elles sont et les raisons de leur formation, les experts recommandent aux adultes de subir une série de procédures de diagnostic. Bien sûr, le médecin établit un diagnostic préliminaire dès la première consultation - après une anamnèse approfondie.

L'homme dit qu'il a eu un état de crise épileptique avec des symptômes caractéristiques - convulsions, confusion et écoulement d'urine. Cependant, un seul épisode chez un adulte ne permet pas de juger des véritables changements dans le cerveau. Un certain nombre d'enquêtes sont nécessaires:

  • électroencéphalographie - identification et fixation de l'emplacement du foyer d'excitation dans le cerveau;
  • tomodensitométrie ou imagerie par résonance magnétique - clarification de la principale raison pour laquelle il y a eu une détérioration, pourquoi l'épilepsie s'est produite, par exemple, une cicatrice tissulaire après une blessure, un kyste cérébral formé.

Afin d'obtenir des informations sur l'état de santé d'un adulte, un spécialiste prescrira des examens de laboratoire et instrumentaux complémentaires:

  • tests sanguins - généraux, biochimiques, pour les maladies infectieuses passées;
  • examen du liquide céphalo-rachidien - pour déterminer la cause possible d'une pression crânienne élevée;
  • ECG - évaluation des capacités fonctionnelles du cœur;
  • Échographie des organes internes - présence de néoplasmes supplémentaires;
  • Radiographie du crâne - fissures cachées dans les os, introduction de corps étrangers de l'extérieur.

En soi, une crise d'épilepsie n'apparaît pas. Ceci est nécessairement précédé des raisons - la formation d'un épichage dans les structures du cerveau. La maladie peut être suspectée par un changement de comportement d'un adulte - une léthargie incompréhensible, des contractions convulsives des muscles du visage, des membres. Le diagnostic précoce de l'épilepsie est la clé d'une lutte efficace contre elle.

Conséquences et complications

La détection rapide de l'épilepsie, la thérapie complexe de la crise est la plate-forme sur laquelle toute la vie future d'une personne devrait être construite. Sinon, il ne sera pas possible d'éviter les complications et les conséquences graves de la maladie..

Sans aucun doute, une absence difficile limite l'adaptation sociale et professionnelle des personnes. Les gens autour, ne comprenant pas les causes de la maladie, évitent une personne épileptique, limitent la communication avec lui. Alors que la pathologie n'est pas du tout contagieuse. Les experts confirment que la maladie n'est pas héréditaire - seulement une prédisposition à celle-ci. Par conséquent, il est possible de créer des familles et les femmes peuvent avoir des enfants. Vous avez juste besoin d'avertir le gynécologue de votre trouble..

L'épilepsie est tout à fait possible de s'entendre. L'essentiel est de suivre toutes les recommandations du médecin et de prendre ses médicaments à temps.

Épilepsie: causes chez les adultes et les enfants

Ce que c'est?

La médecine moderne fait référence à l'épilepsie de la pathologie du système nerveux central, survenant avec des changements dans la conscience humaine et une augmentation de l'activité épileptique. La gravité de ces signes varie en fonction de l'étendue et de la profondeur de la lésion dans la zone du cortex cérébral..

Extérieurement, la maladie se manifeste comme une violation de l'activité motrice, sensorielle, mentale et végétative du corps. Traditionnellement, la maladie se définit comme une perte de conscience et l'apparition de crises classiques, mais elle peut se dérouler différemment. Par exemple, avec une distraction grave, mais avec une pensée préservée, ou de faibles contractions convulsives des muscles faciaux et des doigts.

La maladie est considérée comme courante dans l'enfance et l'adolescence, ainsi que chez les personnes de plus de 60 ans, mais elle peut survenir chez une personne jeune ou mature.


En médecine, il existe un terme précis pour cette pathologie - c'est l'épilepsie symptomatique, code pour microbienne 10. La véritable épilepsie a une longue évolution chronique, nécessite un traitement complexe qui dure des années ou parfois toute la vie.

ICB 10 (Classification internationale des maladies 10e révision)

L'épilepsie, quelle est cette maladie? La médecine officielle tente de répondre à cette question. La CIM-10 classe cette pathologie comme un trouble du système nerveux..

