Régurgitation aortique - causes, degrés, symptômes, traitement, pronostic et prévention

Dystonie

(Insufficientia valvularum aortae)

Parmi toutes les malformations cardiaques, l'incidence d'insuffisance valvulaire aortique isolée est de 14%. L'insuffisance aortique survient beaucoup plus souvent en association avec d'autres lésions valvulaires et en particulier avec une sténose de l'orifice aortique (55-60%). Chez l'homme, ce défaut est observé 10 fois plus souvent que chez la femme..

Étiologie. L'insuffisance aortique se développe à la suite d'un raccourcissement, d'un rétrécissement des valves aortiques en cas de rhumatisme (elle représente environ 80% de tous les cas d'insuffisance aortique), d'endocardite bactérienne, de syphilis, de traumatisme contondant de la poitrine, d'athérosclérose de l'aorte, ou en raison de l'élargissement de l'ouverture aortique (insuffisance aortique relative) hypertension.

Pathogenèse et modifications de l'hémodynamique. Les perturbations hémodynamiques de ce défaut sont causées par le retour du sang de l'aorte vers le ventricule gauche pendant sa diastole en raison d'une fermeture incomplète des valves aortiques. Le volume de sang de retour dépend principalement de la zone de la partie découverte de l'ouverture aortique, du gradient de pression de l'aorte - ventricule gauche et de la durée de la diastole. Le ventricule gauche peut revenir de 5 à 50% ou plus du volume sanguin systolique. Le retour du sang vers le ventricule gauche provoque sa dilatation dont le degré est proportionnel au volume de retour de sang. Une telle dilatation du ventricule gauche est compensatoire et est appelée tonogène, primaire, par opposition à secondaire (myogénique), qui se développe avec une diminution de la contractilité myocardique.

En raison du travail intensif pour expulser la quantité accrue de sang, le ventricule gauche est progressivement hypertrophié. L'hypertrophie ventriculaire gauche et le développement d'une tachycardie, qui empêche le retour du sang de l'aorte vers le ventricule gauche, compensent ce défaut.

En termes de compensation des défauts, l'oreillette gauche fonctionne normalement; avec le développement d'une insuffisance relative de la valve mitrale et avec une diminution de la contractilité du ventricule gauche, la pression dans l'oreillette gauche augmente, provoquant son hypertrophie et sa dilatation.

La stagnation du sang dans l'oreillette gauche est transmise aux vaisseaux de la circulation pulmonaire. L'augmentation de la pression dans les artères pulmonaires provoque une hyperfonction isométrique du ventricule droit et une hypertrophie de son myocarde. Avec une diminution de la contractilité du ventricule droit, des symptômes d'insuffisance ventriculaire droite apparaissent.

Tableau clinique Au stade de la compensation des défauts, il n'y a pas de symptômes subjectifs. Avec la décompensation du défaut, les patients notent une augmentation de la pulsation des artères carotides, des palpitations et, à la suite d'une diminution de l'apport sanguin coronaire et cérébral, des douleurs d'angor, des étourdissements, une sensation d'étourdissement, une tendance à l'évanouissement.

L'essoufflement ne se produit qu'avec une diminution de la fonction contractile du ventricule gauche, d'abord avec un effort physique, puis au repos, prenant souvent le caractère de crises d'asthme cardiaque. Avec le développement d'une insuffisance ventriculaire droite, un œdème dans les jambes, une lourdeur et une douleur dans l'hypochondre droit apparaissent.

L'apparence des patients présentant un défaut valvulaire modéré était sans particularité. En cas d'insuffisance aortique sévère, il peut y avoir des symptômes associés à une forte fluctuation de la pression dans le système artériel et à une sortie rapide de sang des petites artérioles: pulsation des artères sous-clavières, brachiales, temporales, moins souvent pulsation des pupilles, synchrone avec la pulsation des artères carotides, tremblement de tête (symptôme de Musset), capillaire pouls - synchrone avec le pouls, changements dans l'intensité de la coloration du lit de l'ongle et de la peau du front (si l'hyperémie est causée par le frottement).

Chez les patients présentant une hypertrophie sévère et une dilatation du ventricule gauche, l'impulsion apicale est diffuse, souvent abaissée dans le sixième espace intercostal et déplacée vers la gauche vers la ligne médioaxillaire. Parfois, il y a une rétraction et un renflement des espaces intercostaux adjacents à la zone de l'impulsion apicale et une oscillation de toute la moitié gauche de la poitrine. Ces symptômes sont dus à l'AVC systolique d'un ventricule gauche hypertrophié et dilaté..

À la palpation dans la fosse jugulaire, la pulsation de l'arc aortique est déterminée, dans l'épigastre - la pulsation de l'aorte abdominale.

La percussion révèle l'expansion de la bordure de la matité relative du faisceau vasculaire (due à l'expansion de l'arc aortique ascendant).

Les symptômes les plus informatifs pour le diagnostic de ce défaut sont les symptômes auscultatoires, car ils sont causés par un dysfonctionnement des valves aortiques et des modifications du flux sanguin à travers l'ouverture aortique..

