Anévrisme cérébral

Vasculite

Anévrisme cérébral

Un anévrisme cérébral est une expansion bulbeuse d'une zone limitée d'une artère de genèse congénitale ou acquise. C'est l'une des maladies du cerveau les plus dangereuses, se développant de manière asymptomatique, lentement avec des conséquences graves. Les «porteurs» anévrisants sans méfiance représentent 5% de la population.

Il en existe plusieurs types, selon la localisation du «sac anévrysmal»: anévrisme des artères du cerveau, de l'aorte, des vaisseaux périphériques et du cœur. Un changement pathologique dans les vaisseaux basaux du cerveau est appelé anévrisme intracrânien ou cérébral, statistiquement, c'est la forme la plus courante d'anévrisme.

Causes de l'anévrisme cérébral

Il existe deux formes de la maladie: congénitale et acquise.

Congénitale (primaire)

Il n'y a aucun symptôme de sa présence. Peut accompagner toute la vie et se compliquer soudainement d'un facteur externe ou interne.

  • Le défaut anatomique de la paroi du vaisseau - un point d'affaiblissement de la paroi de la veine de Gallen, se développe souvent chez les garçons. Avec ce défaut, 90% de mortalité en période néonatale ou en période néonatale. Même en cas de traitement rapide, le pronostic favorable ne dépasse pas 80%. Accompagné d'insuffisance cardiaque et d'hydrocéphalie.
  • Malformation artério-veineuse (malformation) - entrelacement pathologique des artères et des veines.
  • Une prédisposition héréditaire peut s'accompagner d'une carence en collagène. Doit être pris en compte en premier lieu, nécessite une observation constante du dispensaire des vaisseaux du cerveau.

Acquis (secondaire)

Athérosclérose des vaisseaux cérébraux

Il se développe dans les maladies systémiques qui affectent la structure de la paroi vasculaire. Plus souvent chez les 50-60 ans. Les maladies suivantes entraînent la formation d'un anévrisme:

  • Athérosclérose - ulcération de la paroi vasculaire par accumulation de cholestérol.
  • Infections - syphilis, mycose.
  • Collagénoses - maladies systémiques du tissu conjonctif.
  • Hypertension et crises hypertensives fréquentes.
  • Thromboembolie.
  • Tumeurs bénignes et excroissances de type tumoral ou métastases cancéreuses de la tête et du cou.
  • État septique.
  • État postopératoire dû à une chirurgie cérébrale.
  • Syndrome post-traumatique - lésion cérébrale traumatique ouverte ou fermée.
  • "Attaques d'adrénaline" constantes lors de la pratique de sports extrêmes ou sous forme de risques professionnels (pilotes, médecins).
  • Polykystose rénale.
  • Toxicomanie (cocaïne) et abus de cigarettes et d'alcool.
  • Utilisation incorrecte à long terme des contraceptifs oraux.

Classification des anévrismes cérébraux

Formes d'anévrisme cérébral

Il existe plusieurs classifications sur lesquelles repose le pronostic d'un patient, un plan de traitement ou un examen clinique (suivi):

  1. Par complexité anatomique: anévrismes mono-et multi-chambres.
  2. Par formulaire:
    • Les «baies» sacculaires sont le plus souvent trouvées, principalement acquises, généralement de petite taille, ne dépassant pas 10 mm. Les images montrent clairement: le cou, le corps et le bas.
    • En forme de fuseau - expansion de la paroi du vaisseau avec des limites indistinctes.
  3. Par diamètre et taille: petit (moins de 3-11 mm), moyen (11-25 mm), géant (plus de 25 mm).
  4. Par type de vaisseau endommagé: artériel et artério-veineux.

Pathogenèse de l'anévrisme cérébral

La pathogenèse du développement de la maladie dépend de l'emplacement et des caractéristiques ci-dessus. L'anévrisme lui-même est situé sur la surface interne de la paroi vasculaire - intima. Dans cette zone, il n'y a pas de couche musculaire, par conséquent, le sang remplissant le vaisseau forme facilement un réservoir supplémentaire. Le flux sanguin pathologique commence à se développer avec des périodes de vidange brusque et de débordement du vaisseau. Ce qui crée un flux sanguin irrégulier et perturbe l'homéostasie dans les tissus cérébraux.

L'anévrisme des vaisseaux cérébraux est situé de manière chaotique, n'importe où dans le lit vasculaire, mais le plus souvent, il est diagnostiqué dans la région des vaisseaux reliant la région inférieure du cerveau et la base du crâne, le soi-disant cercle de Wilis. Localisation "préférée" dans la zone des anses artérielles ou des ramifications (bifurcations) des vaisseaux sanguins. Les symptômes d'un anévrisme cérébral se manifestent en raison du remplissage de la section pathologiquement élargie du vaisseau. La masse de sang stagnant commence à comprimer le tissu cérébral environnant et les centres vitaux qui s'y trouvent..

Symptômes de l'anévrisme cérébral

Les signes d'anévrisme cérébral sont nombreux et pathognomiques. Vous devez faire attention aux symptômes suivants:

  • Maux de tête intenses périodiques déraisonnables avec une localisation claire. Le site de la douleur indiquera une artère endommagée: la zone fronto-orbitale, temporale ou occipitale, ou la moitié de la tête avec des limites claires.
  • Douleurs accompagnantes d'étourdissements et d'évanouissements.
  • Douleur intense dans l'orbite, d'un côté.
  • Étouffement fréquent, difficulté à avaler, sensation de corps étranger.
  • Crise d'épilepsie solitaire (convulsive), sans épilepsie clinique.
  • Développé soudainement: ptosis unilatéral, pupille dilatée, strabisme, photophobie, champ visuel diminué ou distorsion des objets visibles.
  • Faiblesse intermittente et spontanée à court terme des jambes.
  • Parésie unilatérale du nerf facial, associée à une chute brutale et à une perversion de l'ouïe (souffle ou sifflement).
  • Paresthésie unilatérale ou anesthésie faciale.
  • L'aura mentale se traduit par une anxiété accrue, une méfiance, une labilité émotionnelle, une irritabilité accrue, des accès de léthargie, des troubles du sommeil.

Diagnostic de la maladie

Angiographie des vaisseaux cérébraux

Le diagnostic de l'anévrisme cérébral est effectué par un neurochirurgien, qui établit un diagnostic préliminaire basé sur des plaintes et un examen. Et aussi, effectuer des tests pour la présence de réflexes pathologiques. Le diagnostic final n'est posé qu'après l'utilisation de méthodes de recherche instrumentale, dans leur combinaison optimale:

  • Angiographie moyenne de contraste.
  • Vaisseaux Doppler de la tête et du cou.
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM) et ordinateur.
  • L'analyse du LCR (liquide céphalo-rachidien) est effectuée si une rupture d'anévrisme est suspectée.