Les médecins identifient bon nombre de ses variétés, types et formes. Localisé, idiopathique, symptomatique, adulte, pédiatrique, généralisé, bénin, juvénile, etc. - tous ces noms servent à désigner la diversité du parcours et de l'origine de cette pathologie aux multiples facettes.

Causes d'occurrence

Le mécanisme d'apparition de la maladie est déclenché par divers facteurs.

Les causes courantes d'épilepsie sont:

- traumatisme crânien (contusions, blessures, contusions, commotions cérébrales);
- inflammation des méninges (méningite, encéphalite);
- intoxication alcoolique et médicamenteuse;
- infections toxiques et intoxications par des produits chimiques, des médicaments, du monoxyde de carbone.

Causes courantes chez les adultes:

- les effets nocifs des substances psychoactives;
- troubles de la circulation cérébrale (accidents vasculaires cérébraux, athérosclérose des vaisseaux cérébraux);
- blessures à la tête (dans le sport, les accidents de la route, la vie quotidienne).

Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée chez les hommes, cela est dû au fait que le sexe fort est plus vulnérable aux blessures et consomme également des drogues et de l'alcool plusieurs fois plus souvent que les femmes..

Chez les enfants, les causes de l'apparition de la maladie peuvent être les suivantes:

- pathologie du développement intra-utérin;
- hypoxie fœtale prolongée;
- traumatisme à la naissance;
- effets négatifs des substances toxiques, des médicaments, de l'intoxication et des fièvres prolongées;
- traumatisme mental, névrose, surmenage du système nerveux.

Types d'épilepsie

La communauté scientifique identifie plus de 40 formes différentes de cette maladie et leurs tableaux cliniques typiques d'épilepsie. Chaque type de maladie nécessite une approche, un diagnostic et un traitement particuliers.

1. Épilepsie focale cryptogénique, caractérisée par la présence d'un foyer limité (local) d'activité pathologique dans le cerveau. Les crises sous cette forme de maladie apparaissent pour la première fois chez les enfants d'âge préscolaire ou les adolescents. Soudainement, les patients commencent à ressentir des hallucinations (auditives, gustatives, kinesthésiques ou visuelles). Avec eux, des troubles somatiques apparaissent: fausse envie d'uriner et de déféquer, tachycardie, augmentation de la pression artérielle, frissons, transpiration, nausées, vomissements. Des troubles de la parole sont observés, mais la conscience des patients est complètement préservée. Les crises de dernière seconde.

2. Jacksonian. En règle générale, la maladie est une conséquence de troubles cérébraux et de lésions cérébrales organiques. La maladie se manifeste par des convulsions, avec une attaque, les muscles du visage, du tronc et des membres sont activement contractés. Les convulsions avec cette pathologie passent dans l'ordre inverse et se terminent dans la partie du corps dont elles ont commencé à surgir. Souvent, les patients perdent leur sensibilité cutanée et perdent connaissance. La durée des crises peut être de plusieurs minutes, avec le temps, leur durée augmente..

3. Absorption. Cette pathologie est caractérisée par des évanouissements à court terme chez les personnes, sans apparition de crises. Extérieurement, les patients ont un regard absent et clignotent souvent, ils produisent des mouvements mécaniques avec leurs mâchoires, bras, jambes, lèvres.
L'épilepsie d'absorption chez l'enfant peut se manifester après un stress mental important ou, au contraire, avec une forte relaxation, l'absence d'activités intéressantes. La forme infantile de cette pathologie peut s'accompagner d'une faible capacité de concentration, d'une hyperactivité, de difficultés d'apprentissage.

5. Rolandic. La maladie se manifeste par des contractions modérées des muscles du visage et du corps, de la salivation, des parasthésies de la langue, des troubles de la parole. Dans les cas plus graves, au début d'une crise, les patients «gèlent», des convulsions rythmiques traversent leur corps, ils sont désorientés et confus.

Chez les enfants

Les signes d'épilepsie chez les nourrissons et les jeunes enfants diffèrent du tableau clinique de la maladie chez les adultes..

En raison de l'augmentation de l'activité motrice des bébés, les crises sont difficiles à distinguer de l'hypertonicité des nouveau-nés ou de l'hyperactivité d'un jeune enfant. De plus, toutes les formes d'épilepsie ne surviennent pas avec un syndrome convulsif sévère..

