Cours complet en 3 jours. Propédeutique de la médecine interne (Aurika Lukovkina, 2009)

Thrombophlébite

Le cours complet présenté à votre attention est conçu pour préparer les étudiants en médecine aux examens. Le livre comprend des conférences sur la propédeutique des maladies internes, rédigées dans une langue accessible et sera un assistant indispensable pour ceux qui souhaitent se préparer rapidement à l'examen et le réussir..

Table des matières

  • Thème 1. Histoire clinique et académique de la maladie. Structure de l'historique des cas
  • Thème 2. Diagnostic et pensée clinique
  • Thème 3. Diagnostic clinique
  • Thème 4. Méthodes de base de l'examen clinique
  • Thème 5. Interrogatoire et examen des patients atteints de maladies du système cardiovasculaire (CVS)
  • Thème 6. Méthodes cliniques de recherche cardiaque. Les limites de la matité relative et absolue du cœur. Taille du coeur
  • Sujet 7. Bruits cardiaques supplémentaires
  • Thème 8. Méthodes instrumentales d'examen du système cardiovasculaire (CVS)

Le fragment d'introduction donné du livre Cours complet en 3 jours. Propedeutics of Internal Medicine (Aurika Lukovkina, 2009) fourni par notre partenaire livre - la société Litres.

Thème 6. Méthodes cliniques de recherche cardiaque. Les limites de la matité relative et absolue du cœur. Taille du coeur

1. Modifications des limites du cœur avec hypertrophie des ventricules droit et gauche, avec augmentation générale du cœur, avec hydropéricarde. Valeur diagnostique

La matité relative du cœur est une zone du cœur qui se projette sur la paroi thoracique antérieure, partiellement couverte par les poumons. Lors de la détermination des limites de la matité relative du cœur, un son de percussion terne est déterminé.

Le bord droit de la matité relative du cœur est formé par l'oreillette droite et est déterminé à 1 cm vers l'extérieur du bord droit du sternum. Le bord gauche de la matité relative est formé par l'oreillette de l'oreillette gauche et partiellement par le ventricule gauche. Elle est déterminée à 2 cm médialement de la ligne médio-claviculaire gauche, normalement dans l'espace intercostal V. Le bord supérieur est normalement situé sur la côte III. Le diamètre de la matité relative du cœur est de 11 à 12 cm.

La matité absolue du cœur est une zone du cœur étroitement adjacente à la paroi thoracique et non couverte par le tissu pulmonaire, par conséquent, un son absolument terne est déterminé par percussion. Pour déterminer la matité absolue du cœur, la méthode de la percussion silencieuse est utilisée. Les limites de la matité absolue du cœur sont déterminées en fonction des limites de la matité relative. Ils continuent à percuter selon les mêmes points de référence jusqu'à ce qu'un son sourd apparaisse. La bordure est définie par le bord du doigt faisant face au son le plus clair. Pour plus de commodité, la bordure peut être marquée avec de l'encre facilement lavable. Le bord droit correspond au bord gauche du sternum. Le bord gauche est situé à 2 cm vers l'intérieur du bord de la matité relative du cœur, c'est-à-dire à 4 cm de la ligne médio-claviculaire gauche. La limite supérieure de la matité absolue du cœur est située sur la côte IV.

Un changement des limites du cœur se produit avec une hypertrophie des ventricules droit et gauche, avec une augmentation générale du cœur, avec un hydropéricarde.

Avec l'hypertrophie du ventricule gauche, le bord gauche du cœur est déplacé latéralement, c'est-à-dire de quelques centimètres à gauche de la ligne médio-claviculaire gauche et vers le bas (avec cardiopathie ischémique chronique, hypertension chronique, certaines malformations cardiaques).

L'hypertrophie du ventricule droit s'accompagne d'un déplacement latéral du bord droit du cœur, c'est-à-dire vers la droite, et lorsque le ventricule gauche est déplacé, le bord gauche du cœur est déplacé.

L'élargissement général du cœur (il est associé à une hypertrophie et à une dilatation des cavités cardiaques) s'accompagne d'un déplacement du bord supérieur vers le haut, la gauche - latéralement et vers le bas, la droite - latéralement.

Avec l'hydropéricarde - l'accumulation de liquide dans la cavité péricardique (parfois une quantité importante) - il y a une augmentation des limites de la matité absolue du cœur.

Le diamètre de la matité cardiaque est de 12 à 13 cm. La largeur du faisceau vasculaire est de 5 à 6 cm.

2. Palpation de la région du cœur. Etude de l'impulsion apicale, du mécanisme de sa formation, de ses propriétés sur la santé et la maladie

Après la percussion, il est nécessaire de procéder à la palpation de l'impulsion apicale - cela correspond au bord gauche de la matité relative du cœur. Normalement, l'impulsion apicale est située au niveau de l'espace intercostal V, à 1–2 cm médialement de la ligne médio-claviculaire gauche. Avec l'hypertrophie et la dilatation du ventricule gauche, qui forme l'impulsion apicale, sa localisation et ses qualités de base changent. Ces qualités incluent la largeur, la hauteur, la solidité et la résistance. Le rythme cardiaque n'est normalement pas palpable. En cas d'hypertrophie du ventricule droit, il est palpé à gauche du sternum. Le tremblement de la poitrine à la palpation - "ronronnement du chat" - est caractéristique des malformations cardiaques. Ce sont des tremblements diastoliques sur l'apex avec sténose mitrale et des tremblements systoliques sur l'aorte avec sténose aortique. La pulsation aortique, la pulsation épigastrique, la pulsation hépatique ne doivent normalement pas être détectées.

3. Auscultation du cœur. Les sons du cœur. Le mécanisme de formation des bruits cardiaques (I, II, III, IV). Facteurs qui déterminent la force des bruits cardiaques

C'est une méthode très importante pour diagnostiquer les maladies cardiaques. La connaissance du tableau auscultatoire est particulièrement importante pour identifier les malformations cardiaques congénitales et acquises..

Pendant les contractions du cœur, des effets sonores se produisent, qui sont entendus par auscultation et sont appelés sons cardiaques. Leur apparence est associée à des fluctuations des parois des vaisseaux sanguins, des valves cardiaques, au mouvement du flux sanguin lors des contractions cardiaques, aux fluctuations des parois du myocarde. Normalement, les bruits cardiaques I et II sont entendus.

Le son du cœur (systolique) se compose de plusieurs composants. Sur cette base, le ton est appelé valve-musculaire-vasculaire. Le quatrième composant du tonus est l'oreillette. Le composant auriculaire est associé à des vibrations des parois des oreillettes pendant leur systole, lorsque le sang est poussé dans les ventricules. Ce composant est le premier composant du premier ton, il fusionne avec les composants suivants. La composante de tonalité valvulaire est associée à des effets sonores qui se produisent pendant le mouvement des valvules auriculo-ventriculaires dans la systole ventriculaire. Pendant la systole, la pression dans les ventricules augmente et les valves auriculo-ventriculaires se ferment. La composante musculaire est associée à des effets sonores résultant de l'oscillation des parois des ventricules lors de leur contraction. La systole ventriculaire vise à pousser le volume de sang qu'elles contiennent dans l'aorte (ventricule gauche) et le tronc pulmonaire (ventricule droit). Le mouvement du sang sous haute pression provoque une oscillation des parois des gros vaisseaux (aorte et tronc pulmonaire) et s'accompagne d'effets sonores, qui constituent également le premier ton.

Tonalité II - à deux composants. Il se compose d'une valve et d'un composant vasculaire. Ce ton est entendu pendant la diastole (diastolique). Lors de la diastole des ventricules, les valves de l'aorte et du tronc pulmonaire s'affaissent, et lorsque ces valves vibrent, des effets sonores se produisent. Le mouvement du sang dans les vaisseaux est également accompagné d'une composante sonore du ton II.

Le ton III n'est pas obligatoire et se fait entendre chez les jeunes, ainsi que chez ceux dont la nutrition est insuffisante. Il se produit à la suite de vibrations des parois des ventricules dans leur diastole lors de leur remplissage de sang.

Le tonus IV survient immédiatement avant le premier ton. La raison de son apparition est les vibrations des parois des ventricules pendant la période de leur remplissage pendant la diastole..

La force des bruits cardiaques est déterminée par la proximité de l'emplacement des valves cardiaques par rapport à la paroi thoracique antérieure (par conséquent, l'affaiblissement des bruits cardiaques peut être associé à une augmentation de l'épaisseur de la paroi thoracique antérieure due à la graisse sous-cutanée). De plus, l'affaiblissement des bruits cardiaques peut être associé à d'autres raisons qui provoquent une violation de la conduction des vibrations sonores vers la paroi thoracique. Il s'agit d'une augmentation de la légèreté des poumons avec emphysème, développement intensif des muscles de la paroi thoracique antérieure, pneumothorax, hémothorax, hydrothorax. Les jeunes personnes minces souffrant d'anémie augmentent la sonorité des tons. Ceci est également possible en raison du phénomène de résonance lorsqu'une cavité du poumon apparaît..

4. Modifications pathologiques des bruits cardiaques. Mécanisme. Valeur diagnostique

La sonicité des tons est renforcée par la présence d'une formation de cavité arrondie dans la cavité thoracique qui résonne avec des effets sonores, par exemple, des cavités dans la tuberculose pulmonaire. Un affaiblissement des tons peut survenir en présence de liquide, d'air dans la cavité pleurale, avec un épaississement de la paroi thoracique antérieure. Les causes cardiaques de bruits cardiaques affaiblis comprennent la myocardite et la dystrophie myocardique. Le renforcement des tons est observé avec l'hyperthyroïdie, l'excitation et la consommation de café. L'affaiblissement du ton I à l'apex indique une insuffisance des valves mitrale et aortique. Cela est dû à l'absence du composant de tonalité de soupape lors de la destruction organique des soupapes. Le rétrécissement de l'ouverture aortique peut également être à l'origine de l'affaiblissement de ce tonus..

Le renforcement du ton I est observé avec une sténose mitrale (à l'apex), avec une sténose de l'ouverture auriculo-ventriculaire droite (à la base du processus xiphoïde du sternum). Le renforcement du tonus I se produit avec la tachycardie.