Complications de l'anévrisme cérébral

Les complications de cette maladie sont lourdes de conséquences irréversibles dangereuses. La rupture de l'anévrisme cérébral survient pendant la période de bien-être imaginaire, plus souvent dans la journée. L'intervalle d'âge de la période dangereuse est suffisamment large de 30 à 50 ans. Les facteurs provoquant le développement de complications sont: une crise hypertensive et un stress émotionnel sévère. Conséquences de l'anévrisme et de sa rupture:

  • La conséquence physiopathologique et clinique de la rupture est un accident vasculaire cérébral hémorragique (hémorragie). De la localisation: intracérébrale ou sous-arachnoïdienne, qui dépendra du pronostic vital.
  • Dans 40% des cas, il est mortel ou dans le coma..
  • L'issue vitale menace de dommages irréversibles aux locus affectés du système nerveux central. Et en conséquence, perte des fonctions cognitives ou physiques du corps, avec un handicap inévitable.
  • Il a été prouvé qu'après une rupture unique d'un anévrisme, des «sacs anévrysmaux» supplémentaires peuvent se développer dans les vaisseaux.
  • Le développement du syndrome hydrocéphalique entraîne une augmentation de la pression intracrânienne et du complexe de symptômes correspondant.
  • La fonction protectrice du cerveau peut être un vasospasme réactif (angiospasme cérébral), avec la menace d'un accident vasculaire cérébral ischémique et la probabilité de décès jusqu'à 20%.
  • Intoxication des tissus cérébraux et leur nécrose sélective ultérieure, en raison de processus stagnants et de produits de décomposition.

Les signes avant-coureurs de la rupture de l'anévrisme sont - un mal de tête peroxystique intensifiant, une sensation de chaleur et de brûlure dans la tête et le cou, divers troubles visuels et de la parole, une faiblesse générale sévère, une chute de la pression artérielle à un état collaptoïde, une perte de conscience, des nausées et des vomissements qui n'apportent pas de le soulagement.

L'apparition de symptômes pathologiques - tension des muscles de l'occiput (rigidité), syndrome convulsif, démarche traînante (signe de paralysie partielle - hémiplégie), désorientation mentale, amnésie, actes incontrôlés de miction et de défécation, apraxie et ataxie (désorientation dans l'espace).

Traitement de l'anévrisme cérébral

Le traitement de l'anévrisme cérébral est possible de manière extrêmement radicale. Si elle est réalisée en temps opportun, avant l'apparition des conséquences et le développement de complications irréversibles, le pronostic est favorable. Les signes d'hypoxie cérébrale sont admissibles, qui sont éliminés indépendamment dans la période postopératoire ou par un traitement médicamenteux de soutien.

Traitement opératoire

Le traitement chirurgical de l'anévrisme cérébral dépend de l'urgence, de l'emplacement et de la taille des dommages pathologiques au vaisseau:

  • L'intervention intracrânienne directe consiste à placer un clip sur le vaisseau endommagé et à l'exclure de la circulation sanguine. En même temps, l'aspiration du sang s'écoulant du vaisseau et le drainage ultérieur de l'hématome sont effectués.
  • La voie endovasculaire est possible opération mini-invasive sous contrôle de rayons X ou tomographie (IRM) - embolisation iatrogène (blocage) du vaisseau endommagé avec des biomatériaux (éponge en gélatine, microspirale ou ballon).
  • Excision de la section pathologiquement modifiée du vaisseau avec d'autres prothèses avec une autogreffe (propre vaisseau sanguin) ou une greffe en plastique.
  • Dans les cas graves, les éléments de l'os sphénoïde sont réséqués par microchirurgie par voie ptérionale (frontotemporale).

Traitement médical

Le traitement médicamenteux est effectué au stade hospitalier. Il consiste à éliminer les symptômes pathologiques et à améliorer la circulation cérébrale:

  • Thérapie anticonvulsivante et antiémétique.
  • Traitement par perfusion décongestionnant, pour prévenir le développement d'un œdème cérébral.
  • Analgésiques - antispasmodiques.
  • Antihypertenseurs et un groupe spécifique - les bloqueurs de calcium.
  • Antidépresseurs et nootropiques.
  • Moyens qui améliorent la rhéologie sanguine.

Réhabilitation et prévention

La réadaptation prend plusieurs mois avec une gamme complète de mesures de récupération:

  • Exercices de physiothérapie, implique un ensemble spécifique d'exercices avec un instructeur plusieurs fois par jour.
  • Massage général, techniques de physiothérapie acceptables. Nageant dans la piscine.
  • Si nécessaire, l'aide d'un orthophoniste-défectologue pour restaurer la parole.
  • Climatothérapie, longues promenades tranquilles au grand air et ambiance émotionnelle favorable.

La prévention du développement de l'anévrisme cérébral consiste en une attitude vigilante envers sa santé. Élimination des facteurs de risque et examen régulier annuel du corps, à l'aide de diagnostics de laboratoire et d'imagerie par résonance magnétique (IRM).

commentaires

Je n'ai pas compris un peu, la forme acquise présente des symptômes et la forme congénitale, selon la description, n'existe pas du tout. D'une manière ou d'une autre, cette forme de maladie devrait se manifester, une sorte de déviation de l'état normal d'une personne ou une rupture se produit simplement!?

Anévrisme cérébrovasculaire

En soi, un petit anévrisme cérébral ne constitue pas une menace pour une personne, mais sa rupture, un saignement cérébral avec une hémorragie ultérieure dans les structures cérébrales, peut causer de graves dommages à la santé du patient..

Quels sont les anévrismes vasculaires

Les anévrismes sont une cavité anormale en forme de sac sur l'une des parois d'un vaisseau rempli de sang. Il peut apparaître n'importe où dans le système circulatoire, mais une attention particulière doit être portée à l'anévrisme du cerveau, car leur rupture entraîne des problèmes neurologiques, et dans les cas particulièrement graves - la mort du patient.

Il convient de noter que tous les types d'anévrismes ne peuvent pas provoquer une hémorragie, donc si la pathologie est petite, il est fort probable qu'elle ne représente pas une grande menace pour la vie, cependant, elle nécessite une attention particulière de la part de spécialistes, car divers facteurs défavorables peuvent provoquer sa taille.

Il est à noter que les femmes d'âge moyen et de pré-retraite sont les plus sensibles à cette maladie, tandis que son apparition chez les enfants et les adolescents ne se produit que dans des cas isolés. Afin de ne pas manquer le moment de sa formation, chaque adulte a besoin de connaître les symptômes suivants de l'apparition d'un anévrisme cérébral:

  • apparition soudaine de maux de tête sévères;
  • les signes suivants d'irritation des membranes et des structures du cerveau se produisent: photophobie, augmentation du tonus des muscles du cou, du dos et des jambes, accompagnée de douleur, ainsi que des mouvements limités lors de la rotation de la tête d'un côté à l'autre;
  • attaques de nausées et de vomissements, qui ne dépendent pas de la prise alimentaire;
  • étourdissements et perte de conscience soudaine.

Il est à noter que la symptomatologie de la maladie dépend des caractéristiques structurelles et du type de pathologie, ainsi que de sa localisation dans le crâne, les signes de perturbation les plus prononcés se manifestant au moment de la rupture de l'anévrisme.

Causes et conséquences

L'apparition d'une anomalie des vaisseaux cérébraux peut être déclenchée par un grand nombre de facteurs.

