Anévrisme de l'aorte abdominale. Symptômes, échographie, signes, diagnostic, traitement sans chirurgie

Tachycardie

Un anévrisme de l'aorte abdominale est une dilatation diffuse de la paroi vasculaire. Le plus souvent, la protrusion se produit dans le contexte de l'athérosclérose. Le médecin thérapeute aidera à établir un diagnostic précis et la cause de l'état pathologique.

Le spécialiste prescrira un examen médical complet et sélectionnera un traitement, en tenant compte des résultats du diagnostic, des symptômes, ainsi que des caractéristiques individuelles du corps humain.

Types de maladies

Il existe certains types de pathologies accompagnées de signes cliniques caractéristiques. Il est important d'établir un diagnostic précis, car la méthode de traitement dépend des informations reçues après le diagnostic médical..

L'anévrisme de l'aorte abdominale (les symptômes nécessitent un examen complet) est classé selon différents paramètres:

NomLa description
Diamètre d'expansion diffus
  • petit (3-5 cm);
  • taille moyenne (5-7 cm);
  • grande saillie (à partir de 7 cm);
  • anévrisme géant (le diamètre d'expansion admissible est plusieurs fois plus grand).
Lieu de localisation
  • suprarénal;
  • infrarénal.
La nature du développement
  • pas compliqué;
  • compliqué.
Forme externe
  • sacculaire (l'expansion diffuse occupe un petit volume du vaisseau en diamètre);
  • anévrisme fusiforme (les changements pathologiques affectent la majeure partie de la paroi vasculaire, compte tenu de son diamètre).
Structure vasculaire
  • vrai (toutes les membranes de la paroi vasculaire sont affectées);
  • faux anévrisme (le tissu cicatriciel remplace la zone touchée de la paroi vasculaire);
  • exfoliant (les parois de la coquille divergent et le sang coule entre elles).

L'expansion diffuse de la paroi vasculaire se produit plus souvent chez les hommes âgés de 60 ans. Le danger d'une condition pathologique est qu'il existe une forte probabilité de lésion de l'anévrisme. Il éclatera et provoquera la mort.

Le taux de mortalité dans cette situation est de 75%..

Étapes et diplômes

Un anévrisme de l'aorte abdominale augmente progressivement et, sous l'influence de certains facteurs, le risque de rupture augmente et il y a également une augmentation des symptômes. Il y a certaines étapes dans le développement d'une condition pathologique qui permettent au médecin d'évaluer le degré de changements sur les parois du vaisseau.

NomLa description
La menace de ruptureLa plupart des anévrismes sont diagnostiqués à ce stade..
SuperpositionIl y a une séparation progressive de la coque intérieure du navire. Les processus pathologiques progressent, les signes cliniques s'intensifient.
Anévrisme rompuLa dernière étape du développement de l'anévrisme se produit en l'absence de soins médicaux en temps opportun.

Selon le degré de son évolution, la maladie est également classée et les types suivants sont distingués:

NomLa description
Cours asymptomatiqueIl n'y a aucun symptôme clinique. La protrusion de l'aorte abdominale est détectée par échographie ou examen prophylactique.
Cours indoloreLes patients présentent des symptômes caractéristiques mais pas de douleur. Cela indique un étirement de la paroi vasculaire sans l'endommager..
Cours de douleurLes patients se plaignent de fortes sensations douloureuses, qui surviennent souvent au stade de la dissection de l'anévrisme. Si un vaisseau est endommagé, les terminaisons nerveuses sont affectées.

Un médecin aidera à établir un diagnostic précis, à déterminer le stade et le degré de développement des processus pathologiques. Il est nécessaire d'aller à l'hôpital en temps opportun et de subir un examen complet.

Symptômes

Dans certaines situations, l'anévrisme de l'aorte abdominale se développe lentement et ne provoque pas de signes cliniques. Une petite saillie peut être présente pendant une longue période sans changements visibles.

Dans d'autres cas, l'état pathologique s'accompagne des symptômes suivants:

NomLa description
Premiers signes
  • douleur constante dans l'abdomen du côté gauche;
  • sensations lancinantes dans le nombril;
  • sensation de lourdeur;
  • le travail du système digestif est perturbé (apparition de constipation, diarrhée, nausées, flatulences).
Le tableau clinique à mesure que les processus pathologiques progressent
  • problèmes de fonctionnement du système urinaire (sang dans les urines, troubles de la miction, compression de l'uretère, déplacement du rein);
  • sensations douloureuses dans le bas du dos, l'activité motrice est perturbée, la sensibilité des jambes diminue;
  • ischémie dans le bas du corps (des troubles trophiques se développent, le patient boit).
Anévrisme de l'aorte abdominale. Symptômes

La rupture de l'expansion diffuse se manifeste par un certain tableau clinique, qui dépend de la direction de l'hémorragie:

NomLa description
Espace rétropéritonéalLes patients se plaignent de douleurs intenses aux hanches, à l'aine et au périnée. Ça fait aussi mal dans la région du cœur.
Cavité abdominaleL'accumulation d'un grand volume de sang entraîne le développement d'un choc hémorragique. La peau pâlit, de la sueur froide apparaît et une forte faiblesse apparaît. L'état pathologique provoque une baisse de la pression artérielle et une augmentation de la fréquence cardiaque. Les saignements abdominaux sont souvent mortels.
DuodénumLe patient a des vomissements avec des impuretés sanguines, il s'inquiète des saignements gastriques. Les excréments sont liquides et noirs. Dans cette situation, il est difficile de déterminer un anévrisme rompu, car les symptômes sont similaires aux manifestations d'hémorragie dans le tractus gastro-intestinal..
La veine cave inférieureL'état pathologique s'accompagne d'une faiblesse sévère, d'une tachycardie, d'un essoufflement sévère. Un gonflement apparaît sur les jambes, une douleur est ressentie dans le bas du dos et l'abdomen. Une pulsation croissante dans la cavité abdominale provoque une insuffisance cardiaque aiguë.

Un examen complet aidera à identifier l'anévrisme et à le différencier des autres pathologies qui s'accompagnent de signes cliniques similaires (pancréatite, radiculite, maladie rénale).

Raisons de l'apparition

La plupart des anévrismes sont diagnostiqués dans l'aorte abdominale. Les médecins ne peuvent pas nommer les raisons exactes de son apparition.