Un affaiblissement du tonus II sur l'aorte est observé avec une insuffisance aortique, car le composant valvulaire du tonus II tombe, avec une diminution de la pression artérielle, avec une diminution de la pression dans la circulation pulmonaire.

Le tonus Accent II sur l'aorte se produit dans l'hypertension, l'activité physique.

Accent II ton sur le tronc pulmonaire - un indicateur de sténose mitrale, de régurgitation mitrale, de maladie pulmonaire accompagnée d'hypertension pulmonaire.

5. Bruits cardiaques (caractéristiques des sons I, II, lieux de leur écoute). Règles d'auscultation. La projection des valves cardiaques sur la paroi thoracique. Points d'écoute des valves cardiaques

Les sons sont entendus en fonction de la projection des valves impliquées dans leur formation. Ainsi, la valvule mitrale (auriculo-ventriculaire gauche) est entendue dans l'apex du cœur, conformément à l'impulsion apicale, normalement dans la région de l'espace intercostal V le long de la région médio-claviculaire gauche. La valve tricuspide (auriculo-ventriculaire droite) est entendue au point où le ventricule droit jouxte la paroi thoracique antérieure, de préférence au niveau du processus xiphoïde du sternum.

La valve à feuillet de l'artère pulmonaire est entendue selon sa projection sur la région de la paroi thoracique antérieure - dans l'espace intercostal II à gauche du sternum. La valve aortique est également entendue dans l'espace intercostal II à droite du sternum. La valve aortique peut être entendue au point Botkin-Erb au point d'attache des côtes III-IV à gauche par rapport au sternum.

Lieux de projection des valves cardiaques sur la paroi thoracique antérieure

La valve mitrale est projetée au point d'attache de la côte III à gauche du sternum, la valve tricuspide est projetée au milieu de la ligne passant à gauche de la fixation du cartilage de la côte III au sternum à droite au cartilage de la côte V. La valve aortique est projetée au milieu de la distance le long d'une ligne tracée le long de la fixation du cartilage des troisièmes côtes à gauche et à droite sur le sternum. La valve pulmonaire est entendue à la place de sa projection, à savoir à gauche du sternum dans l'espace intercostal II.

L'ordre d'auscultation est clairement défini conformément au principe de l'écoute initiale des valves les plus souvent affectées par le processus pathologique. Tout d'abord, écoutez la valve mitrale dans l'espace intercostal V le long de la ligne médio-claviculaire gauche, puis la valve aortique à droite du sternum dans l'espace intercostal II, la valve pulmonaire à gauche du sternum dans l'espace intercostal II et la valve tricuspide dans le processus xiphoïde du sternum. Ces derniers produisent une auscultation de la valve aortique au point Botkin-Erb au niveau de la fixation des côtes III-IV. Ainsi, lors de l'auscultation, un "chiffre huit" est réalisé lorsque le phonendoscope se déplace.

Endroits pour écouter les bruits du cœur

Le ton I est entendu dans la région de l'apex du cœur et dans la région du processus xiphoïde du sternum, puisque les valves directement impliquées dans sa formation y sont projetées. De plus, l'écoute de ce ton coïncide avec l'impulsion apicale. C'est bas et long. Le ton II est entendu dans le deuxième espace intercostal à droite et à gauche du sternum, puisque les valves de l'aorte et du tronc pulmonaire y sont projetées, formant le composant valvulaire du ton II. Le ton II est plus élevé et légèrement plus long que le ton I. Pour mieux écouter les tonalités du patient, vous pouvez demander à vous accroupir. Vous pouvez écouter les tonalités lorsque le patient est debout ou couché (par exemple, en position couchée sur le côté gauche, la valve mitrale est mieux entendue). Retenir la respiration aide à faire la distinction entre la respiration et les souffles cardiaques, ce qui facilite également le diagnostic.

L'auscultation du cœur est souhaitable pour être réalisée avec un phonendoscope cardiaque spécialisé à haute sensibilité.

Table des matières

  • Thème 1. Histoire clinique et académique de la maladie. Structure de l'historique des cas
  • Thème 2. Diagnostic et pensée clinique
  • Thème 3. Diagnostic clinique
  • Thème 4. Méthodes de base de l'examen clinique
  • Thème 5. Interrogatoire et examen des patients atteints de maladies du système cardiovasculaire (CVS)
  • Thème 6. Méthodes cliniques de recherche cardiaque. Les limites de la matité relative et absolue du cœur. Taille du coeur
  • Sujet 7. Bruits cardiaques supplémentaires
  • Thème 8. Méthodes instrumentales d'examen du système cardiovasculaire (CVS)

Le fragment d'introduction donné du livre Cours complet en 3 jours. Propedeutics of Internal Medicine (Aurika Lukovkina, 2009) fourni par notre partenaire livre - la société Litres.

Détermination des limites de la matité absolue du cœur

Une percussion silencieuse est utilisée.

La limite supérieure est examinée le long de la même ligne que la limite supérieure de la matité relative du cœur. Il est recommandé d'utiliser la percussion la plus silencieuse (seuil). Percussion jusqu'à ce qu'un son sourd soit obtenu, une marque est faite le long du bord extérieur du doigt du plessimètre. Normalement, la limite supérieure de la matité absolue du cœur longe le bord inférieur de la côte IV.

Le bord droit de la matité absolue du cœur est déterminé le long de la même ligne le long de laquelle le bord droit de la matité relative du cœur a été examiné. Le doigt-plessimètre est placé verticalement dans l'espace intercostal IV et percuté jusqu'à ce que le son pulmonaire disparaisse. La marque est faite le long du bord extérieur du doigt du plessimètre. Normal - le bord gauche du sternum.

Mesurer la taille du cœur

Selon MG Kurlov: l'axe longitudinal du cœur est la distance entre l'angle auriculo-nasal droit (le bord inférieur de la côte III au point d'attache au bord droit du sternum) au bord gauche de la matité relative du cœur. La norme est déterminée par la formule: hauteur (cm) divisée par 10 et moins 3. Par exemple, avec une hauteur de 180 cm, la longueur du cœur doit être de 15 cm.

La section transversale du cœur est la somme de deux distances: des bords droit et gauche de la matité relative du cœur à la ligne médiane du corps. La norme est calculée par la formule: la taille du patient est divisée par 10 et 4 cm est soustrait.

Mesurer la largeur du faisceau vasculaire

Des percussions silencieuses sont utilisées. Le faisceau vasculaire est situé derrière le sternum, formé par la veine cave supérieure, l'aorte et l'artère pulmonaire. La largeur du faisceau vasculaire est légèrement supérieure à la largeur du sternum. Le doigt-plessimètre est installé d'abord à droite, puis à gauche le long de la ligne médio-claviculaire dans l'espace intercostal II et percuté vers le sternum jusqu'à ce qu'un son sourd apparaisse. Mesurez la distance entre les points trouvés, normalement - 5-6 cm. Des fluctuations sont possibles de 4-4,5 à 6,5-7 cm, selon le sexe, la constitution et la taille du patient. Une augmentation de la largeur du faisceau vasculaire peut se produire avec un anévrisme de l'aorte, sa partie ascendante et son arcade, avec des tumeurs du médiastin antérieur, une médiasthénite, une compaction des poumons dans la zone d'étude, une hypertrophie des ganglions lymphatiques.

Auscultation cardiaque

Le but de l'étude est d'étudier les bruits cardiaques et les souffles.

L'auscultation des bruits cardiaques est effectuée avec le patient couché sur le dos, debout, debout avec une inclinaison vers l'avant, assis avec une inclinaison vers l'avant, allongé sur le côté gauche. Pour éviter que les bruits respiratoires n'interfèrent avec l'auscultation, vous devez demander au patient de prendre une profonde inspiration, d'expirer et de retenir sa respiration pendant 3-4 secondes. La pièce doit être silencieuse, la membrane du phonendoscope doit être fermement appuyée contre la poitrine, les parties du phonendoscope ne doivent pas toucher les vêtements ou le corps. Si les bruits cardiaques ne sont pas sonores, l'auscultation est répétée après un effort physique - 10 squats suffisent (si la condition physique du patient le permet).

Caractéristique du ton du cœur

Je ton coeur:

1) est évalué au sommet, coïncide toujours avec l'impulsion apicale, onde de pouls, est entendu après une longue pause.

2) La tonalité I est plus forte que la tonalité II (en haut).

3) La tonalité I est plus longue que la tonalité II (à tout moment).

4) La tonalité I est inférieure à la tonalité II (à tout moment).

En pathologie, la force des sons cardiaques, la durée des pauses entre les tonalités changent, par conséquent, le critère décisif pour déterminer le son cardiaque I est sa coïncidence avec l'impulsion apicale ou le pouls sur l'artère carotide.

Le libellé de la conclusion est normal: au sommet du cœur, le ton I est plus fort, plus long et plus bas que le ton II.

II son du cœur:

1) est évalué sur la base du cœur, ne coïncide pas avec l'impulsion apicale, onde de pouls, est entendu après une courte pause.

2) Le ton II est plus fort que le ton I (basé sur le cœur).

3) La tonalité II est plus courte que la tonalité I (à tout moment).

4) La tonalité II est plus élevée dans la tonalité que dans la tonalité I (à tout moment).

De plus, une comparaison est faite de la force et de la hauteur du ton II dans l'aorte et l'artère pulmonaire. Chez les enfants de moins de 16 ans, le ton II de l'artère pulmonaire est plus fort que celui de l'aorte. Après 18 ans, la force du son de ton II dans l'aorte et l'artère pulmonaire est nivelée. À l'âge moyen et vieux, le ton II est légèrement plus fort et plus haut dans l'aorte (voir Fig.10).

Lors de la formulation de la conclusion, les propriétés du ton II sont décrites: en fonction du cœur, le ton II est plus fort que le ton I, plus court et plus élevé, ce qui correspond à la norme.

Changement physiologique des deux bruits cardiaques. On parle généralement de renforcement physiologique ou d'affaiblissement des tonalités cardiaques dans les cas où la force des tonalités change uniformément, c'est-à-dire le rapport des tons I et II pour toutes les propriétés reste normal. Dans de tels cas, la conclusion est formulée comme suit: "atténuation uniforme des bruits cardiaques" ou "amplification uniforme".