Dans certains cas, la prédisposition à leur apparition est héritée ou posée à la suite d'une mauvaise formation du système circulatoire au cours du développement intra-utérin de l'enfant. Par exemple, l'anévrisme congénital des vaisseaux cérébraux est le plus souvent observé chez les personnes atteintes de maladies du tissu conjonctif, de polykystose rénale et de problèmes circulatoires..

En outre, sa formation peut être déclenchée par d'autres facteurs défavorables, tels que des traumatismes ou des blessures à la tête, des maladies infectieuses fréquentes, des néoplasmes cérébraux, des problèmes endocrinologiques, une hypertension pathologique et d'autres maladies du système circulatoire: athérosclérose, varices, maladie coronarienne.

Il est important d'ajouter que l'utilisation prolongée de certains médicaments contribue également au développement de cette pathologie..

Le mécanisme de formation des anévrismes est assez bien étudié par les spécialistes. Ainsi, en raison de certains facteurs externes et internes, il y a un amincissement des parois des vaisseaux sanguins et des dommages à leur couche élastique. Ces changements, en combinaison avec des fibres faibles du tissu musculaire des parois, créent des conditions pour la formation et la saillie d'une cavité en forme de sac, qui apparaît à la suite d'une rupture ou d'une divergence dans différentes directions des fibres musculaires sous l'influence de l'hypertension artérielle interne..

La plupart des experts pensent que l'apparition et le développement des anévrismes vasculaires sont également influencés par un grand nombre de causes internes et externes, qui contribuent ensemble à son apparition. Par exemple, l'hypertension artérielle pathologique, la faiblesse des parois et les anomalies congénitales du tissu conjonctif donnent toutes les conditions préalables au développement d'anévrismes chez un adulte..

Les raisons pour lesquelles la destruction et l'affaiblissement des murs se produisent sont classiquement divisées en 2 grands groupes:

  1. Congénital. Comprend diverses pathologies du système circulatoire, dont la principale caractéristique est des anomalies dans le développement des structures du tissu conjonctif.
  2. Acheté. Ils couvrent un grand nombre de facteurs qui apparaissent dans le processus de la vie humaine et contribuent aux modifications de la structure des vaisseaux sanguins. Ceux-ci incluent diverses maladies acquises du système circulatoire, des infections, ainsi que des maladies du tissu conjonctif, telles que la collagénose.

Comme mentionné précédemment, pour que le développement des anévrismes commence, il existe un grand nombre de conditions préalables qui, aggravées pour une raison ou une autre, provoquent le développement d'une telle anomalie..

Échecs génétiques

Ils comprennent un grand nombre de maladies héréditaires, en raison desquelles l'équilibre de la synthèse des protéines est perturbé, affectant l'élasticité des fibres musculaires. Ceux-ci incluent les maladies suivantes:

  • dysplasie fibromusculaire;
  • Syndrome d'Osler-Randu;
  • Le syndrome de Marfan;
  • Syndrome d'Ehlers-Danlos;
  • pseudoxanthome élastique;
  • le lupus érythémateux disséminé;
  • l'anémie falciforme;
  • sclérose tubéreuse.

Bien entendu, la présence de ces maladies n'est pas un signe absolu de la présence d'anévrismes, mais elles augmentent toutes le risque de leur développement sous l'influence de certaines conditions défavorables..

Hypertension

Une pression artérielle élevée persistante peut également provoquer une rupture ou un gonflement de la paroi des vaisseaux du cerveau. Dans ce cas, la marque critique de l'indicateur doit se situer pendant une longue période à 140/90 mm. Hg et plus haut.

En augmentant à plusieurs reprises, la pression artérielle étire la lumière des vaisseaux sanguins. À la suite de ce processus, les fibres musculaires des parois perdent leur élasticité, ce qui, combiné à d'autres facteurs (traumatisme crânien, hérédité, etc.), crée toutes les conditions et conditions préalables à la formation d'anévrismes cérébraux..

L'hypertension artérielle s'accompagne souvent d'un certain nombre d'autres maladies, telles que l'athérosclérose et les varices. Les plaques de cholestérol formées affaiblissent également considérablement les parois des vaisseaux, les rendant fragiles et sensibles aux influences extérieures ou à l'augmentation de la pression du flux sanguin à l'intérieur de l'artère. Dans une combinaison de circonstances défavorable, la combinaison de ces maladies peut conduire à la formation d'anévrismes, qui, après la rupture du dôme, provoquent des saignements cérébraux associés aux complications correspondantes..

Les infections

La réaction de l'immunité à divers processus inflammatoires dans le corps est la production d'un grand nombre de substances spéciales qui affectent non seulement la résistance aux maladies, mais également la structure des tissus, provoquant des processus dégénératifs en eux, tandis que les principales forces du corps pendant cette période visent à combattre l'agent causal d'une maladie infectieuse.

De plus, les déchets de bactéries empoisonnent les tissus, affaiblissant et formant des dépôts dans les organes et sur les parois des vaisseaux sanguins. Le processus inflammatoire bactérien des méninges (méningite), dans lequel non seulement le tissu cérébral est endommagé, mais également leurs vaisseaux sanguins, est particulièrement dangereux. Cela conduit à un affaiblissement et un rétrécissement de leur lumière, ce qui entraîne une violation des processus métaboliques entre les couches des méninges.

Lésion cérébrale traumatique

Très souvent, la formation et la rupture des anévrismes sont facilitées par diverses commotions cérébrales et des contusions sévères à la tête. Dans ce cas, il existe un contact entre les membranes dures et les structures du cerveau, à la suite duquel des anévrismes exfoliants se forment. Leur principale différence par rapport aux pathologies similaires ordinaires est qu'elles se forment non pas en raison de la saillie d'une partie des membranes, mais en raison de l'infiltration de sang entre les couches des parois..

Ainsi, plusieurs cavités sont formées, interconnectées par de petits trous. En outre, ils pressent progressivement les tissus voisins, provoquant ainsi des problèmes neurologiques et réduisant le flux sanguin vers les structures du cerveau. De plus, à la suite de la formation d'un tel faux anévrisme, toutes les conditions sont créées pour la formation de caillots sanguins..

Le plus souvent, une personne ne soupçonne pas qu'elle a cette pathologie jusqu'à une exacerbation de la situation, lorsque les conséquences d'une rupture d'un anévrisme des vaisseaux cérébraux ne seront pas visibles, ce qui est appelé «évident».

La complication la plus courante de cette affection est une hémorragie étendue dans les structures cérébrales, qui entraîne généralement de graves problèmes neurologiques ou la mort du patient. L'issue létale est observée dans la moitié des cas de rupture d'anévrisme, et un quart des personnes restent profondément handicapées jusqu'à la fin de leur vie.

Pour cette raison, le diagnostic précoce et la prévention des anévrismes chez les personnes à risque est extrêmement important, qui consiste à prendre des mesures pour prévenir le développement de cette pathologie, traiter la maladie sous-jacente et éliminer les signes d'exacerbation. Souvent, afin d'éviter les conséquences possibles après la formation d'un néoplasme, une opération locale est nécessaire pour bloquer la saillie.