Mais il existe de nombreux facteurs de provocation, parmi lesquels il convient de souligner les suivants:

NomLa description
Mauvaises habitudesLa nicotine augmente parfois la probabilité d'un anévrisme de l'aorte abdominale en raison d'un effet négatif sur les parois des vaisseaux sanguins. Le tabac contribue également à l'accumulation de dépôts sur eux, ce qui conduit à la formation de plaques graisseuses. La maladie est appelée athérosclérose. L'hypertension artérielle est le principal symptôme d'un état pathologique. Le tabagisme favorise également la croissance d'un anévrisme préexistant.
VasculiteLa pathologie est caractérisée par une inflammation de la paroi vasculaire. La zone touchée s'affaiblit. La même chose se produit lorsqu'une infection pénètre dans le corps humain..
Maladie hypertoniqueLes pics de pression artérielle affectent négativement l'état des vaisseaux sanguins, ce qui provoque la formation d'un anévrisme.
L'athéroscléroseLes graisses et les substances nocives s'accumulent à l'intérieur de la paroi du vaisseau. Il est étiré en raison de la formation d'une plaque athéroscléreuse. La surface intérieure du navire est affectée.
ÂgeLa maladie est plus souvent diagnostiquée chez les personnes âgées (à partir de 60 ans).
Certaines pathologiesTuberculose, syphilis, mycoplasme, aortoartérite non spécifique, endocardite bactérienne, rhumatisme.
Facteur héréditaireSi la famille avait des parents atteints d'une telle pathologie, le risque de survenue, surtout à un jeune âge, augmente.
Blessures, dommagesLes processus pathologiques sont provoqués par un traumatisme fermé de l'abdomen, de la région thoracique ou de la colonne vertébrale.
Le sexeLes hommes souffrent d'anévrisme plus souvent que les femmes.
Lésions fongiquesIls sont diagnostiqués chez des personnes immunodéprimées (infection par le VIH). La cause peut également être des infections fongiques, dont les agents pathogènes sont entrés dans la circulation sanguine du corps humain..

Il est important de surveiller votre état de santé afin d'exclure tout risque de saillie de la paroi vasculaire. Il est nécessaire de consulter un médecin à des fins préventives pour la détermination en temps opportun d'un anévrisme de l'aorte abdominale. Les personnes à risque sont également celles qui mènent une vie sédentaire ou qui souffrent de kilos en trop.

Diagnostique

L'anévrisme de l'aorte abdominale (les symptômes de la maladie aideront à établir un diagnostic préliminaire) nécessite un examen médical complet.

Les patients reçoivent les mesures diagnostiques suivantes:

NomLa description
Examen échographique (échographie) du péritoineL'examen permettra le site du foyer de protrusion douloureuse. Diagnostiquer également les changements athéroscléreux ou la formation de caillots sanguins.
Tomodensitométrie (CT)Les méthodes d'examen permettent d'identifier le foyer des processus dégénératifs-dystrophiques. Déterminez également l'effet sur les petits navires.
Imagerie par résonance magnétique (IRM)
radiographieSi les sels de calcium s'accumulent sur les parois de l'anévrisme, les images montreront un assombrissement dans la zone touchée..
AngiographiePendant la recherche, un agent de contraste spécial est utilisé.
Électrocardiogramme (ECG)Le spécialiste évalue le travail du cœur, détecte les troubles du rythme et les pathologies concomitantes.

Le diagnostic d'un anévrisme de l'aorte abdominale est nécessaire pour la détection rapide d'une protrusion douloureuse. Des tests de laboratoire (sang, urine) aideront à déterminer le niveau de créatinine, la densité urinaire. Il est important de différencier l'anévrisme, car de nombreuses autres maladies sont accompagnées de signes cliniques similaires (diverticulite, pancréatite, cancer du côlon, colique rénale).

Quand voir un médecin

Il est recommandé de consulter un spécialiste si les premiers symptômes d'un anévrisme de l'aorte abdominale apparaissent. Les personnes âgées (60-75 ans) devraient subir des examens préventifs réguliers, surtout si une personne est à risque.

Le patient est examiné par le thérapeute, le spécialiste prend également en compte les plaintes de la personne. Si nécessaire, après le diagnostic, il est recommandé de consulter d'autres médecins spécialisés (cardiologue, chirurgien, nutritionniste).

La prévention

Vous pouvez prévenir la maladie si vous surveillez attentivement votre santé et vous rappelez les recommandations du médecin:

  1. Élimination des mauvaises habitudes, arrêt du tabac sous toutes ses formes. Les cigarettes accélèrent la croissance de l'anévrisme et les boissons alcoolisées augmentent la pression sur les parois des vaisseaux sanguins, ce qui peut provoquer une rupture d'expansion diffuse.
  2. Contrôle de la pression artérielle. Tout stress psycho-émotionnel, activité physique élevée est exclu. En cas d'hypertension artérielle, il est recommandé de prendre des médicaments spéciaux qui normalisent les performances.
  3. Mener un mode de vie sain.
  4. Contrôlez votre taux de cholestérol. Si nécessaire, prenez des médicaments spéciaux prescrits par votre médecin.
  5. Faites de l'exercice avec modération.
  6. Mangez correctement et rationnellement.

Un mode de vie sain permettra non seulement d'éviter la saillie de la paroi aortique, mais aussi les complications après la chirurgie. Des visites préventives à l'hôpital aideront à surveiller les comorbidités, à prévenir leur exacerbation (diabète sucré, maladies rénales, hépatiques et cardiaques).

Il existe également une prévention secondaire à savoir si un anévrisme a déjà été diagnostiqué:

  1. Observé par le chirurgien.
  2. Subissez une échographie (échographie) 2 roubles. dans l'année.
  3. Restez au dispensaire.
  4. Effectuer une numérisation recto verso 1 p. dans l'année.
  5. Surveillez les taux de lipides sanguins et de glucose. Réussir les tests appropriés 4 r. dans l'année.

Si nécessaire, le médecin traitant prescrit des statines, des bêta-bloquants, des inhibiteurs. Si une intervention chirurgicale a été effectuée dans le passé, l'aortographie doit être réalisée 1 r. dans l'année. La procédure médicale vous permet de surveiller l'état de la prothèse installée.

Méthodes de traitement

Un anévrisme de l'aorte abdominale (les symptômes aideront le médecin à déterminer le degré des processus pathologiques) implique souvent une intervention chirurgicale. Le médecin prescrit des médicaments à l'avance pour éviter les complications. Les patients sont invités à adhérer à une alimentation saine et à toutes les recommandations d'un spécialiste.

Médicaments

Les médicaments sont sélectionnés en tenant compte du développement des processus pathologiques. L'état du patient et l'évolution des pathologies concomitantes sont tout aussi importants. Les médicaments sont prescrits par un médecin après un diagnostic médical complet basé sur les résultats obtenus. Il est nécessaire de respecter strictement les instructions, car de nombreux médicaments provoquent des effets secondaires graves.

Groupe de médicamentsNomApplication
Médicaments cardiotropes"Prestarium", "Verapamil"Le médicament est pris chaque matin à jeun. Compte tenu de l'état du patient, la posologie recommandée pour adulte est de 1 à 4 mg.
Anticoagulants"Cardiomagnil", "Aspikor"Les médicaments empêchent la formation de caillots sanguins sur la paroi interne des vaisseaux sanguins. Les adultes reçoivent 75-150 mg par jour.
Médicaments hypolipidémiants«Atorvastatine», «Rosuvastatine»Les médicaments rétablissent le taux de cholestérol, empêchent son accumulation sur les parois du vaisseau. La posologie initiale pour les adultes est de 10 mg 1 r. en un jour. Si nécessaire, il est augmenté à 40 mg. Le cours de thérapie dure au moins 15 jours.