Figure. 10. Points d'écoute des valves cardiaques

Points d'auscultation cardiaque

PointsSite d'auscultation
1 pointValve mitrale (la région de l'apex du cœur, dans la projection de l'impulsion apicale)
2 pointsValve tricuspide (base du sternum, à droite, au niveau du cartilage costal V-VI)
3 pointsValve aortique, II espace intercostal à droite
4 pointsValve pulmonaire, II espace intercostal à gauche
5 pointsPoint de Botkin, cartilage costal III-IV au bord gauche du sternum (valve aortique)

Cette séquence d'écoute des valvules cardiaques est liée à la fréquence des lésions valvulaires. La valve mitrale est le plus souvent touchée, suivie de la valve aortique, suivie de la valve pulmonaire et de la valve tricuspide. En plus des points standard, lors du diagnostic de malformations cardiaques congénitales, des points supplémentaires sont utilisés: le long du bord gauche du sternum dans les espaces intercostaux II, III et IV (le point dans l'espace intercostal II à gauche dans ce cas coïncide avec le point d'écoute de la valve pulmonaire).

Les souffles cardiaques sont des sons qui sont entendus à la place des sons cardiaques, accompagnent les sons ou proviennent de la connexion avec les sons cardiaques. Des souffles se forment dans le cœur et les vaisseaux sanguins lors de la transition du flux sanguin laminaire à turbulent. Ceci s'observe avec diverses pathologies du système cardiovasculaire: rétrécissement de la voie de sortie (bruit d'éjection), changements de vitesse ou de direction du flux sanguin (bruit de régurgitation).

En ce qui concerne les phases de l'activité cardiaque, les souffles sont divisés en systolique, diastolique et systolique-diastolique. Par origine, les souffles sont généralement divisés en intracardiaque (par exemple, souffle diastolique à l'apex du cœur avec sténose mitrale) et extracardiaque (par exemple, souffle de friction péricardique).

Les souffles peuvent être fonctionnels (se produire sans endommager les valves cardiaques - par exemple, avec anémie, thyrotoxicose) et organiques (avec des dommages aux valves cardiaques). Lors de l'étude d'un souffle cardiaque, il est nécessaire d'évaluer: l'état des bruits cardiaques, le rapport du souffle aux phases du cycle cardiaque, le lieu de la meilleure écoute, la zone de conduction, le timbre et l'intensité du souffle, la forme, la durée, le changement de nature du souffle lors du changement de position du corps et lors de divers tests.

Pour une corrélation correcte du bruit avec les phases du cycle cardiaque, il est nécessaire de palper le pouls sur l'artère carotide. Les souffles systoliques coïncident avec le pouls de l'artère carotide.

Dans les malformations cardiaques, l'épicentre du souffle coïncide avec le point d'auscultation de la valve affectée. Le timbre du bruit joue également un rôle. Ainsi, un souffle systolique rugueux, sciant ou grattant est le plus souvent entendu avec une sténose de la valve aortique. Un son aigu et soufflant semblable au son «x» se produit lorsque la valve aortique est insuffisante. Un souffle systolique en cas d'insuffisance valvulaire mitrale, rappelant les sons «w» ou «s», doit être réalisé dans la région axillaire. Un souffle diastolique grondant, rappelant le son "p", est caractéristique de la sténose mitrale.

Dans la forme, les bruits diminuent, augmentent, en forme de losange, en forme de selle, en forme de fuseau, en forme de ruban, mais à l'heure actuelle, cette caractéristique du bruit a une signification plus historique..

Il convient de souligner la nécessité d'une auscultation à la fois avec une respiration libre et avec ses retards sur l'inspiration et l'expiration, ainsi que sur l'écoute du cœur à différentes positions du corps du patient (couché, debout, sur le côté gauche).

- Atténuation des deux tonalités:

a) raisons extracardiaques: épaississement thoracique, emphysème, hydrothorax gauche, tumeur du médiastin antérieur;

b) causes cardiaques: diminution de la contractilité du myocarde dans la myocardite, la cardiosclérose, l'infarctus du myocarde; en présence de liquide dans la cavité péricardique.

- Gagnez les deux tons:

a) causes extracardiaques: une poitrine mince, une tumeur dans le médiastin postérieur, une atélectasie du lobe inférieur du poumon gauche, une grande cavité dans le poumon gauche;

b) causes cardiaques: excitation du système nerveux sympathique, avec stress physique et mental, thyrotoxicose.

- Changement de ton isolé:

1. Affaiblissement du premier ton: régurgitation mitrale, régurgitation tricuspide.

2. Renforcement du premier ton: sténose mitrale, sténose tricuspide, bloc auriculo-ventriculaire complet.

3. L'accent du deuxième ton sur l'aorte: avec une augmentation de la pression artérielle dans l'aorte avec une hypertension, une maladie rénale et des maladies endocriniennes, avec une athérosclérose aortique.

4. L'accent du deuxième ton sur l'artère pulmonaire: dans la cardiopathie pulmonaire chronique, la cardiopathie mitrale.

5. Affaiblissement du second ton sur l'aorte: avec insuffisance des valves aortiques et sténose aortique.

6. Affaiblissement du deuxième ton sur l'artère pulmonaire: avec insuffisance des valves artérielles pulmonaires et avec sténose de l'artère pulmonaire.

- Rythmes à trois membres:

1. Bifurcation du premier ton avec blocage complet de la branche gauche du faisceau.

2. Bifurcation du second ton avec sténose mitrale, avec sténose aortique.

3. Ouverture «clic» de la valve mitrale - tonalité supplémentaire en diastole avec sténose mitrale.

4. "Rythme de caille" - un rythme en trois parties, comprenant le premier ton des applaudissements, le clic de l'ouverture de la valve mitrale, l'accent du deuxième ton sur l'artère pulmonaire dans la sténose mitrale.

5. Rythme pendulaire - avec une augmentation du nombre de battements cardiaques.

Étude d'impulsion

L'examen du pouls est généralement effectué sur les artères radiales, d'autres artères - temporales, carotides, brachiales, fémorales, poplitées, tibiales postérieures et dorsales des pieds - doivent également être palpées pour détecter une pulsation affaiblie, qui est observée avec une diminution de la lumière du vaisseau.

Pour étudier le pouls, les coussinets des doigts II-IV des deux mains sont placés sur les artères radiales à droite et à gauche (à une distance d'une phalange de l'articulation du poignet). L'étude du pouls est réalisée dans la position du patient couché, assis et debout, cependant, les deux mains du patient doivent être approximativement au niveau du cœur. Les propriétés suivantes de l'impulsion sont déterminées: remplissage, rythme, fréquence, tension, forme. Ensuite, les propriétés de la paroi vasculaire, qui est normalement élastique et non palpable, sont déterminées. Pour déterminer l'élasticité du doigt IV, le vaisseau est pressé jusqu'à ce que la pulsation s'arrête complètement, et le troisième doigt palpe la paroi de l'artère radiale (voir Fig.11).

Figure. 11. Palpation du pouls

Les motifs papillaires des doigts sont un marqueur de la capacité athlétique: les signes dermatoglyphiques se forment à 3-5 mois de grossesse, ne changent pas au cours de la vie.

Rétention mécanique des masses de terre: La rétention mécanique des masses de terre sur une pente est assurée par des structures de contreforts de différentes conceptions.

Conditions générales pour le choix d'un système de drainage: Le système de drainage est choisi en fonction de la nature du.

Profils transversaux de remblais et d'estran: En zone urbaine, la protection des berges est conçue en tenant compte des impératifs techniques et économiques, mais attachée à l'esthétique.

les limites de la matité absolue et relative du cœur sont normales

Les limites de la matité absolue et relative du cœur sont normales

Tête d'examen de la tête. Un changement de couleur de peau peut être noté sur le visage: le cya apparaît

txt fb2 ePub html

le téléphone recevra un lien vers le fichier du format sélectionné

Les feuilles de triche au téléphone sont indispensables pour réussir les examens, préparer les tests, etc. Grâce à notre service, vous avez la possibilité de télécharger des feuilles de triche propédeutiques sur votre téléphone. Toutes les feuilles de triche sont présentées dans les formats populaires fb2, txt, ePub, html, et il existe également une version java des feuilles de triche sous la forme d'une application pratique pour un téléphone mobile, qui peut être téléchargée pour une somme modique. Il suffit de télécharger les crèches sur la propédeutique - et vous n'aurez peur d'aucun examen!

Si vous avez besoin d'une sélection individuelle ou de travailler sur une commande - utilisez ce formulaire.

C'est une méthode très importante pour diagnostiquer les maladies cardiaques. Connaissance de l'auscultatoire pour

La matité relative du cœur est une zone du cœur qui se projette sur la paroi thoracique antérieure, partiellement couverte par les poumons. Lors de la détermination des limites de la matité relative du cœur, un son de percussion terne est déterminé.

Le bord droit de la matité relative du cœur est formé par l'oreillette droite et est déterminé à 1 cm vers l'extérieur du bord droit du sternum. Le bord gauche de la matité relative est formé par l'oreillette de l'oreillette gauche et partiellement par le ventricule gauche. Elle est déterminée à 2 cm médialement de la ligne médio-claviculaire gauche, normalement dans l'espace intercostal V. Le bord supérieur est normalement situé sur la côte III. Le diamètre de la matité relative du cœur est de 11 à 12 cm.

La matité absolue du cœur est une zone du cœur étroitement adjacente à la paroi thoracique et non couverte par le tissu pulmonaire, par conséquent, un son absolument terne est déterminé par percussion. Pour déterminer la matité absolue du cœur, la méthode de la percussion silencieuse est utilisée. Les limites de la matité absolue du cœur sont déterminées sur la base des limites de la matité relative. Ils continuent à percuter selon les mêmes points de référence jusqu'à ce qu'un son sourd apparaisse. Le bord droit correspond au bord gauche du sternum. Le bord gauche est situé à 2 cm vers l'intérieur du bord de la matité relative du cœur, c'est-à-dire à 4 cm de la ligne médio-claviculaire gauche. La limite supérieure de la matité absolue du cœur est située sur la côte IV.