Classification

Il existe plusieurs types d'anévrismes cérébraux qui diffèrent par leur forme, leur taille et d'autres caractéristiques. Anatomiquement, les experts distinguent les pathologies anévrysmales suivantes:

  • fusiforme;
  • sacculaire;
  • latéral (semblable à une tumeur);
  • couches ou fausses, constituées de plusieurs cavités interconnectées.

Les plus gros anévrismes sont généralement situés là où les artères se divisent en plusieurs vaisseaux sanguins. Une telle pathologie doit être rapidement éliminée, car elle constitue une menace pour la vie de son porteur. La plus grande masse diagnostiquée dans cette partie du système circulatoire a atteint plus de 25 mm de diamètre.

Au lieu de localisation, on distingue les types de néoplasmes suivants:

  1. Artériel. Sur les artères, un anévrisme artériel sacculaire des vaisseaux cérébraux est le plus souvent diagnostiqué. Il s'agit d'une saillie en forme de sac sur l'une des parois, qui est généralement située sur le site de la plus grande ramification de l'artère. Souvent, une telle pathologie est multiple et importante..
  2. Artério-veineux. Il est situé à l'endroit de l'accumulation des vaisseaux veineux, qui, s'entrelacent, forment une sorte de boule. Dans le même temps, des néoplasmes apparaissent au site de communication des vaisseaux veineux et artériels sous l'influence d'une pression accrue à l'intérieur des artères, en raison de laquelle les parois se dilatent et perdent leur élasticité. Habituellement, le renflement comprime le tissu nerveux voisin et provoque des problèmes neurologiques..
  3. Anévrisme de la veine de Galen. Il s'agit d'une anomalie congénitale et, malheureusement, dans la plupart des cas, entraîne la mort de l'enfant. La chirurgie telle que l'embolisation endovasculaire d'un anévrisme cérébral, qui est une chirurgie non invasive sans incisions ni plaies, réduit de manière significative la mortalité chez les nourrissons présentant une telle anomalie. Dans ce cas, l'opération est réalisée de la manière suivante: des spécialistes, sous le contrôle d'un équipement à rayons X ou angiographique, insèrent un cathéter dans la lumière du vaisseau et le déplacent jusqu'à l'emplacement de l'anomalie. Ensuite, une substance embolisante (collante) est introduite dans sa cavité, qui bloque le mouvement vasculaire du sang à l'intérieur, formant un thrombus. Cependant, l'utilisation d'une telle opération pendant la période néonatale ne réduit que partiellement la mortalité des nourrissons..

L'embolisation des anévrismes cérébraux est utilisée dans toutes les formes de cette pathologie et appartient aux types d'intervention chirurgicale les moins traumatisants, ce qui réduit le risque de complications causées par la rupture et la croissance des néoplasmes. Au fil du temps, la cavité bloquée devient envahie, ce qui élimine complètement la possibilité de récidive de la pathologie.

Diagnostique

Le diagnostic des anévrismes cérébraux ne diffère pas de la procédure standard de diagnostic d'autres maladies vasculaires et est le plus souvent diagnostiqué par un examen détaillé des structures cérébrales.

Pour poser un vrai diagnostic et déterminer avec précision l'emplacement de la formation, il est impératif de procéder à un examen et à une consultation avec un neurologue, qui, sur la base des informations de l'anamnèse, devrait donner des instructions pour un examen plus détaillé des vaisseaux du cerveau et du liquide céphalo-rachidien..

Actuellement, il existe un grand nombre de méthodes instrumentales non invasives pour examiner les zones les plus inaccessibles du cerveau, qui permettent de diagnostiquer la formation d'anévrismes au stade initial. Ceux-ci incluent la tomodensitométrie ou l'imagerie par résonance magnétique et l'angiographie.

  1. Un rendez-vous avec un neurologue et un examen ultérieur du patient permettront d'identifier les principaux foyers de lésions des structures cérébrales et de déterminer l'emplacement du néoplasme.
  2. Les rayons X indiqueront l'emplacement d'un vaisseau bloqué par un caillot sanguin, ainsi que la destruction des os à la base du crâne.
  3. Les données les plus précises sur l'état du système circulatoire peuvent être obtenues par tomodensitométrie ou IRM du cerveau à l'aide d'un agent de contraste. Une telle étude est souvent compliquée par le fait que le patient doit rester immobile pendant longtemps dans un espace confiné, ce qui est problématique pour les personnes souffrant de claustrophobie. De plus, dans certains cas, il est nécessaire d'administrer une anesthésie, par exemple, pour examiner des enfants qui ne réalisent pas la gravité de l'événement ou qui sont trop excités.
  4. Dans les cas d'urgence, il est possible d'étudier le flux sanguin par angiographie, qui ne nécessite pas l'introduction d'un agent de contraste. Cette méthode vous permet d'identifier les problèmes de fonctionnement des vaisseaux sanguins, ainsi que d'évaluer la taille et l'emplacement de l'anévrisme..

Très souvent, à ce stade, la pathologie de l'un des principaux vaisseaux cervicaux du cerveau est révélée - un anévrisme de l'artère carotide. Grâce à lui, le flux sanguin transporte des nutriments vers les structures du cerveau, et son amincissement entraîne de multiples troubles neurologiques, qui peuvent être déclenchés par un apport insuffisant d'oxygène aux membranes..

Dans ce cas, il est très important de déterminer la taille et le type de pathologie, car sa rupture entraîne des saignements sévères et le développement de complications ultérieures sous forme de crises épileptiques, d'hydrocéphalie cérébrale et d'autres maladies.

Les données obtenues sont soigneusement traitées et analysées par des spécialistes qui décident en outre de l'utilisation d'une intervention chirurgicale afin d'éliminer ou de bloquer cette pathologie.

Il existe 2 types de méthodes chirurgicales pour traiter les anévrismes: les interventions chirurgicales endovasculaires et directes, tandis que le choix de la chirurgie est influencé par un grand nombre de facteurs, dont le type de pathologie, sa localisation dans le cerveau, l'âge du patient et les maladies concomitantes.

Par exemple, il est recommandé de retirer un anévrisme de l'artère carotide uniquement par une méthode ouverte, car il existe une forte probabilité de complications après l'embolisation de la pathologie en raison de ses caractéristiques anatomiques. Le résultat de cette intervention est une restauration complète de la perméabilité du vaisseau sanguin..

La ponction lombaire du liquide céphalo-rachidien peut indiquer un anévrisme rompu, en l'absence de toute autre méthode moins traumatique d'examen du cerveau. Ainsi, des traces de sang dans ce liquide indiqueront la présence d'une hémorragie sous-arachnoïdienne ou intracérébrale..

Les experts notent qu'environ 5% de la population adulte est sensible à l'apparition d'anévrismes, tandis que le processus pathologique est asymptomatique, ce qui rend difficile l'identification de l'anomalie à un stade précoce.Par conséquent, au moindre signe et symptôme de la maladie, vous devez immédiatement contacter un établissement médical.