Le symptôme «direct» de l'insuffisance aortique est le souffle diastolique. Elle est causée par un lavage à contre-courant du sang de l'aorte au ventricule gauche. Se pose immédiatement après la tonalité II, il est entendu le mieux en position horizontale à la sortie. Avec un léger défaut de valve - en position genou-coude ou en position assise avec une inclinaison vers l'avant. L'épicentre du bruit est à la pointe de Botkin, avec un défaut syphilitique - dans le deuxième espace intercostal à droite du sternum. Le souffle est conduit le long de la circulation sanguine le long du bord gauche du sternum jusqu'à l'apex. Chez 25% des patients, il est mieux entendu dans l'apex (I.A. Kassirsky, G.I. Kassirsky, 1964) ou dans le processus xiphoïde (B.I. Trusevich, 1955). L'intensité du bruit est liée à la gravité du défaut de la vanne. Cependant, il peut s'affaiblir avec la tachycardie, la fibrillation auriculaire, l'insuffisance cardiaque. Souvent, avec un souffle diastolique dans le deuxième espace intercostal à droite du sternum, un souffle systolique est également entendu. Elle est réalisée sur les vaisseaux du cou ou dans la fosse jugulaire et est provoquée par une sténose concomitante de l'orifice aortique, organique ou relative, puisque l'ouverture valvulaire située entre le ventricule gauche dilaté et l'aorte dilatée est un point plus étroit sur le trajet d'écoulement

Au sommet du cœur, un souffle méso- et (ou) présystolique (souffle de silex) se fait entendre. Il est formé du fait que le flux sanguin inversé pendant la diastole de l'aorte au ventricule se produit avec une force considérable et pousse la foliole aortique de la valve mitrale, créant une sténose relative de l'ouverture mitrale. Chez les patients présentant une «mitralisation» du défaut, un souffle systolique indépendant se fait entendre à l'apex.

Avec une régurgitation importante et importante, en conséquence, le remplissage sanguin du ventricule gauche à l'apex peut être entendu en diastole III. Le ton II est affaibli ou disparaît. Le degré d'affaiblissement du ton II est directement proportionnel à la gravité du défaut de la valve. Sur les vaisseaux périphériques (artère fémorale), un double ton Traube et un double souffle de Durazier se font entendre, qui apparaît si le phonendoscope est appuyé sur l'artère écoutée. Le tonus traubien est formé par de fortes oscillations pulsées de la paroi artérielle.

Pouls et tension artérielle. La pression systolique augmente et la pression diastolique diminue, l'amplitude de la pression pulsée augmente. Le pouls est élevé et rapide, ce qui dépend de la montée rapide de la pression dans le système artériel et de la même diminution rapide.

La pression veineuse et la vitesse du flux sanguin changent uniquement lorsque la circulation sanguine est altérée.

Examen aux rayons X. Dans la période de compensation et avec un petit défaut valvulaire, la taille du cœur n'est pas augmentée ou il y a une légère augmentation du ventricule gauche.

Chez les patients souffrant d'insuffisance aortique sévère, le cœur est considérablement élargi en raison du ventricule gauche. La taille du cœur est prononcée. L'ombre de l'aorte est généralement dilatée de manière diffuse, l'amplitude de sa pulsation, comme la pulsation du ventricule gauche, est augmentée. Avec la «mitralisation» de l'insuffisance aortique et la décompensation du défaut, des signes d'hypertension pulmonaire veineuse apparaissent et l'oreillette gauche augmente (l'œsophage contrasté dévie le long d'un arc de grand rayon). Il peut y avoir une augmentation modérée du ventricule droit.

Électrocardiogramme. Avec une régurgitation aortique légère, l'ECG peut rester normal. En cas de défaut prononcé, des signes de modification du ventricule gauche apparaissent:

1) l'amplitude des dents Rv augmente5,6 et Sv1,2 de sorte que Sv1 + RV5-6 > 35 mm;

2) des ondes T pointues et hautes apparaissent dans les dérivations V4-6

3) ondes Q profondes, mais non élargies dans les dérivations V5-6

L'axe électrique du cœur chez les jeunes avec un défaut légèrement exprimé ne dévie pas, avec un défaut prononcé, ainsi que chez les personnes âgées, il dévie vers la gauche.

Avec le développement de l'insuffisance cardiaque, l'intervalle S-T dans les dérivations V diminue4-6 (I, aVL) et l'onde T est aplatie dans les mêmes fils, jusqu'à l'apparition d'ondes T biphasiques (+) et négatives.

Parallèlement au changement de la partie terminale du complexe ventriculaire, l'amplitude de l'onde Q dans les dérivations V diminue5-6 et le temps de déviation interne du complexe QRS dans les dérivations V augmente5-6

Avec la «mitralisation du défaut et le développement d'une surcharge hémodynamique de l'oreillette gauche, des signes de son hypertrophie apparaissent (onde P à deux pics dans les dérivations V1 - onde P biphasique avec une phase négative, augmentée en amplitude et en durée).

Un phonocardiogramme enregistre les modifications des bruits cardiaques et la présence de souffles. En haut de I, le ton est généralement affaibli (moins souvent non modifié). Avec un défaut prononcé, la tonalité III est enregistrée. A la base du cœur (deuxième espace intercostal à droite), un affaiblissement du ton II est noté en raison d'une diminution de l'amplitude de sa composante aortique.

Le souffle diastolique à haute fréquence (500-800 Hz) caractéristique du défaut commence immédiatement après le ton II et diminue vers la fin de la diastole. La durée du bruit est directement proportionnelle à la gravité du défaut de la vanne. Avec un petit défaut de valve, le bruit est mieux entendu par l'oreille, tandis que sur le phonogramme, il ne peut être enregistré qu'avec un haut degré d'amplification de l'appareil.

Dans le deuxième espace intercostal à droite du sternum (ou à la pointe de Botkin, ou à l'apex), un souffle systolique est parfois enregistré, qui n'est pas provoqué par un véritable rétrécissement de l'ouverture aortique. Ce souffle diminue généralement et ne prend pas plus de la moitié de la systole..