Avec l'hypertrophie du ventricule gauche, le bord gauche du cœur est déplacé latéralement, c'est-à-dire de quelques centimètres à gauche de la ligne mi-claviculaire gauche et vers le bas.

L'hypertrophie ventriculaire droite s'accompagne d'un déplacement latéral du bord droit du cœur, c.-à-d..

vers la droite, et lorsque le ventricule gauche est déplacé, le bord gauche du cœur est déplacé. L'élargissement général du cœur (il est associé à l'hypertrophie et à la dilatation des cavités cardiaques) s'accompagne d'un déplacement vers le haut du bord supérieur, celui de gauche - latéralement et vers le bas, et celui de droite latéralement. Avec l'hydropéricarde - l'accumulation de liquide dans la cavité péricardique - il y a une augmentation des limites de la matité absolue du cœur.

Le diamètre de la matité cardiaque est de 12 à 13 cm. La largeur du faisceau vasculaire est de 5 à 6 cm.

Après la percussion, il est nécessaire de procéder à la palpation de l'impulsion apicale - cela correspond au bord gauche de la matité relative du cœur. Normalement, l'impulsion apicale est située au niveau de l'espace intercostal V, à 1–2 cm médialement de la ligne médio-claviculaire gauche. Avec l'hypertrophie et la dilatation du ventricule gauche, qui forme l'impulsion apicale, sa localisation et ses qualités de base changent. Ces qualités incluent la largeur, la hauteur, la solidité et la résistance. Le rythme cardiaque n'est normalement pas palpable. En cas d'hypertrophie du ventricule droit, il est palpé à gauche du sternum. Le tremblement de la poitrine à la palpation - "ronronnement du chat" - est caractéristique des malformations cardiaques. Il s'agit d'un tremblement diastolique sur l'apex dans la sténose mitrale et un tremblement systolique sur l'aorte dans la sténose aortique.

  • Propédeutique - Changer les limites du cœur
    Changer les limites du cœur. Matité relative du cœur - une zone du cœur qui se projette sur la paroi thoracique antérieure, partiellement couverte par les poumons.
  • Cardiologie - Changer les limites du cœur
    Changer les limites du cœur. Matité relative du cœur - une zone du cœur qui se projette sur la paroi thoracique antérieure, partiellement couverte par les poumons.
  • Propédeutique - Auscultation du cœur. Tons de coeur
    Changer les limites du cœur. La matité relative du cœur - la zone du cœur projetée sur la paroi thoracique antérieure, souvent.
  • Propédeutique - Examen d'un patient atteint d'une maladie cardiaque
    Changer les limites du cœur. La matité relative du cœur - la zone du cœur, projetée sur la paroi thoracique antérieure, souvent. Examen d'un patient atteint d'une maladie cardiaque.
  • Cardiologie - Examen d'un patient atteint d'une maladie cardiaque
    Changer les limites du cœur. La matité relative du cœur - la zone du cœur, projetée sur la paroi thoracique antérieure, souvent. Examen d'un patient atteint d'une maladie cardiaque.
  • Cardiologie - Auscultation du cœur. Tons de coeur
    Changer les limites du cœur. La matité relative du cœur - la zone du cœur projetée sur la paroi thoracique antérieure, souvent.
  • Feuilles de triche Propedeutics
    Changer les limites du cœur. Matité relative du cœur - la région du cœur, projetée sur la paroi thoracique antérieure, partiellement n. Plus ".
  • Feuilles de triche Propedeutics
    Changer les limites du cœur. Matité relative du cœur - la région du cœur, projetée sur la paroi thoracique antérieure, partiellement n. Plus ".
  • Propédeutique -. défaillance du cœur droit
    La percussion est déterminée par une augmentation de la taille du foie, une matité cardiaque relative due au déplacement latéral du bord droit du cœur.
  • Propédeutique - Sémiotique des lésions du système cardiovasculaire
    Les frontières du cœur sont élargies vers la gauche.
    Avec les lésions cardiaques, les changements de rythme suivants peuvent être détectés sur l'ECG: tachycardie sinusale et bradycardie, rythme auriculo-ventriculaire.

pages similaires trouvées: 10

18. Percussion du cœur. Les limites de la matité absolue et relative du cœur sont normales.

le bord droit du cœur est formé par le ventricule droit, le supérieur est l'oreillette de l'oreillette gauche et le cône de l'artère pulmonaire, le ventricule gauche-gauche. Le contour droit du cœur est formé par l'oreillette droite, qui est située plus profondément et latéralement au ventricule droit, il n'est donc pas déterminé par percussion. Il s'agit d'un organe sans air, une partie du cœur non recouverte par les poumons donne un son terne, forme une zone de matité absolue du cœur. La matité cardiaque relative correspond aux dimensions réelles du cœur et à sa projection sur la paroi thoracique antérieure. Dans cette zone, un son terne. La percussion est effectuée en position horizontale et verticale Tout d'abord, la bordure droite de la matité cardiaque relative est déterminée. Tout d'abord, la bordure supérieure de la matité hépatique est trouvée. Le plessimètre à doigt est placé horizontalement et percuté de haut en bas le long de l'espace intercostal le long de la ligne médio-claviculaire droite. La transition du son de percussion de clair à terne correspond à la bordure souhaitée (normalement sur la 6e côte Ensuite, le doigt-plessimètre est transféré un espace intercostal plus haut (normalement 4 espaces intercostaux), placé parallèlement au bord droit défini du cœur (verticalement) et la percussion se poursuit dans la direction médiale. La force d'impact moyenne est appliquée. Le bord droit est normalement le long du bord droit du sternum. Déplacement du plessimètre médial vers la bordure de terne relative, en utilisant la percussion la plus silencieuse, ils trouvent le bord droit de la matité absolue. Cela correspond à l'apparition d'un son de percussion sourd, normalement, le long du bord gauche du sternum. Le bord supérieur est déterminé verticalement entre les lignes sternale gauche et péristernale. Le plessimètre est situé parallèlement au bord souhaité (horizontalement) et se déplace en commençant par le sous-clavier zones, séquentiellement le long des côtes et des espaces intercostaux. L'apparence de la matité du son de percussion correspond à la limite supérieure de la matité relative (sur la troisième côte), en dessous, avec la percussion la plus silencieuse, un son terne apparaît - la bordure supérieure de la matité absolue (normalement 4 côtes). Limites de la matité relative et absolue à gauche, ils coïncident normalement, sont sur le bord de l'impulsion apicale (dans le 5e espace intercostal, 1-1,5 cm médialement de la ligne médio-claviculaire gauche). Le faisceau vasculaire formé par l'aorte et l'artère pulmonaire ne dépasse normalement pas le sternum. Ses limites sont déterminées en 2ème espace intercostal à droite et à gauche de la ligne médio-claviculaire jusqu'au sternum jusqu'à l'apparition d'un terne son de percussion.

19.Modifier les limites de la matité absolue et relative du cœur dans des conditions de pathologie.

Normal: matité relative: bordure droite - 4 espaces intercostaux 1 cm vers l'extérieur depuis le bord droit du sternum, gauche - 1 cm vers l'intérieur depuis la ligne médio-claviculaire gauche, bord supérieur-inférieur de 3 côtes ou 3 espaces intercostaux. Matité absolue: bord droit - le long du bord gauche le sternum au niveau de 4 espaces intercostaux, celui de gauche est de 1 à 2 cm vers l'intérieur à partir du bord de la matité relative, la partie supérieure est de l'espace intercostal 4. Le faisceau vasculaire ne s'étend pas au-delà des bords du sternum. Pathologie. Le bord de la matité cardiaque relative est déplacé en raison d'un changement de position du cœur dans la poitrine, avec une augmentation (dilatation) de n'importe quelle chambre (avec hypertrophie de l'oreillette gauche, la matité relative se déplace vers le bord supérieur de la 3e côte ou dans le 2e espace intercostal). Les valeurs de matité relative et absolue changent de la même manière. Mais avec épanchement péricardite, fibrose pulmonaire, seule la zone de matité absolue augmente. emphysème sévère, le cœur est presque complètement recouvert par les poumons, la zone de matité absolue diminue ou disparaît. Déplacement des bords du faisceau vasculaire vers l'extérieur - avec expansion ou allongement de l'aor tu.

Actuellement, la percussion topographique du cœur est utilisée pour déterminer grossièrement la taille du cœur avant de recevoir les résultats d'un examen aux rayons X ou s'il est impossible de le réaliser. Sa valeur augmente dans les cas où il n'est pas possible de déterminer l'impulsion apicale.

La précision de la méthode est considérablement réduite chez les personnes ayant une paroi thoracique épaisse ou convexe, de grosses glandes mammaires, une position élevée du diaphragme et une teneur accrue en gaz dans l'estomac. Son utilisation est presque impossible en cas d'emphysème sévère des poumons, ainsi que de processus pathologiques dans les organes adjacents au cœur, qui provoquent la formation d'une matité.

Les dimensions de percussion de la matité cardiaque ne sont pas les vraies dimensions de la surface antérieure du cœur. Ils représentent la projection des limites du cœur sur la paroi thoracique antérieure (matité cardiaque relative) ou la taille de sa zone limitée, qui est située le plus superficiellement et n'est pas couverte par les poumons (matité absolue).

Puisque dans la région des limites de la matité relative du cœur, sa surface antérieure est située profondément sous les poumons, ils sont déterminés à l'aide d'une percussion relativement forte par la transition d'un son pulmonaire clair à un son terne. Évidemment, c'est très subjectif, même avec une grande expérience du médecin.