Symptômes et traitement

Selon le type, la taille et l'emplacement de l'anévrisme, ils sont capables d'influencer de différentes manières le travail non seulement du cerveau, mais aussi la fonctionnalité de tout l'organisme. Fondamentalement, les signes suivants d'un anévrisme apparaissent sur l'un des vaisseaux cérébraux:

  • dépression apathique;
  • attaques de nausées, indépendantes de la prise alimentaire;
  • détérioration des organes de la vue et de l'ouïe;
  • déficience cognitive;
  • vertiges soudains, étourdissements;
  • maux de tête paroxystiques fréquents et déraisonnables.

L'apparition de douleurs principalement dans une partie de la tête indique le développement et l'augmentation de la pathologie. Sur cette base, les experts déterminent la localisation topographique de l'anévrisme des vaisseaux sanguins du cerveau. Ainsi, lorsque la pathologie de l'artère basilaire est détectée, la douleur n'apparaît que du côté gauche ou droit de la tête, en cas de lésion de l'artère cérébrale postérieure - dans la tempe, plus près de la région occipitale.

D'autres signes de dommages et de compression des structures et des parties du cerveau peuvent également être présents:

  • l'apparition d'acouphènes;
  • strabisme;
  • ptose des paupières supérieures;
  • vision double;
  • distorsion de l'image vue;
  • parésie des nerfs faciaux.

Lorsque les premiers symptômes d'un anévrisme cérébral rompu apparaissent, il est nécessaire de consulter un médecin dès que possible. Si l'état du patient se détériore rapidement, il est préférable d'appeler une ambulance d'urgence, car seuls un diagnostic précoce et un traitement chirurgical rapide peuvent faire face à ce problème..

Le traitement le plus efficace de l'anévrisme cérébral est effectué à l'aide d'une intervention chirurgicale, tandis qu'une guérison complète se produit dans la plupart des cas.

Toute intervention chirurgicale pour enlever un anévrisme vise principalement à isoler la pathologie du flux sanguin principal. Pour le moment, les spécialistes utilisent soit une méthode endovasculaire (intravasculaire) d'élimination de la pathologie, soit une opération réalisée de manière ouverte.

La méthode la plus douce de traitement des anévrismes est le blocage endovasculaire (intravasculaire) d'une partie du vaisseau cérébral affecté, car une telle thérapie ne nécessite pas l'ouverture du crâne et un accès direct aux structures et parties du cerveau. Pour la même raison, cette méthode a une courte période postopératoire d'environ 2 semaines, pendant laquelle le patient doit être sous la supervision d'un neurologue..

Un autre avantage incontestable d'une telle opération est qu'elle permet d'éliminer les anévrismes situés profondément dans les structures du cerveau et à proximité immédiate des centres vitaux du système nerveux. Malgré les avantages évidents, il est hautement indésirable d'effectuer une telle opération pour bloquer les anévrismes de l'aorte et d'autres gros vaisseaux alimentant le cerveau, car dans ce cas, il existe un risque de développer des complications plus graves. Aussi, l'utilisation de la neurochirurgie endovasculaire doit être approuvée par un spécialiste dans ce domaine..

Coupure d'un anévrisme du cerveau. Lors de l'utilisation de cette méthode d'élimination de la pathologie, il est nécessaire d'ouvrir le crâne, suivi de l'installation d'un clip spécial sur le cou du néoplasme, qui bloque la circulation du sang dans la cavité en saillie. En outre, il y a une mort progressive de l'anévrisme et le cou est envahi par le tissu conjonctif.

Il convient de noter que si un patient a un petit anévrisme cérébral, la décision quant à l'opération à effectuer est prise par le patient lui-même, en collaboration avec le médecin traitant. En cas d'urgence, lorsqu'une pathologie se rompt, une intervention chirurgicale ouverte est généralement utilisée, car c'est le seul moyen disponible de traiter la maladie dans cette situation..

L'utilisation de médicaments épargnants dans le traitement des anévrismes n'est possible que dans les cas où il est impossible de se débarrasser chirurgicalement de la pathologie pour quelque raison que ce soit, tandis que la décision sur le traitement est prise par un médecin spécialiste. Il convient de noter que toutes les méthodes non invasives de traitement des anévrismes ne font que faciliter l'évolution de la maladie et soulagent les symptômes prononcés, et ne la guérissent pas complètement..

De plus, la liste des médicaments pour le traitement des symptômes et des signes d'anévrismes est assez longue, elle comprend les médicaments suivants:

  • les bloqueurs des canaux calciques, qui arrêtent les canaux calciques dans les parois des vaisseaux du cerveau, élargissant ainsi leur lumière et améliorant la circulation sanguine dans la zone touchée;
  • anticonvulsivants;
  • les médicaments qui soulagent l'hypertension artérielle;
  • antispasmodiques et analgésiques et antiémétiques.

Anévrisme rompu

La rupture d'un anévrisme des gros vaisseaux du cerveau s'accompagne de tous les signes d'hémorragie cérébrale interne. Une personne présente des symptômes similaires lors d'un AVC:

  • il y a une douleur soudaine dans l'une des parties de la tête, qui avec le temps commence à se propager à d'autres zones;
  • attaques de nausées et vomissements répétés;
  • pression artérielle persistante supérieure à 140/90 mm Hg. st;
  • difficulté à effectuer des mouvements simples du cou et des membres;
  • symptômes de Brudzinsky et Kernig.

D'autres troubles cognitifs sont également clairement ressentis: confusion, oubli, évanouissement.

Le développement ultérieur des événements dépend de l'emplacement de la zone touchée et du type de maladie anévrismale. Dans le même temps, dans 14% des cas, le sang pénètre dans les ventricules du cerveau. À la suite de cette complication, en l'absence d'hospitalisation immédiate suivie d'une intervention chirurgicale, le décès du malade survient..

Prévoir

Un grand nombre de facteurs influencent l'espérance de vie après rupture d'un anévrisme. Ainsi, avec l'aide appropriée et opportune fournie, les chances de survie d'une personne sont considérablement augmentées. Dans le même temps, dans un quart des épisodes, le patient a des conséquences invalidantes persistantes et des hémorragies sous-arachnoïdiennes ou intracérébrales répétées entraînent le plus souvent la mort..

Un grand nombre de personnes vivent sans savoir que leurs vaisseaux sont dans un état déplorable, car un petit anévrisme ne se manifeste en aucune façon. Par conséquent, la meilleure prévention des complications causées par le développement et la croissance de la pathologie est le diagnostic précoce de la maladie, suivi du blocage et de l'ablation du néoplasme..

Anévrisme cérébral (anévrisme cérébral)

introduction

Les artères, c'est-à-dire les vaisseaux sanguins contenant du sang riche en oxygène, peuvent être affectées par des processus pathologiques de dilatation (expansion); lorsque cette expansion, qui ressemble à un ballon, atteint une taille importante, prend le nom d'un anévrisme et peut conduire à la rupture du vaisseau.

Bien que les anévrismes puissent théoriquement se former dans n'importe quelle artère, presque tous les anévrismes affectent le cerveau ou la cavité abdominale de l'aorte. Dans cet article, nous nous concentrerons exclusivement sur le sujet de l'anévrisme affectant le cerveau..