Mais, avec une observation attentive, les parents peuvent remarquer certains signes caractéristiques de la maladie:

- vidange involontaire de la vessie ou des intestins;
- retenir son souffle;
- manque de réaction à la voix de la mère (père);
- roulement brusque des yeux, rejetant la tête en arrière;
- adoption de postures non naturelles («gel»);
- manifestation vivante d'agression verbale et physique.

Chez les adultes

Dans les formes plus légères, l'épilepsie chez les personnes jeunes, matures et âgées peut passer inaperçue des autres. La perte de conscience à court terme et les mouvements convulsifs légers ne sont pas perçus comme des symptômes épileptiques chez les adultes, mais comme un épuisement nerveux ou une réaction au stress. Dans les cas plus graves, la maladie se traduit par une perte de conscience et la chute des patients, des convulsions sévères.

Contrairement aux enfants, les adultes peuvent décrire un état préépileptique (aura). Avant une attaque, ils éprouvent généralement:

- anxiété ou peurs;
- vertiges;
- hallucinations;
- frissons et fièvre.

Premiers secours pour l'épilepsie

Que faire si une personne à côté de vous a une crise d'épilepsie?

1. Ne paniquez pas, mais appelez une ambulance et attendez les spécialistes si l'attaque n'est pas terminée dans les 5 minutes.
2. Tournez le patient sur le côté et mettez un objet mou sous sa tête.
3. Éloignez de la personne tous les objets dangereux qui peuvent l'endommager.
4. Une fois que le patient a repris conscience, restez avec lui jusqu'à ce que son orientation dans le monde extérieur soit rétablie..

Vos premiers soins en cas de crise d'épilepsie peuvent être inestimables, car pendant cela, vous pouvez réduire le risque de blessure des patients et, immédiatement après, soutenir les personnes impuissantes et très confuses..

Traitement

Auparavant, on croyait que l'épilepsie était une maladie intravitale, et maintenant beaucoup de gens se posent la question: «Est-ce guérissable? Les statistiques médicales modernes affirment que l'utilisation de médicaments soulage les crises d'épilepsie chez plus de 65% des patients et soulage la condition de 20%.

Les pilules contre l'épilepsie aident à cela, dont la liste est constamment remplie avec les derniers agents pharmacologiques..

Finilepsine, pyramidone, benzodiazépine, phénazépam, seizar - ce groupe de médicaments antiépileptiques qui améliorent l'humeur des patients, normalisent l'activité cérébrale, réduisent l'excitabilité pathologique des zones touchées du cerveau.

En plus d'eux, des anticonvulsivants (valproate de sodium, lamotrigine, carbamazépine, topiramate) sont activement utilisés dans le traitement de la maladie, ces médicaments réduisent l'activité neuronale excessive et détendent les muscles du corps, réduisant ainsi la manifestation du syndrome convulsif.

Traitement avec des remèdes populaires

La maladie est connue depuis l'époque d'Hippocrate, par conséquent, les méthodes folkloriques de son traitement existent depuis l'Antiquité. Et, néanmoins, avant d'utiliser un remède à base de plantes, vous devriez consulter un neurologue..

Les moyens bien connus de lutte contre l'épilepsie à l'aide d'infusions, de décoctions et d'huiles comprennent:

- l'huile de pierre, qui a des propriétés antispasmodiques et immunomodulatrices;
- préparations à base de plantes à base de pivoine, lentille d'eau, réglisse à effet calmant
- Teinture de racine de Marie, qui a un effet relaxant;
- l'aromathérapie avec des morceaux de myrrhe, qui est placé dans la chambre du patient.

Une approche intégrée de la question "Comment guérir l'épilepsie pour toujours?" Et une combinaison d'un mode de vie sain, d'une thérapie médicale et de remèdes populaires peut aider les gens à se débarrasser de ce problème ou à atténuer les manifestations de la maladie.

Épilepsie

L'épilepsie est une affection caractérisée par des crises épileptiques répétées (plus de deux) non provoquées par une cause immédiatement identifiable. Une crise épileptique est une manifestation clinique d'une décharge anormale et excessive des neurones cérébraux, provoquant des phénomènes pathologiques transitoires soudains (symptômes sensoriels, moteurs, mentaux, autonomes, changements de conscience). Il convient de rappeler que plusieurs crises d'épilepsie provoquées ou dues à des raisons claires (tumeur cérébrale, TBI) n'indiquent pas la présence d'épilepsie chez le patient..