Le bord droit de la matité relative du cœur est formé par le droit devant le cœur et est normalement situé sur le bord droit du sternum ou 0,5-1 cm vers la droite. En normosthénique saine, avec une hauteur du diaphragme au niveau du sixième espace intercostal le long de la ligne médio-claviculaire droite, il est percuté le long du quatrième espace intercostal. Si le cœur n'est pas agrandi vers la droite, cette bordure n'est pas déterminée avec précision en raison du retrait du bord droit du cœur de la paroi thoracique antérieure. Le bord supérieur est formé par le tronc de l'artère pulmonaire et l'appendice auriculaire gauche. Sur la ligne sternale gauche, il longe le bord supérieur de la côte III. En raison de l'emplacement oblique de la limite supérieure, sa définition topographique est plutôt arbitraire. Le bord gauche de la matité cardiaque relative est formé par une bande étroite du ventricule gauche qui s'étend jusqu'à la surface antérieure du cœur. Il correspond à l'impulsion apicale ou le long du cinquième espace intercostal, où il est percuté, situé médialement à partir de la ligne médio-claviculaire gauche.

r ttcv * 1 jji n n t ui ^ jjv ^ nnnvjn jiriririri i wia J - * J iijjtmvjri i y / stpts uinuctiiwib -

la matité du cœur (Md) le long du quatrième espace intercostal chez les individus en bonne santé est de 2 à 3,5 cm et à sa bordure gauche dans le cinquième espace intercostal (Ms) - 6 à 10 cm. La somme de Md et Ms indique le plus grand diamètre de la matité relative du cœur, qui est normalement de 11,5 à 13 cm. Ces limites, cependant, sont très relatives et dépendent du sexe, de la taille et du poids corporel. Le cœur peut être agrandi avec des dimensions normales de matité relative et vice versa..

La définition par percussion des limites du faisceau vasculaire dans le deuxième espace intercostal chez les individus sains est très conditionnelle. Il est généralement admis que le bord droit, formé par le bord droit de la veine cave supérieure, correspond au bord droit du sternum ou est déplacé jusqu'à 0,5 cm vers la droite de celui-ci, et le bord gauche, formé par l'artère pulmonaire, longe le bord gauche du sternum. Dans ce cas, le diamètre du faisceau vasculaire au-dessus de la poignée du sternum est de 4,5 à 5 cm. En pratique, la détermination par percussion de la matité des vaisseaux principaux n'est possible que parfois avec leur augmentation significative, par exemple avec un gros anévrisme aortique. Sinon, il suffit de noter qu'aucune matité pathologique n'est trouvée dans la zone du faisceau vasculaire. Il faut garder à l'esprit que la matité dans la projection des gros vaisseaux à droite et à gauche du sternum peut être due à une hypertrophie des ganglions lymphatiques dans le médiastin.

1 SACS sShSYLLNOI lyilUClll SsrDTSa, KUlUpdM NSPOSrsDS I ISNNO PRILS-

live à la paroi thoracique, sont déterminés à l'aide de faibles percussions lors de la transition d'un son clair à un son absolument terne. Normalement, le bord droit longe le bord gauche du sternum des côtes IV à VI, le bord supérieur longe le bord inférieur de la côte IV du bord gauche du sternum à la ligne sternale gauche, et la gauche atteint le cinquième espace intercostal légèrement vers l'intérieur à partir de l'impulsion apicale et du bord de la matité relative. Normalement, toute la zone de terne absolue est formée par la surface antérieure du ventricule droit. L'utilité de sa définition est généralement justifiée par le fait que la zone de matité absolue s'étend dans tous les cas de dilatation cardiaque, même

avec une augmentation de sa taille antéropostérieure, lorsque l'abdomen relatif peut ne pas changer. Cela est dû au mouvement des bords avant des poumons du cœur en raison de l'augmentation de la pression intrathoracique. Compte tenu des particularités de la perception des changements de tonalité de percussion, la détermination des limites de la matité absolue est considérée comme plus fiable que relative.

Des changements physiologiques dans les limites de la matité cardiaque sont notés avec une respiration profonde. Elle augmente significativement avec la dilatation myogénique du cœur (cor bovinum) et un grand épanchement péricardique. Pour déterminer quelle partie du cœur est agrandie, selon les données de percussion, cela n'est possible que de manière très conditionnelle. Avec une augmentation isolée du ventricule gauche, la matité cardiaque se développe principalement vers la gauche et vers le bas, et avec une dilatation significative du ventricule droit, uniquement vers la gauche ou vers la gauche et vers le haut. La définition de la matité à droite du sternum dans la plupart des cas est associée à une augmentation de l'oreillette droite.

Les limites de la matité absolue du cœur sont un tableau normal

Ø Détermination des limites de la matité relative du cœur: droite, gauche, supérieure.

Ø Détermination des limites de la matité absolue du cœur: droite, gauche, supérieure.

Ø Détermination de la configuration du cœur: dessin avec dimensions: MD, MS, AO, Q, L, diamètre.

Pour déterminer les limites du cœur, nous utilisons la percussion digitale topographique: calme pour déterminer la matité relative, le plus silencieux pour déterminer la matité absolue.

Règles:ü la position du patient est verticale, chez les patients gravement malades - horizontale ü la position du médecin est pratique ü une percussion silencieuse est utilisée pour déterminer la matité relative du cœur ü la percussion la plus silencieuse est utilisée pour déterminer la matité absolue du cœur ü chaud et silencieux dans la pièce ü des marques sont placées sur le bord du doigt du plessimètre faisant face au clair son pulmonaire.
Ordre1. Bord droit de la matité relative du cœur (GATS) 2. GOTS gauche 3. GOTS supérieur 4. Dimensions et configuration du cœur 5. Largeur du faisceau vasculaire, hauteur de l'arc aortique 6. Bord droit de la matité absolue du cœur (GATS) 7. GATS gauche 8. GATS supérieur.

Détermination de la matité relative du cœur (Fig.23).

1. Étant donné que différentes hauteurs du diaphragme peuvent affecter les données de percussion cardiaque, vous devez d'abord la déterminer. Pour cela, un doigt-plessimètre est placé dans le 2ème espace intercostal à droite le long de la ligne médio-claviculaire parallèle aux côtes, percussion vers le bas, le bord inférieur des poumons est déterminé, qui est la hauteur du diaphragme. Dans un normosthénique sain, le diaphragme mi-claviculaire est au niveau de la 6e côte.

2. En outre, le doigt-plessimètre est placé un bord plus haut (normalement 4 espace intercostal) parallèle au bord droit du cœur, et, en allant vers le cœur, on note la transition d'un son clair à un son sourd, qui correspond au bord droit de la matité relative du cœur. Cette bordure est formée par l'oreillette droite ou le ventricule droit.

3. Pour déterminer le bord gauche de la matité relative du cœur comme point de référence, recherchez d'abord l'impulsion apicale lors de l'examen ou de la palpation. Si l'impulsion apicale n'est pas détectée, la percussion est effectuée dans le 5ème espace intercostal, à partir de la ligne axillaire médiane. Un doigt - un pessimètre est placé parallèlement au bord gauche et percuté vers le cœur. Cette frontière est formée par le ventricule gauche.

Le bord gauche de la matité relative du cœur coïncide presque toujours avec l'impulsion apicale.

4. Pour déterminer le bord supérieur de la matité relative du cœur, le doigt-pessimètre est placé le long de la ligne parasternale gauche parallèle aux côtes, à partir du 1er espace intercostal, et percuté vers le bas. Pour rappel, la ligne parasternale passe à mi-chemin entre le bord du sternum (ligne sternale) et la ligne médio-claviculaire. Cette frontière est formée par l'appendice auriculaire gauche.

Coeur de poitrine

Figure. 23. Percussion des limites de la matité relative du cœur (GOTS)

SKL - ligne mi-claviculaire; m / r - espace intercostal

1. Selon SCL à la matité hépatique (a) (côte VI normale).

2. Placez le doigt - plessimètre un espace intercostal plus haut (normalement espace intercostal IV) parallèle à la frontière définie. Percussion au cœur (normalement 1 cm vers l'extérieur à partir du bord droit du sternum (b).

3. Percussion le long de l'espace intercostal V de la ligne axillaire antérieure au cœur (normalement 1 à 2 cm vers l'intérieur de la ligne médio-claviculaire gauche (c) et coïncide avec l'impulsion apicale).

4. Après avoir reculé de 1 cm vers l'extérieur à partir du bord du sternum (le long de la ligne parasternale), nous percusse jusqu'à l'apparition d'une matité cardiaque (d) (normalement III espace intercostal).

Figure. 24. Percussion du faisceau vasculaire

La percussion du faisceau vasculaire est réalisée par 2 espaces intercostaux à droite et à gauche de la ligne médio-claviculaire jusqu'au sternum (normalement situés le long des bords du sternum). Le diamètre est de 5-6 cm (Fig.24).

Définition de la matité absolue du cœur

1. Pour déterminer le bord droit de la matité absolue du cœur, le doigt-pessimètre est placé sur le bord droit de la matité relative du cœur parallèle au bord droit du sternum et, en utilisant la percussion la plus silencieuse, est déplacé vers l'intérieur jusqu'à ce qu'un son sourd apparaisse

2. Pour déterminer le bord gauche de la matité absolue du cœur, le pessimètre du doigt est placé parallèlement au bord gauche de la matité relative du cœur, en sortant légèrement de celui-ci, et le doigt-pessimètre est déplacé vers l'intérieur jusqu'à ce qu'un son sourd apparaisse..

3. Pour déterminer la limite supérieure de la matité absolue du cœur, le doigt-pessimètre est placé sur la limite supérieure de la matité relative du cœur le long de la ligne parasternale gauche. En utilisant la méthode de percussion la plus silencieuse, faites des percussions jusqu'à ce qu'un son sourd apparaisse (Fig.25).

La matité absolue du cœur est la partie de celui-ci qui n'est pas couverte par les poumons, directement adjacente à la poitrine et formée par le ventricule droit.


GATS droit 1. À partir du bord droit de la matité relative du cœur, percussion vers la gauche (normalement le long du bord gauche du sternum). GATS gauche 2. À partir du bord gauche de la matité relative du cœur, percussion vers la droite (normalement 1 à 2 cm vers l'intérieur à partir du GOTS gauche). GATS supérieur 3. À partir du bord supérieur de la matité relative du cœur, percussion vers le bas (normalement - sur la côte IV le long de la ligne parasternale).