Plus loin dans l'article, nous examinerons de plus près ce que c'est, comment se forment les anévrismes, les causes et les facteurs de risque qui conduisent finalement à la rupture, pour enfin passer aux options de traitement actuellement disponibles en médecine..

Cependant, cet article n'est pas une alternative à l'avis du médecin traitant, à qui nous vous conseillons de demander conseil en cas de doute..

Qu'est-ce que l'anévrisme cérébral?

Un anévrisme cérébral, également appelé anévrisme cérébral ou anévrisme intracrânien, est une pathologie assez courante du cerveau, et on estime que 5% de la population en souffre au moins une fois au cours de leur vie, mais ce fait ne doit pas alarmer: seulement un très petit une partie des anévrismes rompra le vaisseau.

Bien que rare, il s'agit d'une affection très dangereuse car elle provoque une hémorragie cérébrale (c'est-à-dire des saignements dans le cerveau), et cette situation, si elle n'est pas reconnue et traitée immédiatement, pourrait entraîner la mort du patient..

Les raisons

Pour comprendre les causes de l'anévrisme cérébral, il est nécessaire de décrire le mécanisme de formation. Dans cette section, nous ne nous limiterons pas à énumérer les facteurs causaux, mais expliquerons le rôle que chacun d'eux joue dans le processus qui conduit à l'expansion du navire, en les évaluant par ordre chronologique..

Causes génétiques

La cause fondamentale de la formation d'anévrisme est la faiblesse de la paroi vasculaire, qui est souvent causée par une mutation génétique.

En particulier, certains syndromes génétiques ont été associés à la présence d'anévrismes cérébraux:

Cependant, des mutations moins connues dans les protéines du tissu conjonctif peuvent également provoquer un anévrisme cérébral..

Cependant, il existe d'autres raisons possibles pour lesquelles les parois artérielles deviennent fragiles, telles que des lésions vasculaires antérieures.

Causes hémodynamiques

Le mouvement du sang à l'intérieur d'un vaisseau provoque une certaine pression sur sa paroi, appelée contrainte de paroi ou contrainte de cisaillement.

Cette pression est très basse lorsque le flux sanguin reste linéaire, mais augmente si un tourbillon est créé..

Une contrainte de paroi supérieure à la normale, combinée à une faiblesse interne du vaisseau, favorise l'extroflexion de la paroi et donc l'expansion. En fait, les anévrismes sont plus fréquents dans les bifurcations vasculaires, c'est-à-dire les caractéristiques où la turbulence est le plus probable avec le flux sanguin..

Inflammation

Des études récentes ont montré que la formation d'anévrismes s'accompagne invariablement d'une inflammation. En effet, il semble que le processus de vasodilatation, initié par une faiblesse de cette dernière et une contrainte de cisaillement excessive, induit une réponse inflammatoire in situ, rendant la paroi artérielle encore plus fragile et détendue..

Ensuite, le processus se déroule de lui-même et lorsque la dilatation atteint une taille égale à 50% du diamètre initial du vaisseau, un véritable anévrisme se forme..

Facteurs de risque

Un facteur de risque est que, bien que n'étant pas directement responsable de la maladie, il contribue à son développement. Les facteurs de risque les plus importants d'anévrisme cérébral sont:

  • Sexe féminin: Les femmes sont légèrement plus à risque de développer des anévrismes que les hommes, bien que cette différence ne devienne vraiment significative qu'après la ménopause chez les femmes. Il semble que les œstrogènes (dont la production est fortement réduite pendant la ménopause) ont un effet protecteur sur la paroi vasculaire.
  • Âge: avec l'âge, la probabilité de développer un anévrisme cérébral augmente également, probablement en raison de la détérioration des vaisseaux sanguins.
  • Hypertension artérielle: C'est l'un des facteurs de risque les plus importants car il augmente la turbulence du flux sanguin et donc la pression exercée sur les parois des artères.
  • Fumer: Fumer des cigarettes augmente également considérablement le risque de développer des anévrismes, en particulier chez les personnes présentant certains facteurs génétiques spécifiques.
  • Hérédité: Étant donné que les anévrismes ont également des causes génétiques, et qu'ils sont par définition héréditaires, les parents de ceux qui ont des anévrismes risquent à leur tour de le développer..

Classification

En fonction de leur forme, l'anévrisme cérébral peut être divisé en deux catégories:

  • Anévrisme sacculaire: Ce sont de petites formations sphériques qui se projettent latéralement à partir de l'artère. Ils sont le type de maladie le plus courant et aussi la forme la plus bénigne. En raison de leur apparence caractéristique, ils sont également appelés «anévrismes de baies».
  • Anévrisme fusiforme (fusiforme): moins fréquemment, un anévrisme fusiforme est une dilatation qui affecte toute la circonférence du vaisseau, dont la forme ressemble ainsi vaguement à celle d'un fuseau.

Symptômes d'anévrisme cérébral

Comme mentionné dans la partie introductive, dans la grande majorité des cas, les anévrismes ne présenteront jamais de symptômes ni de signes et resteront donc asymptomatiques..

Les symptômes sont causés par une rupture d'anévrisme, un événement dramatique qui est critique sur une très courte période (minutes) et qui provoque:

  • Maux de tête sévères;
  • nausée et vomissements;
  • déficience visuelle;
  • confusion de conscience;
  • crises d'épilepsie;
  • à qui.

Un anévrisme cérébral rompu est clairement une urgence médicale et, s'il est suspecté, nécessite une admission immédiate au service des urgences.

Diagnostique

En dehors des cas de rupture, le diagnostic d'anévrisme cérébral est généralement fortuit, c'est-à-dire qu'il est posé après un examen prescrit pour d'autres raisons. Les études qui peuvent détecter la présence d'anévrismes cérébraux sont les suivantes:

Tomodensitométrie axiale

La tomodensitométrie axiale (en abrégé ACT ou CT) est une technique qui utilise des rayonnements ionisants (rayons X) pour produire des images très détaillées des os et des tissus mous d'une personne.

Il s'agit d'une technique d'examen couramment utilisée pour examiner le crâne et également la lésion cérébrale qui en résulte pour vérifier la présence éventuelle d'une hémorragie (saignement). Il peut être utile à la fois en présence d'anévrismes intacts et d'hémorragie à la suite de leur rupture.

Imagerie par résonance magnétique

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est une autre technique utilisée pour examiner le crâne. Il s'agit d'une étude spécifique des tissus mous, qui présente un avantage sur le rayonnement utilisé, c'est-à-dire la tomodensitométrie (qui est nocive pour le patient). Cet examen peut également révéler la présence d'un anévrisme..

Angiographie cérébrale

L'angiographie cérébrale permet d'étudier en détail la circulation cérébrale et, par conséquent, sera la méthode d'examen la plus appropriée si l'on veut déterminer spécifiquement la présence d'un anévrisme.

Elle est plus invasive que les méthodes précédentes et implique l'insertion d'un petit cathéter dans l'artère carotide interne à travers laquelle une certaine quantité d'agent de contraste est injectée. Après cette injection, une radiographie est alors prise, qui met en évidence le système vasculaire du cerveau et la présence possible de sacs anévrysmaux.