En présence d'un processus inflammatoire dans l'aorte, les patients se voient prescrire des agents antibactériens, des médicaments antifongiques. Les lésions rhumatismales nécessitent des anti-inflammatoires. Avec le diabète, les patients se voient prescrire des médicaments qui aideront à normaliser les taux de glucose.

Méthodes folkloriques

Les prescriptions de guérisseurs et de guérisseurs n'aideront pas à se débarrasser complètement d'un anévrisme de l'aorte abdominale. Mais ils réduiront les manifestations négatives et éviteront les complications. Les remèdes populaires ont un effet positif sur l'état des parois des vaisseaux sanguins, en les renforçant.

Recettes de médecine alternative efficaces:

NomRecetteApplication
JaunisseBroyez bien l'herbe et versez 10 g d'eau chaude (300 ml). Fermez bien le récipient, emballez-le et laissez reposer pendant 2 heures. Ensuite, il est recommandé de bien filtrer le produit obtenu et de le prendre à des fins médicinales..La teinture de la jaunisse est consommée par voie orale dans 1 cuillère à soupe. jusqu'à 5 p. par jour. Pour le goût, vous pouvez ajouter une petite quantité de sucre ou une cuillerée de miel.
AubépineBroyez les fruits de la plante, 4 cuillères à soupe. mélanger avec de l'eau bouillante (1 l.). La masse résultante doit être insistée et filtrée..Le médicament fini doit être bu en 3 doses, de préférence avant les repas. L'aubépine renforce les vaisseaux sanguins. Pour la recette, vous pouvez utiliser les fruits ou les branches de la plante.
AchilléeMélanger les herbes sèches (5 cuillères à soupe) et le millepertuis (4 cuillères à soupe). Ajoutez-y des fleurs d'arnica (1 cuillère à soupe). Versez la collection d'herbes prêtes à l'emploi (1 cuillère à soupe) avec de l'eau fraîche (1 cuillère à soupe), insister 3 heures et allumer un petit feu. Porter la masse obtenue à ébullition, chauffer pendant 5 à 10 minutes, refroidir et bien filtrer.Il est recommandé de prendre le bouillon fini tout au long de la journée en petites portions..

Un anévrisme de l'aorte abdominale (les symptômes de la maladie aideront à déterminer le stade de la protrusion) s'accompagne souvent d'un essoufflement sévère. Pour l'éliminer, vous pouvez manger de la viorne ou des baies de framboise avec l'ajout d'une petite quantité de miel, de sucre.

Autres méthodes

La thérapie complexe de l'anévrisme de l'aorte abdominale permet le respect de la nutrition diététique. L'alimentation doit être diversifiée avec des fruits et légumes frais, des céréales, des jus naturels.

Produits autorisésAliments interdits
  • fruits, légumes, baies
  • haricots, haricots
  • des céréales
  • huile de graines de lin
  • poisson (saumon, thon, truite)
  • chocolat noir
  • noix, amandes
  • Fast food
  • viande grasse
  • mayonnaise, margarine, ketchup
  • épices chaudes
  • saucisses
  • aliments contenant des conservateurs et des additifs alimentaires

Il est recommandé de réduire au minimum la consommation de sel de table. Il est également important de limiter la consommation de cholestérol dans le corps humain avec de la nourriture..

La chirurgie est indiquée pour les patients présentant un anévrisme de plus de 4 mm de diamètre.

En médecine, il existe 2 types de traitement chirurgical du renflement de la paroi vasculaire de l'aorte abdominale:

NomLa description
Opération ouverteAu cours des procédures médicales, le chirurgien enlève la zone touchée de l'aorte. À sa place, une prothèse spéciale (tube synthétique) est installée.
Intervention endovasculaireUn stent-greffe (tube synthétique avec un treillis métallique) est inséré. La prothèse vous permet de renforcer les parois de l'anévrisme de l'aorte abdominale et d'éviter sa rupture.
Prothèses BifucationL'opération est effectuée si des processus pathologiques ont affecté les branches iliaques de la circulation sanguine.

Le traitement chirurgical est indiqué dans les situations suivantes:

  • grande taille d'expansion diffuse;
  • la formation d'un anévrisme disséquant;
  • croissance intensive de la saillie;
  • formation d'anévrismes filles.

Après l'opération, le patient aura une longue période de rééducation. Au début, le repos au lit est montré. L'activité motrice doit être rétablie progressivement. Toute activité physique est contre-indiquée. Peut être parcouru sur de courtes distances.

Complications possibles

L'absence d'intervention médicale en temps opportun entraîne de graves conséquences:

NomLa description
Anévrisme rompuL'état pathologique s'accompagne d'une douleur intense dans l'abdomen. La personne se plaint de nausées, de vomissements et d'une faiblesse générale du corps. Le plus souvent, le saignement s'ouvre dans l'espace rétropéritonéal. Les grands hématomes exercent une pression sur les organes voisins et contribuent à une augmentation de la douleur.
État de chocSe produit à la suite d'un saignement massif et d'un dysfonctionnement du système cardiovasculaire.
ThromboseLes caillots sanguins se forment plus souvent sur les parois des vaisseaux sanguins. Avec le flux sanguin, ils se déplacent vers de grosses artères. Dans certaines situations, il y a un blocage complet avec des substances thrombotiques.

Les complications sont le résultat d'un manque de traitement opportun et de la progression des processus pathologiques.

L'anévrisme de l'aorte abdominale est une maladie insidieuse et dangereuse, car il est impossible de prédire son développement. Les patients sont invités à se rendre à l'hôpital dès les premiers symptômes. Le spécialiste prescrira un diagnostic complet et sélectionnera un traitement efficace. Sinon, il y a une forte probabilité de conséquences graves, pouvant aller jusqu'au décès..

Conception de l'article: Vladimir le Grand

Vidéo sur l'anévrisme de l'aorte abdominale

Dr Myasnikov sur l'anévrisme de l'aorte abdominale:

Aorte abdominale

Articles d'experts médicaux

Les branches pariétales s'étendent de la partie abdominale de l'aorte - aux parois du tronc et aux branches internes qui irriguent les organes internes situés dans la cavité abdominale et, partiellement, dans la cavité pelvienne.

Branches pariétales (pariétales) de l'aorte abdominale

  1. L'artère phrénique inférieure (A. Phrenica inférieure) est la première branche de la partie abdominale de l'aorte, le hammam, en part dans l'ouverture aortique du diaphragme au niveau ou au-dessus du tronc coeliaque. Sur le chemin du diaphragme, l'artère dégage de 1 à 24 artères surrénales supérieures (aa.suprarenales superiores), se dirigeant vers la glande surrénale.
  2. Les artères lombaires (aa. Lumbales, 4 paires) partent du demi-cercle postérieur de l'aorte et vont aux muscles abdominaux, sont situées entre les muscles obliques transversaux et internes de l'abdomen. Chaque artère lombaire dégage une branche dorsale (r. Dorsalis) vers les muscles et la peau du dos dans la région lombaire. De la branche vertébrale part la branche vertébrale (r. Spinalis), pénétrant à travers le foramen intervertébral jusqu'à la moelle épinière et ses membranes.