CIM-10

informations générales

L'épilepsie est une affection caractérisée par des crises épileptiques répétées (plus de deux) non provoquées par des causes immédiatement identifiables. Une crise épileptique est une manifestation clinique d'une décharge anormale et excessive des neurones cérébraux, provoquant des phénomènes pathologiques transitoires soudains (symptômes sensoriels, moteurs, mentaux, autonomes, changements de conscience). Il convient de rappeler que plusieurs crises d'épilepsie provoquées ou dues à des raisons claires (tumeur cérébrale, TBI) n'indiquent pas la présence d'épilepsie chez le patient..

Classification

Selon la classification internationale des crises d'épilepsie, on distingue les formes partielles (locales, focales) et l'épilepsie généralisée. Les crises d'épilepsie focale sont divisées en: simples (sans altération de la conscience) - avec des symptômes moteurs, somatosensoriels, autonomes et mentaux et complexes - accompagnées d'une conscience altérée. Les crises généralisées primaires se produisent avec l'implication des deux hémisphères du cerveau dans le processus pathologique. Types de crises généralisées: myocloniques, cloniques, absences, absences atypiques, toniques, tonico-cloniques, atoniques.

Il existe des crises d'épilepsie non classifiées - ne convenant à aucun des types de crises ci-dessus, ainsi que certaines crises néonatales (mouvements de mastication, mouvements oculaires rythmiques). Il existe également des crises épileptiques répétées (provoquées, cycliques, aléatoires) et prolongées (état de mal épileptique).

Symptômes d'épilepsie

Dans le tableau clinique de l'épilepsie, il y a trois périodes: ictal (période de crise), postictal (post-attaque) et interictal (interictal). Dans la période post-critique, une absence complète de symptômes neurologiques est possible (à l'exception des symptômes d'une maladie qui provoque l'épilepsie - lésion cérébrale traumatique, accident vasculaire cérébral hémorragique ou ischémique, etc.).

Il existe plusieurs types principaux d'aura qui précèdent une crise partielle complexe d'épilepsie - végétative, motrice, mentale, vocale et sensorielle. Les symptômes les plus courants de l'épilepsie comprennent: nausées, faiblesse, étourdissements, sensation d'oppression dans la gorge, engourdissement de la langue et des lèvres, douleur thoracique, somnolence, bourdonnements et / ou acouphènes, paroxysmes olfactifs, sensation de boule dans la gorge, etc. De plus, les crises partielles complexes sont dans la plupart des cas accompagnées de mouvements automatisés qui semblent inadéquats. Dans de tels cas, le contact avec le patient est difficile, voire impossible..

En règle générale, l'attaque généralisée secondaire commence soudainement. Après quelques secondes que dure l'aura (chaque patient a un flux unique de l'aura), le patient perd connaissance et tombe. La chute s'accompagne d'une sorte de cri, qui est provoqué par un spasme de la glotte et une contraction convulsive des muscles de la poitrine.

Vient ensuite la phase tonique d'une crise d'épilepsie, ainsi nommée d'après le type de crise. Convulsions toniques - le tronc et les membres sont étirés dans un état de tension extrême, la tête est rejetée en arrière et / ou tournée sur le côté, controlatérale à la lésion, la respiration est retardée, les veines du cou gonflent, le visage devient pâle avec une cyanose à croissance lente, les mâchoires sont étroitement comprimées. La durée de la phase tonique de l'attaque est de 15 à 20 secondes.

Vient ensuite la phase clonique d'une crise épileptique, accompagnée de crises cloniques (respiration bruyante, rauque, mousse à la bouche). La phase clonique dure 2 à 3 minutes. La fréquence des crises diminue progressivement, après quoi une relaxation musculaire complète se produit, lorsque le patient ne répond pas aux stimuli, les pupilles sont dilatées, leur réponse à la lumière est absente et les réflexes protecteurs et tendineux ne sont pas évoqués.