Ponction lombaire

Il s'agit d'un examen hautement invasif qui consiste à prélever un échantillon du liquide céphalorachidien, c'est-à-dire du liquide dans l'espace entre nos méninges, avec une aiguille insérée entre les dernières vertèbres lombaires du patient.

Cela peut aider à confirmer le diagnostic d'un anévrisme rompu, car dans ce cas, le liquide collecté deviendra rouge en raison de la présence de sang. Cependant, en raison de son caractère invasif, il a été remplacé par les méthodes de recherche en imagerie décrites ci-dessus..

Complications

La présence d'un ou plusieurs anévrismes cérébraux en elle-même n'affecte pas significativement le pronostic du patient.

En revanche, la rupture d'un anévrisme est une situation grave et le pronostic dépendra déjà d'un certain nombre de facteurs, tels que:

  • l'âge du patient;
  • santé générale;
  • le degré de saignement;
  • rapidité du traitement.

Plus de 50% des patients meurent dans les 24 premières heures suivant la rupture d'un vaisseau, et même ceux qui survivent peuvent développer des complications telles qu'un accident vasculaire cérébral hémorragique ou un spasme secondaire des vaisseaux cérébraux, qui peuvent provoquer des lésions neurologiques irréversibles..

Traitement de l'anévrisme cérébral

Tous les anévrismes cérébraux n'ont pas besoin d'être traités: en particulier les petits peuvent être contrôlés au fil du temps pour s'assurer qu'ils ne grossissent pas. Au lieu de cela, les anévrismes volumineux ou déjà rompus doivent subir une intervention chirurgicale, qui peut être de deux types:

  • Chirurgie endovasculaire (spirale): Aujourd'hui, c'est la technique chirurgicale la plus utilisée car elle n'est pas très agressive. Elle est réalisée en insérant un cathéter (petit tube) dans la circonférence de l'artère, qui est guidée par des techniques d'imagerie radiologique vers le vaisseau avec l'anévrisme. Une fois que le cathéter atteint le site, une petite bobine métallique (bobine) est insérée à travers le cathéter; ainsi, l'anévrisme est isolé du reste de la circulation et devient complètement inoffensif.
  • Intervention neurochirurgicale (excision). L'intervention neurochirurgicale implique l'ablation temporaire d'une petite partie d'un lambeau osseux du crâne (craniotomie) pour permettre au neurochirurgien de placer un clip métallique (sorte de trombone) sur l'anévrisme. Cela conduit au même résultat que dans la méthode précédente, c'est-à-dire à l'exclusion de l'anévrisme de la circulation cérébrale. Plus dur et plus invasif, il n'est utilisé que dans certains cas particuliers..

MedGlav.com

Annuaire médical des maladies

Anévrismes cérébraux.

ANEURISMES DES NAVIRES CERVEAUX.


Les anévrismes artériels du cerveau sont l'une des causes les plus courantes d'hémorragies intracrâniennes potentiellement mortelles, souvent mortelles. Les anévrismes artériels sont une expansion limitée ou diffuse de la lumière d'une artère ou une saillie de sa paroi.

Les types d'anévrismes les plus courants sont:

  • les anévrismes dits sacculaires, qui ressemblent à un petit sac à paroi mince dans lequel le bas, la partie médiane (corps) et le cou peuvent être distingués;
  • les formes les plus rares sont sphériques,
  • fusioforme (fusiforme) ou en forme de S.

La paroi de l'anévrisme, en règle générale, est une plaque de tissu conjonctif cicatriciel d'épaisseur variable. Dans la cavité de l'anévrisme, il peut y avoir des caillots sanguins de différents âges.

Localisation des anévrismes.

La localisation la plus courante des anévrismes artériels est les artères de la base du cerveau, généralement sur les sites de leur division et de leur anastomose. Surtout souvent, les anévrismes sont localisés sur l'artère communicante antérieure, près de l'origine de l'artère communicante postérieure ou dans la région des branches de l'artère cérébrale moyenne. Dans 80 à 85% des cas, les anévrismes sont situés dans le système des artères carotides internes, dans 15% - dans le système des artères vertébrales et principales.

Les raisons.

La cause de la formation d'un anévrisme artériel n'est établie que chez un petit nombre de patients. Environ 4 à 5% des anévrismes se développent en relation avec la pénétration d'emboles infectées dans les artères du cerveau. Ce sont les soi-disant anévrismes mycotiques. L'athérosclérose joue un rôle incontestable dans l'origine des grands anévrismes sphériques et en forme de S. La survenue d'anévrismes sacculaires est associée à une infériorité congénitale du système artériel du cerveau, l'athérosclérose et l'hypertension, ainsi que les traumatismes, jouent un rôle important.


Les anévrismes peuvent être:

  • seul ou
  • pluriel.

Image clinique.

Il existe deux formes de manifestation clinique des anévrismes artériels: l'apoplexie et la tumeur. La forme apoplectique la plus courante Avec le développement soudain d'une hémorragie sous-arachnoïdienne, généralement sans précurseurs. Parfois, les patients avant l'hémorragie s'inquiètent de la douleur limitée dans la région frontale-orbitale, il y a une parésie des nerfs crâniens.

Le premier et principal symptôme d'un anévrisme rompu est un mal de tête soudain et aigu.
Dans un premier temps, il peut avoir un caractère local en fonction de la localisation de l'anévrisme, puis il devient diffus, diffus. Presque simultanément avec le mal de tête, des nausées, des vomissements répétés et une perte de conscience de durée variable se produisent. Le syndrome méningé se développe rapidement! des crises d'épilepsie sont parfois observées. Des troubles mentaux apparaissent souvent - de la légère confusion et de la désorientation aux psychoses sévères. Dans la période aiguë - une augmentation de la température, une modification du sang (leucocytose modérée et un déplacement de la formule leucocytaire vers la gauche), dans le liquide céphalo-rachidien - un mélange de sang.

Lorsque les anévrismes basaux se rompent, les nerfs crâniens, plus souvent les nerfs oculomoteurs, sont affectés. Lorsqu'un anévrisme se rompt, en plus de l'hémorragie sous-arachnoïdienne, une hémorragie dans la substance cérébrale (hémorragie sous-arachnoïdienne-parenchymateuse) peut survenir. Le tableau clinique dans de tels cas est complété par des symptômes de lésions cérébrales focales, dont l'identification est parfois difficile en raison de la gravité des symptômes cérébraux.

En cas de pénétration de sang dans les ventricules du cerveau (hémorragie sous-arachnoïdienne-parenchymateuse-ventriculaire), la maladie est très difficile et se termine rapidement par la mort.

Les symptômes de lésions cérébrales lors d'anévrismes rompus sont causés non seulement par une hémorragie cérébrale, mais également par une ischémie cérébrale, qui survient à la suite d'un spasme prolongé des artères, caractéristique d'une hémorragie sous-arachnoïdienne, à la fois près de l'anévrisme rompu et à distance. Les symptômes neurologiques locaux détectés dans ce cas fournissent souvent une aide significative pour établir la localisation de l'anévrisme. Une complication plus rare est le développement d'une hydrocéphalie normotensive due au blocage du sang sortant des parties basales des méninges qui résorbent le liquide céphalo-rachidien..