Branches viscérales de l'aorte abdominale

Il y a des branches non appariées et appariées. Les branches non appariées comprennent le tronc coeliaque, les artères mésentériques supérieures et inférieures. Les branches appariées de l'aorte abdominale comprennent les artères surrénales moyennes, rénales, testiculaires (ovariennes).

Branches viscérales non appariées de l'aorte abdominale

Le tronc coeliaque (truncus coeliacus) est un vaisseau court de 1,5 à 2,0 cm de long, partant du demi-cercle aortique antérieur au niveau de la vertèbre thoracique XII. Au-dessus du bord supérieur du corps du pancréas, le tronc coeliaque est divisé en trois artères: gastrique gauche, hépatique commune et splénique:

  1. l'artère gastrique gauche (a. gastrica sinistra) suit et à gauche, vers la partie cardiaque de l'estomac. Ensuite, l'artère se trouve le long de la petite courbure de l'estomac (entre les feuilles du petit épiploon), où elle s'anastomose avec l'artère gastrique droite. L'artère gastrique gauche émet les branches de l'œsophage (rr. Oesophageales) vers la partie abdominale de l'oesophage. Les branches partant de l'artère gastrique gauche, sur la moindre courbure de l'estomac, longent les surfaces antérieure et postérieure de l'organe et s'anastomosent avec les branches des artères le long de la grande courbure;
  2. l'artère hépatique commune (a.hepatica communis) est dirigée du tronc coeliaque vers la droite et est divisée en deux artères: les artères hépatique et gastro-duodénale.
    • La propre artère hépatique (a.hepatica propria) suit dans l'épaisseur du ligament hépato-duodénal au foie et à sa porte dégage les branches droite et gauche (rr. Dexter et sinister). De la branche droite part l'artère de la vésicule biliaire (a. Cystica), se dirigeant vers la vésicule biliaire. Une fine artère gastrique droite (a.gastrica dextra) s'écarte de sa propre artère hépatique, qui s'anastomose avec l'artère gastrique gauche sur la petite courbure de l'estomac.
    • L'artère gastro-duodénale (a. Gastroduodenalis) passe derrière le pylore de l'estomac et est divisée en artères gastro-épiploïque droite et supérieure pancréatique-duodénale.
      • L'artère gastroomentale droite (a. Gastroomentalis, s. Gastroepiploica dextra) va vers la gauche le long de la grande courbure de l'estomac, anastomose avec l'artère gauche du même nom, donnant de nombreuses branches à l'estomac et au grand omentum - branches omentales (rr. Omentales, s. Epiploici).
      • Les artères pancréas-duodénales postérieures et antérieures supérieures (aa.pancreaticoduodenals superiores anterior et posterior) donnent des branches au duodénum - branches duodénales (rr. Duodenales) et au pancréas - branches du pancréas (rreaticr. Pa;
    • artère splénique (a. splenica, s. lienalis) - la plus grande des branches du tronc coeliaque. Le long du bord supérieur du corps du pancréas, il va à la rate, donnant au bas de l'estomac des artères gastriques courtes (aa. Gastricae breves) et des branches au pancréas - branches du pancréas (rr. Pancreatici). Après avoir pénétré dans la porte de la rate, l'artère splénique se ramifie en vaisseaux de plus petit diamètre. À la porte de la rate, l'artère gastro-épiploïque gauche (a.gastroomentalis s.a. gastroepiploica sinistra) part de l'artère splénique, qui longe la plus grande courbure de l'estomac vers la droite. Sur son chemin, l'artère gastro-épiploïque gauche dégage des branches à l'estomac - branches gastriques (rr. Gastrici) et à l'épiploon - branches omentales (rr. Omentales). La section terminale de l'artère gastroépiploïque gauche à la grande courbure de l'estomac anastomose avec l'artère gastroépiploïque droite.

L'artère mésentérique supérieure (a. Mesenterica superior) part de la partie abdominale de l'aorte derrière le corps du pancréas au niveau de la XII vertèbre thoracique-I lombaire. En descendant entre la tête du pancréas et la partie inférieure du duodénum, ​​cette artère pénètre dans la racine mésentérique de l'intestin grêle, où elle dégage les branches suivantes:

  1. l'artère pancréatique-duodénale inférieure (a. pancreaticoduodenalis inferioris) part de l'artère mésentérique supérieure 2 cm sous son début et se dirige vers la tête du pancréas et vers le duodénum, ​​où elle s'anastomose avec les artères duodénales supérieures (artères duodénales) du duodénum gastrique
  2. artères jéjunales (aa.jejunales) et
  3. Les artères ilio-intestinales (aa.ileales) d'un montant de 12-18 partent du demi-cercle gauche de l'artère mésentérique supérieure. Ils sont dirigés vers les boucles de la partie mésentérique de l'intestin grêle, formant dans le mésentère, sur le chemin de la paroi intestinale, des anastomoses arquées convexes vers l'intestin - arcades qui assurent un flux sanguin constant vers l'intestin pendant son péristaltisme;
  4. l'artère iléo-côlon (a. ileocolica) suit vers le bas et à droite jusqu'à l'extrémité de l'iléon, jusqu'au caecum et à l'appendice. Sur son chemin, il abandonne les branches iléales-intestinales (rr. Ileales), les artères caecales antérieures et postérieures (aa.caecales anterior et posterior), ainsi que l'artère de l'appendice (a. Appendicularis) et les branches colon-intestinales (rr. Colici) à côlon ascendant;
  5. l'artère côlon-intestinale droite (a. colica dextra) commence légèrement plus haut que la précédente (s'en écarte parfois), va vers la droite vers le côlon ascendant, anastomose dans la paroi de cet intestin avec la branche du côlon de l'artère iléo-colon-intestinale et avec les branches de l'artère du côlon moyen;
  6. l'artère intestinale du côlon moyen (a. colica media) part de l'artère mésentérique supérieure au-dessus du début du côlon droit, suit le côlon transverse vers le haut, alimente la dernière partie et la partie supérieure du côlon ascendant. La branche droite de l'artère colique moyenne anastomose avec l'artère colique droite et la gauche forme une anastomose le long du côlon (arc riolan) avec les branches de l'artère côlon gauche (de l'artère mésentérique inférieure).