Les types les plus courants de crises généralisées primaires, caractérisées par l'implication des deux hémisphères du cerveau dans le processus pathologique, sont les crises tonico-cloniques et les absences. Ces derniers sont plus souvent observés chez les enfants et se caractérisent par un arrêt brusque de courte durée (jusqu'à 10 secondes) de l'activité de l'enfant (jeux, conversation), l'enfant se fige, ne répond pas à l'appel et après quelques secondes continue l'activité interrompue. Les patients ne reconnaissent pas ou ne se souviennent pas des crises. La fréquence des absences peut atteindre plusieurs dizaines par jour.

Diagnostique

Le diagnostic de l'épilepsie doit être basé sur les antécédents, l'examen physique du patient, les données EEG et la neuroimagerie (IRM et TDM du cerveau). Il est nécessaire de déterminer la présence ou l'absence de crises d'épilepsie en fonction de l'anamnèse, de l'examen clinique du patient, des résultats des études de laboratoire et des études instrumentales, et également de différencier les crises d'épilepsie et autres; déterminer le type de crises d'épilepsie et la forme d'épilepsie; familiariser le patient avec les recommandations du régime, évaluer la nécessité d'un traitement médicamenteux, sa nature et la probabilité d'un traitement chirurgical. Bien que le diagnostic d'épilepsie repose principalement sur des données cliniques, il convient de rappeler qu'en l'absence de signes cliniques d'épilepsie, ce diagnostic ne peut être posé même en présence d'une activité épileptiforme détectée sur l'EEG..

Les neurologues et les épileptologues sont impliqués dans le diagnostic de l'épilepsie. La principale méthode d'examen des patients avec un diagnostic d'épilepsie est l'EEG, qui n'a pas de contre-indications. L'EEG est réalisé pour tous les patients sans exception afin de détecter une activité épileptique. Plus souvent que d'autres, de telles variantes de l'activité épileptique sont observées sous forme d'ondes vives, d'adhérences (pics), de complexes «pic - onde lente», «onde aiguë - onde lente». Les méthodes modernes d'analyse informatique de l'EEG permettent de déterminer la localisation de la source de l'activité bioélectrique pathologique. Lors de la réalisation d'un EEG lors d'une crise, l'activité épileptique est enregistrée dans la plupart des cas, dans la période interictale, l'EEG est normal chez 50% des patients.

Sur l'EEG en combinaison avec des tests fonctionnels (photostimulation, hyperventilation), des changements sont détectés dans la plupart des cas. Il faut souligner que l'absence d'activité épileptique sur l'EEG (avec ou sans tests fonctionnels) n'exclut pas la présence d'épilepsie. Dans de tels cas, un nouvel examen ou une surveillance vidéo de l'EEG effectué est effectué.

Dans le diagnostic de l'épilepsie, la plus grande valeur parmi les méthodes de recherche en neuroimagerie est l'IRM du cerveau, qui est indiquée pour tous les patients présentant un début local d'une crise d'épilepsie. L'IRM permet d'identifier les maladies qui ont affecté la nature provoquée des crises (anévrisme, tumeur) ou les facteurs étiologiques de l'épilepsie (sclérose temporale mésiale). Les patients avec un diagnostic d'épilepsie pharmacorésistive en relation avec la référence ultérieure à un traitement chirurgical sont également réalisés par IRM pour déterminer la localisation de la lésion du SNC. Dans certains cas (patients âgés), il est nécessaire de mener des études supplémentaires: test sanguin biochimique, examen du fond d'œil, ECG.

Les crises épileptiques doivent être différenciées des autres états paroxystiques de nature non épileptique (évanouissements, crises psychogènes, crises végétatives).

Traitement de l'épilepsie

Thérapie conservatrice

Tous les traitements de l'épilepsie visent à arrêter les crises, à améliorer la qualité de vie et à arrêter les médicaments (en rémission). Dans 70% des cas, un traitement adéquat et opportun conduit à l'arrêt des crises d'épilepsie. Avant de prescrire des médicaments antiépileptiques, il est nécessaire de procéder à un examen clinique détaillé, d'analyser les résultats de l'IRM et de l'EEG. Le patient et sa famille doivent être informés non seulement des règles de prise de médicaments, mais également des effets secondaires possibles. Les indications d'hospitalisation sont: pour la première fois dans la vie, une crise d'épilepsie développée, un état de mal épileptique et la nécessité d'un traitement chirurgical de l'épilepsie.