Au sommet, un souffle diastolique (filaire) peut également être enregistré, qui a les mêmes caractéristiques que le bruit dans le deuxième espace intercostal à droite du sternum et à la pointe de Botkin.

Sur le phonocardiogramme enregistré à partir de la fosse jugulaire des artères carotides, un souffle systolique «d'accompagnement» est déterminé, et dans certains cas, un souffle diastolique typique de l'insuffisance aortique (s'il est simultanément clairement enregistré dans le deuxième espace intercostal à droite du sternum).

L'échocardiographie en mode M (unidimensionnel) ne donne pas une image claire du défaut, mais révèle ses signes indirects: flutter diastolique de la foliole de la valve mitrale antérieure, moins souvent - vibration IVS.

EchoCG en mode DM (bidimensionnel) permet d'enregistrer la non-fermeture diastolique de la valve aortique, la surcharge volumique du ventricule gauche et l'hypertrophie de ses parois, et l'échocardiographie Doppler - flux diastolique anormal dans la voie de sortie du ventricule gauche.

Le diagnostic de l'insuffisance aortique et le degré de sa sévérité reposent sur l'identification de trois groupes de symptômes:

1. Symptômes valvulaires ("directs"): souffle diastolique et affaiblissement (disparition) du tonus II, avec écho examen des signes d'un flux sanguin diastolique anormal.

2. Ventriculaire gauche: impulsion apicale diffuse renforcée, déplacée vers le bas et vers la gauche, augmentation du ventricule gauche avec radioscopie, syndrome d'hypertrophie ventriculaire gauche à l'ECG.

3. Symptômes, en fonction d'une diminution de la pression diastolique dans l'aorte (symptômes périphériques): basse pression diastolique, douleur au cœur, pouls élevé et rapide, double tonalité Traube et double souffle de Durasier sur les vaisseaux périphériques, pouls capillaire.

Avec une insuffisance aortique légère, il n'y a que des symptômes «directs». Les deuxième et troisième groupes de symptômes apparaissent avec un défaut grave. Le surdiagnostic de l'insuffisance aortique est rare et est principalement dû à une mauvaise évaluation des symptômes périphériques: pouls, tension artérielle, pulsation des vaisseaux périphériques.

Un pouls élevé, une diminution de la pression diastolique, une augmentation de la pulsation des artères périphériques sont également observés dans des conditions caractérisées par une augmentation du débit cardiaque et une diminution de la résistance périphérique: anémie, thyrotoxicose, fièvre, dystonie végétative, etc..

Cependant, l'absence de souffle protodiastolique dans ces maladies permet de rejeter l'hypothèse de la présence d'un défaut..

L'évolution de l'insuffisance aortique est variée, ce qui est dû à la fois à la gravité différente du défaut valvulaire et à l'état du myocarde et à l'étiologie du défaut.

L'insuffisance de la circulation sanguine peut être absente pendant longtemps, car la compensation est fournie par l'activité de la partie la plus puissante du cœur - le ventricule gauche.

Si une insuffisance cardiaque survient, elle progresse malgré un traitement actif.

À mesure que l'hypertension pulmonaire augmente, les crises d'asthme deviennent plus fréquentes. Certains patients développent une insuffisance ventriculaire droite avec une hypertrophie du foie, un œdème périphérique et une augmentation de la pression veineuse.

Le développement de l'insuffisance ventriculaire droite est facilité par l'insuffisance coronaire, qui se produit en raison du fait que pendant la diastole, le sang de l'aorte s'écoule dans le ventricule gauche et que le système caronaire est rempli précisément pendant la période de diastole.

L'ajout de l'athérosclérose coronarienne aggrave l'insuffisance coronaire.

Avec un défaut rhumatismal ou une endocardite bactérienne, des symptômes valvulaires apparaissent déjà lors de la formation du défaut, un souffle diastolique est plus souvent entendu à la pointe de Botkin, et non dans le deuxième espace intercostal à droite du sternum. Il n'y a pas d'élargissement significatif de l'aorte. L'insuffisance cardiaque se développe en moyenne plusieurs années plus tôt qu'avec une insuffisance aortique d'une autre étiologie. Cela est dû à des lésions myocardiques causées par des crises rhumatismales répétées.

En cas d'insuffisance aortique athéroscléreuse, observée chez les personnes âgées, il n'y a pas de symptômes vasculaires périphériques prononcés, en particulier, la pression diastolique est légèrement abaissée ou non modifiée. Le souffle diastolique est plus clairement entendu dans le deuxième espace intercostal à droite. Le ton II est généralement préservé, le souffle systolique «d'accompagnement» est souvent noté. L'hypertrophie ventriculaire gauche n'est pas significative. Chez ces patients, des signes d'athérosclérose sont simultanément notés non seulement de l'aorte, mais également d'autres vaisseaux..

L'insuffisance aortique syphilitique est caractérisée par une combinaison d'attaques de douleur thoracique et de bruit diastolique. Le ton II est affaibli et même absent.

Complications. Il n'y a pas de complications spécifiques à la régurgitation aortique. L'endocardite septique peut se développer dans le contexte d'une insuffisance aortique de toute étiologie.

L'insuffisance ventriculaire gauche est une étape de l'évolution du défaut. De même, l'insuffisance coronaire est l'un des symptômes de l'insuffisance aortique. La violation du rythme cardiaque (en particulier la fibrillation auriculaire) est rarement observée et généralement uniquement au stade de l'insuffisance cardiaque totale.