L'artère mésentérique inférieure (a. Mesenterica inferior) part du demi-cercle gauche de la partie abdominale de l'aorte au niveau de la vertèbre lombaire III, passe derrière le péritoine vers le bas et vers la gauche et donne un certain nombre de branches au sigmoïde, au côlon descendant et à la partie gauche du côlon transverse. Un certain nombre de branches quittent l'artère mésentérique inférieure:

  1. l'artère côlon-intestinale gauche (a. colica sinistra) passe en avant de l'uretère gauche et de l'artère testiculaire gauche (ovarienne), se divise en branches descendantes et ascendantes, alimente le côlon descendant et le côlon transverse gauche. Cette artère s'anastomose avec la branche de l'artère du côlon moyen, formant une longue anastomose (arc riolan) le long du bord du côlon;
  2. artères sigmoïdes-intestinales (aa. sigmoideae, seulement 2-3), papryavlyayut au côlon sigmoïde, d'abord rétropéritonéalement, puis dans l'épaisseur du mésentère de cet intestin;
  3. l'artère rectale supérieure (a. rectalis superior) - la branche finale de l'artère mésentérique inférieure, descend et se divise en deux branches. L'un d'eux s'anastomose avec une branche de l'artère sigmoïde et alimente en sang les parties inférieures du côlon sigmoïde. Une autre branche descend dans la cavité pelvienne (devant l'artère iliaque commune gauche), fourches dans les parois de l'ampoule rectale, anastomosée avec les branches des artères rectales moyennes, branches des artères iliaques internes.

Branches viscérales appariées de l'aorte abdominale:

  1. L'artère surrénale moyenne (a. Suprarenalis media) part de l'aorte au niveau de la vertèbre lombaire, juste en dessous du début de l'artère mésentérique supérieure, et se dirige vers la porte de la glande surrénale. Sur son chemin, l'artère s'anastomose avec les artères surrénales supérieures (de l'artère phrénique inférieure) et avec l'artère surrénale inférieure (de l'artère rénale).
  2. L'artère rénale (a. Renalis) part de l'aorte au niveau des vertèbres lombaires I-II, 1 à 2 cm sous le début de l'artère mésentérique supérieure, et se dirige latéralement vers le hile du rein. L'artère rénale droite est légèrement plus longue que l'artère gauche et passe derrière la veine cave inférieure. Sur son chemin, l'artère rénale dégage l'artère surrénale inférieure (a. Suprarenalis inferior) et les branches urétérales (rr. Ureterici) vers l'uretère. Dans le parenchyme du rein, l'artère rénale se ramifie en fonction de la structure interne du rein.
  3. Artère testiculaire (ovarienne) (a. Testicularis, a. Ovarica) - un long vaisseau mince qui s'écarte de l'aorte à un angle aigu sous l'artère rénale. Parfois, les artères droite et gauche partent de l'aorte par un tronc commun. L'artère testiculaire traverse le canal inguinal dans le cadre du cordon spermatique jusqu'au testicule, et l'artère ovarienne dans l'épaisseur du ligament qui suspend l'ovaire atteint l'ovaire. L'artère testiculaire dégage les branches urétérales (rr. Ureterici) et les branches de l'épididyme (rr. Epididymites), des anastomoses avec l'artère crémastérique (de l'artère épigastrique inférieure) et avec l'artère du canal déférent (de l'artère ombilicale). L'artère ovarienne dégage également les branches urétérales (rr. Ureterici) et tubaires (rr. Tubarii), des anastomoses avec la branche ovarienne de l'artère utérine.

Au niveau du milieu de la vertèbre lombaire IV, la partie abdominale de l'aorte est divisée en deux artères iliaques communes, formant une bifurcation de l'aorte (bifurcatio aortae), et elle-même continue dans un vaisseau mince - l'artère sacrée médiane (a. Sacralis mediana), s'étendant le long de la surface pelvienne du sacrum.

Traitement et prévention de l'anévrisme de l'aorte abdominale

Informations générales. Anévrisme de l'aorte abdominale - quelle est cette maladie?

L'aorte est le plus gros vaisseau du corps humain. Le sang oxygéné du ventricule gauche du cœur s'écoule vers tous les organes à travers l'aorte et ses branches. C'est la principale autoroute de la circulation humaine, elle est classiquement divisée en plusieurs sections: la partie ascendante de l'aorte, l'arc aortique et la partie descendante de l'aorte. La dernière section est divisée en parties thoracique et abdominale. La maladie la plus courante de ce vaisseau est l'anévrisme. Dans trois cas sur quatre de maladie vasculaire, des anévrismes de l'aorte abdominale se produisent et dans un seul cas, une localisation se produit dans la région thoracique..

L'anévrisme est une expansion pathologique d'un vaisseau, aux endroits où ses parois s'affaiblissent. Sous l'influence de l'hypertension artérielle, la paroi du vaisseau se dilate et, par conséquent, sa saillie. Dans leur forme, les anévrismes sont divisés en formations sacculaires et fusiformes. Dans les deux cas, la circulation sanguine est perturbée, ce qui contribue à la survenue d'une thrombose. Dans certains cas, le calcium s'accumule dans le sac anévrysmal et la paroi du vaisseau se calcifie, ce qui la rend fragile et prédispose à la rupture.

Un anévrisme de l'aorte abdominale est localisé principalement sous le site d'écoulement de l'artère rénale. Par conséquent, ses complications sont dangereuses pour les organes pelviens et les membres inférieurs. La complication la plus courante est l'embolie. Au cours de son cours, le thrombus se propage à partir du sac anévrismal le long du trajet du vaisseau. La fragmentation d'un thrombus se produit et ses morceaux sont distribués par le flux sanguin vers les organes et les membres pelviens. Des morceaux de caillot sanguin peuvent bloquer les artères, entraînant une nécrose des membres inférieurs. Mais le plus dangereux pour la vie du patient est la rupture de l'anévrisme, à la suite de laquelle une hémorragie dans la cavité abdominale se produit..

Bien qu'il n'y ait pas de symptômes évidents d'un anévrisme de l'aorte abdominale, avec des complications, il existe des signes indirects, qui seront discutés ci-dessous, mais nous nous attarderons d'abord sur les causes de la maladie..

Causes de l'anévrisme de l'aorte abdominale

Le développement d'un anévrisme est dû à plusieurs facteurs. Le plus souvent, la maladie survient en raison de l'athérosclérose, dans laquelle la lumière du vaisseau se rétrécit et ses parois deviennent fragiles. Cela conduit à la dissection de la paroi aortique, avec les parois internes les plus fragiles déchirées et la paroi externe bombée, formant un anévrisme aortique exfoliant. Les causes de l'anévrisme de l'aorte abdominale sont également l'hypertension artérielle, les maladies inflammatoires de la paroi aortique, les maladies congénitales du tissu conjonctif, les maladies infectieuses, en particulier la syphilis, accompagnées de lésions de l'aorte.

Une prédisposition au développement d'un anévrisme est observée chez les hommes de plus de 60 ans, le plus souvent chez les fumeurs ou avec une hypertension artérielle non contrôlée. Les femmes sont moins sujettes à cette maladie. Le facteur héréditaire, la présence de la maladie chez les autres membres de la famille joue également un rôle. Il a été démontré que le syndrome de Marfan parental augmente considérablement la probabilité de développer un anévrisme.