Dans certains cas, les anévrismes artériels, augmentant lentement, provoquent des lésions cérébrales et contribuent à l'apparition de symptômes caractéristiques des tumeurs bénignes des parties basales du cerveau. Leur symptomatologie est différente selon la localisation. Le plus souvent, les anévrismes de type tumoral sont localisés dans le sinus caverneux et la région chiasmatique..

Anévrismes de l'artère carotide interne sont subdivisés dans les groupes suivants:

  1. anévrismes dans le sinus caverneux (infraclinoïde - situé sous les processus sphénoïdes de la sella turcica),
  2. anévrisme de l'artère supraclinoïde,
  3. anévrismes près de la bifurcation de l'artère carotide.

Anévrismes dans le sinus caverneux.
En fonction de la localisation différente, trois syndromes des sinus caverneux sont distingués

  • postérieur, qui se caractérise par la défaite de toutes les branches du nerf trijumeau en combinaison avec des troubles oculomoteurs;
  • milieu - lésion des branches I et II du nerf trijumeau et troubles oculomoteurs; antérieur - douleur et altération de la sensibilité dans la zone d'innervation de la 1ère branche du nerf trijumeau et paralysie des nerfs III, IV et VI.

Des anévrismes de l'artère carotide de grande taille et de longue date dans le sinus caverneux peuvent provoquer des modifications destructrices des os du crâne, visibles sur une radiographie. Lorsque les anévrismes se rompent dans le sinus caverneux, il n'y a pas d'hémorragie dans la cavité crânienne en raison de leur emplacement extradural.

Anévrismes de la partie supraclinoïde de l'artère carotide interne.
Ils sont situés près de l'origine de l'artère communicante postérieure et sont caractérisés, en plus des symptômes d'hémorragie sous-arachnoïdienne typiques de tous les anévrismes, une lésion sélective du nerf oculomoteur en combinaison avec une douleur locale dans la région fronto-orbitaire.

Les anévrismes de bifurcation de l'artère carotide provoquent souvent une déficience visuelle en raison de leur emplacement dans le coin externe du chiasme.

Anévrisme de l'artère cérébrale antérieure caractérisé par des troubles mentaux, une parésie des jambes, une hémiparésie avec des changements extrapyramidaux du tonus du bras, qui s'expliquent par un spasme des artères cérébrales antérieures et de leurs branches.

Anévrismes de l'artère cérébrale moyenne à la rupture, ils provoquent le développement d'une parésie des membres opposés, des troubles de la parole, moins souvent des troubles de la sensibilité.

Anévrismes du système vertébrobasilaire se produisent généralement avec des symptômes de lésions des formations de la fosse crânienne postérieure (dysarthrie, dysphagie, nystagmus, ataxie, parésie des nerfs VII et V, alternance de syndromes).

Anévrismes multiples représentent environ 15% de tous les anévrismes. Les caractéristiques de l'évolution clinique sont déterminées par la localisation de l'anévrisme à partir duquel l'hémorragie s'est produite.

Anévrismes artério-veineux (angiomes artérioveineux, malformations vasculaires ou malformations) peuvent également provoquer une hémorragie intracrânienne. Ce sont des enchevêtrements vasculaires de différentes tailles, formés par un entrelacement irrégulier de veines et artères tordues et dilatées. Leur taille varie de quelques millimètres à des formations géantes qui occupent la majeure partie de l'hémisphère cérébral. Le plus souvent, ils sont localisés dans les régions fronto-pariétales..

Les anévrismes artérioveineux sont une anomalie congénitale des vaisseaux cérébraux. Un trait caractéristique de la structure de ces anévrismes est l'absence de capillaires en eux, ce qui conduit à un shunt direct du sang artériel et veineux. Les anévrismes artério-veineux détournent une partie importante du sang «vers eux-mêmes», étant ainsi des «parasites de la circulation cérébrale».
Les principaux symptômes cliniques des anévrismes artérioveineux sont les hémorragies intracérébrales et les crises épileptiformes.

Diagnostique.

Le diagnostic des anévrismes artériels et artério-veineux présente certaines difficultés. Lors de leur reconnaissance, les indications anamnestiques d'hémorragies sous-arachnoïdiennes reportées, d'hémianopsie transitoire, de migraine ophtalmoplégique et de crises épileptiques sont prises en compte. La craniographie est d'une grande importance, qui révèle les ombres minces caractéristiques en forme d'anneau qui ressemblent à des anévrismes pétrifiés sur les images..
Certains gros anévrismes peuvent provoquer la destruction des os de la base du crâne. L'EEG a une certaine valeur.

Le diagnostic final de l'anévrisme des artères cérébrales, la détermination de sa localisation, de sa taille et de sa forme n'est possible qu'à l'aide de l'angiographie, qui est réalisée même dans la période aiguë de l'AVC. Dans certains cas, la tomodensitométrie de la tête avec amélioration du contraste est informative..

TRAITEMENT DE L'ANÉVRISME VASCULAIRE DU CERVEAU.


Le traitement conservateur d'un anévrisme rompu est le même que celui d'une hémorragie cérébrale (voir Tableau: Accident vasculaire cérébral, aigu). Un repos au lit strict doit être observé pendant 6 à 8 semaines.

Les ponctions lombaires répétées à des fins thérapeutiques ne sont justifiées que pour le soulagement des maux de tête sévères, dans lesquels les médicaments sont inefficaces. Le spasme des artères intracrâniennes, conduisant souvent à un ramollissement important, y compris le tronc cérébral, ne peut être soulagé par des mesures conservatrices..

La seule méthode radicale de traitement des anévrismes sacculaires est la chirurgie - couper le col de l'anévrisme. Parfois, la paroi de l'anévrisme est renforcée en la «enveloppant» de muscle ou de gaze.

Ces dernières années, un certain nombre d'améliorations et de nouvelles méthodes de traitement chirurgical des anévrismes ont été proposées: microchirurgie, thrombose artificielle de l'anévrisme utilisant des coagulants ou une suspension de fer en poudre dans un champ magnétique, électrocoagulation stéréotaxique, thrombose avec un cathéter à ballonnet jetable, clipping stéréotaxique.

Dans les malformations artério-veineuses, l'extirpation la plus radicale de toute la boule vasculaire après coupure des vaisseaux adducteurs et drainants.

Prévoir.

Le pronostic de rupture d'anévrisme est souvent défavorable, en particulier avec les hémorragies sous-arachnoïdiennes-parenchymateuses: 30 à 50% des patients décèdent. Il existe un risque constant de saignements répétés, qui sont plus souvent observés au cours de la 2ème semaine de la maladie. Le pronostic le plus défavorable concerne les anévrismes artério-veineux multiples et volumineux, qui ne peuvent pas être enlevés chirurgicalement. Pour les hémorragies dues à des angiomes (malformations), le pronostic est légèrement meilleur.