Le pronostic est déterminé par la gravité du défaut valvulaire et l'état du muscle cardiaque. Les patients présentant un défaut modérément prononcé de l'appareil à valve conservent une bonne santé et une capacité à travailler pendant une longue période. L'insuffisance aortique sévère (avec une forte diminution de la pression diastolique) se déroule moins favorablement, car une surcharge hémodynamique importante du ventricule gauche entraîne une diminution de sa contractilité et le développement d'une insuffisance cardiaque.

Affecte le pronostic et la raison du développement du défaut. Ainsi, toutes choses égales par ailleurs, l'insuffisance aortique de la genèse athéroscléreuse a un bon pronostic. La régurgitation aortique rhumatismale est généralement plus favorable qu'un défaut résultant de la syphilis ou d'une endocardite bactérienne. Cependant, des crises rhumatismales fréquentes, qui aggravent l'état du myocarde, peuvent également conduire rapidement au développement d'une insuffisance cardiaque (malgré la gravité modérée du défaut valvulaire).

Traitement. Il n'existe pas de traitement conservateur spécifique de l'insuffisance aortique. Le traitement de la maladie qui a provoqué le développement du défaut et de l'insuffisance cardiaque est effectué selon le général

Cependant, il convient de rappeler qu'un ralentissement significatif de la fréquence cardiaque chez les patients présentant une insuffisance aortique contribue à une augmentation du flux de retour de sang de l'aorte vers le ventricule gauche, ce qui aggrave l'insuffisance coronaire et cérébrale. Par conséquent, les médicaments de choix doivent être des glycosides cardiaques, qui dans une moindre mesure affectent la fréquence du rythme: korglikon, strophanthin, izolanid, celanide.

Une valve artificielle est implantée chez les patients souffrant d'essoufflement, de douleurs dans la région du cœur, surtout si les symptômes progressent. Des modifications sévères du myocarde et une insuffisance circulatoire aggravent fortement les résultats de l'opération.

Traitement de l'insuffisance valvulaire aortique

L'insuffisance aortique est une modification pathologique du travail du cœur, caractérisée par la non-fermeture des feuillets valvulaires. Cela entraîne un flux sanguin inversé de l'aorte vers le ventricule gauche. La pathologie a de graves conséquences.

Si vous ne prenez pas le traitement à temps, tout devient plus compliqué. Les organes ne reçoivent pas la quantité requise d'oxygène. Cela conduit à une augmentation de la fréquence cardiaque pour combler l'écart. Si vous n'intervenez pas, le patient est condamné. Après un certain temps, le cœur augmente, puis un œdème apparaît, en raison de pics de pression à l'intérieur de l'organe, la valve auriculaire gauche peut échouer. Il est important de consulter un thérapeute, un cardiologue ou un rhumatologue à temps.

Classification de la régurgitation aortique

L'insuffisance aortique est divisée en 3 degrés. Ils diffèrent par la divergence des volets de soupape. À première vue, cela semble simple. Il:

  • Sinus de Valsalva - Ils sont situés derrière les sinus aortiques, juste derrière les valves, qui sont souvent appelées semi-lunaires. Les artères coronaires partent de cet endroit..
  • Anulus fibrosus - il a une résistance élevée et sépare clairement le début de l'aorte et l'oreillette gauche.
  • Valves lunaires - il y en a trois, elles continuent la couche endocardique du cœur.

Les feuilles sont disposées en ligne circulaire. Lorsque la valve est fermée chez une personne en bonne santé, l'espace entre les valves est complètement absent. Le degré et la gravité de l'insuffisance valvulaire aortique dépendent de la taille du jeu de l'orteil..

Premier degré

Le premier degré est caractérisé par des symptômes bénins. La divergence des soupapes ne dépasse pas 5 mm au total. Ne se sent pas différent de la normale.

L'insuffisance de la valve aortique du 1er degré se manifeste par des symptômes bénins. Avec la régurgitation, le volume sanguin ne dépasse pas 15%. La compensation se produit en raison de l'augmentation des impulsions ventriculaires gauche.

Les patients peuvent même ne pas remarquer de manifestations pathologiques. Lorsque la maladie est au stade de la compensation, la thérapie ne peut pas être effectuée, limitée à des actions préventives. Les patients se voient prescrire une observation par un cardiologue, ainsi que des contrôles échographiques réguliers.

Second degré

L'insuffisance de la valve aortique, qui appartient au 2ème degré, a des symptômes avec une manifestation plus prononcée, tandis que la divergence des folioles est de 5 à 10 mm. Si ce processus se produit chez un enfant, les signes sont subtils..

Si, en cas d'insuffisance aortique, le volume de sang renvoyé est de 15 à 30%, la pathologie fait référence à une maladie du deuxième degré. Les symptômes ne sont pas sévères, mais un essoufflement et des palpitations peuvent survenir.

Pour compenser le défaut, les muscles et la valve de l'oreillette gauche sont impliqués. Dans la plupart des cas, les patients se plaignent d'essoufflement lors d'un effort léger, d'une fatigue accrue, d'un rythme cardiaque intense et de douleurs.

Lors des examens avec l'utilisation d'équipements modernes, une augmentation du rythme cardiaque est constatée, l'impulsion apicale se déplace légèrement vers le bas, les limites de la matité du cœur se dilatent (vers la gauche de 10 à 20 mm). Lors de l'utilisation de l'examen aux rayons X, une augmentation de l'oreillette gauche vers le bas est visible.