Diagnostic et symptômes d'un anévrisme de l'aorte abdominale

Dans certains cas, la maladie est pratiquement asymptomatique, c'est pourquoi elle est détectée dans le diagnostic d'autres maladies, mais le plus souvent, un anévrisme de l'aorte abdominale peut se manifester par la présence d'une formation pulsatoire. Dans la cavité abdominale, une pulsation est ressentie au rythme du rythme cardiaque.

Dans certains cas, il y a une douleur périodique causée par la pression du sac anévrismal sur les racines vertébrales - elle augmente progressivement à mesure que l'anévrisme se développe. La douleur peut également survenir après avoir mangé, une claudication intermittente se produit en raison d'une embolie. La survenue de fortes douleurs aiguës dans l'abdomen et le bas du dos est un symptôme d'une rupture d'anévrisme. Avec des complications, il y a des douleurs dans les jambes, leur pâleur ou cyanose, causées par le colmatage des artères avec des morceaux de caillots sanguins.

Ces maigres symptômes d'un anévrisme de l'aorte abdominale rendent difficile le diagnostic de la maladie à un stade précoce. Dans 40% des cas, les problèmes sont détectés lors de recherches instrumentales, avec suspicion d'autres maladies. La fluoroscopie ou l'examen échographique de l'aorte donne un résultat plus précis, c'est avec de telles études qu'il est le plus souvent détecté.

À l'examen, le médecin peut suspecter un anévrisme avec un stéthoscope. La pulsation et le bruit provenant du flux sanguin dans la zone de la formation anévrismale sont entendus. Mais un tel diagnostic ne peut être posé que si le patient ne souffre pas de surpoids. Si un anévrisme est suspecté, une tomodensitométrie est réalisée, ce qui permet de déterminer plus précisément la taille et la forme de la lésion vasculaire, après quoi le médecin prescrit un traitement pour un anévrisme de l'aorte abdominale. L'examen aux rayons X est moins informatif que d'autres, il ne permet de détecter un anévrisme que par des dépôts de calcium, mais il est impossible de connaître exactement sa taille ou sa forme avec un tel examen.

Traitement de l'anévrisme de l'aorte abdominale

Le diamètre normal de l'aorte dans la cavité abdominale est d'environ deux centimètres de diamètre, la dilatation anévrysmale peut dépasser considérablement les limites admissibles, atteignant des dimensions critiques. Les extensions de moins de 5 cm sont rarement lourdes de rupture, de sorte qu'une intervention chirurgicale n'est pas nécessaire. Mais il convient de noter que cette maladie ne disparaît pas d'elle-même, dans la plupart des cas, au fil du temps, une intervention chirurgicale est nécessaire..

Pour que la maladie progresse et que l'expansion anévrismale ne grossisse pas, le patient doit être sous la surveillance d'un médecin précisément pour empêcher le développement d'un anévrisme de l'aorte abdominale. Tous les six mois, une échographie et un scanner sont effectués pour surveiller l'état et la taille de l'anévrisme. La correction de la pression artérielle est obligatoire, à cette fin, des antihypertenseurs sont prescrits. Seul le respect de toutes les prescriptions du médecin et des recherches en temps opportun peuvent permettre de surveiller l'état du patient et d'effectuer une intervention chirurgicale à temps.

Le traitement d'un anévrisme de l'aorte abdominale avec des tailles de 5 cm n'est effectué que rapidement. De tels élargissements sont souvent compliqués par une rupture, qui nécessite une intervention chirurgicale immédiate, sinon la rupture est fatale. Mais même avec une intervention immédiate, le taux de mortalité est de 50%. Par conséquent, dès que les symptômes d'un anévrisme de l'aorte abdominale sont identifiés et qu'un diagnostic approprié est posé, il est si important d'être surveillé et, en cas d'expansion ultérieure du vaisseau, d'effectuer l'opération en temps opportun..

Aujourd'hui, il existe deux types de traitement chirurgical, mais seul un médecin peut décider lequel est le plus approprié pour un patient, en tenant compte de son état, de son mode de vie et d'autres facteurs. Les deux types de traitement chirurgical sont basés sur l'implantation d'un vaisseau artificiel pour restaurer la circulation sanguine normale dans la partie endommagée de l'aorte.

Le traitement chirurgical traditionnel d'un anévrisme de l'aorte abdominale implique l'implantation d'un vaisseau artificiel en matière plastique à l'intérieur de l'aorte élargie. L'aorte enveloppe l'implant avec ses tissus, pour ainsi dire. L'opération entière est réalisée par une incision dans la cavité abdominale et dure environ 6 heures. Avec une méthode de traitement radicale, 90% des patients opérés ont un pronostic favorable.

Le deuxième type de traitement est l'insertion endovasculaire d'un stent-graph, un dispositif spécial avec lequel le sac anévrysmal est isolé de la circulation sanguine générale. Cela empêche une éventuelle rupture de la paroi amincie et crée une nouvelle voie pour la circulation sanguine. Dans cette intervention chirurgicale, l'implant est inséré à travers une ponction dans l'aine. Au point de jonction des vaisseaux fémoraux, un cathéter spécial est inséré, à travers lequel le dispositif est inséré directement dans l'anévrisme, où le graphique du stent s'ouvre et forme un canal pour le flux sanguin normal. Cette opération dure 2 à 5 heures et constitue une bonne alternative à la méthode traditionnelle, en particulier pour les patients à haut risque de complications lors de la chirurgie. Mais un tel traitement est contre-indiqué chez les patients présentant une pathologie des artères des reins et d'autres organes. Les endoprothèses n'ont pas de contre-indications pour l'âge et sont beaucoup plus faciles pour les patients plus âgés que la chirurgie ouverte.

Symptômes et traitement de l'anévrisme de l'aorte abdominale: comment diagnostiquer et prévenir les conséquences à temps?

Des anévrismes aortiques peuvent se former dans n'importe laquelle de ses parties, mais son expansion la plus courante se situe dans la région abdominale. La pathologie se forme sur le site d'une paroi vasculaire affaiblie, qui s'étire encore plus sous l'influence de l'hypertension artérielle.

Outre le risque de rupture, la pathologie est dangereuse car le flux sanguin est perturbé dans le vaisseau endommagé, ce qui conduit souvent à la formation de caillots sanguins. Considérez les caractéristiques des anévrismes situés dans l'aorte abdominale.

Causes de la maladie

La cause la plus fréquente d'anévrisme de l'aorte abdominale (environ 80% de tous les cas) est l'athérosclérose. En outre, les causes de l'anévrisme de l'aorte abdominale sont:

  • facteur héréditaire;
  • certaines maladies génétiques du tissu conjonctif;
  • traumatisme de l'aorte;
  • maladie artérielle inflammatoire;
  • infections associées au VIH / SIDA, à la syphilis, ainsi qu'aux méthodes chirurgicales de traitement des valves cardiaques.

Mécanisme de développement

Les anévrismes de l'aorte abdominale sont le résultat d'une dégradation anatomique de la couche médiane de la paroi vasculaire. En raison d'une inflammation chronique, un amincissement et un étirement de la couche musculaire se produisent, conduisant au remplacement des fibres musculaires par du tissu cicatriciel.