Figure. 25. Percussion des limites de la matité absolue du cœur (AGCS)

Détermination de la configuration du cœur

En plus des limites droite et gauche de la matité relative du cœur, la matité relative du cœur est déterminée à droite dans le 3e espace intercostal, à gauche dans le 4e espace intercostal. Percussion jusqu'à ce qu'un son sourd apparaisse. Les points obtenus lors de la percussion sont reliés le long des contours droit et gauche et révèlent ainsi la configuration du cœur sur la poitrine.

Selon la configuration du cœur, on distingue également un certain nombre de tailles de cœur (Fig.26):

1. MD - du contour droit du cœur dans le 4e espace intercostal jusqu'à la ligne médiane antérieure. Normalement, cette taille est de 3-4 cm.

2. MS - du contour gauche du cœur dans le 5e espace intercostal à la ligne médiane antérieure. Normalement, cette taille est de 8-9 cm.

3. Le diamètre du cœur est la somme de MD + MS. Normalement, cette taille est de 11-13 cm.

4. L - longitudinal (lonqitudinalis), du contour droit du cœur dans le 3e espace intercostal au bord gauche de la matité relative dans le 5e espace intercostal. Normalement, cette taille est de 13-15 cm.

5. Q - taille oblique (quercus), du bord supérieur au bord droit de la matité relative du cœur. Normalement, cette taille est de 9-11 cm.

6. AO - faisceau vasculaire, du contour droit au contour gauche du cœur dans le 2ème espace intercostal. Normalement, cette taille est de 5-6 cm.

Ces dimensions du cœur sont typiques d'un normosthénique avec la position habituelle du diaphragme. N'oubliez pas qu'une personne en particulier ne peut pas fluctuer en taille et, par conséquent, il ne peut y avoir qu'un seul nombre..

Figure. 26. La taille du cœur

L - longitudinal (13-15 cm); MD + MS - diamètre (11-13 cm);

Q - taille oblique (9-11 cm); AO - faisceau vasculaire (5-6 cm).

Il existe les configurations pathologiques suivantes du cœur (Fig.27).

Configuration mitrale du cœur n ° 1 - élargissement de la tête gauche, ventricule droit avec sténose mitrale.

Configuration mitrale n ° 2 - le cœur (en cas d'insuffisance de la valve mitrale) augmente vers le haut, à gauche et à droite, augmente MD, Q, éventuellement, le diamètre, longitudinal. Le facteur déterminant dans la configuration mitrale est l'augmentation du bord supérieur du cœur due à l'oreillette gauche et à la taille oblique du cœur. À cet égard, les radiologues ont le concept d'une «taille» lissée du cœur.


etbdans
re

Figure. 27. Configurations pathologiques du cœur:

a est la norme; b - mitral I; c - mitral II; d - aortique,

d - "cœur de taureau"; e - en forme de trace

Configuration aortique du cœur - expansion isolée du ventricule gauche avec cardiopathie aortique, hypertension. Cela augmente la bordure gauche de la matité relative du cœur, MS, tailles L. Les radiologues appellent un tel cœur comme un «canard assis», une «botte» et la «taille» du cœur n'est jamais lissée.

"Coeur de bovin" - un déplacement brusque des frontières du cœur dans toutes les directions, se produit dans les cas de maladie cardiaque de grande envergure.

Configuration «trapézoïdale», ou «toit avec cheminée» - en présence de fluide dans la cavité péricardique. Le «toit» signifie un contour agrandi du cœur, et la «cheminée» est un faisceau vasculaire inchangé.

Déplacement des limites de la matité relative du cœur vers la droite, augmentation de la DM - avec expansion de l'oreillette droite ou du ventricule droit.

Déplacement des limites de la matité relative du cœur vers la gauche, augmentation de la SP, L - avec dilatation et hypertrophie du ventricule gauche, parfois avec une augmentation prononcée du ventricule droit.

Déplacement des limites de la matité relative du cœur vers le haut, une augmentation de Q - avec une augmentation significative de l'oreillette gauche.

Une augmentation de la taille transversale de la matité relative du cœur se produit avec un type de corps hypersthénique, une position élevée du diaphragme: pendant la grossesse, flatulences, ascite.

· Une diminution de la taille transversale de la matité relative du cœur est observée avec le type de corps asthénique, avec omission du diaphragme: avec viscéroptose, emphysème des poumons. Un tel cœur s'appelle suspendu ou goutte à goutte.

Expansion de la matité dans la zone du faisceau vasculaire, une augmentation de l'AO se produit avec l'expansion (anévrisme) de l'aorte, l'expansion de l'artère pulmonaire. L'augmentation de l'AO peut également être associée à des causes extracardiaques - tumeur médiastinale.

Exemple d'enregistrement chez une personne en bonne santé.

Les limites de la matité relative du cœur:

droite - 1 cm vers l'extérieur du bord droit du sternum dans le 4e espace intercostal,

gauche - 1,5 cm médialement de la ligne médio-claviculaire gauche à 5 m / r,

supérieur - dans le 3e espace intercostal le long de la ligne parasternale gauche.

Les limites de la matité absolue du cœur:

à droite - le long du bord gauche du sternum dans le 4e espace intercostal,

gauche - 2 cm vers l'intérieur à partir de la bordure relative gauche à 5 m / r,

supérieur - dans le 4ème espace intercostal le long de la ligne parasternale gauche.

Configuration du cœur: MD - 3 cm MS - 9 cm. Diamètre - 12 cm. L - 14 cm Q - 11 cm AO - 6 cm. La configuration du cœur est normale.

Pour déterminer les limites de la matité absolue du cœur, vous devez utiliser des percussions silencieuses. Le doigt-plessimètre est placé parallèlement à la limite souhaitée. La percussion est conduite des limites de la matité relative aux limites de l'absolu pour obtenir un son absolument terne. Tout d'abord, la droite, puis la gauche et enfin les limites supérieures de la matité absolue du cœur sont déterminées.

Afin de déterminer le bord droit de la matité absolue du cœur, le doigt-pessimètre est placé sur le bord droit de la matité relative du cœur parallèlement au bord droit du sternum et, en appliquant un coup de percussion silencieux, il est progressivement déplacé vers l'intérieur jusqu'à ce qu'un son absolument terne apparaisse. À ce stade, une marque est faite le long du bord extérieur du doigt, face à la bordure de terne relative. Normalement, le bord droit de la matité absolue du cœur longe le bord gauche du sternum.

Lors de la détermination de la bordure gauche de la matité absolue du cœur, le doigt-pessimètre est placé parallèlement à la bordure gauche de la matité relative, en s'éloignant quelque peu de celui-ci. Un léger coup de percussion est appliqué, déplaçant progressivement le doigt vers l'intérieur jusqu'à ce qu'un son sourd apparaisse. Le bord gauche de la matité absolue du cœur est dessiné le long du bord extérieur du doigt du plessimètre. Normalement, il se trouve dans l'espace intercostal V et est déplacé de 1,5 à 2 cm vers l'intérieur à partir de la ligne médio-claviculaire gauche.

Pour établir la limite supérieure de la matité absolue du cœur, le doigt-plessimètre est placé sur la limite supérieure de la matité relative du cœur au bord du sternum parallèle aux côtes et, produisant une percussion silencieuse, descendez jusqu'à ce qu'un son sourd apparaisse (afin de mieux différencier le son de percussion, la percussion commence sur le 1er espace intercostal au-dessus de la matité relative)... La marque du bord supérieur de terne absolue est faite le long du bord du doigt vers le haut. Normalement, il est situé sur la côte IV le long de la ligne parasternale gauche (Fig.41, a, b).


Figure. 41. Limites de la monotonie relative (a), absolue (b) du cœur et détermination des limites de ce dernier (c).

Parfois, il est difficile de faire la distinction entre la matité absolue et la matité relative (en cas de percussion des poumons au cœur). Dans de tels cas, le doigt-plessimètre est placé au centre de la matité absolue (Fig. 41, c), puis il est déplacé vers les limites du relatif (c'est-à-dire, d'un son terne à un son terne). Le premier attachement au son de percussion d'un ton pulmonaire indiquera une transition de la région de terne absolue à la région de relative. Dans ce cas, il est conseillé d'utiliser la percussion la plus silencieuse: le doigt-pessimètre est placé sur la surface percutée non pas en ligne droite, mais sous une forme pliée à angle droit dans la première articulation interfolangienne. Il est installé perpendiculairement à la zone percutée et des coups très silencieux sont effectués au virage avec le doigt de percussion de la main droite. Normalement, toute la zone de terne absolue du cœur est formée par la surface antérieure du ventricule droit.

Le changement de la zone de matité absolue du cœur, à la fois dans le sens de l'augmentation et de la diminution, dépend de trois facteurs: des changements dans les poumons, la hauteur du diaphragme et la taille du cœur. Par exemple, une diminution de la zone de matité absolue du cœur est notée avec un bas niveau du diaphragme, un emphysème des poumons, un pneumothorax, une accumulation d'air dans le sac péricardique, une crise d'asthme bronchique, etc. avec pleurésie exsudative, grosses tumeurs du médiastin postérieur, avec péricardite exsudative. En cas d'accumulation importante d'exsudat dans la cavité pleurale, les bords antérieurs des poumons s'éloignent complètement de la surface du cœur, puis la matité absolue est déterminée par le cœur lui-même et prend la forme d'un trapèze.


Figure. 42. Limites de la matité percutante relative (a) et absolue (b) dans la péricardite exsudative.

En règle générale, une augmentation de la taille du cœur entraîne une augmentation de la zone de terne absolue. Par exemple, avec une insuffisance valvulaire tricuspide ou une sténose de l'ouverture auriculo-ventriculaire gauche, une augmentation du ventricule droit entraîne une augmentation significative de la zone de terne absolue du cœur, qui précède souvent une augmentation de la matité relative. Lorsque le liquide s'accumule dans le péricarde, il semble que les limites de la matité relative et absolue du cœur se confondent et il acquiert une forme trapézoïdale ou triangulaire (Fig.42).

Les limites de la matité relative du cœur.

Bordure droite. Tout d'abord, le niveau de position debout du diaphragme à droite est déterminé afin de déterminer la position générale du cœur dans la poitrine. La matité du son de percussion correspondant à la hauteur du dôme du diaphragme est déterminée le long de la ligne médio-claviculaire avec une percussion profonde. Une marque est faite le long du bord du doigt du plessimètre face au son clair. La côte est comptée. En outre, par percussion silencieuse, le bord inférieur de la marge pulmonaire est déterminé. Ils font également une marque et comptent le bord. Ceci est fait afin de déterminer la position du cœur. La description suivante de la technique se réfère à la position normale du dôme du diaphragme. Habituellement, le bord du poumon est au niveau de la côte VI et le dôme du diaphragme est situé 1,5 à 2 cm plus haut dans l'espace intercostal V. La prochaine étape de l'étude - le doigt-pessimètre est installé verticalement, parallèlement à la bordure souhaitée du cœur le long de la ligne médio-claviculaire, dans l'espace intercostal IV, et percuté avec une percussion palpagorny profonde vers le sternum jusqu'à ce que le son devienne terne. Il est au préalable recommandé de compter les côtes et de s'assurer que la percussion est effectuée dans l'espace intercostal IV. De plus, sans retirer le doigt du plessimètre, faites une marque le long de son bord extérieur et mesurez la distance de ce point au bord droit du sternum. Normalement, il ne dépasse pas 1,5 cm, nous allons maintenant expliquer pourquoi la percussion ne doit pas être effectuée plus haut que l'espace intercostal IV. Si le dôme du diaphragme est situé au niveau de la côte VI, la bordure droite doit être déterminée par l'espace intercostal V, côte V, le long de l'espace intercostal IV et de la côte IV. Après avoir connecté les points obtenus, nous pouvons nous assurer que l'espace intercostal IV est le point le plus éloigné de la matité relative du cœur vers la droite. Ci-dessus, la percussion ne doit pas être effectuée, car la base du cœur, le cartilage costal III, l'angle auriculo-nasal droit y sont déjà proches.

Le bord supérieur du cœur. La percussion de palpation profonde est examinée depuis l'espace intercostal I le long d'une ligne parallèle au bord gauche du sternum et à 1 cm de distance de celui-ci. Dans des conditions normales, le bord supérieur est situé sur la côte III (bord supérieur, inférieur ou central). Ensuite, vous devez recompter les côtes, assurez-vous que l'étude est correcte par des percussions répétées. Le bord supérieur est formé par l'appendice auriculaire gauche.

Bord gauche du cœur. La percussion commence à partir de la ligne axillaire antérieure dans l'espace intercostal V et se déplace médialement vers la zone où l'impulsion apicale a été trouvée. Le plessimètre à doigt est positionné verticalement, c'est-à-dire parallèlement à la limite souhaitée. Lorsqu'une matité claire du son de percussion est obtenue, une marque est faite le long du bord extérieur du doigt, face au son pulmonaire clair. Dans des conditions normales, ce point est médial par rapport à la ligne médio-claviculaire. Le contour gauche du cœur peut être obtenu par percussion de la même manière dans l'espace intercostal IV, le long des côtes IV, V, VI. Dans les cas où l'impulsion apicale du cœur n'est pas détectée, il est recommandé de percuter non seulement dans l'espace intercostal V, mais également au niveau des côtes V et VI, et, si nécessaire, le long des espaces intercostaux IV et VI. En cas de pathologie, diverses configurations pathologiques du cœur peuvent être détectées si la percussion est également ajoutée au troisième espace intercostal.

Hauteur debout de l'angle auriculo-nasal droit. Le doigt-plessimètre est installé parallèlement aux côtes sur le bord droit trouvé afin que la phalange I atteigne la ligne sternale droite. Percussion avec percussion ascendante silencieuse jusqu'à légèrement terne. Une marque est faite le long du bord inférieur de la phalange. Normalement, il doit être situé sur le cartilage costal III à son bord inférieur, à environ 0,5 cm à droite du bord droit du sternum. Expliquons; le bord droit du cœur était déterminé par une percussion profonde à un son sourd. Lors de la détermination de l'angle auriculo-nasal, la percussion de surface est utilisée, dans laquelle le son devient ici pulmonaire. La matité du son au niveau de l'angle auriculo-nasal est donnée par les structures du faisceau vasculaire, en particulier la veine cave supérieure et l'aorte étroitement localisée. Si la méthode décrite pour déterminer la hauteur de l'angle auriculo-nasal droit ne donne pas de résultat, vous pouvez utiliser la deuxième méthode: continuer vers la droite le bord supérieur du cœur et percuter doucement vers la droite de la ligne médio-claviculaire le long de la côte III jusqu'au sternum jusqu'à ce que terne. Si cette méthode ne fournit pas de données convaincantes, vous pouvez prendre un point conditionnel: le bord inférieur du cartilage costal III au bord droit du sternum. Avec une bonne technique de percussion, la première méthode donne de bons résultats. La valeur pratique de la détermination du bon angle auriculo-nasal est la nécessité de mesurer la longueur du cœur.

Elle est réalisée dans le même espace intercostal où se situe l'impulsion apicale. Le doigt du plessimètre est pressé avec la surface latérale vers la poitrine le long de la ligne médio-axillaire parallèle à la bordure désirée du cœur et progressivement déplacé vers le cœur jusqu'à ce qu'une matité apparaisse. La frappe de percussion est appliquée d'avant en arrière pour ne pas capturer le profil latéral du cœur.

Détermination de la limite supérieure de la matité relative du cœur: la percussion est effectuée le long de la ligne parasternale gauche de haut en bas, à partir du 1er espace intercostal jusqu'à l'apparition d'un son de percussion raccourci.

Le bord droit de la matité relative du cœur est formé par l'oreillette droite et est déterminé à 1 cm vers l'extérieur du bord droit du sternum. Le bord gauche de la matité relative est formé par l'oreillette de l'oreillette gauche et partiellement par le ventricule gauche. Elle est déterminée à 2 cm médialement de la ligne médio-claviculaire gauche, normalement dans l'espace intercostal V. Le bord supérieur est normalement situé sur la côte III. Le diamètre de la matité relative du cœur est de 11 à 12 cm.

Configuration mitrale du cœur se retrouve dans les anomalies mitrales (insuffisance de la valve mitrale, sténoses avancées de la sténose mitrale), mais la même forme peut souvent être retrouvée dans d'autres lésions cardiaques. La configuration mitrale du cœur humain diffère de la forme sphérique normale, dans laquelle il n'y a pas d'angle entre le faisceau vasculaire et la silhouette du cœur. Dans de tels cas, ils parlent de lisser la «taille du cœur» en raison d'une forte augmentation de l'oreillette gauche, du ventricule gauche et du cœur droit. Configuration aortique du cœur le cœur humain se trouve dans les lésions des valves aortiques, de l'aorte elle-même, ainsi que dans les formes sévères d'hypertension. Elle se caractérise par une expansion significative de la bordure du cœur vers la gauche due à une augmentation isolée du ventricule gauche. La «taille du cœur» s'accentue en changeant l'angle entre la partie supérieure du contour cardiaque gauche (formée par le faisceau vasculaire et l'appendice auriculaire gauche) et la partie inférieure (formée par le ventricule gauche). Avec une configuration normale du cœur, cet angle est obtus et peu exprimé, et avec l'aorte il s'avère presque droit. Le cœur prend l'apparence d'une "botte" ou d'un "canard assis".

Matité absolue du cœur: concept, méthode de définition. Les limites de la matité absolue du cœur sont normales. Changements dans les limites de la matité absolue du cœur en pathologie.

La matité absolue du cœur est une zone du cœur étroitement adjacente à la paroi thoracique et non couverte par le tissu pulmonaire, par conséquent, un son absolument terne est déterminé par percussion. Pour déterminer la matité absolue du cœur, la méthode de la percussion silencieuse est utilisée. Les limites de la matité absolue du cœur sont déterminées sur la base des limites de la matité relative. Ils continuent à percuter selon les mêmes points de référence jusqu'à ce qu'un son sourd apparaisse. La bordure est définie par le bord du doigt faisant face au son le plus clair. Pour plus de commodité, la bordure peut être marquée avec de l'encre facilement lavable. Le bord droit correspond au bord gauche du sternum. Le bord gauche est situé à 2 cm vers l'intérieur du bord de la matité relative du cœur, c'est-à-dire à 4 cm de la ligne médio-claviculaire gauche. La limite supérieure de la matité absolue du cœur est située sur la côte IV.

Tableau 3.2 Strutynsky (changement de la matité relative et absolue du cœur)

Examen et palpation de la région cardiaque. Impulsion apicale du cœur, méthode de sa détection. Caractéristiques de l'impulsion apicale dans la santé et la maladie. Impulsion cardiaque, signification clinique de son identification. Tremblement dans la région du cœur ("ronronnement du chat"), signification clinique.

À l'aide d'un examen, vous pouvez trouver la soi-disant bosse cardiaque (gonflement de la poitrine), qui se développe à la suite de malformations cardiaques congénitales ou acquises dans l'enfance, c'est-à-dire lorsque le cartilage n'est pas encore ossifié..

La saillie d'une section limitée de la poitrine dans la région de son apex, qui survient rythmiquement de manière synchrone avec l'activité du cœur, est appelée impulsion apicale. Il est causé par le battement de l'apex du cœur contre la paroi thoracique lorsqu'il se contracte.

Si, au lieu de protrusion, une rétraction rythmique de la poitrine est observée dans la région du cœur, ils parlent d'une impulsion apicale négative. Il est noté avec fusion des couches pariétale et viscérale du péricarde en cas d'oblitération ou de fusion de ce dernier avec des organes adjacents.

Si la zone de l'impulsion apicale chez les personnes minces est située en face de la côte, l'impulsion est imperceptible; il n'y a qu'une rétraction systolique (un peu à droite et au-dessus du lieu de localisation habituelle de l'impulsion apicale) des sections adjacentes de la paroi thoracique, qui peut être confondue avec une impulsion apicale négative (fausse impulsion négative). La raison en est peut-être une diminution de volume et un départ de la paroi thoracique antérieure du ventricule gauche lors de sa contraction, ainsi que l'expansion du ventricule droit, qui, avec l'oreillette droite, repousse une bande étroite du ventricule gauche. En conséquence, l'apex du cœur n'atteint pas la paroi thoracique et au lieu de saillie de cette dernière, sa rétraction est vue dans l'espace intercostal IV-V près du bord gauche du sternum.