Avec l'aide de l'auscultation, vous pouvez clairement entendre les souffles le long du sternum sur le côté gauche - ce sont des signes de souffle diastolique aortique. De plus, avec le deuxième degré d'insuffisance, un souffle systolique apparaît. Quant au pouls, il est augmenté et prononcé..

Troisième degré

Le troisième degré d'insuffisance, également appelé prononcé, présente un écart de plus de 10 mm. Les patients nécessitent un traitement sérieux. Le plus souvent, une opération est prescrite, suivie d'un traitement médicamenteux.

Lorsque la pathologie est au 3ème degré, l'aorte perd plus de 50% du sang. La fréquence cardiaque augmente pour compenser la perte..

Fondamentalement, les patients se plaignent souvent de:

  • essoufflement au repos ou avec un effort minimal;
  • douleur dans la région du cœur;
  • fatigue accrue;
  • faiblesse constante;
  • tachycardie.

Dans les études, une forte augmentation de la taille des limites de la matité du cœur vers le bas et vers la gauche est déterminée. Le déplacement se produit également dans la bonne direction. Quant à l'impulsion apicale, elle est renforcée (caractère renversé).

Chez les patients présentant un troisième degré d'insuffisance, la région épigastrique est pulsatile. Cela indique que la pathologie impliquait les bonnes cavités du cœur dans le processus..

Au cours de la recherche, un souffle systolique, diastolique prononcé et un souffle de Flint apparaissent. Ils peuvent être entendus dans la zone du deuxième espace intercostal sur le côté droit. Ils ont un caractère prononcé.

Il est important dès les premiers symptômes, même mineurs, de consulter un médecin et un cardiologue.

Symptômes, signes et causes

Lorsque l'insuffisance de la valve aortique commence à se développer, les symptômes n'apparaissent pas immédiatement. Cette période est caractérisée par l'absence de plaintes graves. La charge est compensée par la valve ventriculaire gauche - elle est capable de résister longtemps au flux inversé, mais elle s'étire et se déforme un peu. Déjà à ce moment, des douleurs, des étourdissements et des battements cardiaques fréquents se produisent..

Les premiers symptômes d'insuffisance:

  • il y a une certaine sensation de pulsation des veines cervicales;
  • forts tremblements dans la région du cœur;
  • augmentation de la fréquence de contraction du muscle cardiaque (minimisant le flux sanguin inverse);
  • douleur pressante et constrictive dans la région de la poitrine (avec un fort flux sanguin inversé);
  • l'apparition d'étourdissements, une perte de conscience fréquente (se produit avec un apport d'oxygène de mauvaise qualité au cerveau);
  • l'apparition d'une faiblesse générale et une diminution de l'activité physique.

Lors d'une maladie chronique, les symptômes suivants apparaissent:

  • douleur dans la région du cœur même calme, sans stress;
  • lors des charges, la fatigue apparaît assez rapidement;
  • acouphènes constants et sensation de forte pulsation dans les veines;
  • la survenue d'un évanouissement lors d'un changement brusque de la position du corps;
  • la tête fait très mal à l'avant;
  • pulsation artérielle visible à l'œil nu.

Lorsque la pathologie est à un degré décompensé, le métabolisme dans les poumons est altéré (on observe souvent l'apparition d'asthme).

L'insuffisance aortique s'accompagne d'étourdissements sévères, d'évanouissements, ainsi que de douleurs dans la cavité thoracique ou ses parties supérieures, un essoufflement fréquent et des palpitations sans rythme.

Les causes de la maladie:

  • maladie valvulaire aortique congénitale.
  • complications après rhumatisme articulaire aigu.
  • endocardite (présence d'une infection bactérienne de l'intérieur du cœur).
  • change avec l'âge - cela est dû à l'usure de la valve aortique.
  • une augmentation de la taille de l'aorte - un processus pathologique se produit avec l'hypertension dans la région aortique.
  • durcissement des artères (comme complication de l'athérosclérose).
  • dissection aortique, lorsque les couches internes de l'artère principale sont séparées des couches intermédiaires.
  • violation de la fonctionnalité de la valve aortique après son remplacement (prothèses).


Les raisons moins courantes sont:

  • lésion de la valve aortique;
  • les maladies de nature auto-immune;
  • les conséquences de la syphilis;
  • spondylarthrite ankylosante;
  • manifestations de maladies de type diffus associées aux tissus conjonctifs;
  • complications après l'utilisation de la radiothérapie.

Il est important de consulter un médecin dès les premières manifestations..

Caractéristiques de la maladie chez les enfants

De nombreux enfants ne remarquent pas de problèmes pendant longtemps et ne se plaignent pas de maladie. Dans la plupart des cas, ils se sentent bien, mais cela ne dure pas longtemps. Beaucoup sont encore capables de s'entraîner au sport. Mais la première chose qui les tourmente est l'essoufflement et l'augmentation du rythme cardiaque. Avec ces symptômes, il est important de consulter immédiatement un spécialiste..

Au début, une gêne est constatée avec un effort modéré. À l'avenir, une défaillance de la valve aortique se produit même dans un état calme. Perturbé par l'essoufflement, forte pulsation des artères situées dans le cou. Dans ce cas, le traitement doit être de haute qualité et opportune..

Les symptômes de la maladie peuvent se manifester par des souffles dans la zone de la plus grande artère. Quant au développement physique, chez les enfants, il ne change pas avec l'insuffisance, mais il y a un blanchissement notable de la peau du visage.

Lors de l'examen d'un échocardiogramme, l'insuffisance valvulaire aortique se traduit par une augmentation modérée de la lumière au niveau de l'orifice de l'artère. Il y a aussi des bruits dans la zone thoracique gauche, ce qui indique la progression de la divergence entre les volets lunaires (plus de 10 mm). Les forts tremblements s'expliquent par le travail accru du ventricule gauche et de l'oreillette en mode compensation.

Méthodes de diagnostic

Pour évaluer correctement les changements dans la fonctionnalité du cœur et de ses systèmes, vous devez subir des diagnostics de haute qualité:

  1. dopplerographie;
  2. Rayons X (détecte efficacement les changements pathologiques dans les valves et les tissus du cœur);
  3. échocardiographie;
  4. phonocardiographie (détecte les souffles dans le cœur et l'aorte);
  5. ECG.

Lors de l'examen, les experts prêtent attention à:

  • teint (s'il est pâle, cela signifie un apport sanguin insuffisant aux petits vaisseaux périphériques);
  • dilatation rythmique des pupilles ou leur constriction;
  • l'état de la langue. Les pulsations changent de forme (perceptible à l'examen);
  • tremblement de la tête (involontaire), qui se produit au rythme du cœur (cela est dû à de forts tremblements dans les artères carotides);
  • pulsation visible des vaisseaux cervicaux;
  • tremblements cardiaques et leur force à la palpation.

Le pouls est instable, il y a des hauts et des bas. Avec l'utilisation de l'auscultation de l'organe cardiaque et de ses vaisseaux, les souffles et autres signes peuvent être détectés plus rapidement et plus précisément.

Traitement

Au tout début, l'insuffisance aortique peut ne pas nécessiter de traitement particulier (premier degré), seules les méthodes de prévention sont applicables. Plus tard, un traitement thérapeutique ou cardiologique est prescrit. Les patients doivent suivre les recommandations des spécialistes concernant la façon d'organiser la vie..

Il est important de limiter l'activité physique, d'arrêter de fumer ou de boire de l'alcool et d'être systématiquement examiné par échographie ou ECG.

Avec le traitement médicamenteux de la maladie, les médecins prescrivent:

  1. Utilisation de bêta-bloquants, tels que: «Carvedilol» ou «Metoprolol». De plus, "Propranolol" ou "Celiprolol" peut être attribué. Les médicaments en question ne sont prescrits que pour les arythmies et l'hypertension artérielle.
  2. L'utilisation de "Hydralazine" (un peu moins souvent prescrit "Molsidomin") - ces médicaments réduisent efficacement la pression, éliminant les spasmes. Ces médicaments normalisent temporairement la circulation sanguine..
  3. Le furosémide est utilisé comme diurétique (Britomar ou Torasemide a également fait ses preuves dans la pratique). Ils peuvent réduire le stress cardiaque et l'œdème.
  4. «Falipamil» ou «Anipamil» - agissent comme des antagonistes du calcium. Avec leur aide, la pénétration de composés calcifiés dans les tissus est empêchée. Les médicaments affaiblissent le rythme cardiaque. Utilisé pour les arythmies et l'hypertension artérielle. Également utilisé "Verapamil", a un effet similaire.

Si la maladie est au dernier degré, seule une intervention chirurgicale aidera..

Cas où un patient a besoin d'une consultation urgente avec un chirurgien:

  • lorsque l'état de santé s'est fortement dégradé et que l'éjection de retour vers le ventricule gauche est de 25%;
  • avec des violations du ventricule gauche;
  • lorsque 50% du volume sanguin est retourné;
  • une forte augmentation de la taille du ventricule (plus de 5-6 cm).

Il existe aujourd'hui deux types d'opérations:

  1. Intervention chirurgicale associée à l'implantation. Elle est réalisée lorsque l'éjection inverse de la valve aortique est supérieure à 60% (il est à noter qu'aujourd'hui les prothèses biologiques ne sont presque jamais utilisées).
  2. Opération sous forme de contre-pulsation intra-aortique par ballonnet. Elle se fait avec une légère déformation des feuillets valvulaires (à 30% d'éjection de sang).

L'insuffisance aortique peut ne pas survenir si des actions préventives contre les pathologies rhumatismales, syphilis et athérosclérotiques sont prises en temps opportun.

C'est l'assistance chirurgicale qui permet de s'affranchir des problèmes considérés. La rapidité et la qualité de l'action peuvent considérablement augmenter les chances qu'une personne revienne à une vie normale..

Insuffisance valvulaire aortique: types de maladies et schémas thérapeutiques

L'insuffisance aortique est une pathologie dans laquelle les feuillets de la valve aortique ne se ferment pas complètement, ce qui entrave le retour du sang vers le ventricule gauche du cœur depuis l'aorte.

Cette maladie provoque de nombreux symptômes désagréables - douleurs thoraciques, étourdissements, essoufflement, battements cardiaques irréguliers, etc..

Description de la maladie

La valve aortique est un lambeau dans l'aorte qui a 3 cuspides. Conçu pour séparer l'aorte et le ventricule gauche. Dans un état normal, lorsque le sang s'écoule de ce ventricule dans la cavité aortique, la valve se ferme hermétiquement, une pression est créée, grâce à laquelle le flux de sang à travers les artères minces vers tous les organes du corps est assuré, sans possibilité d'épanchement inverse.

Si la structure de cette valve a été endommagée, elle ne se chevauche que partiellement, ce qui entraîne un flux sanguin inversé dans le ventricule gauche. Dans ce cas, les organes cessent de recevoir la quantité de sang requise pour un fonctionnement normal et le cœur doit se contracter plus intensément pour compenser le manque de sang..

Selon les statistiques, cette insuffisance valvulaire aortique survient chez environ 15% des personnes atteintes de tout type de maladie cardiaque et accompagne souvent des maladies telles que la sténose et l'insuffisance mitrale. En tant que maladie indépendante, cette pathologie survient chez 5% des patients souffrant de malformations cardiaques. Affecte le plus souvent les hommes, en raison de l'exposition à des facteurs internes ou externes.

Vidéo utile sur l'insuffisance valvulaire aortique:

Causes et facteurs de risque

La régurgitation aortique se produit lorsque la valve aortique a été endommagée. Les raisons qui conduisent à ses dommages peuvent être les suivantes:

    Malformations congénitales. Des anomalies congénitales de la valve aortique surviennent pendant la période de gestation, si le corps d'une femme enceinte a été exposé à des facteurs nocifs - par exemple, une forte dose de rayons X ou des maladies infectieuses prolongées. Des défauts peuvent également se former en présence d'une pathologie similaire chez l'un des proches parents.

  • L'endocardite est une maladie infectieuse dans laquelle les couches internes du cœur deviennent enflammées.
  • Le rhumatisme est une maladie inflammatoire étendue qui affecte de nombreux systèmes et organes, en particulier le cœur. Cette raison est la plus courante. Près de 80% de tous les patients souffrant d'insuffisance aortique souffrent de rhumatismes.
  • La dissection aortique est une pathologie caractérisée par une forte expansion de la couche interne de l'aorte avec son détachement du milieu. Ce problème apparaît comme une complication de l'athérosclérose, ou avec une forte augmentation de la pression. Une condition extrêmement dangereuse qui menace de rupture de l'aorte et de mort du patient.
  • Syphilis. En raison de cette maladie sexuellement transmissible, de nombreux organes et systèmes peuvent être affectés. En cas de début de syphilis, des nodules anormaux se forment dans les organes, y compris l'aorte, qui empêchent le fonctionnement normal de la valve aortique.
  • Blessure. La régurgitation aortique peut résulter d'un traumatisme à la poitrine lors de la rupture des feuillets de la valve aortique.
  • Athérosclérose de l'aorte. L'athérosclérose se développe lorsqu'une grande quantité de cholestérol s'accumule sur les parois de l'aorte.
  • Âge avancé. Au fil des années, la valve aortique s'use progressivement, ce qui entraîne souvent une perturbation de sa fonction.
  • Hypertension artérielle. Une pression accrue peut provoquer une hypertrophie de l'aorte et du ventricule gauche du cœur.
  • Anévrisme ventriculaire. Se produit souvent après une crise cardiaque. Les parois du renflement du ventricule gauche, interférant avec le fonctionnement normal de la valve aortique.
  • Types et formes de la maladie

    L'insuffisance aortique est divisée en plusieurs types et formes. En fonction de la période de formation de la pathologie, la maladie est:

    • congénitale - survient en raison d'une mauvaise génétique ou des effets indésirables de facteurs nocifs sur une femme enceinte;
    • acquis - apparaît à la suite de diverses maladies, tumeurs ou blessures.

    La forme acquise, à son tour, est divisée en fonctionnelle et organique.

    • fonctionnel - formé lorsque l'aorte ou le ventricule gauche se dilate;
    • organique - se produit en raison de dommages au tissu valvulaire.

    1, 2, 3, 4 et 5 degrés

    Selon le tableau clinique de la maladie, l'insuffisance aortique est de plusieurs stades:

    1. Première étape. Elle se caractérise par l'absence de symptômes, un léger élargissement des parois cardiaques du côté gauche, avec une augmentation modérée de la taille de la cavité ventriculaire gauche.
    2. Deuxième étape. La période de décompensation latente, lorsque des symptômes prononcés ne sont pas encore observés, mais que les parois et la cavité du ventricule gauche sont déjà considérablement augmentées en taille.
    3. Troisième étape. La formation d'une insuffisance coronaire, lorsqu'il y a déjà un reflux partiel de sang de l'aorte dans le ventricule. Caractérisé par des douleurs fréquentes au cœur.
    4. Quatrième étape. Le ventricule gauche se contracte faiblement, ce qui entraîne une congestion des vaisseaux sanguins. Des symptômes tels que l'essoufflement, l'essoufflement, l'œdème pulmonaire, l'insuffisance cardiaque sont observés.
    5. Cinquième étape. Il est considéré comme une étape mourante où il est presque impossible de sauver la vie du patient. Le cœur se contracte très faiblement, ce qui entraîne une stagnation du sang dans les organes internes.

    Dangers et complications

    Si le traitement a commencé prématurément ou si la maladie se développe sous une forme aiguë, la pathologie peut entraîner le développement des complications suivantes:

    • endocardite bactérienne - une maladie dans laquelle un processus inflammatoire se forme dans les valvules du cœur à la suite d'une exposition à des structures valvulaires endommagées de micro-organismes pathogènes;
    • infarctus du myocarde;
    • œdème pulmonaire;
    • insuffisances du rythme cardiaque - battements prématurés ventriculaires ou auriculaires, fibrillation auriculaire; fibrillation ventriculaire;
    • thromboembolie - la formation de caillots sanguins dans le cerveau, les poumons, les intestins et d'autres organes, ce qui entraîne des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques.

    Symptômes

    Les symptômes de la maladie dépendent de son stade. Dans les premiers stades, le patient peut ne ressentir aucune sensation désagréable, car seul le ventricule gauche est exposé à la charge - une partie assez puissante du cœur, capable de résister aux défaillances du système circulatoire pendant très longtemps.

    Avec le développement de la pathologie, les symptômes suivants commencent à apparaître:

    • Sensations pulsatiles dans la tête, le cou, palpitations, surtout en position couchée. Ces signes sont dus au fait qu'un plus grand volume de sang pénètre dans l'aorte que d'habitude - le sang est ajouté à la quantité normale, qui est retourné à l'aorte par une valve vaguement fermée.
    • Douleur dans la région du cœur. Ils peuvent être compressifs ou serrés, apparaissent en raison d'une altération du flux sanguin dans les artères.
    • Cardiopalmus. Il se forme à la suite d'un manque de sang dans les organes, à la suite duquel le cœur est obligé de travailler à un rythme accéléré afin de compenser le volume de sang requis.
    • Étourdissements, évanouissements, maux de tête sévères, problèmes de vision, bourdonnements d'oreilles. Typique pour les stades 3 et 4, lorsque la circulation sanguine dans le cerveau est perturbée.
    • Faiblesse du corps, fatigue accrue, essoufflement, troubles du rythme cardiaque, transpiration accrue. Au début de la maladie, ces symptômes ne surviennent que lors d'un effort physique, plus tard, ils commencent à déranger le patient et dans un état calme. L'apparition de ces signes est associée à une violation du flux sanguin vers les organes..

    Quand voir un médecin et lequel

    Cette pathologie nécessite une attention médicale rapide. Si les premiers signes sont détectés - fatigue accrue, palpitations dans le cou ou la tête, douleur pressante dans le sternum et essoufflement - vous devez consulter un médecin dès que possible. Cette maladie est traitée par un thérapeute, cardiologue.

    Diagnostique

    Pour poser un diagnostic, le médecin examine les plaintes du patient, son mode de vie, l'anamnèse, puis les examens suivants sont effectués:

    • Examen physique. Permet d'identifier les signes d'insuffisance aortique tels que: pulsation des artères, pupilles dilatées, expansion du cœur vers le côté gauche, hypertrophie de l'aorte dans sa section initiale, pression artérielle basse.
    • Analyse d'urine et de sang. Avec son aide, vous pouvez déterminer la présence de troubles concomitants et de processus inflammatoires dans le corps..
    • Test sanguin biochimique. Affiche le niveau de cholestérol, de protéines, de sucre, d'acide urique. Nécessaire pour identifier les dommages aux organes.
    • ECG pour déterminer la fréquence cardiaque et la taille du cœur. Tout savoir sur le décodage de l'ECG cardiaque.
    • Échocardiographie. Permet de déterminer le diamètre de l'aorte et la pathologie dans la structure de la valve aortique.
    • Radiographie. Affiche l'emplacement, la forme et la taille du cœur.
    • Phonocardiogramme pour l'étude des souffles cardiaques.
    • CT, IRM, KKG - pour étudier le flux sanguin.

    Méthodes de traitement

    Dans les premiers stades, lorsque la pathologie est mal exprimée, les patients se voient prescrire des visites régulières chez un cardiologue, un examen ECG et un échocardiogramme. La régurgitation aortique modérée est traitée avec des médicaments, le but du traitement est de réduire la probabilité de dommages à la valve aortique et aux parois ventriculaires gauches.

    Tout d'abord, des médicaments sont prescrits qui éliminent la cause du développement de la pathologie. Par exemple, si la cause est un rhumatisme, des antibiotiques peuvent être indiqués. Comme des fonds supplémentaires sont prescrits:

    • les diurétiques;
    • Inhibiteurs de l'ECA - Lisinopril, Elanopril, Captopril;
    • bêta-bloquants - Anaprilin, Transikor, Atenolol;
    • bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine - Naviten, Valsartan, Losartan;
    • bloqueurs de calcium - Nifedipine, Corinfar;
    • médicaments pour éliminer les complications résultant d'une insuffisance aortique.

    Dans les formes sévères, une intervention chirurgicale peut être prescrite. Il existe plusieurs types de chirurgie de l'insuffisance aortique:

    • plastique valvulaire aortique;
    • remplacement de la valve aortique;
    • implantation;
    • transplantation cardiaque - réalisée en cas de lésions cardiaques graves.

    Si la valve aortique a été implantée, les patients se voient prescrire des anticoagulants à vie - Aspirine, Warfarine. Si la valve a été remplacée par une prothèse en matériel biologique, les anticoagulants devront être suivis en cours de courte durée (jusqu'à 3 mois). La chirurgie plastique ne nécessite pas la prise de ces médicaments.

    Prévisions et mesures préventives

    Le pronostic de l'insuffisance aortique dépend de la gravité de la maladie, ainsi que de la maladie à l'origine du développement de la pathologie. Le taux de survie des patients souffrant d'insuffisance aortique sévère sans symptômes de décompensation est d'environ 5 à 10 ans.

    Le stade de la décompensation ne donne pas de telles prévisions réconfortantes - le traitement médicamenteux associé est inefficace et la plupart des patients, sans intervention chirurgicale rapide, meurent dans les 2-3 prochaines années.

    Les mesures de prévention de cette maladie sont:

    • prévention des maladies qui endommagent la valve aortique - rhumatisme, endocardite;
    • durcissement du corps;
    • traitement rapide des maladies inflammatoires chroniques.

    L'insuffisance de la valve aortique est une maladie extrêmement grave qu'il ne faut pas laisser seule. Les remèdes populaires n'aideront pas les choses ici. Sans médicaments appropriés et sans surveillance constante par les médecins, la maladie peut entraîner de graves complications, pouvant aller jusqu'au décès..