Dans le foyer, un manque local de métalloprotéinases tissulaires, enzymes qui favorisent la régénération de la paroi vasculaire, se développe. Sous l'action d'une grande vitesse de l'onde de pouls, la partie endommagée du vaisseau se gonfle.

Groupes à risque

Le groupe à risque comprend les personnes:

  • Masculin;
  • Plus de 50 ans;
  • Avec une hérédité chargée;
  • Souffrant de maladies cardiovasculaires;
  • Souffrant d'athérosclérose et de dyslipidémie;
  • Les fumeurs;
  • Enceinte.

Classification et codes selon la CIM-10

Codes CIM-10:

  • I71.3 - Anévrisme de l'aorte abdominale, rompu;
  • I71.4 - Anévrisme de l'aorte abdominale sans rupture.

Par étiologie, il y a:

  • Anévrismes inflammatoires (y compris infectieux) - 8-10%;
  • Non inflammatoire (athérosclérotique) - 90-92%.

Types morphologiques:

  • Véritable anévrisme - se compose de toutes les couches de la paroi vasculaire (jusqu'à 83-95%);
  • Faux - hématome limité par le tissu cicatriciel (5-15%).

Formes:

  • Sacculaire - un anévrisme arrondi associé à l'aorte à travers le cou (80-87%);
  • Diffus (fusiforme) - l'anévrisme se transforme progressivement en une zone saine de l'aorte abdominale (jusqu'à 15%).

Par taille, on distingue les anévrismes de l'aorte abdominale:

  • Petit - moins de 3 cm (10-12%);
  • Moyen - 3-5 cm (jusqu'à 30%);
  • Grand - 5-7 cm (47-50%);
  • Géant - plus de 10 cm (5-7%).

Classification chirurgicale:

  • Type 1 - lésion de la moitié supérieure de la région abdominale;
  • Type 2 - lésion de la moitié inférieure au-dessus du site de bifurcation;
  • Type 3 - lésion de la moitié inférieure avec implication d'une bifurcation;
  • Type 4 - défaite partout.

Les anévrismes non inflammatoires sont caractérisés par un taux lent de formation et de progression, une évolution asymptomatique prolongée. Les pseudo-anévrismes sont plus sujets à la calcification, tandis que les vrais anévrismes sont plus sujets à la progression et à la dissection. Le risque de rupture de la variété sacculaire est plus élevé que celui de la variété fusiforme et est en moyenne de 80 à 95%.

Le pronostic est le plus défavorable avec une forme sacculaire compliquée, ainsi qu'avec une lésion totale.

Anévrisme aortique abdominal disséquant

Un anévrisme disséquant est caractérisé par une évolution maligne rapidement progressive. L'écart le premier jour après le début des complications survient chez 80 à 97% des patients.

La clinique est dominée par une douleur aiguë et une perte de conscience rapide (en quelques secondes ou minutes). L'exsanguination des branches de l'aorte abdominale entraîne une ischémie instantanée des reins, des intestins, du foie et des membres inférieurs.

Différences entre les femmes et les hommes

Les hommes souffrent de 1,7 à 5,4 fois plus souvent que les femmes. L'étiologie chez les hommes est plus souvent l'athérosclérose, chez les femmes - l'hypertension artérielle. L'âge moyen des hommes malades est de 80 à 85 ans, des femmes de 90 ans.

Chez les hommes, l'asymptomatique prévaut, entraînant un diagnostic tardif. Chez les femmes, une détection plus précoce est enregistrée en raison d'un tableau clinique vif et d'un appel opportun..

Symptômes d'anévrisme de l'aorte abdominale

Il arrive que la taille de l'anévrisme soit petite et le reste pendant longtemps. Les anévrismes de l'aorte abdominale se développent généralement à un rythme lent, l'évolution de la maladie est souvent asymptomatique.

Premiers signes

Le symptôme clinique typique d'un anévrisme de l'aorte abdominale est la sensibilité de l'abdomen gauche ou mésogastre. La douleur peut être persistante ou occasionnelle.

Symptômes supplémentaires:

  • palpitant autour du nombril;
  • sensation de lourdeur dans l'estomac;
  • perturbation du système digestif (constipation, flatulences, nausées, etc.).

Clinique de progression

Avec la croissance de l'anévrisme, les experts notent l'apparition de symptômes progressifs, notamment:

  • Syndrome urologique, qui se manifeste par des troubles de la miction, la présence de sang dans les urines. Le symptôme se développe en raison de la compression de l'uretère ou du déplacement du rein.
  • Complexe ishioradical de symptômes, caractérisé par une douleur dans la région lombaire, une altération des mouvements et une sensibilité des jambes. Une condition similaire est associée à une pression sur les vertèbres ou les racines nerveuses du canal rachidien.
  • Ischémie des membres inférieurs, qui se manifeste par une boiterie, des troubles trophiques.

Si déchiré

Les symptômes de rupture de la paroi aortique se manifestent par une douleur vive dans les régions abdominale et lombaire, une insuffisance vasculaire aiguë (collapsus), une forte pulsation dans l'abdomen. L'hémorragie peut être dirigée derrière le péritoine, dans sa cavité libre, dans la vessie, le duodénum ou la veine cave inférieure. Tout cela se manifeste de différentes manières:

  • Rétropéritonéale. Caractérisé par une douleur constante intense, pouvant irradier vers la cuisse, l'aine, le périnée. Parfois, il y a de la douleur dans la région du cœur.
  • Dans le péritoine. Une accumulation massive de sang dans cette cavité est caractéristique, ce qui conduit au développement rapide d'un choc hémorragique - pâleur de la peau, sueurs froides, faiblesse sévère, pouls rapide filiforme, hypotension. Conduit souvent à la mort du patient.
  • Dans le duodénum. Caractérisé par des saignements gastro-intestinaux, des vomissements sanglants, des selles molles noires. Cette option est très difficile à distinguer des saignements gastro-intestinaux causés par d'autres causes..
  • Dans la veine cave inférieure. Elle s'accompagne de tachycardie, de faiblesse sévère, d'essoufflement. Le gonflement des jambes est caractéristique. Douleur dans l'abdomen et le bas du dos, des pulsations dans le péritoine se développent progressivement, conduisant à une insuffisance cardiaque aiguë.

Vous pouvez en savoir plus sur la rupture d'un anévrisme de l'aorte abdominale dans cet article..

L'anévrisme de l'artère carotide interne n'est pas moins dangereux. Vous pouvez trouver tous les détails ici. Renseignez-vous sur le diagnostic potentiel d '«anévrisme cérébral» dans cet article..

Quand contacter un spécialiste?

Si l'un des signes primaires d'un anévrisme de l'aorte abdominale est présent, un besoin urgent de consulter un spécialiste.