La palpation de la région du cœur permet de mieux caractériser l'impulsion apicale du cœur, d'identifier le battement du cœur, d'évaluer la pulsation visible ou de la détecter, de révéler le tremblement de la poitrine (symptôme de «ronronnement félin»).

Pour déterminer l'impulsion apicale du cœur, la main droite avec la surface palmaire est placée sur la moitié gauche de la poitrine du patient dans la région allant de la ligne sternale à l'axillaire antérieur entre les côtes III et IV (chez la femme, le sein gauche est préalablement repris et à droite). Dans ce cas, la base de la main doit faire face au sternum. Tout d'abord, la poussée est déterminée avec la paume entière, puis, sans lever la main, avec la pulpe de la phalange terminale du doigt, placée perpendiculairement à la surface de la poitrine.

À la palpation, une attention est portée à la localisation, la prévalence, la hauteur et la résistance de l'impulsion apicale.

Normalement, l'impulsion apicale est située dans l'espace intercostal V à une distance de 1-1,5 cm médialement de la ligne médio-claviculaire gauche. Son déplacement peut provoquer une augmentation de la pression dans la cavité abdominale, conduisant à une augmentation de la position debout du diaphragme (pendant la grossesse, ascite, flatulences, tumeurs, etc.). Dans de tels cas, la poussée se déplace vers le haut et vers la gauche, alors que le cœur tourne vers le haut et vers la gauche, prenant une position horizontale. Lorsque le diaphragme est bas, en raison d'une diminution de la pression dans la cavité abdominale (avec perte de poids, viscéroptose, emphysème des poumons, etc.), l'impulsion apicale se déplace vers le bas et vers l'intérieur (vers la droite), car le cœur tourne vers le bas et vers la droite et prend une position plus verticale.

Le battement cardiaque est palpé par toute la surface palmaire de la main et est ressenti comme une commotion cérébrale dans la zone de la matité absolue du cœur (espace intercostal IV-V à gauche du sternum). Une impulsion prononcée indique une hypertrophie ventriculaire droite significative..

Le symptôme du «ronronnement du chat» est d'une grande valeur diagnostique: le tremblement de la poitrine ressemble au ronronnement d'un chat en le caressant. Il est formé par le passage rapide du sang à travers une ouverture rétrécie, à la suite de laquelle se produisent ses mouvements vortex, qui sont transmis par le muscle cardiaque à la surface de la poitrine. Pour l'identifier, vous devez placer votre paume sur les endroits de la poitrine où il est habituel d'écouter le cœur. La sensation de «ronronnement félin», déterminée lors de la diastole à l'apex du cœur, est un signe caractéristique de sténose mitrale, lors de la systole sur l'aorte - sténose aortique, sur l'artère pulmonaire - sténose de l'artère pulmonaire ou non fermeture du canal de Botallov (artériel).

Anatomie

Habituellement, le cœur humain est situé sur le côté gauche de la poitrine, légèrement obliquement, et ressemble en apparence à un cône. Au-dessus et sur les côtés, l'organe est partiellement recouvert par les poumons, devant - la poitrine, en dessous - le diaphragme et derrière - les organes médiastinaux.

L'anatomie des limites du cœur est révélée par le son que le médecin entend en tapotant la paroi thoracique:

  • la percussion de la région du cœur est généralement accompagnée d'un son sourd;
  • tapotant la zone pulmonaire - poumon clair.

Au cours de la procédure, le spécialiste déplace progressivement les doigts de l'avant du sternum vers son centre, et marque la frontière au moment où le son pulmonaire est remplacé par un sourd caractéristique.

Déterminer les limites du cœur

Types de bordure

Il est habituel de distinguer deux types de limites de la matité du cœur:

  • La frontière absolue est formée par une zone ouverte du cœur, et lorsqu'elle est tapée, un son plus terne se fait entendre.
  • Les limites de la matité relative sont situées dans des endroits où le cœur est légèrement couvert par des parties des poumons, et le son qui est entendu lors du tapotement est terne.

Norme

Les limites du cœur ont normalement les valeurs suivantes:

  • Le bord droit du cœur se trouve généralement dans le quatrième espace intercostal sur le côté droit de la poitrine. Il est déterminé en déplaçant les doigts de droite à gauche le long du quatrième espace entre les côtes.
  • Celui de gauche est situé sur le cinquième espace intercostal.
  • La partie supérieure est située le long du troisième espace intercostal sur le côté gauche de la poitrine.

La bordure cardiaque supérieure indique l'emplacement de l'oreillette gauche, et la droite et la gauche - les ventricules du cœur, respectivement. En tapotant, il n'est pas possible d'identifier uniquement l'emplacement de l'oreillette droite.

Chez les enfants

La fréquence cardiaque chez l'enfant varie selon les stades de maturation, et devient égale aux valeurs des adultes lorsque l'enfant atteint l'âge de douze ans. Ainsi, jusqu'à deux ans, le bord gauche est à 2 cm vers l'extérieur dans la partie gauche de la ligne médio-claviculaire, le bord droit est le long de la ligne péristernale droite et le bord supérieur est dans la région de la deuxième côte.

De deux à sept ans, le bord gauche est à 1 cm du côté gauche de la ligne médio-claviculaire, celui de droite est déplacé vers la partie interne de la ligne parasternale droite et le bord supérieur est situé dans le deuxième espace intercostal.

De l'âge de sept ans à l'âge de douze ans, le bord gauche est à gauche le long de la ligne médio-claviculaire, le bord droit est le long du bord droit de la poitrine et le bord supérieur est déplacé vers la région de la troisième côte.

Tableau de fréquence cardiaque

Raisons des écarts

La norme des limites du cœur chez les adultes et les enfants donne une idée de l'endroit où les limites du cœur devraient être. Si les frontières du cœur ne sont pas situées là où elles devraient être, nous pouvons supposer des changements hypertrophiques dans n'importe quelle partie de l'organe en raison de processus pathologiques.

Les causes de la matité cardiaque sont généralement les suivantes:

  • Hypertrophie pathologique du myocarde ou du ventricule cardiaque droit, qui s'accompagne d'une expansion significative du bord droit.
  • Hypertrophie pathologique de l'oreillette gauche, qui se traduit par un déplacement du bord cardiaque supérieur.
  • Hypertrophie pathologique du ventricule gauche, en raison de laquelle le bord gauche du cœur se dilate.
  • Changements hypertrophiques dans les deux ventricules simultanément, dans lesquels les bords cardiaques droit et gauche sont déplacés.

De tous ces écarts, le plus courant est un déplacement de la bordure gauche, et il est souvent causé par une pression élevée persistante, contre laquelle se développe une augmentation pathologique du côté gauche du cœur.

En outre, un changement des limites cardiaques peut provoquer des pathologies telles que des anomalies cardiaques congénitales, un infarctus du myocarde, un processus inflammatoire dans le muscle cardiaque ou une cardiomyopathie, qui s'est développée à la suite d'une perturbation du fonctionnement normal du système endocrinien et d'un déséquilibre hormonal dans ce contexte..

Dans de nombreux cas, l'expansion des limites du cœur est due à une maladie de la chemise cardiaque et à des anomalies dans le travail des organes voisins - par exemple, les poumons ou le foie.

L'expansion uniforme des bords est souvent causée par une péricardite - inflammation des feuilles péricardiques, caractérisée par un excès de liquide dans la cavité péricardique.

Le déplacement unilatéral des bords du cœur vers le côté sain se produit le plus souvent dans le contexte d'un excès de liquide ou d'air dans la cavité pleurale. Si les bords du cœur sont déplacés vers le côté affecté, cela peut indiquer l'effondrement d'une certaine zone de tissu pulmonaire (atélectasie).

En raison de changements pathologiques dans le foie, qui s'accompagnent d'une augmentation significative de la taille des organes, il y a souvent un déplacement de la bordure droite du cœur vers la gauche.

Coeur normal et hypertrophié

Mon cœur terne

Si, à l'examen, un spécialiste révèle des limites cardiaques anormalement modifiées chez un patient, il essaie de déterminer aussi précisément que possible si le patient présente des manifestations caractéristiques de pathologies cardiaques ou de maladies des organes voisins..

Les symptômes de la matité cardiaque dans la plupart des cas sont les suivants:

  • Les maladies cardiaques sont caractérisées par un gonflement du visage et des jambes, des palpitations, des douleurs thoraciques et des symptômes d'essoufflement pendant la marche et au repos.
  • Les pathologies pulmonaires s'accompagnent de cyanose de la peau, d'essoufflement et de toux.
  • Les anomalies hépatiques peuvent se manifester par une hypertrophie de l'abdomen, des selles anormales, un œdème et une jaunisse..

Même si le patient ne présente aucun des symptômes ci-dessus, la violation des limites du cœur est un phénomène anormal, le spécialiste doit donc prescrire l'examen supplémentaire nécessaire au patient..

Habituellement, les diagnostics supplémentaires comprennent un électrocardiogramme, une radiographie pulmonaire, un examen échographique du cœur, des glandes endocrines et des organes abdominaux, ainsi qu'un examen du sang du patient..

Traitement

Le traitement des frontières élargies ou déplacées du cœur est impossible en principe, car le problème principal n'est pas tant la violation des frontières, mais la maladie qui l'a provoquée. Par conséquent, tout d'abord, il est nécessaire de déterminer la cause qui a provoqué des changements hypertrophiques dans les régions cardiaques ou un déplacement du cœur en raison de maladies des organes voisins, puis de prescrire un traitement approprié.

Le patient peut nécessiter une intervention chirurgicale pour corriger les anomalies cardiaques, la pose d'un stent ou un shunt vasculaire pour exclure une crise cardiaque récurrente.

En outre, un traitement médicamenteux est parfois prescrit - des diurétiques, des médicaments pour ralentir la fréquence cardiaque et abaisser la tension artérielle, qui sont utilisés pour empêcher une nouvelle hypertrophie du cœur..