L'un des principes du traitement médicamenteux de l'épilepsie est la monothérapie. Le médicament est prescrit à une dose minimale avec son augmentation ultérieure jusqu'à l'arrêt des crises. En cas de dose insuffisante, il est nécessaire de vérifier la régularité de la prise du médicament et de savoir si la dose maximale tolérée a été atteinte. L'utilisation de la plupart des médicaments antiépileptiques nécessite une surveillance constante de leur concentration dans le sang. Le traitement par prégabaline, lévétiracétam, acide valproïque commence par une dose cliniquement efficace; lors de la prescription de lamotrigine, topiramate, carbamazépine, une augmentation lente de la dose est nécessaire.

Le traitement de l'épilepsie nouvellement diagnostiquée commence par des antiépileptiques traditionnels (carbamazépine et acide valproïque) et plus récents (topiramate, oxcarbazépine, lévétiracétam), enregistrés pour une utilisation en monothérapie. Lors du choix entre les médicaments traditionnels et modernes, il est nécessaire de prendre en compte les caractéristiques individuelles du patient (âge, sexe, pathologie concomitante). L'acide valproïque est utilisé pour traiter les crises d'épilepsie non identifiées.

Lors de la prescription de l'un ou l'autre médicament antiépileptique, il faut s'efforcer d'obtenir la fréquence d'administration la plus faible possible (jusqu'à 2 fois / jour). En raison de la concentration plasmatique stable, les médicaments à action prolongée sont plus efficaces. La dose du médicament prescrit à un patient âgé crée une concentration sanguine plus élevée qu'une dose similaire du médicament prescrit à un jeune patient; par conséquent, il est nécessaire de commencer le traitement avec de faibles doses, suivi de leur titration. L'annulation du médicament est effectuée progressivement, en tenant compte de la forme d'épilepsie, de son pronostic et de la possibilité de reprise des crises.

Chirurgie

Les épilepsies pharmacorésistantes (crises persistantes, inefficacité d'un traitement antiépileptique adéquat) nécessitent un examen supplémentaire du patient afin de décider du traitement chirurgical. L'examen préopératoire doit inclure l'enregistrement vidéo EEG des crises, l'obtention de données fiables sur la localisation, les caractéristiques anatomiques et la nature de la propagation de la zone épileptogène (IRM).

Sur la base des résultats des études ci-dessus, la nature de l'intervention chirurgicale est déterminée: ablation chirurgicale du tissu cérébral épileptogène (topoétomie corticale, lobectomie, hémisphérectomie, multilobectomie); chirurgie sélective (amygdalo-hippocampectomie pour l'épilepsie du lobe temporal); callosotomie et intervention stéréotaxique fonctionnelle; stimulation vague.

Il existe des indications strictes pour chacune des interventions chirurgicales ci-dessus. Ils ne peuvent être réalisés que dans des cliniques de neurochirurgie spécialisées dotées du matériel approprié et avec la participation de spécialistes hautement qualifiés (neurochirurgiens, neuroradiologues, neuropsychologues, neurophysiologistes, etc.).

Prévision et prévention

Le pronostic de la capacité de travail dans l'épilepsie dépend de la fréquence des crises. Au stade de la rémission, lorsque les crises surviennent moins fréquemment et la nuit, la capacité de travail du patient demeure (sous réserve de l'exclusion du travail de nuit et des déplacements professionnels). Les crises d'épilepsie diurnes, accompagnées d'une perte de conscience, limitent la capacité du patient à travailler.

L'épilepsie affecte tous les aspects de la vie du patient, c'est donc un problème médical et social important. L'une des facettes de ce problème est la rareté des connaissances sur l'épilepsie et la stigmatisation associée des patients, dont les jugements sur la fréquence et la gravité des troubles mentaux accompagnant l'épilepsie sont souvent infondés. La grande majorité des patients recevant le traitement approprié mènent un mode de vie normal et sans crises.

La prévention de l'épilepsie prévoit la prévention éventuelle du TBI, de l'intoxication et des maladies infectieuses, la prévention d'éventuels mariages entre patients épileptiques, une réduction adéquate de la température chez les enfants afin de prévenir la fièvre, qui peut entraîner l'épilepsie.