Les personnes âgées (plus de 60 ans) doivent consulter régulièrement un médecin et subir des examens préventifs. Les hommes qui fument entre 65 et 75 ans devraient subir une échographie abdominale chaque année. Un tel examen est également effectué chez les hommes ayant des antécédents familiaux d'anévrisme abdominal..

Diagnostic des anévrismes de l'aorte abdominale

Comment diagnostiquer un anévrisme de l'aorte abdominale et est-il possible de déterminer sa possibilité en fonction de plaintes? L'algorithme d'enquête ressemble à ceci:

  • Plaintes. Douleur paroxystique ou persistante dans la région ombilicale, bas du dos. Épisodes d'hypertension, pulsations visibles de la paroi abdominale antérieure. L'état général n'est pas perturbé. La plupart des anévrismes de l'aorte abdominale sont asymptomatiques et surviennent accidentellement.
  • Inspection. Position forcée avec les genoux pliés. Pâleur, gonflement des jambes.
  • Données physiques. Palpation douloureuse dans la projection de la formation. Pouls doux fréquents, hypertension artérielle. Auscultatoire - bruit vasculaire dans la projection de l'anévrisme.
  • Examen de laboratoire. Si les artères rénales sont impliquées, augmentation des taux de créatinine, faible densité urinaire.
  • ECG. Tachycardie, maladies cardiaques concomitantes sont détectées.
  • La radiographie oblique permet d'identifier le renflement localisé associé à l'aorte et aux calcifications, mais ne permet pas de diagnostic différentiel.
  • L'échographie de l'aorte abdominale est le "gold standard" pour le diagnostic des anévrismes. Détecter une formation circulaire liquide ou une expansion diffuse de la lumière aortique de plus de 3 cm, un amincissement de la paroi vasculaire, un thrombus pariétal.
  • Tomoangiographie calculée (CTA), IRM. Expansion de la lumière et amincissement de la paroi de l'aorte abdominale, double canal de circulation sanguine, déformation du contour des artères rénales, hématome pariétal, caillots sanguins, œdème local, compression des troncs nerveux. Des méthodes sont recommandées pour le diagnostic d'urgence.
  • Aortographie transcathéter. La méthode vous permet de déterminer l'expansion de la lumière aortique en l'absence de formation de thrombus. Si des caillots sanguins sont présents, les résultats deviennent faux négatifs.

Diagnostic différentiel

La maladie se différencie de:

  • Pancréatite;
  • Kyste pancréatique;
  • Perforation des ulcères gastriques et duodénaux;
  • Diverticulite
  • Colique rénale;
  • Saignement intestinal;
  • Cancer du colon.

Traitement: choix des tactiques

La thérapie commence dès le diagnostic, la tactique dépend de la taille de la formation. Fondamentalement, une intervention chirurgicale est effectuée, mais si l'anévrisme est petit (jusqu'à 50 mm), l'évolution est asymptomatique (ou les symptômes n'interfèrent pas avec une vie bien remplie), alors le patient peut se voir proposer la méthode de «l'attente active», qui consiste en un comportement régulier de l'échographie et un contrôle de l'état du patient.

Indications pour le traitement sans chirurgie:

  • Diamètre inférieur à 50 mm;
  • Absence de clinique;
  • La présence de contre-indications à la chirurgie;
  • La période d'exacerbation des maladies chroniques (asthme bronchique, BPCO).

Thérapie médicamenteuse:

  • Bêta-bloquants;
  • Statits;
  • Fibrates;
  • Les nitrates;
  • Aspirine;
  • Selon les indications - diurétiques, inhibiteurs de l'ECA.

Indications pour la chirurgie et les tactiques chirurgicales

Indications de la chirurgie:

  • Diamètre supérieur à 55 mm;
  • Symptômes
  • Croissance progressive de plus de 10 mm par an ou de plus de 6 mm en six mois;
  • Écart;
  • L'apparition d'anévrismes filles;
  • Formation de thrombus;
  • En forme de sac;
  • Ischémie intestinale;
  • Implication des artères rénales.

Contre-indications relatives à la chirurgie:

L'opération est le plus souvent effectuée par l'une des deux méthodes suivantes:

  • Fonctionnement traditionnel. Dans cette opération, le patient est sous anesthésie générale. Le chirurgien fait une incision du processus xiphoïde du sternum au nombril. La section endommagée du vaisseau est excisée et une prothèse artificielle est implantée à sa place. La procédure prend 3-5 heures. Le séjour postopératoire à l'hôpital est d'environ une semaine.
  • Méthode endovasculaire. La procédure est généralement réalisée sous anesthésie périduriale. Le chirurgien fait une petite ponction dans la région de l'aine, à travers laquelle un stent-greffe est amené à l'anévrisme à l'aide d'un cathéter spécial. Après avoir amené l'appareil à l'endroit désigné, le chirurgien l'ouvre et le place dans la zone anévrismale. Après le déploiement du stent-greffe, un canal est formé à travers lequel un flux sanguin normal se produit. La durée de la procédure est de 3 à 5 heures et l'hospitalisation postopératoire ne dépasse pas 5 jours.

Complications possibles

Complications possibles après chirurgie en cas de résection d'un anévrisme de l'aorte abdominale:

  • Lésion des artères rénales;
  • Uretères rompus;
  • Infection secondaire;
  • Crise cardiaque;
  • Accident vasculaire cérébral.

Des complications avec intervention endovasculaire surviennent chez 1,2 à 5% des patients:

  • Thrombose de stent;
  • Rupture de l'anastomose;
  • Déplacement de parties du stent à l'intérieur du vaisseau;
  • Infection secondaire.

Le pronostic est mauvais. Avec de petits anévrismes de l'aorte abdominale, le taux de survie la première année est de 75%, dans les 5 ans - 50%. Si l'anévrisme mesure plus de 6 cm, les indicateurs diminuent respectivement à 50% et 6%.

Prévention primaire et secondaire

La prévention primaire vise à prévenir le développement de la pathologie. Il comprend:

  • Contrôle de la pression artérielle.
  • Arrêter de fumer.
  • Traitement des maladies concomitantes.
  • Élimination du stress, des blessures.
  • Maintien de l'indice de masse corporelle entre 18,5 et 24,9.

La prévention secondaire vise à ralentir la progression et à prévenir les complications. Il comprend:

  • Chirurgie, échographie - 2 fois par an.
  • Numérisation recto verso - au moins une fois par an.
  • Comptabilité dispensaire.
  • Contrôle des lipides sanguins et des taux de glucose - 4 fois par an.
  • Prendre des statines, de l'aspirine, des bêtabloquants et des inhibiteurs de l'ECA.
  • Les patients ayant subi une intervention endovasculaire se voient recommander une aortographie une fois par an pour surveiller l'état du stent.

L'anévrisme de l'aorte abdominale est une maladie insidieuse et imprévisible. La croissance est impossible à prévoir, il est donc important de consulter un spécialiste dès les premiers symptômes et de subir des examens médicaux réguliers si un diagnostic est posé.

Vidéo utile

Pour plus de détails sur la maladie, voir la vidéo: